Publié le 14 Décembre 2011

Mayas Ek Balam (7)

 

L'histoire du site d'Ek-Balam n'est pas certaine, mais on pense qu'elle commence vers 300 avant J.-C., et qu'elle s'étend jusqu'à l'arrivée des conquistadors. Ek-Balam fut une ville importante à l'époque prèhispanique, elle s'étendait sur 12 km2, et était délimitée par trois grandes murailles (à but défensif, mais contrôlant aussi l'accès aux étrangers) percées de cinq entrées d'où partaient des routes, les sacbeob, orientées exactement selon les quatre points cardinaux.

 

Lorsque les archéologues ont découvert le site, ce n'était qu'un amas de terre dans lequel ils découvrirent ce qui leur parut être des pierres mayas. Et après avoir "déblayé" le site, ils découvrirent un immense bâtiment de 31 mètres de haut. Celui-ci aurait été entièrement recouvert de terre par les habitants de la cité eux-mêmes, alors qu'un autre groupe maya était sur le point d'envahir la cité. L'Acropole est de ce fait incroyablement bien conservée, notamment le mur d'une chambre découvrant une frise en stuc peint originellement en bleu et en rouge, permettant d'étudier l'art maya.

 

La cité était apparemment un grand centre religieux, politique, et économique. On a découvert en 1998 le glyphe-emblème de la cité, qui, selon les épigraphistes, se lirait «Talol». Ce glyphe marque l'importance de la ville, et son caractère royal. C'est la première fois qu'un emblème est retrouvé dans la péninsule du Yucatan.

 

Mayas Ek Balam (2)

 

Mayas Ek Balam (3)

 

Mayas Ek Balam (4)

 

Mayas Ek Balam (9)

 

Mayas Ek BalamMayas Ek Balam (6)
Mayas Ek Balam (5)Mayas Ek Balam (8)

 

Photos: (c) Lankaart

Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART PRECONLOMBIEN, #MEXIQUE

Repost0

Publié le 13 Décembre 2011

 

mexique campeche (12)

 

Campeche est une ville portuaire du Yucatan au Mexique. Son centre historique  date de l'époque coloniale espagnole. Elle a gardé son mur d'enceinte et son système de fortifications, mis en place pour protéger le port contre les attaques de pirates venant de la mer des Caraïbes.

 

mexique campeche (11)

 

La cité portuaire de Campeche est un modèle d'urbanisme caractéristique des villes baroques coloniales du Nouveau Monde: un plan de voirie en damier et  des murailles qui entourent son centre historique. Cette disposition traduit l'influence de l'architecture militaire des Caraïbes. Le système des fortifications de Campeche, exemple éminent de l'architecture militaire des XVIIe et XVIIIe siècles, fait partie du système défensif mis en place par les Espagnols pour protéger les ports donnant sur la Mer des Caraïbes contre les attaques des pirates et des corsaires.

 

mexique campeche (2)mexique campeche (19)
mexique campeche 2 (4)mexique campeche (5)

 

 

Campeche a été fondée en 1540 par Francisco Montejo El Mozo au sud ouest du territoire Maya de Ah Kin Pech qui venait d'être explorée et occupée par les conquérants espagnols dès 1517. A l'origine, son port joua un rôle majeur comme point de départ des expéditions vers la péninsule du Yucatan et la région de Peten au Guatemala et son importance commerciale et militaire en firent la seconde ville du Golfe du Mexique, après Mérida.

 

mexique campeche (13)mexique campeche (17)
 mexique campeche (16)mexique campeche 2 (2)

 

mexique campeche (15)

 

mexique campeche (4)

 

Durant la seconde moitié du XVIe siècle, Campeche, comme d'autres villes des Caraïbes, fut systématiquement attaquée par des pirates et des corsaires à la solde des ennemis de l'Espagne. C'est la raison pour laquelle un système défensif à grande échelle fut établi. Au début du XVIIIe siècle, la ville était ainsi entourée d'une impressionnante muraille hexagonale d'un périmètre de 2536 mètres, d'une hauteur de 6 à 8 mètres et d'une épaisseur de 2.50 mètres. Le plan urbain en damier fut conservé, avec une Plaza mayor faisant face à la mer et entourée d'édifices gouvernementaux et religieux.

 

mexique campeche 2 (6)mexique campeche 2 (5)
mexique campeche 2 (7)mexique campeche (9)

 

 

Au XIXe siècle, la ville se dota d'un beau théâtre, harmonieusement inséré dans le tissu urbain. Pour ménager une vue sur la mer, une portion de la muraille fut abattue en 1893 et la place centrale fut transformée en jardin public.

 

mexique campeche (8)mexique campeche 2
mexique campeche (7)mexique campeche (3)

 

 

Au XXe siècle, un relatif ralentissement de l'activité économique fit en sorte que les espaces traditionnels du centre urbain furent peu affectés par le courant moderne.

 

mexique campeche (14)

 

Source: UNESCO

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #VILLES D'ART ET DE CULTURE, #MEXIQUE

Repost0

Publié le 13 Décembre 2011


L'abbaye de Fontenay, est une abbaye cistercienne du XIIe siècle situé en Bourgogne. Elle fut fondé en 1118 par Bernard de Clairvaux, marquée par le style cistercien caractérisé par un dépouillement dans l'ornementation et une recherche de proportions harmonieuses. En grande partie restauré le complexe présente une grande partie des bâtiments conventuels propre à l'ordes des cisterciens: cloître, église abbatiale, salle capitulaire, salle des moines, dortoir, forge et pigeonnier.

Prospère du XIIe au XVIe siècle, l'abbaye sombre peu à peu dans le dénuement, les bâtiments sont peu à peu abandonnés par les moines. A la révolution l'abbaye est vendu à Claude Hugot qui la transforme en papeterie, de lieu de culte et de receuillement, elle devient une usine. Elle sera rachetée en 1906 par Edouard Aynar, qui commencera des travaux de restauration. Aujourd'hui elle est toujours la propriété de la famille Aynard, cas unique en France, et est ouverte au public.


Classé au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1981, l'abbaye est un témoignage émouvant de l'oeuvre cistercienne. Le cloître est certainement l'élément le plus remarquable de l'ensemble monumental, d'une grande homogénéïté, malgré des différence de proportions entre ses différents côtés, il constitue le coeur de l'abbaye, lieu de rencontre, de discussion, mais aussi de receuillement. La galerie qui ceinture le cloître dstribue tous les bâtiments qui, pendant la journée cistercienne, sont pratiqués par les moines.

 

Pigeonnier et chenil

Eglise abbatiale
Cloître

Cloître

 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 12 Décembre 2011


Kalkhu ou Kalhu, nommé également Nimrud, fut l'une des grandes villes néo-assyrienne de Mésopotamie. La ville fut édifié non lion du Tigre sur une falaise dès le IIème millénaire av. JC. Ville secondaire pendant plusieurs siècle, elle deviend sous le règne d"Assurnasirpal II (883-859 av. JC) la nouvelle capitale du royaume Assyrien. Elle le restera jusqu'à l'effondrement du royaume au VIIème siècle av. JC. Pillé en 614 av. JC. elle sera en partie abandonné.  

La ville de Kalkhu comportait de nombreux palais, le plus important fut le "Palais sans égal", celui-ci nous a légué une série de frises d'orthostates qui sont des témoignages précieux de l'art assyrien. D'une très grande beauté ces frises ornaient les murs du palais et sont le support de texte, témoignage unique des écrits assyriens en écriture cunéïforme.



 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #MESOPOTAMIE et PERSE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 12 Décembre 2011

alia magda el mahdy nus

 

 

Aliaa al-Mahadi (ou Magda Elmahdy) est étudiante à l'université américaine du Caire. Elle a participé activement aux mouvements révolutionnaire de 2011 notamment sur internet. Elle a publié sur son blog, entre autres photos : cet autoportrait nu avec des rectangles jaunes devant les yeux, la bouche et le sexe. Ils représentent "la censure de notre savoir, de notre expression et de notre sexualité", commente t-elle dans le blog qu'elle a intitulé "Journal d'une rebelle". Elle dénonce une "société de violence, de racisme, de sexisme, de harcèlement sexuel et d'hypocrisie".

 

En ce début de siècle l'art engagé devient l'un des modes d'expression les plus en vogue.

 

Le 1er novembre, Aliaa al- Mahdi avait déjà créé la sensation en demandant aux hommes de se voiler. Plusieurs hommes avaient posté leur photo, avec un voile, sur sa page personnelle, en signe de solidarité.

 



" Mes photos ne sont ni des photos réalistes au sens conventionel, ni de l'art contemporain. Elles dépeignent le présent avec une vision contemporaine. La Chine est étourdissante. Nous vivons dans un endroit empreint de significations, de questionnements, et là où il y a interrogation il y a de l'art. Les questions contemporaines et les valeurs éternelles m'ont intimé l'urgence d'explorer quai après quai, chacun avec sa signification. Dans cette Chine en développement et en pleine […]

 

 

 



Le photographe JR est issu de la banlieu parisienne, mélant la photo et l'affiche il trouve dans la phto contemporaine un nouveau moyen d'expressioin à grande échelle via l'affichage. Au début ses portraits et affiches de grands formats se retrouvent dans le métro parisien, à la cité des Bosquet à Montfermeil, puis au Brésil, aux Etats-Unis, en Israël. JR est partout et est devenu l'un des plus brillant photographe de sa génération. Ce tirage grand format placardé sur les murs de […]


 

 



Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #XXIe: l'ART CONTEMPORAIN aujourd'hui

Repost0

Publié le 12 Décembre 2011


René Jules Lalique est l'un des maîtres de l'Art Nouveau, créateur de vases et de bijoux, il a su marqué son époque, tout en créant une entreprises de luxe toujours existante aujourd'hui.  C'est en 1885 qu'il crée sa propre maison de joaillerie, influencé par l'art japonais, soucieux du détail et débordant d'imagination il va créer un univers originale et surprenant. Mélant les références florales et le bestiaires fantasmagorique propre à l'art nouveau il sait produire des bijoux  splendides, qui auront énormément de succès auprès de l'aristocratie et de la bourgeoisie parisienne.


La collection réunie par Calouste Gulbenkian, le célèbre milliardaire arménien, est très représentative de cette période. L'ensemble de ces pièces sont aujourd'hui visibles au musée Calouste Gulbenkian à Lisbonne.







Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART NOUVEAU

Repost0

Publié le 11 Décembre 2011

Ravenne Saint apollinaire in Classe (2)

 

La basilique Saint-Apollinaire in Classe est une basilique du VIe siècle, située à Classis (en italien : Classe), ancien port antique de Ravenne, Italie, aujourd'hui ensablé.

 

Commencée par l'évêque Ursicinus, l'église fut inaugurée le 9 mai 549 par l'évêque Maximien. Les travaux ont été financés par le banquier Julianus Argentarius.

 

Le terme in Classe vient de l'antique ville romaine de Civitas Classis (signifiant « ville de la flotte »), qui s'était développée autour du port de Ravenne et qu'Auguste avait renforcée pour la défense de toute la mer Adriatique. La ville avait une population assez homogène de migrants originaires des provinces orientales de l'Empire byzantin, dont faisait partie Apollinaire de Ravenne, venu d'Antioche à la fin du Ier ou au début du IIe siècle.

 

Ravenne Saint apollinaire in Classe (3)

 

Apollinaire rassembla la première communauté chrétienne de Ravenne et en fut le premier évêque. La basilique de Classis fut bâtie sur son tombeau, mais ses ossements furent transférés au milieu du IXe siècle à Saint-Apollinaire-le-Neuf dont la position centrale près du palais offrait une meilleure sécurité, à l'abri d'éventuelles incursions ou pillages.

 

Ravenne Saint apollinaire in Classe

 

Elle est connue pour son ensemble de mosaïques du VIe siècle et inscrite, avec d'autres monuments de Ravenne, sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

 

Source et pour en savoir plus: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS BYZANTIN PALEOCHRETIEN ORTHODOXE et RUSSE

Repost0

Publié le 11 Décembre 2011

Irving penn picasso

 

Irving Penn (né le 6 juin 1917 dans le New Jersey - mort le 7 octobre 2009 dans son appartement new-yorkais)1 est un photographe américain, considéré comme un très grand photographe de mode, de beauté, et également célèbre pour ses portraits et ses natures mortes. Il est le frère du cinéaste Arthur Penn.

 

Irving penn truman

 

Irving penn jean cocteau

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PHOTOS XXe

Repost0

Publié le 10 Décembre 2011


Au Sri-Lanka s'épanouie, pendant la haute antiquité et l'antiquité, une civilisation brillante du Ve siècle av. JC à l'an 1000 ap. JC. 

Le bouddhisme, religion officielle de l'île, inspire une série de monuments qui marquent encore aujourd'hui le paysage du Sri-Lanka.

Anuradhapura, fondée au Ve siècle av JC., située au centre de l'île, fut la capitale de l'île durant cette période. Trois grands monastères bouddhistes vont animer la vie religieuse de la capitale et commanditer la réalisation de plusieurs dagoba.

Ces édifices, en forme de dômes pleins, sont d'immenses reliquaires construits à la mémoire de Bouddha et conservant en leur sein : une dent, un cheveu, un os de Bouddha.

L'origine de ces édifices remontent aux premiers temples construit en Inde. Ville sainte, Anuradhapura attirait de nombreux pelerins. Encore aujourd'hui les dagobas continuent à être des lieux de receuillement.


Le dagoba de Ruvanvelisaya est certainement l'un des plus vénéré. Son nom signifie "poussière d'or". Plaqué en or à son sommet à l'origine, son faîte à 90 m. de haut en fait à l'époque l'un des bâtiments les plus imposant au monde.

Entièrement reconstruit dans les années 30, sa forme originelle n'a pas été totalement respectée : la courbe du dôme est plus aplatie qu'à l'origine.

Le mur d'enceinte est décoré de dizaines de têtes d'éléphants peintes en noir. L'effet plastique est saisisant. L'influence de la civilisation du Sri-lanka au premier millénaire ap. JC. sera très importante dans toute l'Asie du sud-est. L'architecture des dagobas influencera la production architecturale notamment des royaumes de Bagan en Birmanie et Siam en Thaïlande.


 

Photos: (c) Lankaart

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BOUDDHISME CLASSIQUE

Repost0

Publié le 10 Décembre 2011


La cathédrale de Séville est l'une des plus vastes, en termes de surface couverte et de volume, de toutes les cathédrales catholiques du monde - en se rappelant que la basilique Saint-Pierre de Rome n'est pas une cathédrale au sens strict - et évidemment la plus grande d'Espagne.

Ses dimensions en font également le plus grand édifice gothique entièrement construit au Moyen Âge. Elle mesure 115 m de long, 76 m de large ; les voûtes de sa nef centrale s'élèvent à la hauteur de 56 m, ce qui est comparable aux cathédrales de Cologne ou d'Amiens - inférieure cependant à celles de Milan, Palma et Beauvais. Elle possède une trentaine de chapelles sur ses côtés.

 


L'édifice a été construit en lieu et place d'une mosquée almohade dans le souci de symboliser, par un monument prestigieux, la prospérité de la capitale andalouse devenue une grande cité commerçante après la Reconquista.

Le vendredi 8 juillet 1401, lors de la réunion du chapitre qui devait décider la construction du monument, un des chanoines prononça cette phrase qui décrit bien l'état d'esprit des autorités sévillanes : "Construisons un temple si grand que ceux qui le verront terminé nous prendrons pour des fous !".

Les bâtisseurs réutilisèrent des éléments et des colonnes de la mosquée et transformèrent en campanile son minaret, la fameuse tour de la Giralda, aujourd'hui devenue le symbole de la ville.
 


L'intérieur, avec la nef la plus longue d'Espagne, est décoré de façon fastueuse avec profusion d'or. Dans le corps principal de l'édifice, se distingue le choeur qui occupe le centre de la nef. Il s'ouvre sur la Capilla Mayor qui est dominée par le colossal retable gothique comprenant 45 panneaux sculptés représentant des scènes de la vie du christ.
Ce chef d'œuvre unique et véritablement extraordinaire du sculpteur Pierre Dancart est l'ouvrage de toute une vie : c'est le tableau d'autel le plus grand et le plus riche du monde et l'une des plus somptueuses pièces sculptées de l'art gothique.


La cathédrale possède en outre une collection importante de pièces d'orfèvrerie, de tableaux peints et de statues ainsi que le tombeau de Christophe Colomb.

 

Photos: (c) Lankaart
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GOTHIQUE

Repost0