Articles avec #baroque tag

Publié le 28 Avril 2020

Pierre Paul Rubens - L'Érection de la croix - 1610

Pierre Paul Rubens - L'Érection de la croix - 1610

Pierre Paul Rubens - L'Érection de la croix - Esquisse - 1609 - Musée du Louvre

Pierre Paul Rubens - L'Érection de la croix - Esquisse - 1609 - Musée du Louvre

L'ensemble des triptyque religieux peint par Pierre Paul Rubens entre 1609 et 1612 illustre l'influence de la peinture de la Renaissance et du Baroque italien sur le peintre. Rubens, de retour d'Italie, a encore la mémoire du Caravage, du Titien ou de Michel-Ange.  Mais ces œuvres marquent surtout le nouveau rôle joué par Rubens au sein de la société flamande, celui d'un maître reconnu et confirmé.

Les commandes affluent et le peintre produit durant ces années une série impressionnante de tableau religieux, mettant en avant ses qualités de coloriste, de dessinateur et son art sans égale, de la composition monumentale.

Lankaart (c)

Pierre Paul Rubens - La Descente de Croix - 1612

Pierre Paul Rubens - La Descente de Croix - 1612

Rubens - Résurrection - 1611 - Cathédrale Notre-Dame d'Anvers

Rubens - Résurrection - 1611 - Cathédrale Notre-Dame d'Anvers

Pierre Paul Rubens - Lamentations du Christ

Pierre Paul Rubens - Lamentations du Christ

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BAROQUE

Repost0

Publié le 22 Avril 2020

Copenhague - La Bourse - Børsen - Photos: Lankaart (c)
Copenhague - La Bourse - Børsen - Photos: Lankaart (c)

Copenhague - La Bourse - Børsen - Photos: Lankaart (c)

La Bourse de Copenhague est une bâtiment de l'époque baroque qui marque l'entrée de l'ancien port de Copenhague. Situé sur l'île de Slotsholmen le bâtiment a été construit de 1619 à 1640 à la demande du roi Christian IV. La Silhouette de la bourse se caractérise par la présence d'une flèche en spirale de 56 mètres où s'enroulent 4 dragons. 

Lankaart (c)

Copenhague - La Bourse - Børsen - Photos: Lankaart (c)
Copenhague - La Bourse - Børsen - Photos: Lankaart (c)
Copenhague - La Bourse - Børsen - Photos: Lankaart (c)

Copenhague - La Bourse - Børsen - Photos: Lankaart (c)

Copenhague - La Bourse - Børsen - Photos: Lankaart (c)
Copenhague - La Bourse - Børsen - Photos: Lankaart (c)
Copenhague - La Bourse - Børsen - Photos: Lankaart (c)

Copenhague - La Bourse - Børsen - Photos: Lankaart (c)

Copenhague - La Bourse - Børsen - Photos: Lankaart (c)
Copenhague - La Bourse - Børsen - Photos: Lankaart (c)
Copenhague - La Bourse - Børsen - Photos: Lankaart (c)
Copenhague - La Bourse - Børsen - Photos: Lankaart (c)

Copenhague - La Bourse - Børsen - Photos: Lankaart (c)

Copenhague - La Bourse - Børsen - Photos: Lankaart (c)
Copenhague - La Bourse - Børsen - Photos: Lankaart (c)
Copenhague - La Bourse - Børsen - Photos: Lankaart (c)
Copenhague - La Bourse - Børsen - Photos: Lankaart (c)

Copenhague - La Bourse - Børsen - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BAROQUE

Repost0

Publié le 15 Avril 2020

Hendrick ter Brugghen - Saint Sébastien soigné par Irène et sa servante

Hendrick ter Brugghen - Saint Sébastien soigné par Irène et sa servante

"La composition très originale (Saint Sébastien soigné par Irène et sa servante) de ter Brugghen rompt avec la tradition qui privilégie la représentation du saint criblé de flèches ... Ter Brugghen décrit le moment où Irène de Rome et sa servante sauvent ce qui reste de vie dans un corps à l'agonie, où la mort a déjà saisi les extrémités : le pied et la main droite sont d'un marbre sépulcral, tandis que le profile aux yeux mi-clos est frappé d'un éclat froid, dans une lumière vespérale. Le corps pend misérable, il va s'affaler sur le sol. En hâte, les femmes soutiennent ce corps, extraient les flèches mortelles, délient le poing que le sang n'irrigue plus.  Les trois têtes superposées, à droite, le corps inerte retenu par la main, au centre, la jambe prolongée par la flèche et l'arbre, à gauche (rythme ternaire).

Les teintes vert-de-gris du corps sont ranimées par la douceur des tons roses déclinés avec raffinement : du rose pâle du manteau d'Irène au lie-de-vin de celui de la servante en passant par le lilas. Au centre les plis savant du turban poudré d'Irène accrochent la lumière, apportant une touche précieuse au teint de son visage. La silhouette aux teintes plus sourdes de la servante, le fichu rabattu sur un visage rougi, ferme la composition. Le regard est dirigé vers ses mains, point d'orgue de l'action, pour le libérer de ses sangles. 

A ces trois têtes et ces trois diagonales, font écho les trois flèches. Elles transpercent le corps livide d'où glissent un linge blanc et un brocard tissé d'or et d'écarlate. Ainsi, la tête du saint tournée vers le sol pourrait nous faire croire à sa fin. Mais le secoure des femmes, efficaces dans l'action, vient inverser le sens de lecture de l'œuvre. L'axe de leurs têtes dirigées vers le haut redresse celle du supplicié, leurs bras levés font contrepoint au corps qui s'affaisse, leurs visages illuminés déjouent les tons morbides.
On ignore le commanditaire de l'œuvre ; il pourrait s’agir d'une institution de charité dévouée aux malade de la peste qui sévit dans les Provinces-Unies vers 1600 ou d'un particulier qui la destinait à sa chapelle privée. On invoque saint Sébastien pour guérir de la peste, dont la maladie s'abat sur les hommes comme des flèches. Ter Brugghen serait mort prématurément de la peste, en 1629, cinq ans après avoir peint ce tableau, qui est considéré comme son chef-d'œuvre. Il maîtrisait avec brio les nuances douces et l'évocation de la mort, dans une dramaturgie caravagesque. "

Wikipedia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Hendrick_ter_Brugghen

"Sous Dioclétien au IIIe siècle, la persécution contre les chrétiens s'intensifie et Sébastien est dénoncé par le préfet Fabien à l'empereur Dioclétien. Se sentant trahi, le souverain condamne Sébastien à être attaché à un poteau au milieu du Champ de Mars avant d'être percé de flèches par ses archers« Couvert de pointes comme un hérisson », Sébastien est ensuite laissé pour mort et abandonné. Guéri de ses blessures, Sébastien retourne au palais impérial quelques jours plus tard. Il reproche alors à Dioclétien et à Maximien Hercule leur attitude vis-à-vis des chrétiens. Mais, loin de se repentir, les deux souverains le font battre à coup de verges, jusqu'à ce que mort s'ensuive. Son corps est ensuite jeté aux égouts pour empêcher les chrétiens de le vénérer. Dès la nuit suivante, cependant, saint Sébastien apparaît à sainte Lucine, pour révéler où se trouve son corps. Sa dépouille est alors enterrée à Rome, auprès des apôtres Pierre et Paul. "

Source: Wikipédia

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BAROQUE

Repost0

Publié le 2 Avril 2020

Hendrick ter Brugghen - Joueur de viol

Hendrick ter Brugghen - Joueur de viol

Hendrick Jansz. ter Brugghen, ou Terbrugghen (La Haye ou Utrecht, 1588 - Utrecht, 1er novembre 1629), est un peintre néerlandais (Provinces-Unies) du siècle d’or et, avec Gerrit Van Honthorst et Dirck Van Baburen, l'un des chefs de file de l’École caravagesque d'Utrecht.

Wikipedia

En Italie, Hendrick ter Brugghen n'a sans doute pas subi que la seule influence du Caravage, dont son œuvre porte la marque, dans le contraste frappant entre ombre et lumière et le caractère dramatique de ses sujets. Il semble également avoir emprunté aux suiveurs de celui-ci : à Orazio Gentileschi une palette plus fraîche et un traitement de la lumière moins dramatique, et à Bartolomeo Manfredi le goût pour la représentation de musiciens à mi-corps. Peu après 1620, de façon assez frappante, le caractère caravagesque de son œuvre devint plus prononcé. Ceci pourrait s’expliquer par un second voyage de ter Brugghen en Italie, mais rien ne permet de le démontrer. Il a aussi pu être influencé par le retour d’Italie de Gerrit Van Honthorst et Dirck Van Baburen qui eut lieu à cette époque.

Wikipedia

Hendrick ter Brugghen - Luthiste

Hendrick ter Brugghen - Luthiste

Bien qu'il disparût prématurément, son œuvre semble avoir été très appréciée de son vivant, et elle exerça une grande influence sur ses contemporains. Ainsi, Constantin Huygens le célèbre-t-il comme l’un des meilleurs peintres d’histoire néerlandais. Par ailleurs, sa façon de traiter les sujets religieux se retrouve chez Rembrandt, tandis que des éléments stylistiques apparaissent chez Frans Hals et Johannes Vermeer, lequel fut vraisemblablement influencé par son utilisation de la couleur.

Wikipedia

Hendrick ter Brugghen - Joueur de flûte

Hendrick ter Brugghen - Joueur de flûte

Hendrick ter Brugghen - Joueur de flûte - 1621

Hendrick ter Brugghen - Joueur de flûte - 1621

Hendrick ter Brugghen - Chanteur

Hendrick ter Brugghen - Chanteur

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BAROQUE

Repost0

Publié le 19 Février 2020

Lecce - Plazza del Duomo - Pouilles - Photos: Lankaart (c)
Lecce - Plazza del Duomo - Pouilles - Photos: Lankaart (c)

Lecce - Plazza del Duomo - Pouilles - Photos: Lankaart (c)

La Plazza del Duomo à Lecce est un ensemble monumental unique du sud de l'Italie. Sa géométrie particulière: la plazza est constituée de deux espaces rectangulaires qui s'organisent l'un face à l'entrée principale du Duomo, l'autre en latéral, peut sembler étrange. En effet cette composition crée une tension spatiale accentué par la position du campanile du Duomo en retrait. En sus du Duomo et du campanile, oeuvres de Giuseppe Zimbalo, le palais épiscopal et le palais du Séminaire bordent la plazza. 

 

Lankaart (c)

 

Lecce - Plazza del Duomo - Pouilles - Photos: Lankaart (c)
Lecce - Plazza del Duomo - Pouilles - Photos: Lankaart (c)
Lecce - Plazza del Duomo - Pouilles - Photos: Lankaart (c)

Lecce - Plazza del Duomo - Pouilles - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BAROQUE

Repost0

Publié le 17 Février 2020

Cracovie - Église Saints-Pierre-et-Paul - Photos: Lankaart (c)
Cracovie - Église Saints-Pierre-et-Paul - Photos: Lankaart (c)
Cracovie - Église Saints-Pierre-et-Paul - Photos: Lankaart (c)

Cracovie - Église Saints-Pierre-et-Paul - Photos: Lankaart (c)

L'église Saints-Pierre-et-Paul à Cracovie est l'un des plus beaux monuments de la vieille ville. Construite entre 1597 et 1619 par Giovanni Maria Bernardoni dans le style baroque. Sa façade est une copie de l'église du Gésu édifiée par les jésuites à Rome au paroxysme de la contre-réforme. Sur le parvis les douze statues des apôtres sont de la fin de la période baroque. 

Lankaart (c)

Cracovie - Église Saints-Pierre-et-Paul - Photos: Lankaart (c)
Cracovie - Église Saints-Pierre-et-Paul - Photos: Lankaart (c)
Cracovie - Église Saints-Pierre-et-Paul - Photos: Lankaart (c)
Cracovie - Église Saints-Pierre-et-Paul - Photos: Lankaart (c)
Cracovie - Église Saints-Pierre-et-Paul - Photos: Lankaart (c)

Cracovie - Église Saints-Pierre-et-Paul - Photos: Lankaart (c)

Cracovie - Église Saints-Pierre-et-Paul - Photos: Lankaart (c)

Cracovie - Église Saints-Pierre-et-Paul - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BAROQUE

Repost0

Publié le 2 Octobre 2018

Alessandro Salucci

Alessandro Salucci

Alessandro Salucci est né à Florence en 1590, il a joué un rôle important dans le développement des peintures de villes, les « vedute », qui deviendront avec Canaletto et Guardi un genre à part entière au XVIIIe siècle. Ces tableaux sont souvent des constructions purement imaginaires reprenant les canons de l’architecture Renaissance en pleine essor à l’époque. Il fit l’essentiel de sa carrière à Rome réalisant des commandes publiques et privées.

En 1628 il travaille avec Andrea Sacchi et Pietro da Cortona à la décoration du Casino Sacchetti à Castelfusano. En 1635 il décor l’église de Santa Maria in Vallicella puis collabore avec le peintre flamand Jean Miel et avec le peintre français Claude Lorrain. Il meurt à Rome vers 1650.

Son œuvre est marquée par une constante recherche autour de compositions monumentales et de l’utilisation de la perspective. L'effet en trompe l'oeil de ses oeuvres reste une constante, les tableaux sont souvent de grandes dimensions, le spectateur devient un élément de la composition d'ensemble.

RR

Alessandro Salucci

Alessandro Salucci

Alessandro Salucci

Alessandro Salucci

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BAROQUE

Repost0

Publié le 26 Septembre 2018

Pietro Bellotti - Vieux Pèlerin avec un bâton (Dallas Museum of Art

Pietro Bellotti - Vieux Pèlerin avec un bâton (Dallas Museum of Art

Pietro Bellotti, italien,  est un peintre baroque du XVIIe.

Les sources manquent concernant l’âge de la maturité de Bellotti, après 1664, date autour de laquelle auraient été créées trois œuvres selon Frangi : Vieux Chanteur (collection privée, Paris), Vieil Homme tenant une bouteille de pèlerin sur un globe (National Gallery de Londres) et Vieux Pèlerin avec un bâton (Dallas Museum of Art).

On y constate le recours aux accents raffinés de luminosité, déposée par les pigments, et à l'expression d’une approche inspirée, et d’un naturalisme présentant une nette évolution du style. Ces portraits font écho aux précédents des peintures française et espagnole, à travers la pose libre, la vivacité des touches de lumière entre les doigts et le long de l’avant-bras. L’héritage caravagiste se voit par ailleurs révélé par les contrastes lumineux, par le choix combiné de sujets similaires traités avec une expression directe, c’est-à-dire l’éclat original et nouveau des images de pauvres gens, une frontalité des traits, des gestes amples et des regards habités, impliquant le spectateur lui-même.

Dans le Vieux Pèlerin surtout, le personnage de trois-quart paraît ainsi s’adresser au spectateur et lui indiquer sans parole le chemin à suivre. Le traitement des détails physiques, alternant légères et généreuses touches, dirige le regard, de même le clair-obscur, en jetant le visage et les mains en pleine lumière et en baignant d’ombre les autres parties du tableau. Bellotti semble ici porter un intérêt égal à l’âme de son sujet, vêtu modestement et guidé par la sagesse quoiqu’usé par les ans.

Source: Wikipieda

Pietro Bellotti
Pietro Bellotti - Vielle femme

Pietro Bellotti - Vielle femme

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BAROQUE

Repost0

Publié le 3 Septembre 2018

Ribera - Prométhée
Ribera - Prométhée

Ribera - Prométhée

D’après la Théogonie d’Hésiode, c’est Prométhée qui créa les hommes à partir d’une motte d’argile et, malgré l’opposition de Zeus, leur enseigna la métallurgie et d’autres arts. Après la victoire des nouveaux dieux dirigés par Zeus sur les Titans, Prométhée leur donna aussi le feu, qu’il leur avait dérobé, et entra de ce fait en conflit avec Zeus. Celui-ci le fit enchaîner sur le mont Caucase pour y avoir chaque jour le foie dévoré par un aigle.

C'est cette épisode que Ribera choisit d'illustrer à travers ces deux tableaux dans la veine du Caravage, jouant sur les clairs obscurs et dramatisant à loisir l'instant où l'aigle s'attaque au foie de Prométhée.

Héraclès délivra Prométhée au cours de ses douze travaux mais pour ne pas déroger au serment de Zeus qui avait juré que le Titan resterait à jamais enchaîné au Caucase, Prométhée dut porter durant toute sa vie une bague de fer provenant de ses chaînes accolée à un morceau de pierre du Caucase.

 

source: .histoiredumonde.net

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BAROQUE

Repost0

Publié le 29 Août 2018

Ribera - Christ flagellant

Ribera - Christ flagellant

Ribera fut considéré de son vivant comme le premier peintre de Naples, où il s’établit rapidement, et un des plus grands dans cet âge d’or de la peinture européenne que fut le XVIIe siècle, avec ses contemporains, Rembrandt, Rubens, Velázquez, Poussin et Vouet.
La redécouverte de l’oeuvre romaine (1606 ?-1616) du jeune Jusepe de Ribera est l’aspect sans doute le plus fascinant des études menées sur le caravagisme européen. ce tableau du Christ flagellant illustre cette période.

Source: Le Monde

Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BAROQUE

Repost0