Articles avec #roman tag

Publié le 7 Mai 2020

Hildegarde de Bingen
Hildegarde de Bingen

La plupart de ses écrits sont réunis dans un grand livre (le Riesencodex) conservé à la bibliothèque régionale de Hesse à Wiesbaden en Allemagne. Bernard de Clairvaux lui-même lui a assuré que ses visions étaient des grâces du ciel.

Selon Jean-Noël Vuarnet, « En dictant, Hildegarde, comme toutes ses futures émules, croit et veut "dépasser la condition d’Ève''. Mystique militante et presque féministe, Hildegarde, visionnaire et poète, veut voir et faire voir autant et plus que faire croire »

Wikipedia

le cycle des saisons

le cycle des saisons

Hildegarde de Bingen
Hildegarde de Bingen

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 5 Novembre 2019

Norvège - Eglise en bois - Stavkirke - Oslo - Photos: Lankaart (c)
Norvège - Eglise en bois - Stavkirke - Oslo - Photos: Lankaart (c)
Norvège - Eglise en bois - Stavkirke - Oslo - Photos: Lankaart (c)

Norvège - Eglise en bois - Stavkirke - Oslo - Photos: Lankaart (c)

En Norvège les stavkirkes sont des églises en bois debout construites à l'époque médiévale. A cette époque il existait environ 750 églises de ce type en Norvège, aujourd'hui il n'en reste que 28, soit sur leurs terres d'origine, soit reconstruites dans des parcs ou des sites particuliers comme pour cette église à Oslo. Elles sont toutes construites sur le même modèle: un plan proche du carré, une succession de toitures exprimant une grande verticalité, une utilisation quasi exclusive du bois sauf pour les soubassements.

 Lankaart (c)

 

 

Norvège - Eglise en bois - Stavkirke - Oslo - Photos: Lankaart (c)
Norvège - Eglise en bois - Stavkirke - Oslo - Photos: Lankaart (c)
Norvège - Eglise en bois - Stavkirke - Oslo - Photos: Lankaart (c)
Norvège - Eglise en bois - Stavkirke - Oslo - Photos: Lankaart (c)
Norvège - Eglise en bois - Stavkirke - Oslo - Photos: Lankaart (c)

Norvège - Eglise en bois - Stavkirke - Oslo - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 5 Septembre 2019

Pise - Vue sur le Campo dei Miracoli devenue la Piazza del Duomo - Photos: lankaart (c)
Pise - Vue sur le Campo dei Miracoli devenue la Piazza del Duomo - Photos: lankaart (c)
Pise - Vue sur le Campo dei Miracoli devenue la Piazza del Duomo - Photos: lankaart (c)

Pise - Vue sur le Campo dei Miracoli devenue la Piazza del Duomo - Photos: lankaart (c)

A Pise le complexe monumental de la Piazza del Duomo est un ensemble unique au monde. Autour d'une vaste esplanade matérialisée par des dalles de pierres et de vases pelouses sans aucun arbre,  plusieurs édifices forment le coeur religieux et symbolique de la ville. La composition d'ensemble est d'une grande pureté, quasi irréelle et abstraite. Les monuments de styles roman sont tous en marbre vert et blanc: le Duomo ou Cathédrale de Pise, le Tour de Pise, dans les faits le campanile de la Cathédrale, le Baptistère et le Camposanto, le cimetière.

Le Baptistère et la Tour sont des ouvrages hos normes, les plus grands construits en Italie au Moyen-Age, la tour haute de 58 mètres et le Baptistère dont la circonférence avoisine les 110 mètres ont été érigés au XIIe siècle, le chantier du Baptistère se prolongera jusqu'au XIVe siècle ce qui explique son couronnement de style gothique. 

Le Camposanto, cimetière monumental, est certainement l'édifice le plus surprenant de cet ensemble. Il s'organise autour d'un vaste cloître rectangulaire orienté est-ouest.

 

Pise - Baptistère et Camposanto monumentale - Photos: Lankaart (c)
Pise - Baptistère et Camposanto monumentale - Photos: Lankaart (c)
Pise - Baptistère et Camposanto monumentale - Photos: Lankaart (c)

Pise - Baptistère et Camposanto monumentale - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 21 Janvier 2019

Les Baux de Provence - Photos: Lankaart (c)
Les Baux de Provence - Photos: Lankaart (c)

Les Baux de Provence - Photos: Lankaart (c)

La lignée des Baux est, au Moyen-âge, une des grandes familles provençales, importante par ses possessions qui à l'origine sont principalement concentrées sur Arles et sur Marignane, et qui se sont au fil des générations étendues dans toute la Provence, dans le Comtat Venaissin, dans le Dauphiné et en terre italienne.

La Maison des Baux fut ainsi maîtresse de soixante-dix-neuf villes ou places fortes qui furent appelées "Les terres Baussenques". Ce nombre, composé de deux chiffres prétendus sacrés, symbolisait la totalité du domaine des princes, son unicité et son intangibilité, en exprimaient, en quelque sorte, leur puissance. Cette dynastie a marqué l'histoire de la Provence par l'influence et la personnalité de ses seigneurs rebelles et guerriers.

Leur histoire mouvementée montre que la forteresse, notamment au cours des guerres baussenques et des guerres de religion, semble avoir principalement servi de place forte au temps de ces rébellions.

C'est ainsi que Louis III, roi de Sicile et comte de Provence se saisit à la mort d'Alix, dernière princesse des Baux, du château médiéval si souvent utilisé contre l'autorité de ses prédécesseurs et le rattache à la couronne comtale. La ville et les terres baussenques entrent ensuite dans le domaine royal lorsque la Provence est rattachée à la couronne de France sous Louis XI. Le roi de France se méfie d'une forteresse à la fois si puissante et si loin de sa cour. De peur qu'elle ne tombe dans les mains de quelques ennemis et notamment des opposants à son autorité en Provence, il ordonne alors son démantèlement en 1483.

Cependant, en raison de son ancienne puissance et de son passé glorieux, la terre des Baux fut intégrée parmi "les Terres Adjacentes" au royaume de France n'ayant d'autre seigneur que le roi, ne dépendant nullement du Comté de Provence et ayant conservé toutes ses coutumes, franchises et prérogatives.

A la Renaissance, période faste pour la Cité, les bâtiments résidentiels du château sont en partie reconstruits. Mais en 1631, la forteresse est de nouveau aux mains des insurgés, la décision royale d'aliéner le Parlement de Provence, l'année précédente, a provoqué à Aix en Provence, une révolte par le prince de Condé. Certains rebelles s'enfuient et se réfugient aux Baux.

La ville est assiégée par les troupes de Richelieu. A la suite de ces combats, la forteresse est de nouveau démantelée.

La seigneurie des Baux est donnée, en 1642 par Louis XIII, à Hercule Grimaldi pour le remercier de sa politique favorable à la couronne de France. Celui-ci transmettra à ses descendants le titre de Marquis des Baux dont Jacques de Monaco est l'actuel détenteur.

Après la Révolution, le marquisat est rattaché à la France. Le village des Baux-de-Provence est peu à peu abandonné et ne compte plus que 400 habitants à la fin du XIXe siècle. Il y en avait 3000 au XIIIe siècle. Mais Les Baux ont à nouveau rendez-vous avec l'Histoire. En 1821, un géologue découvre une roche rouge riche en alumine qu'il nomme bauxite.

les baux de provence.com

Les Baux de Provence - Photos: Lankaart (c)
Les Baux de Provence - Photos: Lankaart (c)
Les Baux de Provence - Photos: Lankaart (c)

Les Baux de Provence - Photos: Lankaart (c)

Les Baux de Provence - Photos: Lankaart (c)
Les Baux de Provence - Photos: Lankaart (c)

Les Baux de Provence - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 22 Novembre 2018

Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)

Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)

Non loin d'Orense en Galice le monastère Santo Estevo de Ribas de Sil se love dans la belle vallée du rio Sil. Fondé au Xe siècle par les Bénédictins, il devient au XIIe l'un des plus importants monastère de la région, l'ensemble roman qui constitue le coeur du monument est un beau témoignage de l'architecture galicienne de l'époque. 

Le cloître do Viveiro date lui de la fin du XVIe siècle. 

 

Source: RR

Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)

Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)

Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)
Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)

Galice - Santo Estevo de Ribas de Sil - Photos Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN, #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 19 Novembre 2018

Christ del Davallament de Santa Maria de Taüll - Barcelone - Photos: Lankaart (c)

Christ del Davallament de Santa Maria de Taüll - Barcelone - Photos: Lankaart (c)

Consacrée en 1123, l'église de Santa Maria de Taüll est l'édifice roman le mieux conservé de la Vall de Boí en Catalogne. Le Christ pantocrator qui ornait l'abside principale est devenue l'image emblématique de la peinture romane catalane. Les quatre figures en bois de cette dépose du Christ témoigne du raffinement de la sculpture romane de l'époque.

Christ del Davallament de Santa Maria de Taüll - Barcelone - Photos: Lankaart (c)
Christ del Davallament de Santa Maria de Taüll - Barcelone - Photos: Lankaart (c)
Christ del Davallament de Santa Maria de Taüll - Barcelone - Photos: Lankaart (c)

Christ del Davallament de Santa Maria de Taüll - Barcelone - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 7 Septembre 2018

Arles - Cloître Saint-Trophime - Photos: Lankaart (c)
Arles - Cloître Saint-Trophime - Photos: Lankaart (c)

Arles - Cloître Saint-Trophime - Photos: Lankaart (c)

Le cloître Saint-Trophime de l’ancienne cathédrale d’Arles date du xiie siècle et xive siècle.

L’emplacement de ce cloître est inhabituel car il n’est accolé ni à la nef ni au transept. Il communique avec le chœur au moyen d’un escalier de vingt-cinq marches. Ce cloître présente une forme approximativement rectangulaire de 28 m de long sur 25 m de large. Des dimensions comparables ne se retrouvent dans la région Provence que dans les cloîtres du Thoronet, de Sénanque ou de Montmajour.

L’édification du cloître débute peu après 1150 avec la construction de la galerie nord qui sera suivie de peu par celle de la galerie orientale. Il faudra attendre la fin du XIVe siècle pour voir l’achèvement du cloître avec les constructions de la galerie ouest puis de la galerie sud qui sera terminée sous l’épiscopat de Jean de Rochechouart (1390-1398). Il résulte de ces différentes périodes de construction, deux styles différents pour les galeries : le roman pour les galeries nord et est, et le gothique pour les galeries ouest et sud.

Le cloître traduit une recherche de la perfection plastique avec un remarquable équilibre des volumes et une grande qualité de la décoration sculptée.

Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis 1846. Il est également inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO au titre des monuments romains et romans d'Arles depuis 1981.

Source: Wikipedia

Arles - Cloître Saint-Trophime - Photos: Lankaart (c)
Arles - Cloître Saint-Trophime - Photos: Lankaart (c)
Arles - Cloître Saint-Trophime - Photos: Lankaart (c)
Arles - Cloître Saint-Trophime - Photos: Lankaart (c)

Arles - Cloître Saint-Trophime - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GOTHIQUE, #ROMAN

Repost0

Publié le 17 Octobre 2017

Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)

La tradition islamique mêlant l'art des jardins et l'architecture, dont le palais de l'Alhambra est l'exemple type, fut perpétuée par d'autres exemples médiévaux, à l'image du cloître arabo-normand de la Cathédrale de Monreale en Sicile, commencé par Guillaume II en 1174. C'est ici dans ce cadre enchanteur qu'al-Idrisi conçut son atlas mondial pour le roi Roger II de Sicile. Ce magnifique jardin témoigne du brassage entre les cultures islamiques, byzantines et romanes, entre une dynastie venue du nord de l'Europe et une culture locale africano-mauresque. 

 

Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Sicile - Cathédrale de Monreale - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Monreale Sicile

Monreale Sicile

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 27 Août 2017

Lucca - Lucques - Torre Guinigi - Photos:Lankaart (c)

Lucca - Lucques - Torre Guinigi - Photos:Lankaart (c)

La Torre Guinigi est la plus importante tour de la ville de Lucques en Toscane. Elle est accessible par la via Sant'Andrea, au 45.
Cette maison-tour toscane, l'une des seules restées à l'intérieur de la ville, est un des monuments les plus représentatifs de Lucques. Sa caractéristique principale est la présence d'un jardin suspendu à son sommet.
Les Guinigi, maîtres de la ville voulurent agrémenter leur sévère demeure avec cette tour couronnée d'arbres, devenue le symbole de leur domination à la Renaissance.
Pour la volonté des descendants de la famille, la tour et le palais de Sant'Andrea passèrent à la Commune de Lucques.

Wikipedia

Guinigi Tower - Lucca - Lucques - Torre Guinigi - Photos:Lankaart (c)
Guinigi Tower - Lucca - Lucques - Torre Guinigi - Photos:Lankaart (c)

Guinigi Tower - Lucca - Lucques - Torre Guinigi - Photos:Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 18 Août 2017

Lucca - Lucques - Église San Michele in Foro - Photos: Lankaart (c)

Lucca - Lucques - Église San Michele in Foro - Photos: Lankaart (c)

Cette très belle église du centre de Lucca en Toscane est un exemple parfait du "Roman Pisan" mariage des influences romaine, byzantine et de l'art roman. L'église fut construite en 1070 par le pape Alexandre II. C'est une cousine de l'ensemble monumental de Pise tout en s'intégrant parfaitement à son environnement urbain hérité de la période romaine.

Texte et photos: (c) Lankaart

Chiesa di San Michele in Foro - Lucca - Lucques - Église San Michele in Foro - Photos: Lankaart (c)
Chiesa di San Michele in Foro - Lucca - Lucques - Église San Michele in Foro - Photos: Lankaart (c)

Chiesa di San Michele in Foro - Lucca - Lucques - Église San Michele in Foro - Photos: Lankaart (c)

Lucca - Lucques - Église San Michele in Foro - Photos: Lankaart (c)
Lucca - Lucques - Église San Michele in Foro - Photos: Lankaart (c)

Lucca - Lucques - Église San Michele in Foro - Photos: Lankaart (c)

Lucca - Lucques - Église San Michele in Foro - Photos: Lankaart (c)
Lucca - Lucques - Église San Michele in Foro - Photos: Lankaart (c)
Lucca - Lucques - Église San Michele in Foro - Photos: Lankaart (c)

Lucca - Lucques - Église San Michele in Foro - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0