Articles avec #neo-classicisme tag

Publié le 13 Mai 2020

Canova - Napoléon - Photos: The MET

Canova - Napoléon - Photos: The MET

Canova - Napoléon - Photos: The MET
Canova - Napoléon - Photos: The MET

Canova - Napoléon - Photos: The MET

Antonio Canova est appelé plusieurs fois à Paris auprès de Napoléon pour réaliser plusieurs sculptures. A l'origine ce buste était la partie sommitale d'une sculpture représentant l'empereur en Mars Pacificus. L'oeuvre fut refusé par Napoléon qui ne souhaitait pas se voir représenté nu.  Le buste par contre est devenu l'une des figures officiels du régime, de nombreuses copies en marbre et en plâtre furet réalisées en Italie mais aussi en France. A Carrare, la soeur de Napoléon, Elisa, fit réalisée entre1808 et 1814, quarante-deux marbres du Buste de Napoléon.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NEO-CLASSICISME

Repost0

Publié le 12 Mai 2020

Canova - Persée  - Copie - 1804-1805 - Photos: The MET
Canova - Persée  - Copie - 1804-1805 - Photos: The MET

Canova - Persée - Copie - 1804-1805 - Photos: The MET

Ce Persé est une copie du célèbre marbre de Canova aujourd'hui conservé au Vatican, conçu en 1790 et montré pour la première fois en 1801. La tête de la méduse est une réplique de la Méduse antique Rondamini.

 

 

 

 

Canova - Persée  - Copie - 1804-1805 - Photos: The MET

Canova - Persée - Copie - 1804-1805 - Photos: The MET

Méduse antique Rondamini.

Méduse antique Rondamini.

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NEO-CLASSICISME

Repost0

Publié le 24 Janvier 2020

David - Serment de l'armée fait à l'Empereur après la distribution des aigles le 05 Décembre 1804.

David - Serment de l'armée fait à l'Empereur après la distribution des aigles le 05 Décembre 1804.

La Distribution des Aigles, de son vrai nom Serment de l'armée fait à l'Empereur après la distribution des aigles le 05 Décembre 1804 est l'exemple typique des œuvres de David au service de la gloire de l'empereur.  David  avait reçu la commande de quatre toiles pour illustrer le Sacre de Napoléon:  Le SacreL'IntronisationL'Arrivée à l'hôtel de ville et La Distribution des aigles

Ce dernier tableau commencé en 1805 ne sera achevé qu'en 1810 et constitue « une version militante des Horaces dont il reprend le geste du serment. L'idéologie critique du peintre, qui persistait dans Le Sacre, a disparu pour faire place à l'apologie du régime»

Source: Wikipedia

David - Serment de l'armée fait à l'Empereur après la distribution des aigles le 05 Décembre 1804 - Détail

David - Serment de l'armée fait à l'Empereur après la distribution des aigles le 05 Décembre 1804 - Détail

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NEO-CLASSICISME

Repost0

Publié le 12 Janvier 2020

Étienne-Louis Boullée

Avec Claude-Nicolas Ledoux, il fut l'une des principales figures de l'architecture néoclassique en France. Il a imaginé des édifices de rêve combinant la philosophie des Lumières, l'amour de la géométrie (formes géométriques simples) et une échelle gigantesque (accumulation de masses).

Wikipedia

Étienne-Louis Boullée

C'est comme théoricien et professeur à l'École Nationale des Ponts et Chaussées entre 1778 et 1788 que Boullée se fit principalement connaître et exerça la plus grande influence. Il développa un style géométrique propre, inspiré par les formes classiques et caractérisé par la suppression de toute ornementation superflue, l'agrandissement des formes géométriques sur une échelle gigantesque et la répétition en très grand nombre d'éléments tels que les colonnes. L'objectif était de produire une impression de majesté et de solennité propre à inspirer le respect aux citoyens, tout en suggérant la majesté de l'univers et le dessein rationnel sous-jacent.

Wikipedia

Étienne-Louis Boullée
Étienne-Louis Boullée
Étienne-Louis Boullée

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NEO-CLASSICISME

Repost0

Publié le 2 Février 2019

Londres - Horse guard - Photos: Lankaart (c)
Londres - Horse guard - Photos: Lankaart (c)
Londres - Horse guard - Photos: Lankaart (c)

Londres - Horse guard - Photos: Lankaart (c)

Horse Guards est un bâtiment classé de style palladien entre Whitehall et le Horse Guards Parade à Londres. Le premier bâtiment des Horse Guards a été construit sur le site de l'ancienne carrière du palais de Westminster en 1664. Il a été démoli en 1749 et a été remplacé par l'actuel bâtiment. Ce dernier a été construit entre 1751 et 1753 par John Vardy d'après William Kent. La Horse Guards Road s'étend du nord-sud sur la limite ouest du Horse Guards Parade, tandis que la Horse Guards Avenue va de Whitehall de l'autre côté du bâtiment au Victoria Embankment.

Le bâtiment a servi comme bureaux du Commander-in-Chief of the Forces jusqu'en 1904 où le poste a été supprimé et remplacé par le Chief of the Imperial General Staff. Celui-ci s'installe au War Office en 1906 et le Horse Guards est par la suite devenu le siège de deux commandements : celui du London District et celui de la Household Cavalry. Le bâtiment est l'entrée officielle et symbolique au palais St. James via St James's Park. Seul le monarque est autorisé à passer en voiture à travers son arche centrale, mis à part ceux ayant reçu un laissez-passer.

wikipedia

Londres - Horse guard - Photos: Lankaart (c)
Londres - Horse guard - Photos: Lankaart (c)
Londres - Horse guard - Photos: Lankaart (c)

Londres - Horse guard - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NEO-CLASSICISME

Repost0

Publié le 18 Janvier 2019

Laffitte - 17 juillet 1791 La fusillade du Champ-de-Mars
Laffitte - 17 juillet 1791 La fusillade du Champ-de-Mars

Laffitte - 17 juillet 1791 La fusillade du Champ-de-Mars

La fusillade du Champ-de-Mars est une des journées historiques de la Révolution française, survenue le dimanche 17 juillet 1791.

Après l’arrestation du roi à Varennes, l’Assemblée constituante le suspend, puis le rétablit dans ses prérogatives. Mais la question du sort du Roi et du droit constitutionnel reste entière : l'idée d'une régence du duc d'Orléans est évoquée, mais ne fait pas l'unanimité. Des pétitions organisées par le club des Cordeliers circulent pour exiger la déchéance du Roi et la proclamation d'une République. Refusant toute participation populaire directe au processus de décision politique, les Constituants et la Commune de Paris font tirer par la garde nationale sur des milliers de pétitionnaires rassemblés sur le Champ-de-Mars, et faisant plusieurs dizaines de morts.

Wikipedia

Le dessin de Laffitte est l'une des seules représentations de ce massacre. Peintre néo-classique, élève de David, Laffitte réussit dans ce dessin à rendre compte de l'horreur de la fusillade qui surprend les milliers de parisiens et de provinciaux réunis pour l'occasion.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NEO-CLASSICISME

Repost0

Publié le 24 Septembre 2018

Bordeaux - Le Grand Théatre - Photos: Lankaart (c)
Bordeaux - Le Grand Théatre - Photos: Lankaart (c)

Bordeaux - Le Grand Théatre - Photos: Lankaart (c)

"Le Grand Théâtre de Bordeaux, commandé par le maréchal de Richelieu, gouverneur de Guyenne, et édifié par l'architecte Victor Louis, a été inauguré le 7 avril 1780 avec la représentation de l'Athalie de Jean Racine.

Classé monument historique en 1899, réminiscence de l'Antiquité par son péristyle, l'ouvrage de 88 mètres sur 47 de style néo-classique, s'inscrit dans l'opulent urbanisme bordelais hérité du siècle des Lumières. Il abrite une salle de spectacle d'un millier de places, exemple parfait de théâtre à l'italienne.

Après plus de deux cents ans d'usages divers ou de transformations successives de ses salles comme de son environnement, il a retrouvé, à la fois sa décoration intérieure bleue, or et marbre blanc d'origine à l'occasion de sa dernière restauration en 1991 et sa perspective de temple des muses avec l'aménagement de la place de la Comédie et du cours du Chapeau-Rouge en 2006."

 

Source: Wikipedia

Bordeaux - Le Grand Théatre - Photos: Lankaart (c)
Bordeaux - Le Grand Théatre - Photos: Lankaart (c)
Bordeaux - Le Grand Théatre - Photos: Lankaart (c)
Bordeaux - Le Grand Théatre - Photos: Lankaart (c)

Bordeaux - Le Grand Théatre - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NEO-CLASSICISME

Repost0

Publié le 5 Septembre 2018

Turin - Palazzo Madama - Photos: Lankaart (c)
Turin - Palazzo Madama - Photos: Lankaart (c)

Turin - Palazzo Madama - Photos: Lankaart (c)

 

Cet étrange palais à Turin est composé d'un premier bâtiment édifié aux 14e et 15e siècles sur les restes de la Porta Pretoria des Romains, et d'un deuxième néo-classique qui date du XVIIIe siècle.

Il y eut deux « Madame Royale » : Christine de France, qui vit sa résidence dotée d'une nouvelle façade (17e s.), et Jeanne de Savoie-Nemours, qui mourut avant de voir achever un vaste projet de reconstruction qui incluait la façade occidentale de l'édifice (18e s.). Seuls furent réalisés l'avant-corps grandiose avec le hall, ainsi que le somptueux escalier monumental.

Source: Guide michelin

Photos: Lankaart (c)

Turin - Palazzo Madama - Photos: Lankaart (c)
Turin - Palazzo Madama - Photos: Lankaart (c)
Turin - Palazzo Madama - Photos: Lankaart (c)

Turin - Palazzo Madama - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE ITALIE, #NEO-CLASSICISME

Repost0

Publié le 27 Juin 2018

Berlin - Cathédrale française - Temple français de la Friedrichstadt - Photos: Lankaart (c)
Berlin - Cathédrale française - Temple français de la Friedrichstadt - Photos: Lankaart (c)

Berlin - Cathédrale française - Temple français de la Friedrichstadt - Photos: Lankaart (c)

La prestance de l'église française située au nord de la place traduit l'influence de la communauté protestante d'origine française à Berlin.

Louis Gayard et Abraham Quesnays ont d'abord édifié, entre 1701 et 1705, un vaste temple réformé sur le modèle du temple de Charenton détruit en 1688 après la révocation de l'édit de Nantes. Les huguenots représentaient alors environ 25 % de la population berlinoise.

En 1817, la communauté de l'Église française, calviniste et prussienne, rejoint les paroisses réformées et luthériennes sous l'appellation globale d'Église évangélique en Prusse (1821). Chaque congrégation peut maintenir son ancienne dénomination ou adopter la nouvelle. La communauté de l'Église française de Friedrichstadt a maintenu sa dénomination calviniste. Néanmoins, la congrégation avait déjà subi auparavant une certaine acculturation des traditions luthériennes. Un orgue a été installé en 1753. On adjoint des hymnes au chant des psaumes en 1791.

Entre 1780 et 1785, un bâtiment doté d'une coupole monumentale fut accolé au temple réformé originel, lors de travaux d'embellissement de la place du Gendarmenmarkt dirigés par Carl von Gontard. Il en fut fait de même pour la cathédrale allemande qui lui fait face de l'autre côté afin de symétriser l'ensemble.

L'église désormais rebaptisée Französischer Dom ("dôme français", plus couramment "cathédrale française") n'est pas une cathédrale au sens strict du mot, car il n'a jamais été le siège d'un évêché mais a été surnommé ainsi en raison de ses proportions majestueuses. La tour en forme de dôme est ouverte aux visiteurs et offre une vue panoramique sur Berlin. La tour abrite également le Musée huguenot de Berlin. Un restaurant se trouve au sous-sol au-dessous de la salle de prière.

Les bâtiments ont été lourdement endommagés pendant la Seconde Guerre mondiale, puis reconstruits de 1977 à 1981. Aujourd'hui, ils sont toujours utilisés par la paroisse calviniste francophone (ou Communauté protestante francophone de Berlin), mais aussi par les calvinistes germanophones (l'Église française de Berlin), l'église protestante unie germanophone (la Paroisse protestante unie de la Friedrichstadt) et pour les conventions de l’Église évangélique en Allemagne.

 

Source: Wikipedia

Photos: lankaart (c)

Berlin - Cathédrale française - Temple français de la Friedrichstadt - Photos: Lankaart (c)
Berlin - Cathédrale française - Temple français de la Friedrichstadt - Photos: Lankaart (c)

Berlin - Cathédrale française - Temple français de la Friedrichstadt - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NEO-CLASSICISME

Repost0

Publié le 7 Mai 2018

Pierre-Narcisse Guérin - Didon écoutant le récit des malheurs d’Énée

"   Didon écoutant le récit des malheurs d’Énée offre des qualités fort remarquables. Il est impossible de ne pas rendre justice à la pose de Didon, tout à la fois gracieuse et nonchalante. L’inflexion générale du corps est d’une grande souplesse et se recommande par des lignes très heureuses. Le visage tout entier écoute bien, Guérin a très habilement rendu l’expression du poète latin, qui nous représente la reine de Carthage suspendue aux lèvres d’Enée. L’attitude voluptueuse du personnage se concilie sans effort avec l’attention qui respire dans tous les traits. On a trouvé le héros troyen quelque peu insignifiant, et j’avoue qu’il me serait difficile de saisir sur son visage une pensée nettement déterminée. Cependant il y a dans son attitude, sinon dans son regard, une expression de noblesse et de grandeur. La sœur de Didon, appuyée sur le lit où la reine est couchée, est une des figures les plus gracieuses qui soient nées sous le pinceau de l’auteur. Les yeux et la bouche sont pleins de tendresse, et cette tendresse est mêlée de générosité. Anna écoute d’une oreille, attentive le récit d’Énée, comme si elle pressentait la passion funeste que ce récit allumera dans le cœur de Didon. Je ne professe pas une grande admiration pour le faux Ascagne, bien que cette figure ait obtenu, il y a trente-trois ans, une popularité prodigieuse. La malice que le peintre a voulu mettre dans les yeux et sur les lèvres du faux Ascagne n’est pas exempte d’afféterie. Or, s’il y a au monde un poète qui conseille, qui prescrive la simplicité, c’est à-coup sûr Virgile. Chez le poète latin, il n’y a pas trace du défaut que je signale dans le faux Ascagne. Cependant, malgré la physionomie insignifiante du narrateur, malgré l’afféterie qui gâte la malice du fils de Vénus, il reste encore dans ce tableau beaucoup à louer. La toile tout entière est inondée de lumière. La mer s’étend au loin et l’œil nage avec bonheur dans cet espace indéfini. On pourrait souhaiter une plus grande sobriété de détails dans le vêtement de la reine, dans le lit même où elle est couchée. Il est certain en effet que les ornemens prodigués par le peintre exposent le regard du spectateur à de fréquentes distractions, et nuisent d’autant à l’effet poétique de la composition. Pourtant il ne faut pas oublier que Virgile nous représente Didon comme une femme belle et fière de sa beauté, et l’illustre Mantouan, dans le portrait de la reine de Carthage, n’omet pas la coquetterie. Ainsi je n’attache pas une grande importance à la remarque précédente. Bien que je préfère, en toute occasion, la simplicité à la profusion, je ne puis voir dans les ornemens imaginés par le peintre pour le vêtement de Didon un sujet de reproche bien sérieux, et je loue volontiers l’élégance et l’élévation qui règnent dans toutes les parties du tableau ; car le faux Ascagne lui-même, malgré sa malice un peu affectée, n’est pas dépourvu d’élégance. Pour traduire ainsi les poètes de l’antiquité, il faut avoir vécu avec eux dans un commerce familier, et la Didon de Guérin demeure comme un témoignage éclatant de l’assiduité, de la persévérance de ses études. "

Peintres et sculpteurs modernes de la France - Géricault
Gustave Planche
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NEO-CLASSICISME

Repost0