Publié le 20 Janvier 2015

 

Nouvelle-guinée sepik masqueNouvelle-guinée sepik masque 2Nouvelle-guinée masque

Berlin

 

On trouve au nord-est de a nouvelle guinée le fleuve Sepik, le plus long de l'île. Il offre une très grande diversité de paysages et d'écosystèmes: marais, forêts tropicales, montagnes. C'est encore aujourd'hui une région préservée offrant la plus grande zone humide non contaminée de la région pacifique. Dans la majorité de son cours, le Sepik est sinueux et navigable et il se jette dans la mer de Bismarck au nord de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Contrairement à beaucoup d'autres gros fleuves, le Sepik n'a pas de delta et se jette directement dans la mer à environ 100 km à l'est de la ville de Wewak.

 

Le premier contact des Européens avec le fleuve et ses habitants a eu lieu en 1885 quand les Allemands explorèrent la région qui était une partie de la Nouvelle-Guinée allemande, colonie allemande. En 1886 et 1887, des expéditions plus poussées utilisant des bateaux à vapeur furent conduites par les Allemands et plus de 600 kilomètres furent explorés. Entre 1912 et 1913, les Allemands envoyèrent d'autres expéditions pour explorer le bassin du Sepik. Ils collectèrent des spécimens de la flore et la faune locale, étudièrent les tribus indigènes et dessinèrent les premières cartes. La base de Angoram fut construite pour servir de camp de base pour le Sepik inférieur mais, avec le début de la Première Guerre mondiale, les explorations cessèrent.

 

nouvelle-guinée sepik masque (2) Nouvelle-guinée sepik masque 3

Berlin

 

Les régions moyennes, basses et haute le long du Sepik offrent une grande richesse de formes artistiques. La caractéristique qui pourrait être commune à l'ensemble de ces expressions artistiques est l'attrait pour des visions tout à la fois monstrueuses et ludiques. Les œuvres jouant souvent sur cette bipolarité.

 

Source: RR, Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART PREMIER OCEANIE

Repost0

Publié le 19 Janvier 2015

portrait

Ägyptisches Museum, Berlin.

 

Ce très beau portrait en pierre d'un homme âgé est d'une très grande sobriété. Il exprime avec réalisme l'attention et l'intelligence d'un homme d'état.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #EGYPTE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 18 Janvier 2015

Tête du roi Akhenaton

Ägyptisches Museum, Berlin, XIVe s. av. JC

 

Ce portrait fascinant du roi Akhénaton est rès réaliste, on s'éloigne des canons de l'art Egyptien, ici on perçoit toute la fatigue du pouvoir, les traits allongés du souverain, le front haut, l'expression lasse du visage, les yeux maquillés, les lèvres pleines rendent finalement le roi profondément humain. On est loin de la désincarnation propre aux représentations habituelles des pharaons.

 

Le modèle de cette sculpture en plâtre était surement une tête de statue à partir de laquelle le sculpteur a fait une réplique à l'échelle.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #EGYPTE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 17 Janvier 2015

Akhénaton, Néfertiti et trois de leurs filles so-copie-1

Ägyptisches Museum, Berlin, XIVe siècle av. JC

 

Ce bas-relief en pierre faisait partie d'un autel, il représente le couple royal, Akhenaton et son épouse Néfertiti, ainsi que trois de leurs filles. Ils sont sous la protection d'Aton, le dieu unique, représenté par le disque solaire au centre. Cette représentation illustre une scène intime de la famille royale, loin des canons des représentations habituelles des époques précédentes.

 

Akhénaton, Néfertiti et trois de leurs filles so-copie-2

 

Akhénaton, Néfertiti et trois de leurs filles sous la Ate

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #EGYPTE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 16 Janvier 2015

bobo Burkina faso

Musée Tervuren, Bruxelles

 

 

 

 

Ce masque Bobo pourrait être un Kele, une des incarnations de la puissance Dwo.

Les Bwa et Bobo sont des peuples d'Afrique de l'Ouest vivant à cheval sur la frontière du Burkina Faso et du Mali. Leur religion traditionnelle consacre un culte au dieu Do ou Dwo qui est symbolisé notamment par les masques en feuilles utilisées lors des cérémonies. Les Bwa, comme les bobo, produisent des masques qui sont fabriqués à partir de feuilles prélevées sur des arbres et tressées à même le corps, la tête portant la plupart du temps une crête ou d'une colerettee de paille tressée. D'autres masques comportent des pièces de bois sculpté et peint, qui surmontent un imposant vêtement constitués de fibres de chanvre colorées. Ils représentent souvent des animaux (antilope, buffle, phacochère, crocodile, oiseaux, poissons...).

 

Source: Wikipedia, Musée de Tervuren

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS PREMIERS AFRIQUE

Repost0

Publié le 15 Janvier 2015

Mayas Temple reserve de Sian ka'an

 

Sur la côte est du Yucatan la réserve biologique de Siann Xa'an constitue un refuge pour une flore et une faune exubérante. Au sein du parc un site maya composé de quelques restes de temples et d'une pyramide témoigne de l'occupation tardive du site par les Mayas. Non loin de la côte et de Tulum cette cité devait prospérer aux XIIIe et XIVe siècle.

 

Mayas Temple reserve de Sian ka'an (5)

 

 

Mayas Temple reserve de Sian ka'an (7)

 

Photos: lankaart (c)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART PRECONLOMBIEN, #MEXIQUE

Repost0

Publié le 14 Janvier 2015

null Le chêne abandonné.
 

 

Dans la tiède forêt que baigne un jour vermeil,

Le grand chêne noueux, le père de la race,

Penche sur le coteau sa rugueuse cuirasse

Et, solitaire aïeul, se réchauffe au soleil.

 

Du fumier de ses fils étouffés sous son ombre,

Robuste, il a nourri ses siècles florissants,

Fait bouillonner la sève en ses membres puissants,

Et respiré le ciel avec sa tête sombre.

 

Mais ses plus fiers rameaux sont morts, squelettes noirs

Sinistrement dressés sur sa couronne verte ;

Et dans la profondeur de sa poitrine ouverte

Les larves ont creusé de vastes entonnoirs.

 

La sève du printemps vient irriter l'ulcère

Que suinte la torpeur de ses âcres tissus.

Tout un monde pullule en ses membres moussus,

Et le fauve lichen de sa rouille l'enserre.

 

Sans cesse un bois inerte et qui vécut en lui

Se brise sur son corps et tombe. Un vent d'orage

Peut finir de sa mort le séculaire ouvrage,

Et peut-être qu'il doit s'écrouler aujourd'hui.

 

Car déjà la chenille aux anneaux d'émeraude

Déserte lentement son feuillage peu sûr ;

D'insectes soulevant leurs élytres d'azur

Tout un peuple inquiet sur son écorce rôde ;

 

Dès hier, un essaim d'abeilles a quitté

Sa demeure d'argile aux branches suspendue ;

Ce matin, les frelons, colonie éperdue,

Sous d'autres pieds rameux transportaient leur cité ;

 

Un lézard, sur le tronc, au bord d'une fissure,

Darde sa tête aiguë, observe, hésite, et fuit ;

Et voici qu'inondant l'arbre glacé, la nuit

Vient hâter sur sa chair la pâle moisissure.

 

 

 

Anatole France.

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #FAUVISME etc.., #POESIE

Repost0

Publié le 13 Janvier 2015

Art Institute Chicago, 725-750 ap. JC

 

Sous la dynastie des Tang (618–907) le bouddhisme venu d'Inde a prospéré et c'est considérablement développé en Chine. Cette statue de bouddha est caractéristique du style Tang: port robuste, physique conique, aspect monumentale et austère de la figure de Bouddha. Les longs plis de la robe sont un empreint tout en sensualité à la statuaire indienne. L'étofe vient délicatement se poser sur l'épaule droite se qui la distingue de la statuaire indienne qui représente souvent le Bouddha torse nu. Le socle est particulièrement monumentale il reprend un décor de lotus à fleurs blanches qui émergent de l'eau boueuse évocation de la pureté de la pensée bouddhiste.

 

Source: AIC, RR

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CHINE

Repost0

Publié le 12 Janvier 2015

Art Institute Chicago, 1388-1470

 

Zhou Jihong de Haiwu construisit une maison à Xichou, où dix mille bambous entouraient la rivière. Xia Chang adorait le paysage calme et magnifique que compose l'eau et les rochers, la couleur verte et humide des bambou y suffit à nettoyer tous les soucis du monde. Un jour Jihong eu son deuxième fils, Tingyue, il fit apporter à Xia Chang un rouleau de papier vierge et lui demanda une peinture des bambous. A cette époque Xia prenait plaisir à s’asseoir sous la fraîcheur des pavillons, il y peint ce rouleau de Bambous sous la pluie de printemps.

 

Source: AIC, RR

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CHINE

Repost0

Publié le 10 Janvier 2015

Art institute Chicago, IVe siècle ap. JC

 

A Constantinople il était d'usage de conserver les produits cosmétiques, le khôl et les huiles parfumées dans des récipients en verre. On ajoutait souvent à ces récipients des éléments en bois, en métal, en ivoire ou en or. celui-ci est d'une facture entièrement en verre d'une très grande beauté, le rendu du rouge écarlate est proprement sublime.

 

 Source: AIC, RR

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS BYZANTIN PALEOCHRETIEN ORTHODOXE et RUSSE, #TURQUIE

Repost0