Articles avec #classicisme tag

Publié le 26 Juin 2020

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 24 Juin 2020

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 11 Avril 2020

Velasquez- La femme aux oeufs
Velasquez- La femme aux oeufs

C'est une nature morte, selon la lecture de Francisco Pacheco, une scène de cuisine avec des personnages à la fois ridicules ou au moins vulgaires, mais aimables « s'ils sont peints comme mon gendre les peints, sans laisser de place aux autres » et parce qu' « ils atteignent une véritable imitation de la nature »

Wikipedia

Les objets sont étudiés individuellement, merveilleux dans leur singularité mais mal intégrés ensemble. On note certains problèmes de perspective et des incohérences dans les ombres projetées, mais elles permettent tout de même d'apprécier la subtilité du traitement des textures par une savante manipulation de la lumière partiellement absorbée par les objets de céramique qui se reflètent dans ceux en métal, disposés de façon presque alternée.

L'intérêt de Vélasquez pour les effets optiques et leurs traitement pictural est manifeste sur les œufs flottant dans du liquide – huile ou eau – où il « arrive à montrer le processus de changement par lequel la transparence claire de l’œuf cru devient opaque durant la cuisson », détail qui indique son intérêt pour capter le fugace et l'éphémère.

Wikipedia

La femme est peut-être aveugle et Vélasquez semble méditer sur les deux formes de connaissance d'une même réalité, l'une par le sens de la vue, l'autre par le toucher.

Wikipedia

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 10 Janvier 2020

Le Louvre - Perrault - Proposition de façade

Le Louvre - Perrault - Proposition de façade

Le Louvre - Façade

Le Louvre - Façade

La façade est du palais du Louvre ou colonnade du Louvre fut construite de 1667 à 1670 à l’initiative de Louis XIV. Ce chefs-d'oeuvre de l'architecture classique française est le résultat d'un débat entre différents artistes réunis autour du roi, sur la base d'une première proposition de style typiquement baroque du Bernin et suite à de nombreuses propositions de François Mansart. In fine sous la houlette de Colbert Louis le Vau, en charge de plusieurs agrandissement du Palais, Charles Le Brun et Claude Perrault font émerger un solution originale, symbole d'un classicisme typiquement français notamment le péristyle et sa double colonnade. 

(c) Lankaart

 

Le Louvre - Façade de Perrault - Photos: Lankaart (c)

Le Louvre - Façade de Perrault - Photos: Lankaart (c)

Le Louvre - Façade de Perrault - Photos: Lankaart (c)
Le Louvre - Façade de Perrault - Photos: Lankaart (c)
Le Louvre - Façade de Perrault - Photos: Lankaart (c)

Le Louvre - Façade de Perrault - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 28 Août 2019

Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)
Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)
Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)

Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)

Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)
Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)
Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)
Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)

Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)

Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)
Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)
Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)
Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)
Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)

Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)

Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)
Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)

Versailles - Le potager du Roi - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME, #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 26 Août 2019

Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)
Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)
Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)

Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)

Les Petites Ecuries du château de Versailles accueillent en 2019 une exposition mettant en scène les moulages et sculptures qu'elle conserve pour le compte du château de Versailles et du musée du Louvre. Sous des voûtes construites au XVIIe siècle les copies des statues grecques et romaines et des sculptures originales provenant des jardins du château de Versailles  forment un ballet étrange et surréaliste qui renvoie à toutes l'imagerie de notre univers classique.

S: Lankaart

Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)
Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)
Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)

Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)

Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)
Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)
Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)

Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)

Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)
Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)
Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)
Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)

Versailles - Galerie des Plâtres - Photos Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 11 Avril 2019

Grenade - Palais de Justice - Photos: lankaart (c)
Grenade - Palais de Justice - Photos: lankaart (c)

Grenade - Palais de Justice - Photos: lankaart (c)

Situé Plaza Nueva face au site de l'Alhambra, la Palais de Justice de Grenade est l'un des édifices emblématiques de la période qui suivit la reconquête espagnole et la prise de Grenade. Construit de 1531 à 1587 sous le règne de Charles Quint, ce bâtiment était la chancellerie royale, il s'inspire du style maniériste italien. La façade dessinée par Francisco del Castillo est un très bel exemple d'architecture civile. Au XVIIIe siècle le bâtiment fut transformé en Plais de Justice et en prison.

Source: RR

Grenade - Palais de Justice - Photos: lankaart (c)
Grenade - Palais de Justice - Photos: lankaart (c)
Grenade - Palais de Justice - Photos: lankaart (c)

Grenade - Palais de Justice - Photos: lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 10 Décembre 2018

Jules Hardouin-Mansart - Eglise des Invalides - Paris - Photos: Lankaart (c)
Jules Hardouin-Mansart - Eglise des Invalides - Paris - Photos: Lankaart (c)
Jules Hardouin-Mansart - Eglise des Invalides - Paris - Photos: Lankaart (c)

Jules Hardouin-Mansart - Eglise des Invalides - Paris - Photos: Lankaart (c)

L’hôtel des Invalides est un monument parisien dont la construction fut ordonnée par Louis XIV par l'édit royal du 24 février 1670, pour abriter les invalides de ses armées. Aujourd'hui, il accueille toujours des invalides, mais également la cathédrale Saint-Louis des Invalides, plusieurs musées et une nécropole militaire avec notamment le tombeau de Napoléon Ier. Cet immense complexe architectural, conçu par Libéral Bruand et Jules Hardouin-Mansart, est un des chefs-d’œuvre les plus importants de l'architecture classique française.

Le roi Louis XIV souhaitait, comme ses prédécesseurs Henri II, Henri III, Henri IV, assurer aide et assistance aux soldats invalides de ses armées ; pour que « ceux qui ont exposé leur vie et prodigué leur sang pour la défense de la monarchie (…) passent le reste de leurs jours dans la tranquillité », dit l'édit royal du 12 mars 1670. Néanmoins, au-delà du geste humanitaire, Louis XIV a aussi des desseins parfaitement politiques. Ces invalides, issus pour la plupart de la guerre de Trente Ans, font mauvaise figure, traînant sur le pont Neuf, souvent mêlés aux rixes de rues, et la population se plaint de ce comportement. Le roi reloge les invalides dans certaines abbayes en les imposant comme oblats, contribuant ainsi à renforcer les rangs du clergé, mais militaires comme religieux fuient cette solution, les premiers refusant une vie aussi stricte que celle de la vie monacale et devenant mendiants, valets, voleurs, commensaux de maladreries ou de couvents. De plus, Louis XIV ne cachant plus ses projets de conquête, il doit redorer l'image de son armée auprès de la population, mais aussi sa propre image aux yeux de ses soldats.

Libéral Bruant a déjà réalisé l'hospice de la Salpêtrière. Son projet étant sélectionné par Louis XIV parmi les huit proposés, il conçoit à l'âge de 36 ans une organisation en cinq cours, centrée sur la plus grande : la cour royale entourée de quatre corps de logis. Il reprend ainsi le plan de l'Escurial, le palais monastère de Philippe II d'Espagne, près de Madrid mais s'inspire aussi des hôpitaux de l'époque (la Salpêtrière, l'hospice des Incurables). Les travaux sont menés entre mars 1671 (la première pierre est posée le 30 novembre 1671) et février 1674, ce qui peut être qualifié de rapide grâce à l'aide que lui apportent Louvois et ses intendants, les trois frères Camus. Les premiers pensionnaires sont hébergés lors de l'inauguration de l'hôtel en octobre 1674 par Louis XIV en personne. Néanmoins, à cette date, la construction de l'église n'est pas encore commencée. La face arrière de la grande cour est cependant détruite moins d'un an après son achèvement, pour laisser place aux fondations du grand dôme. Les matériaux de construction, notamment la pierre de craie, sont débarqués au niveau d'un port aménagé sur la Seine au niveau du futur pont Alexandre-III.

L'église royale, initialement prévue par Bruant, bute sur la construction. Louvois, qui y voit l'occasion de mettre à l'écart l'un des protégés de son rival, Colbert, détourne Bruant vers d'autres travaux de ponts et chaussées et confie l'ouvrage à partir de mars 1676 à Jules Hardouin-Mansart qui travaille également aux pavillons d'entrée et aux infirmeries. La construction de l'édifice religieux dure près de trente ans et n'est achevée que le 28 août 1706, date de la remise des clés par l'architecte au Roi Soleil. Une longue construction qui prend un tournant à la mort de Colbert, dont les restrictions étouffaient la construction. Louvois le remplace au ministère et ainsi, quadruple la mise de cent mille livres allouée à la construction du dôme par Colbert. Néanmoins, celui-ci se fait très présent sur le chantier et n'hésite pas à harceler les fournisseurs en pierre retardataires tel que Carel. Louvois fut particulièrement attaché aux Invalides, dans lequel il souhaitait d'ailleurs reposer à sa mort. Le 19 juillet 1691, il fut inhumé dans l'église, mais il n'aura malheureusement jamais vu la fin des travaux sur le dôme. Tragique histoire d'amour, car malgré tout, en 1699, son mausolée n'est toujours pas fini, le roi n'ayant pas libéré les crédits à cet effet. On soupçonne Madame de Maintenon, épouse morganatique du roi et vieille adversaire de Louvois, de retarder la construction. Ainsi, le 29 janvier 1699, le corps de Louvois quitte son hôtel des Invalides et est inhumé dans l'église du couvent des Capucines qu'il avait fait construire au débouché de la place Vendôme. Néanmoins celui-ci reste présent par un joli jeu de mots : parmi les décorations d'armes sur une lucarne, l'une nous présente étrangement un animal sortant des hautes herbes fixant la cour.

Wikipedia

Jules Hardouin-Mansart - Eglise des Invalides - Paris - Photos: Lankaart (c)
Jules Hardouin-Mansart - Eglise des Invalides - Paris - Photos: Lankaart (c)
Jules Hardouin-Mansart - Eglise des Invalides - Paris - Photos: Lankaart (c)

Jules Hardouin-Mansart - Eglise des Invalides - Paris - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 6 Novembre 2018

Rochefort - Corderie Royale - Photos: lankaart (c)
Rochefort - Corderie Royale - Photos: lankaart (c)
Rochefort - Corderie Royale - Photos: lankaart (c)
Rochefort - Corderie Royale - Photos: lankaart (c)

Rochefort - Corderie Royale - Photos: lankaart (c)

Manufacture royale créée par Louis XIV, la corderie sert à fabriquer les cordages nécessaires aux bateaux à voile de la marine de guerre. Elle est implantée au sein d’un vaste arsenal maritime qui réunit magasins, fonderie, forges, poudrière, formes de radoub pour la réparation des bateaux. C’est le tout premier bâtiment construit dans l’arsenal, dès 1666. Il s’agit d’un prototype, inspiré sans doute à la fois de la corderie de Venise (XIIIe siècle) et des bâtiments de Saardam (près d’Amsterdam). Elle vit son âge d’or au temps de la marine à voile, de 1669 à 1862 environ. Servant autrefois pour la marine de guerre elle est aujourd’hui un bâtiment classé et le plus grand site historique de Rochefort.
Malgré sa fonction utilitaire, elle ressemble davantage à un palais. Si côté ville, la façade est strictement fonctionnelle (simples murs de moëllons, nombre limité d’ouvertures, etc.), côté fleuve, elle devient « royale » : pierres de taille, nombreuses croisées, lucarnes à frontons ornées de boules, toiture bicolore… Cette dualité résume bien l’idée qu’on se fait d’un arsenal de Marine sous Louis XIV. La corderie est à la fois bâtiment technique (conçu pour fabriquer du cordage) et instrument politique de propagande (l’arsenal est un théâtre qui met en scène la majesté du roi), à une époque où même la guerre est un spectacle. Aujourd’hui la corderie est un lieu atypique et un monument historique français.

Corderie Royale

Rochefort - Corderie Royale - Photos: Lankaart (c)
Rochefort - Corderie Royale - Photos: Lankaart (c)
Rochefort - Corderie Royale - Photos: Lankaart (c)
Rochefort - Corderie Royale - Photos: Lankaart (c)
Rochefort - Corderie Royale - Photos: Lankaart (c)
Rochefort - Corderie Royale - Photos: Lankaart (c)

Rochefort - Corderie Royale - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 1 Octobre 2018

Lisbonne - Place du commerce - Praça do comércio - Photos: Lankaart (c)
Lisbonne - Place du commerce - Praça do comércio - Photos: Lankaart (c)
Lisbonne - Place du commerce - Praça do comércio - Photos: Lankaart (c)

Lisbonne - Place du commerce - Praça do comércio - Photos: Lankaart (c)

En 1511 le roi D. Manuel I déplace la résidence royale du fort de San Jorge vers les rives du Tage à l’emplacement de l’actuelle place du Commerce. Le Palais royal et sa bibliothèque seront entièrement détruits lors du tremblement de terre de Lisbonne le 01 Novembre 1755. La reconstruction du centre-ville après ce terrible événement qui marquera tous les européens est confié au marquis de Pombal. Celui-ci propose la réalisation, face au Tage, d’une grande place monumentale, porte ouverte vers le nouveau centre-ville et image du renouveau urbain de Lisbonne. Les nouveaux édifices, de style classique, sont construits sur des arcades offrant une déambulation à l’ombre le long des commerces et restaurants qui occupent avec plusieurs ministères la place aujourd'hui.

RR. 

Lisbonne - Place du commerce - Praça do comércio - Photos: Lankaart (c)
Lisbonne - Place du commerce - Praça do comércio - Photos: Lankaart (c)

Lisbonne - Place du commerce - Praça do comércio - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0