Publié le 10 Septembre 2019

Chris Drury - Château de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)
Chris Drury - Château de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)
Chris Drury - Château de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)

Chris Drury - Château de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)

Pour Chris Dury le monde est son terrain de jeu. En effet, il l’explore et laisse sur son passage des stèles dont les principaux matériaux lui sont soumis par la nature : os d’animaux, bois, pierre. Il propose des œuvres en prenant en compte l’environnement dans lequel évoluent ces éléments. Il se définit lui-même comme un artiste sans style particulier n’ayant aucune préférence pour les matériaux utilisés dans ces différentes œuvres.
Les rapports extérieur / intérieur, nature / culture guident l’exploration de cet artiste britannique. Mise en forme et présentation de la nature sont les termes définissants avec précision la vision globale de l’artiste.

 

Source: http://www.artwiki.fr/wakka.php?wiki=ChrisDrury

Chris Drury - Château de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)
Chris Drury - Château de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)
Chris Drury - Château de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)

Chris Drury - Château de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #XXIe: l'ART CONTEMPORAIN aujourd'hui

Repost0

Publié le 8 Septembre 2019

Fujiko Nakaya - Château de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)
Fujiko Nakaya - Château de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)
Fujiko Nakaya - Château de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)
Fujiko Nakaya - Château de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)

Fujiko Nakaya - Château de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)

Fujiko Nakaya (née en 1933) est une artiste japonaise dont les sculptures à base de brouillard artificiel créent des événements et des environnements éphémères et surprenants. L'installation mise en oeuvre à Chaumont-sur-Loire illustre parfaitement son travail, qui se concrétise par  la création d'un spectacle permanent qui voit toutes les 15 mn apparaître et disparaître une brume dense et fantomatique.

 

 

 

Fujiko Nakaya - Château de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)
Fujiko Nakaya - Château de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)
Fujiko Nakaya - Château de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)

Fujiko Nakaya - Château de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #XXIe: l'ART CONTEMPORAIN aujourd'hui

Repost0

Publié le 5 Septembre 2019

Pise - Vue sur le Campo dei Miracoli devenue la Piazza del Duomo - Photos: lankaart (c)
Pise - Vue sur le Campo dei Miracoli devenue la Piazza del Duomo - Photos: lankaart (c)
Pise - Vue sur le Campo dei Miracoli devenue la Piazza del Duomo - Photos: lankaart (c)

Pise - Vue sur le Campo dei Miracoli devenue la Piazza del Duomo - Photos: lankaart (c)

A Pise le complexe monumental de la Piazza del Duomo est un ensemble unique au monde. Autour d'une vaste esplanade matérialisée par des dalles de pierres et de vases pelouses sans aucun arbre,  plusieurs édifices forment le coeur religieux et symbolique de la ville. La composition d'ensemble est d'une grande pureté, quasi irréelle et abstraite. Les monuments de styles roman sont tous en marbre vert et blanc: le Duomo ou Cathédrale de Pise, le Tour de Pise, dans les faits le campanile de la Cathédrale, le Baptistère et le Camposanto, le cimetière.

Le Baptistère et la Tour sont des ouvrages hos normes, les plus grands construits en Italie au Moyen-Age, la tour haute de 58 mètres et le Baptistère dont la circonférence avoisine les 110 mètres ont été érigés au XIIe siècle, le chantier du Baptistère se prolongera jusqu'au XIVe siècle ce qui explique son couronnement de style gothique. 

Le Camposanto, cimetière monumental, est certainement l'édifice le plus surprenant de cet ensemble. Il s'organise autour d'un vaste cloître rectangulaire orienté est-ouest.

 

Pise - Baptistère et Camposanto monumentale - Photos: Lankaart (c)
Pise - Baptistère et Camposanto monumentale - Photos: Lankaart (c)
Pise - Baptistère et Camposanto monumentale - Photos: Lankaart (c)

Pise - Baptistère et Camposanto monumentale - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 3 Septembre 2019

Snoettha - Opéra d'Oslo - Photos: Lankaart (c)
Snoettha - Opéra d'Oslo - Photos: Lankaart (c)
Snoettha - Opéra d'Oslo - Photos: Lankaart (c)
Snoettha - Opéra d'Oslo - Photos: Lankaart (c)

Snoettha - Opéra d'Oslo - Photos: Lankaart (c)

L'Opéra d'Oslo, livré en 2008, est l'une des oeuvres majeures de l'agence d'architecture norvégienne Snoettha. Tout à la fois bâtiment et projet urbain, l'Opéra constitue le point central de la recomposition du port d'Oslo. Face à la mer les pentes douces du toit de l'ouvrage montent vers le ciel de Norvège, les dalles de marbres de carrares forment un manteau blanc qui l'hiver prolonge le manteau glacé du sol de la ville. 

Ouvrage hors normes il allie une parfaite maîtrise de la composition des espaces intérieurs et extérieurs, un équilibre subtile entre les matériaux (marbre, bois, verre) et une composition urbaine d'ensemble à la mesure du site. L'Opéra d'Oslo joue aujourd'hui le rôle emblématique d'icône de la nouvelle ville qu'Oslo construit  sur son port à l'aube du XXIe siècle.

 Lankaart (c)

Snoettha - Opéra d'Oslo - Photos: Lankaart (c)
Snoettha - Opéra d'Oslo - Photos: Lankaart (c)
Snoettha - Opéra d'Oslo - Photos: Lankaart (c)
Snoettha - Opéra d'Oslo - Photos: Lankaart (c)
Snoettha - Opéra d'Oslo - Photos: Lankaart (c)
Snoettha - Opéra d'Oslo - Photos: Lankaart (c)

Snoettha - Opéra d'Oslo - Photos: Lankaart (c)

Snoettha - Opéra d'Oslo - Photos: Lankaart (c)
Snoettha - Opéra d'Oslo - Photos: Lankaart (c)
Snoettha - Opéra d'Oslo - Photos: Lankaart (c)
Snoettha - Opéra d'Oslo - Photos: Lankaart (c)
Snoettha - Opéra d'Oslo - Photos: Lankaart (c)

Snoettha - Opéra d'Oslo - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART CONTEMPORAIN, #XXIe: l'ART CONTEMPORAIN aujourd'hui

Repost0

Publié le 1 Septembre 2019

VINCENT MAUGER
VINCENT MAUGER
VINCENT MAUGER

Ma démarche s’articule autour d’une problématique centrée sur la recherche de matérialisation, de concrétisation de ce que serait un espace mental. J’entends par espace mental aussi bien la construction de pensées qui s’échafaudent face à un espace ou un lieu, que les univers virtuels et constructions mathématiques ou schématiques élaborés pour que chacun puisse se projeter dans un espace inexistant ou éloigné.

Je confronte souvent un espace réel, le lieu d’exposition, avec une représentation d’une perception mentale d’un autre espace. J’aime jouer sur ce paradoxe qui est de chercher à matérialiser ce que serait un espace mental. A partir de matériaux de construction ordinaires, je reconstruis des représentations de paysage, sorte de paysages mentaux, proches de l’imagerie de synthèse ou

Vincent Mauger

VINCENT MAUGER
VINCENT MAUGER

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #XXIe: l'ART CONTEMPORAIN aujourd'hui

Repost0

Publié le 30 Août 2019

El Anatsui - Domaine de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)
El Anatsui - Domaine de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)
El Anatsui - Domaine de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)

El Anatsui - Domaine de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)

Mondialement respecté et reconnu, a fortiori depuis qu’il a reçu le Lion d’Or de la Biennale de Venise en 2015 pour l’intégralité de son œuvre, El Anatsui est connu pour ses sculptures en bois et ses assemblages complexes de matériaux recyclés. À la fin des années 1970, il privilégie l’utilisation des tessons de verre et de débris de céramiques. Deux décennies plus tard, il réalise ses premières pièces de “tissus” à partir de “matériaux pauvres”.

El Anatsui puise son inspiration dans les traditions africaines de recyclage et de détournement d’objets manufacturés usagés. Il a su ériger la récupération en pivot du processus créatif. Ses œuvres interrogent les échanges mondiaux du commerce, la destruction, la transformation des matériaux, symboles des événements traversés par le continent af

Chaumont

El Anatsui - Domaine de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)
El Anatsui - Domaine de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)
El Anatsui - Domaine de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)
El Anatsui - Domaine de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)

El Anatsui - Domaine de Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #XXIe: l'ART CONTEMPORAIN aujourd'hui

Repost0

Publié le 28 Août 2019

Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)
Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)
Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)

Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)

Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)
Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)
Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)
Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)

Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)

Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)
Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)
Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)
Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)
Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)

Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)

Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)
Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)

Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME, #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 26 Août 2019

Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)
Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)
Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)

Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)

Les Petites Ecuries du château de Versailles accueillent en 2019 une exposition mettant en scène les moulages et sculptures qu'elle conserve pour le compte du château de Versailles et du musée du Louvre. Sous des voûtes construites au XVIIe siècle les copies des statues grecques et romaines et des sculptures originales provenant des jardins du château de Versailles  forment un ballet étrange et surréaliste qui renvoie à toutes l'imagerie de notre univers classique.

S: Lankaart

Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)
Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)
Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)

Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)

Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)
Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)
Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)

Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)

Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)
Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)
Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)
Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)

Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 24 Août 2019

Arles 2019 - Marjan Teeuwen
Arles 2019 - Marjan Teeuwen
Arles 2019 - Marjan Teeuwen

Arles 2019 - Marjan Teeuwen

La série Destroyed House de Marjan Teeuwen met en scène des installations architecturales de grande envergure installées dans des bâtiments qui sont ensuite détruits. Dans ces installations, le pouvoir de construire et celui de détruire vont de pair. La dualité de l’acte de construction, édification et ordre d’une part, destruction et chaos de l’autre, reflète l’essence même de la condition humaine. Un conflit diabolique. Dostoïevski soutenait d’ailleurs que les êtres humains étaient incapables de surmonter cette dualité. Si elle peut être interprétée du point de vue de l’histoire de l’art, elle a également des connotations religieuses, sociales et philosophiques. La grande diversité des déchets issus des installations détruites produit une multitude de textures évoquant fortement la peint

Rencontres Arles

Arles 2019 - Marjan Teeuwen
Arles 2019 - Marjan Teeuwen
Arles 2019 - Marjan Teeuwen

Arles 2019 - Marjan Teeuwen

Arles 2019 - Marjan Teeuwen
Arles 2019 - Marjan Teeuwen
Arles 2019 - Marjan Teeuwen
Arles 2019 - Marjan Teeuwen

Arles 2019 - Marjan Teeuwen

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #XXIe: PHOTOS

Repost0

Publié le 3 Juillet 2019

Gare de Rennes - Photos: Lankaart(c)
Gare de Rennes - Photos: Lankaart(c)
Gare de Rennes - Photos: Lankaart(c)
Gare de Rennes - Photos: Lankaart(c)

Gare de Rennes - Photos: Lankaart(c)

La mise en service de la ligne à grande vitesse entre Rennes et Paris en 2017, et l’ouverture d’une nouvelle ligne de métro à Rennes en 2020 sont les vecteurs d’une profonde transformation de l’ensemble du quartier de la gare. Cette transformation est portée par un projet urbain ambitieux, associé à une restructuration de grande ampleur du pôle d’échanges de la gare pour le mettre en capacité d’accueillir confortablement des flux voyageurs en constante augmentation.

Le projet du Pôle d’échanges

Si la restructuration en profondeur du « système gare » est indispensable à l’évolution du site, il ne peut fonctionner correctement que s’il s’inscrit dans une vision globale de l’organisation des échanges entre les différents modes de transports. La  notion de pôle multimodal est ici incontournable, ce pôle rassemblant des éléments existants et d’autres en devenir.

Ce qui caractérise ce pôle avant même la réalisation de la ligne B du métro c’est sa capacité à desservir la gare et à répondre aux trois quarts des besoins d’accessibilité du site. En effet les flux entrants et sortants de la gare de Rennes proviennent en majorité des transports en commun, ce qui caractérise la gare au regard d’autres sites de même taille comme Bordeaux ou Nantes où plus de 50 % de ces flux empruntent la voiture particulière.

Le PEM de Rennes doit donc  favoriser cette accessibilité depuis la ligne A du métro, la futur ligne B, la gare routière, les bus urbains, la station taxis, la ville et le parc de stationnement 2 roues. L’ensemble de ces fonctions étant regroupées autour et sous le parvis Nord, les accès en voitures particulières étant concentré à terme au sud du site ferroviaire.

La richesse et la complexité des échanges entre les différents modes et la topographie du site qui s’organise sur les  trois niveaux de référence : niveau -1 pour le métro, niveau rue pour la gare routière, les piétons, les bus, les taxis et les vélos et niveau dalle pour les voyageurs nécessitent la création d’un volume unique qui articule, hiérarchise et rende lisible l’ensemble des espaces et des cheminements.

Ce volume  s’inscrit entre le « système gare » et les aménagements du projet urbain. Il se caractérise par son unicité, parallèle au faisceau ferroviaire d’environ 140m de long, de 20 à 30m de large et de 17m de hauteur sous couverture. C’est un élément majeur du projet : il regroupe l’ensemble des circulations verticales et horizontales qui permettent de relier tous les modes entre eux, la ville à l’ensemble de ces modes, le « système gare » à tous. Ces escaliers fixes, mécaniques, ces rampes, passerelles, ascenseurs sont mis en scène afin que tous les cheminements soient parfaitement lisibles : depuis la dalle vers le métro, depuis la gare routière vers le passage souterrain, depuis la ville vers le métro…

Ce volume est baigné d’une lumière, filtrée par une couverture en coussins ETFE  supportée par une forêt de poteaux en acier et bois. Cette structure très légère tamise la lumière tout en offrant des vues vers la ville à travers des lunules vitrées intercalées entre les coussins d’ETFE, comme  immenses pare-brises s’ouvrant sur la ville.

Gare de Rennes - Photos: Lankaart(c)
Gare de Rennes - Photos: Lankaart(c)
Gare de Rennes - Photos: Lankaart(c)
Gare de Rennes - Photos: Lankaart(c)

Gare de Rennes - Photos: Lankaart(c)

Gare de Rennes - Photos: Lankaart(c)

Gare de Rennes - Photos: Lankaart(c)

Le parcours du piéton

Ce projet a été conçu pour le piéton, le voyageur que nous sommes quand nous descendons du train sur le quai de la gare, ou quand nous gravissons les escaliers du métro pour rejoindre la gare routière, ou encore lorsque nous voulons tout simplement traverser le faisceau ferroviaire pour rejoindre le sud de la ville. C’est pourquoi la lisibilité des cheminements, l’échelle des espaces et le confort ressenti sont primordiaux. Ce confort, c’est celui qui interroge nos 5 sens. Il est assuré  par la maîtrise du son, qui nécessite d’apporter une grande attention à l’acoustique et notamment celle complexe des grands volumes ; par  l’apport de lumière naturelle partout où cela est possible, et surtout dans les espaces de connexion avec l’univers souterrain du métro ; par l’offre de commerces et de points de restauration qui doit être judicieusement placée afin d’éveiller nos sens ; par le choix des matériaux et des couleurs, en privilégiant les matériaux naturels et chaleureux qui apaisent : pierre, bois, bambou, par la présence du végétal au plus près des cheminements, sur le nouveau lien et sur le paysage construit.

C’est cette démarche d’ensemble qui a guidé la conception des volumes, le choix des matériaux et l’agencement des espaces.

 

Architectes: Jean-Marie Duthilleul, François Bonnefille

AREP, Rafaël Ricote

BET Structure: MAP3

Lankaart (c)

Gare de Rennes - Photos: Lankaart(c)

Gare de Rennes - Photos: Lankaart(c)

Gare de Rennes - Photos: Lankaart(c)

Gare de Rennes - Photos: Lankaart(c)

Gare de Rennes - Photos: Lankaart(c)
Gare de Rennes - Photos: Lankaart(c)

Gare de Rennes - Photos: Lankaart(c)

Gare de Rennes - Chantier
Gare de Rennes - Chantier

Gare de Rennes - Chantier

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART CONTEMPORAIN

Repost0