Articles avec #fauvisme etc.. tag

Publié le 1 Juin 2020

Cézanne - Nature morte - Art Institute Chicago

Cézanne - Nature morte - Art Institute Chicago

L'art disait Paul Cézanne est "une harmonie parallèle à la nature", pas une imitation de la nature. Dans sa quête de la structure de ces compostions il pouvait s'affranchir de la réalité, ainsi dans cette nature morte aux pommes il représente la table comme un plan incliné, loin des usages de la perspective classique. La composition est basé sur un juste équilibre entre le panier des pommes, la bouteille, l'assiette de biscuits et les nombreux plis de la nappe. Le modelé très accentué de la nappe, les couleurs éclatantes, la fougue des coups de pinceaux donnent un dynamisme à cette nature morte qu'une peinture plus réaliste n'aurait pu atteindre. 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #FAUVISME etc..

Repost0

Publié le 23 Mai 2020

Van Gogh - Autoportrait - Art Institute Chicago

Van Gogh - Autoportrait - Art Institute Chicago

En 1886, Vincent Van Gogh quitte la Hollande pour s'installer à Paris où son frère Théo est marchand de tableaux. Pendant deux ans il va réaliser pas moins de vingt-quatre autoportraits. Celui-ci se caractérise par une utilisation du pointillisme de Seurat dans une version plus émotionnelle loin de l'analyse objective et scientifique de Seurat. 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #FAUVISME etc..

Repost0

Publié le 20 Mai 2020

Van Gogh - Chambre à Arles - 1889

Van Gogh - Chambre à Arles - 1889

Van Gogh lors de son séjour à Arles a réalisé trois versions de la Chambre. Elles sont aujourd'hui dispersées, l'une à Amsterdam, la deuxième à Chicago, la troisième plus petite à Paris. Il écrit à Théo, son frère: "Cela m'a énormément amusé de faire cet intérieur nu. Avec une simplicité à la Seurat. dans des teintes plates, mais grossièrement brossées, les murs lilas pâle, le sol dans un rouge cassé et décoloré, les chaises et le lit jaune chrome, les oreillers et le drap vert citron pâle, le couvre-lit rouge sang, la coiffeuse orange, la lavabo bleu et la fenêtre verte. J'avais souhaité exprimer un repos total avec tous ces tons très différents. "

Bien que l'image symbolise la relaxation et la paix pour l'artiste, à nos yeux, la toile semble regorger d'énergie nerveuse, d'instabilité et d'agitation, l'effet est accentué par la perspective fortement en retrait.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #FAUVISME etc..

Repost0

Publié le 22 Juin 2019

Soutine - Paysage - Musée de l'Orangerie - Paris

Soutine - Paysage - Musée de l'Orangerie - Paris

Après les Maisons, où la totalité de la toile était occupée par des habitations, Paysage marque un tournant chez Soutine par une ouverture de la perspective et de l’espace. Le thème, tout comme dans les Maisons, reste caractérisé par la représentation tourmentée et déformée des bâtisses dont seule la présence des toits et des fenêtres permettent une identification du sujet. Mais ici, celles-ci sont dorénavant entourées d’un paysage arboré et sont surplombées d’un ciel bleu. Le paysage, loin d’assagir la composition semble participer aux distorsions des maisons par un mouvement expressif puissant. On note également l’apparition du motif de l’arbre protecteur venu de l’enfance de Soutine passée dans une région de forêt, et où l’arbre était révéré dans différents rites traditionnels. La palette s’est considérablement éclaircie dans cette composition sous l’influence de la lumière du Midi et les maisons en pierres claires et aux toits de tuiles sont inspirées par le spectacle de l’architecture de la ville de Cagnes où le peintre séjourne. Chaïm Soutine réalise plus de deux cents toiles tourmentées dans cette veine entre 1919 et 1922 dont il détruit par la suite un grand nombre.

Musée de l'Orangerie

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #FAUVISME etc..

Repost0

Publié le 14 Juin 2019

August Macke - Clown

August Macke - Clown

August Macke participe à l'exposition du Cavalier bleu chez Thannhauser, à Munich en février 1912. Le résultat de l'exposition le déçoit énormément et il « rompt ses relations avec Wassily Kandinsky et le Cavalier bleu » allant jusqu'à les caricaturer dans sa toile de 1913 Caricature du Cavalier bleu sorte de pamphlet pictural dans lequel il n'hésite pas à égratigner son ami Franz Marc, Wassily Kandinsky lui même ainsi que le galeriste Herwarth Walden qui avait pris le Cavalier bleu sous sa protection en l'exposant pour le rendre vendable dans sa galerie berlinoise. La « spiritualité intellectuelle » de Kandinsky s'oppose à la « contemplation des choses » de Macke ; « la page est tournée » comme ici dans ce portrait de Clown. 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #FAUVISME etc..

Repost0

Publié le 8 Juin 2019

Cézanne - La route du château noir

Cézanne - La route du château noir

Entre 1888 et 1904 Cézanne vient peindre les paysages autour de Château Noir. L’environnement sauvage du château fascinait le peintre, Cézanne cherchait à retrouver la nature brut, dans son émergence radicale, dans sa puissance géologique, dans son énergie rocailleuse. 

Source: RR

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #FAUVISME etc..

Repost0

Publié le 3 Juin 2019

Macke - Portrait avec pommes

Macke - Portrait avec pommes

En 1909 August Macke est de retour d'un voyage à Paris, il y a découvert les impressionnistes et les fauves, Manet, Monet et Cézanne. Il réalise ce portrait d'Elisabeth, sa future femme, on y retrouve l'influence de Manet dans la composition générale et dans l'ambiance, mais aussi celle de Cézanne et des Fauves à travers l’utilisation de la couleur et le rendu des formes, comme un hommage à la peinture française et à son époque. 

Source: RR

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #FAUVISME etc..

Repost0

Publié le 5 Mars 2019

Cézanne - La table de cuisine

Cézanne - La table de cuisine

"Nature morte au panier est une composition des plus étonnantes. Extrêmement surprenant, ce grand panier qui s’impose dans une nature morte sans lui déjà complète, maladroitement perché au bord de la petite table et qui rapetisse le pot à gingembre, lequel aurait offert le sommet naturel de la nature morte déployée devant lui. De même, le panier rend plus confus le rôle qu’auraient dû jouer les grandes poires vert sourd ; celle de droite, en particulier, se voulait normalement un contrepoids substantiel à la jarre et maintenant on ne la voit presque pas. Mais il est manifeste que Cézanne pensa cette composition d’un seul tenant, sinon il n’aurait pas placé la petite table si bas dans la toile, ce qui nous oblige à voir cet amas d’objets comme intentionnel et à tenter d’en suivre le fonctionnement.

Dans ce foisonnement d’orientations indiquées par tous les objets de la nature morte, après un moment d’observation, s’éclaire la manière dont Cézanne voulut ordonner cette profusion : une première série de lignes, verticales, nous conduisent presque directement en haut à gauche et au fond, vers le paravent de l’arrière-plan, et une autre nous mène en diagonale de ce même bord gauche, vers le haut à droite. Cette seconde série commence au bord avant de la table de travail pour aller aux traverses de la chaise du fond – elle est ainsi parallèle à l’imposante anse du panier. L’adéquation de ces deux séries de lignes se situe à leur intersection, à savoir, à l’ouverture du pot à gingembre, là où le sommet de la « petite » nature morte aurait dû se trouver . C’est maintenant qu’on est en mesure de comprendre la fonction complexe de l’anse du panier : elle sert de guide au regard, le conduisant vers l’arrière en passant par-dessus la profusion de fruits contenus dans le panier, tout en indiquant en avant le pot -, pivot de la composition. Le procédé de Cézanne ici est complexe, disons-le, et nous rappelle davantage une fugue qu’un gracieux menuet, mais il récompense une étude soigneuse, ne serait-ce qu’en nous permettant de comprendre la science de la composition déployée ici par le peintre ; je suggère au lecteur de tenir la reproduction devant un miroir pour que ressortent clairement toutes ces forces."

Source: Machotka, Cézanne: La Sensation à l’oeuvre.

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #FAUVISME etc..

Repost0

Publié le 13 Février 2019

Cezanne - Portrait d'Ambroise Vollard

Cezanne - Portrait d'Ambroise Vollard

"La vérité apparaît partout dans l'oeuvre de Cézanne; elle ennoblit l'aquarelle la plus hâtive, l'esquisse la plus rapide.

Avec des dons uniques, et une science admirable, Cézanne sut s'abandonner à toute l'audace qui l'animait. Sa témérité effraie parfois, elle est surtout le témoignage de ses efforts, de ses doutes et de ses douleurs. Personne ne fait songer à Pascal comme Cézanne. les dons littéraires du premier étaient du même ordre que les dons plastiques du second. Ce qu'ils ont exprimé tous deux a cette même grandeur "qui dépasse parfois l'entendement"".

Apollinaire, Paris-Journal, 20 janvier 1910.

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #FAUVISME etc..

Repost0

Publié le 9 Mai 2018

 

La même pose, le même mouvement du bras, le même regard, de Giogione à Gauguin, du Titien à Manet, cette femme, éternelle, nous regarde allongée, calme, souriante, sûr d'elle. 

Manet - Olympia

Manet - Olympia

Le Titien - Venus

Le Titien - Venus

Giogione - La Venus de Dresde

Giogione - La Venus de Dresde

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #FAUVISME etc..

Repost0