Articles avec #renaissance france - europe du sud tag

Publié le 10 Mai 2019

Grenade - l'Alhambra
Grenade - l'Alhambra
Grenade - l'Alhambra

L'Alhambra à Grenade est un ensemble unique au monde à la convergence entre une situation géographique d’exception, la réalisation d'une forteresse militaire, de Palais témoins des fastes d'Al Andalus, de somptueux jardins et d'un étrange palais renaissance. Acropole médiéval à l'origine, le site sur la colline de la Sabika, doit son organisation actuel au lent travail des dynasties Nasrides qui ont poursuivit le travail de construction engagé dès le VIIIe siècle sur le site.

Le site se compose de quatre grandes parties: la forteresse de l'Alcazaba à l'ouest, les palais Nasrides  au centre, le palais de Charles quint qui leur fait face, et les très beaux jardins du Généralife à l'est. En toile de fond les sommets enneigés de la Sierra Nevada, au pied de l'Alhambra, le ville blanche et fourmillante de vie de Grenade. 

La partie la plus emblématique du site reste l'ensemble constitué par les Palais Nasrides, unique au monde, le fondateur de la dynastie, Mohammed ben Nazar, s'installe à Grenade en 1238, ses successeurs, notamment Youssouf Ier et Mohammed V al-Ghani vont faire construire les parties les plus prestigieuses entre 1333 et 1354. Témoignage les Palais Nasrides sont les témoignages émouvants d'une civilisation aujourd'hui disparu .  

 

Grenade - l'Alhambra - La forteresse de l'Alcazaba - Photos : Lankaart (c)
Grenade - l'Alhambra - La forteresse de l'Alcazaba - Photos : Lankaart (c)
Grenade - l'Alhambra - La forteresse de l'Alcazaba - Photos : Lankaart (c)

Grenade - l'Alhambra - La forteresse de l'Alcazaba - Photos : Lankaart (c)

Grenade - l'Alhambra - Les Palais Nasrides - Photos : Lankaart (c)
Grenade - l'Alhambra - Les Palais Nasrides - Photos : Lankaart (c)
Grenade - l'Alhambra - Les Palais Nasrides - Photos : Lankaart (c)
Grenade - l'Alhambra - Les Palais Nasrides - Photos : Lankaart (c)

Grenade - l'Alhambra - Les Palais Nasrides - Photos : Lankaart (c)

Grenade - l'Alhambra - Le palais de Charles Quint - Photos : Lankaart (c)
Grenade - l'Alhambra - Le palais de Charles Quint - Photos : Lankaart (c)

Grenade - l'Alhambra - Le palais de Charles Quint - Photos : Lankaart (c)

Grenade - l'Alhambra - Le Généralife - Photos : Lankaart (c)
Grenade - l'Alhambra - Le Généralife - Photos : Lankaart (c)
Grenade - l'Alhambra - Le Généralife - Photos : Lankaart (c)

Grenade - l'Alhambra - Le Généralife - Photos : Lankaart (c)

Grenade - l'Alhambra - Le Généralife - Photos : Lankaart (c)
Grenade - l'Alhambra - Le Généralife - Photos : Lankaart (c)

Grenade - l'Alhambra - Le Généralife - Photos : Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ISLAM CLASSIQUE, #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 22 Avril 2019

Grenade - Cathédrale - Photos: lankaart (c)
Grenade - Cathédrale - Photos: lankaart (c)

Grenade - Cathédrale - Photos: lankaart (c)

À la suite de la reconquête de la ville en 1492, les Rois Catholiques envisagent la construction d'une cathédrale sur le site de l'ancienne grande mosquée nasride de Grenade. Dès le 21 mai 1492 est fondée l'église cathédrale de Grenade, siège du nouveau diocèse du Royaume de Grenade. En 1505, la construction est projetée, et sa conception est confiée à Juan Gil de Hontañón et à Enrique Egas, qui travaillent déjà sur la Chapelle royale de la ville. Les travaux commencent en 1518. Les deux architectes prévoient la construction d'un édifice gothique, sur le modèle de la Cathédrale de Tolède, comme cela est encore le cas en de nombreux endroits d'Espagne (Ségovie, Salamanque...) . Leur projet est néanmoins abandonné en 1523, peu après le début du chantier.

On adopte alors les plans de l'architecte Diego de Siloé, qui travaille déjà sur le monastère de San Jerónimo à Grenade. Diego de Siloé prévoit de reprendre les bases du dessein antérieur, et d'élever à partir de celui-ci un édifice pleinement renaissance. Il va mener les travaux de 1528 jusqu'à sa mort, en 1563. Divers architectes se succèdent pour diriger le chantier, selon les plans maniéristes élaborés par leur prédécesseur : Juan de Maeda, Alonso Cano et Teodoro Ardemans.

En 1590, une première modification importante du plan initial intervient. En raison des fondations trop fragiles, le projet d'élever deux hautes tours de 80 mètres pour encadrer la façade, est abandonné en 1590 sur ordre de Philippe II. Seule une tour a été bâtie ; elle est arasée, sa hauteur se limitant à 51 mètres. En 1665, Alonso Cano parvient à convaincre le chapitre de modifier le projet initial. La construction prend alors une allure plus baroque. À la suite du décès de Cano en 1667, la direction du chantier est confiée à Melchior de Aguirre, qui achève l’œuvre en juillet 1703.

Wikipedia

Grenade - Cathédrale - Photos: lankaart (c)
Grenade - Cathédrale - Photos: lankaart (c)
Grenade - Cathédrale - Photos: lankaart (c)
Grenade - Cathédrale - Photos: lankaart (c)

Grenade - Cathédrale - Photos: lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 2 Avril 2019

Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)

Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)

L'empereur Charles Quint fit construire au sein du complexe de l'Alhambra un palais de style renaissance afin de pouvoir y résider. Pedro Machuca, architecte en charge des travaux, conçoit un bâtiment du plus pur style italien autour d'une cour circulaire à arcades. La construction commence en 1527, mais le manque d'argent ne permet pas de finaliser l'édifice. Celui-ci ne sera complètement achevé qu'en 1957 soit plus de 400 ans plus tard. Vide, ce rêve d'architecture n'en reste pas moins émouvant, en quête d'un absolu Pedro Machuca a su, avec des moyens réduits, concevoir un espace intérieur troublant, simple et dépouillé de tout ornement. 

 

Source: RR

Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)

Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)

Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)

Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)

Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)

Grenade - Alhambra - Palais de Charles Quint - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 17 Février 2019

Le Clos Lucé - Photos: Lankaart (c)
Le Clos Lucé - Photos: Lankaart (c)
Le Clos Lucé - Photos: Lankaart (c)
Le Clos Lucé - Photos: Lankaart (c)
Le Clos Lucé - Photos: Lankaart (c)
Le Clos Lucé - Photos: Lankaart (c)
Le Clos Lucé - Photos: Lankaart (c)
Le Clos Lucé - Photos: Lankaart (c)

Le Clos Lucé - Photos: Lankaart (c)

« Les détails font la perfection et la perfection n’est pas un détail » 
Léonard de Vinci

 

"En 1516 François Ier et Louise de Savoie invitent Léonard de Vinci à Amboise. Le roi François Ier, passionné par le talent de Léonard de Vinci le nomme « Premier peintre, ingénieur et architecte du Roi ». 


Il lui offre la jouissance du Château du Clos Lucé situé près du Château royal d’Amboise. Les archives nationales de Paris possèdent une attestation de paiement qui mentionne la pension versée par François Ier à Léonard de Vinci « A maistre Lyenard de Vince, paintre ytalien, la somme de 2000 écus soleil, pour sa pension di celles deux années ».

Léonard séjourne au Château du Clos Lucé les trois dernières années de sa vie et travaille à de nombreux projets pour le roi de France, entouré de ses élèves. Il reçoit des hôtes de marque comme le Cardinal d’Aragon, les grands du royaume, les ambassadeurs et ses amis artistes italiens présents à la Cour du Roi dont Dominique de Cortone, dit le Boccador, futur architecte de Chambord. 
Un souterrain reliant le Château du Clos Lucé et le Château royal d’Amboise permet aux deux hommes de se rejoindre quotidiennement. Les premiers mètres de galerie sont encore visibles.
Après 10 ans d’une fascinante relation entre Léonard de Vinci et trois rois de France : Charles VIII, Louis XII et François Ier, le Maître italien s’éteint le 2 mai 1519 dans sa chambre au Château du Clos Lucé."

Source: http://www.vinci-closluce.com/fr/presentation-lieu

Le Clos Lucé - Photos: Lankaart (c)
Le Clos Lucé - Photos: Lankaart (c)
Le Clos Lucé - Photos: Lankaart (c)
Le Clos Lucé - Photos: Lankaart (c)
Le Clos Lucé - Photos: Lankaart (c)
Le Clos Lucé - Photos: Lankaart (c)
Le Clos Lucé - Photos: Lankaart (c)
Le Clos Lucé - Photos: Lankaart (c)

Le Clos Lucé - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 22 Novembre 2018

Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)

Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)

Non loin d'Orense en Galice le monastère Santo Estevo de Ribas de Sil se love dans la belle vallée du rio Sil. Fondé au Xe siècle par les Bénédictins, il devient au XIIe l'un des plus importants monastère de la région, l'ensemble roman qui constitue le coeur du monument est un beau témoignage de l'architecture galicienne de l'époque. 

Le cloître do Viveiro date lui de la fin du XVIe siècle. 

 

Source: RR

Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)

Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)

Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)

Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN, #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 21 Novembre 2018

Damia Forment - Apôtres - Photos: Lankaart (c)
Damia Forment - Apôtres - Photos: Lankaart (c)
Damia Forment - Apôtres - Photos: Lankaart (c)

Damia Forment - Apôtres - Photos: Lankaart (c)

Damian Forment - Damià Forment en catalan - (Valencia vers 1480 - Santo Domingo de la Calzada (La Rioja), 1540) était un sculpteur espagnol, considéré comme le plus productif de la Couronne d'Aragon, et l'un des premiers introducteurs de la Renaissance en Espagne. Fils de Paul Forment, sculpteur originaire de Alcorisa (Teruel), et frère cadet de Onofre Forment, avec qui il a travaillé entre 1500 et 1503. Le style Renaissance italienne de ses œuvres indique qu'il a sans doute étudié en Italie. Il semble, par ailleurs, avoir été l'élève de Jaime Vicente, sculpteur de Valence.
Il s'est marié à Valence en 1499 avec Jerónima Alboreda avec qui il a eu quatre filles. Il a déménagé à Saragosse en 1509 pour faire sa première commande importante dans la Basilique del Pilar (Saragosse), le retable du grand autel, pour lequel on lui imposa de prendre comme modèle le retable gothique de La Seo (Saragosse). Il a construit d'autres retables pour Saragosse, puis, entre 1520 et 1534, pour la cathédrale de Huesca (très similaire à celui de la Basilique del Pilar). Son atelier à Saragosse devint important, avec de nombreux disciples et apprentis. Il y réalisa plus de vingt-cinq retables. Un de ses clients les plus importants a été l'évêque de Lérida, Jaime Conchillos, né en Aragon, qui lui a commandé plusieurs retables pour la ville de Saragosse, ainsi que sa chapelle funéraire, et pour Tarazona de Aragón, sa ville natale. Damián Forment eut trois ateliers en activité simultanée : Saragosse, Huesca et Tarragone. Son œuvre la plus importante et controversée est le retable en albâtre blanc pour le monastère de Poblet (Tarragona), commandé par l'abbé Caixal. Il a été réalisé entre 1527 et 1529, avec de nombreux contributeurs. Il a été accusé de ne pas mettre un bon marbre et de carences dans la taille, de sorte qu'il ne perçut pas le montant stipulé dans le contrat. Restauré, le retable est l'œuvre de style Renaissance est la plus importante du monastère de Poblet. Damián Forment est mort alors qu'il travaillait au retable en bois de la cathédrale de Santo Domingo de la Calzada, commandé en 1537

Wikipedia

Damia Forment - Apôtres - Photos: Lankaart (c)
Damia Forment - Apôtres - Photos: Lankaart (c)
Damia Forment - Apôtres - Photos: Lankaart (c)
Damia Forment - Apôtres - Photos: Lankaart (c)
Damia Forment - Apôtres - Photos: Lankaart (c)

Damia Forment - Apôtres - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 31 Octobre 2018

Amboise - Le Château
Amboise - Le Château
Amboise - Le Château
Amboise - Le Château

A l'aube de la Renaissance, la puissante forteresse médiévale d'Amboise cède la place à une résidence royale sous les règnes des Rois de France Charles VIII et François Ier. La Cour, nombre de lettrés et d'artistes européens y séjournent à l'invitation des souverains à l'exemple de Leonardo da Vinci qui repose dans la Chapelle du Château.

Ce haut-lieu de l'Histoire de France possède une exceptionnelle collection de mobilier gothique et Renaissance qui témoigne du raffinement artistique de la première Renaissance française. Après la visite des logis royaux et des imposantes tours cavalières, la promenade se prolonge dans de beaux jardins panoramiques qui dominent la Loire.

Château d'Amboise

Amboise - Le Château
Amboise - Le Château
Amboise - Le Château
Amboise - Le Château
Amboise - Le Château
Amboise - Le Château
Amboise - Le Château
Amboise - Le Château

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 6 Octobre 2018

Lisbonne - Torre de Bélem - Photos: Lankaart (c)
Lisbonne - Torre de Bélem - Photos: Lankaart (c)
Lisbonne - Torre de Bélem - Photos: Lankaart (c)

Lisbonne - Torre de Bélem - Photos: Lankaart (c)

La tour de Belém à proximité de Lisbonne, est considérée comme étant l'une des œuvres majeures du style manuélin, notamment grâce à ses nombreux motifs typiquement manuélins comme la sphère armillaire (symbole de Manuel Ier), la croix de l'ordre du Christ (auquel Manuel Ier appartenait) ou les croisées d'ogives élaborées. Cependant, certains ornements de la tour datent de sa restauration, au milieu du XIXe siècle, tels que les boucliers arborant la croix de l'ordre militaire du Christ, décorant les créneaux ainsi que le petit cloître. Les décorations les plus travaillées font face au Tage.

D'un point de vue architectural, la tour de Belém peut être divisée en deux parties : le bastion, en forme d'hexagone irrégulier, et la tour de quatre étages, qui se dresse sur la face Nord du bastion. L'ensemble du bâtiment figurant la proue d'une caravelle.

Le bastion présente une pièce voûtée, la casemate, avec des ouvertures dans les murs de 3,5m d'épaisseur pour les 17 canons à culasse de gros calibre. Le toit ouvert au centre de la casemate facilitait la dispersion des fumées générées par l'utilisation de ces canons. La plate-forme du bastion pouvait également servir de position pour des armes de calibre plus petit. La tour de Belém était la première fortification portugaise avec deux étages de positions de tir, marquant une nouvelle évolution de l'architecture militaire. Les coins de cette plate-forme, ainsi que le haut de la tour, sont munis d'échauguettes surmontées de coupoles rappelant l'art mauresque. La base des échauguettes présente des images d'animaux sauvages, dont un rhinocéros qui est considéré comme la première sculpture de cet animal dans l'art d'Europe Occidentale. Ce rhinocéros était probablement l'un de ceux que Manuel Ier envoya au pape en 1515. La plate-forme comporte également, faisant face à la tour, une statue de la Madone à l'Enfant de Belém.

L'entrée de la tour se fait par un porche décoré avec plusieurs motifs manuélins, dont la sphère armillaire. La tour entière est décorée de cordes torsadées sculptées dans la pierre, lesquelles forment même un nœud sur la façade nord du bâtiment. La tour est surmontée de statues de saint Vincent et de saint Michel archange, et est pourvue de plusieurs fenêtres cintrées. La loggia couverte de style Renaissance court sur toute la longueur de la face sud du premier étage de la tour, donnant une touche vénitienne à l'architecture du bâtiment. Les nombreux écus décorant les merlons sont de style néo-manuélin.

La tour, haute de 35 mètres, présente trois étages et une terrasse offrant un point de vue sur le paysage environnant. La poudre à canon était conservée au niveau de la mer. L'accession aux étages supérieurs se fait par un escalier en colimaçon. Les appartements du commandant se trouvaient au premier étage et une chapelle, dont la décoration reprenait la croix de l'ordre du Christ et la sphère armillaire, occupait le quatrième étage.

Source: Wikipedia

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 27 Septembre 2018

Lisbonne - Fundacao Jose Saramago - Casa dos Bicos - Photos: Lankaart (c)
Lisbonne - Fundacao Jose Saramago - Casa dos Bicos - Photos: Lankaart (c)

Lisbonne - Fundacao Jose Saramago - Casa dos Bicos - Photos: Lankaart (c)

La casa dos Bicos ou Casa de Albuquerque se trouve dans le quartier de l’Alfama dans le centre de Lisbonne. Construite en 1523 par l’architecte Francisco de Arruda elle servit de demeure à Bras de Albuquerque, fils naturel d’Alfonso de Albuquerque conquérant d’Ormuz.

Sa façade est caractéristique de la Renaissance en pleine expansion à cette époque, le motif récurent en pointe de diamant fait écho aux innovations architecturales du début du XVIe que Bras de Albuquerque avait eu le loisir de découvrir lors d’un voyage en Italie, notamment le Palais des Diamants de Ferrara et le Palais Bevilacqua à Bologne.

RR. 

Lisbonne - Fundacao Jose Saramago - Casa dos Bicos - Photos: Lankaart (c)
Lisbonne - Fundacao Jose Saramago - Casa dos Bicos - Photos: Lankaart (c)
Lisbonne - Fundacao Jose Saramago - Casa dos Bicos - Photos: Lankaart (c)

Lisbonne - Fundacao Jose Saramago - Casa dos Bicos - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 21 Septembre 2018

Château d'Usson - Pons - Photos: Lankaart (c)
Château d'Usson - Pons - Photos: Lankaart (c)

Château d'Usson - Pons - Photos: Lankaart (c)

Le château d’Usson est réédifié en 1890 à partir de ruines datant de la Renaissance selon un plan fantaisiste. Le bâtiment principal a la forme d'un U, avec un corps de logis à galerie Renaissance, dont le centre du rez-de-chaussée est occupé par un jardin d'hiver couvert d’une verrière digne des passages couverts parisiens.

Les deux ailes ont des tourelles et sont ornées de décors Renaissance, broderies de sculptures et frontons des fenêtres. On note l'ancien porche inséré dans l'aile gauche et à droite la tour aveugle surmontée d'un lanternon, qui sont de conceptions diverses.

Les façades externes donnent sur le parc, ses pelouses et ses grands arbres.

 

Source: Wikipedia

Château d'Usson - Pons - Photos: Lankaart (c)
Château d'Usson - Pons - Photos: Lankaart (c)
Château d'Usson - Pons - Photos: Lankaart (c)
Château d'Usson - Pons - Photos: Lankaart (c)
Château d'Usson - Pons - Photos: Lankaart (c)
Château d'Usson - Pons - Photos: Lankaart (c)
Château d'Usson - Pons - Photos: Lankaart (c)
Château d'Usson - Pons - Photos: Lankaart (c)
Château d'Usson - Pons - Photos: Lankaart (c)

Château d'Usson - Pons - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0