Publié le 28 Août 2011

Angkor - Porte - Photo: Lankaart (c)

Angkor - Porte - Photo: Lankaart (c)

Angkor est l'un des principaux sites archéologiques de l'Asie du Sud-Est. Il renferme les magnifiques vestiges des différentes capitales de l'Empire khmer, qui rayonna du IXe au XVe siècle. L'art khmer, tel qu'il s'est développé à Angkor, exerça une influence profonde sur une grande partie de cette région, et joua un rôle fondamental dans l'évolution qui la caractérise. L'architecture khmère s'est largement développée à partir de celle du sous-continent indien, dont elle s'émancipa toutefois rapidement en développant ses propres caractéristiques, dont certaines se sont formées de manière indépendante, tandis que d'autres ont été empruntées aux traditions de cultures proches, donnant ainsi naissance à un nouvel horizon artistique dans l'art et l'architecture de l'Orient.

Au commencement du IXe siècle, les deux États qui couvraient le territoire du Cambodge actuel furent réunis par Jayavarman II, qui jeta les bases de l'Empire khmer, qui devait demeurer la principale puissance du sud-est de l'Asie pendant près de cinq siècles. L'un de ses sites se trouvait au centre du Cambodge, au nord de Tonle Sap (le grand lac) où un demi-siècle plus tard le fils de Jayavarman, Yashovarman, fonda Yashodapura (la ville prit ensuite le nom d'Angkor), qui devint alors capitale permanente de l'Empire khmer jusqu'au XVe siècle.

Angkor - Groupe de Roluos - Phots: Lankaart (c)
Angkor - Groupe de Roluos - Phots: Lankaart (c)

Angkor - Groupe de Roluos - Phots: Lankaart (c)

Différents éléments de la première ville se conformaient au schéma classique d'une capitale khmère : un périmètre fortifié longé par un fossé avec un temple d'État en son centre, fait en brique ou en pierre, et un palais en bois. On y trouvait aussi de nombreuses constructions privées, construites presque entièrement en bois, à l'intérieur de l'enceinte comme à ses abords. Le temple d'État de Roluos, le Bakong, et le temple construit à la mémoire des ancêtres de la dynastie royale, le Preah Ko, ont été édifiés autour de 880. Un autre élément essentiel de la capitale khmère, le grand réservoir d'eau, a été aménagé une dizaine d'années plus tard, avec en son centre un troisième temple construit au nord-est du Roluos, près de la colline de Phnom Bakeng, connue aujourd'hui sous le nom de Baray oriental.

Temple de Banteay Srei - Photos: Lankaart (c)
Temple de Banteay Srei - Photos: Lankaart (c)

Temple de Banteay Srei - Photos: Lankaart (c)

La seconde capitale d'Angkor fut construite par Rajendravarman autour de 960, avec un temple d'État situé à Pre Rup. Il édifia aussi un temple, le Mebon oriental, sur une île artificielle qui se trouvait au centre du Baray oriental, ainsi que le merveilleux temple de Banteay Srei. Le fils de Rajendravarman, Jayavarman V, abandonna le site de Pre Rup pour un autre emplacement à Ta Kev où il construisit son propre temple d'État, qui fut consacré autour de 1000. Peu de temps après, il fut renversé par Suryavarman Ier , qui ordonna la construction des formidables fortifications qui entourent son palais royal et son temple d'État, le Phimeanakas, ainsi que de celle du grand Baray occidental.

Angkor Thom - Le Bayon - Photos: Lankaart (c)
Angkor Thom - Le Bayon - Photos: Lankaart (c)

Angkor Thom - Le Bayon - Photos: Lankaart (c)

En 1050, son successeur construisit un nouveau temple d'État, plus impressionnant encore, le Baphuon. Les souverains successifs laissèrent peu d'édifices monumentaux, et il faut attendre l'arrivée au pouvoir de Suryavarman II, en 1113, pour que débute la dernière grande phase édilitaire du site. Il est en effet le bâtisseur du plus grand de tous les monuments khmers, Angkor Vat, dédié à Vishnou, et situé à l'intérieur d'une vaste enceinte. La mort de Suryavarman II, survenue vers 1150, fut suivie par une période de luttes intestines et de pressions extérieures qui culminèrent, en 1177, avec le sac d'Angkor par les Cham. La situation fut rétablie par Jayavarman VII, qui célébra son succès militaire en créant encore une nouvelle capitale à Angkor Thorn, et en lançant une campagne de construction sans précédent. Son temple d'État était l'imposant Bayon, dédié à Bouddha.

Un autre élément caractéristique du complexe d'Angkor est le système d'irrigation de toute la région, assuré par de grands réservoirs qui ont permis de développer l'infrastructure économique des différentes capitales khmères.

Source: http://whc.unesco.org/fr/list/668

Angkor Vat - Photos: Lankaart (c)
Angkor Vat - Photos: Lankaart (c)

Angkor Vat - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART KHMER

Repost0

Publié le 28 Août 2011


En face de Bombay, les îles Elephanta regroupent un ensemble de temples rupestres du milieu du VIe siècle Ap. JC.

Huit grottes seront creusées à l'époque des Kalachuri, la plus grande sera consacrée à Shiva.

Le temple de Shiva comprend une grande salle hipostyle appelée mandapa dans la tradition hindoue et un temple carré au centre. Trois imposants hauts-reliefs animent les parois du temple.

L'entrée de la grotte principale n'est pas décorée. Les poteaux sont de section carrée en bas, ronde en partie supérieure. Les chapitaux sont en forme de coussin. On retrouve ces piliers à Ajanta.

 



Les dvarapala sont des figures postées de chaque côté des portes, leurs fonctions sont apotropaïques, c'est-à-dire qu'elles protègent les lieux sacrés des mauvais esprits. Les mains ont disparu mais elles portaient certainement des lances.

L'ensemble du complexe est imposant et très populaire en Inde.

 

 

Photos: (c) Lankaart

 
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE HINDOUE, #INDE

Repost0

Publié le 28 Août 2011


Le Monastère de San Juan de los Reyes est l'un des bâtiments les plus somptueux de Tolède.

Construit à la fin du XVe siècle pour les Rois Catholiques, il est un exemple de la transition entre le gothique hispano-flamand, premier niveau des arcades du cloître et les débuts de la renaissance au deuxième niveau.

Ce cloître fut réalisé par Enrique Egas, de grandes baies ouvrent sur le cloître, la décoration florale et animale agrémente l'ensemble.
Des plafonds ploychromes, de style mudejar, agrémentent l'étage. Le cloître est d'une très grande qualité architecturale. La verticalité des éléments d'architecture prédomine dans la composition des façades du cloître, assurant l'équilibre de la composition d'ensemble.

 



 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GOTHIQUE

Repost0

Publié le 27 Août 2011

 

 

 

Jan Josephsz Van Goyen (Leyde, 13 janvier 1596 – La Haye, 27 avril 1656) est un peintre et dessinateur de paysages néerlandais (Provinces-unies) du siècle d’or. Van Goyen a laissé beaucoup de peintures représentant des chemins forestiers, des rivières, des lacs et des canaux des environs de La Haye, Rotterdam, Delft, Dordrecht, Leyde, Gouda, Arnhem et Emmerik.

 

Tout comme Jacob et Salomon Van Ruysdael, il se spécialisa dans la peinture de paysages. À partir de 1630, il contribua au développement de la peinture de marines et de paysages fluviaux, sous des cieux pluvieux et chargés de nuages qui font s'estomper les couleurs.

 

Son style se caractérise par l’alternance de bandes sombres et plus claires, de manière complexe dans ses œuvres plus tardives. Il ne peignait pas de façon réaliste, comme on peut le constater en regardant sa représentation de la Hooglandse Kerk de Leyde au bord d’une rivière ; et ce ne sont pas tant les différents éléments les composant que l’impression d’ensemble qui caractérisent ses peintures. Leur caractère est par ailleurs déterminé par l’activité humaine : Van Goyen était un grand observateur des détails de la vie quotidienne.

 

Van Goyen consigna des notes et des dessins préparatoires dans son carnet de croquis, à la plume pour commencer, ensuite au fusain. Ses œuvres les plus tardives sont les plus importantes, comme Gezicht op de Kaag et Storm op het Haarlemmermeer.

 

 

(c) visipix.com

 

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Jan_Van_Goyen

 



"Nous marchons. J'allois la tête baissée, selon mon usage; lorsque je me sens arrêté brusquement, et présenté au site que voici. A ma droite, dans le lointain, une montagne elevoit son sommet vers la nue. Dans cet instant, le hazard y avoit arrêté un voyageur debout et tranquille. Le bas de cette montagne nous etoit dérobé par la masse inter posée d'un rocher. Le pié de ce rocher s'etendoit en s'abaissant et en se relevant et separoit en deux la profondeur de la scène. Tout a fait vers la […]

 

 



Payasage d'Hiver, Alte Nationalgalerie, Berlin Ruysdael (1628-1682) est un paysagiste hollandais qui sut à son époque développé un art autonome du paysage jusqu’ici considéré comme un art mineur. La profondeur de ses ciels, la lumière si particulière de ses tableaux donnent à ses vues une spiritualité qui va au-delà d’une simple description naturaliste. Ruysdael fait le portrait de la création, d’un monde voulu par dieu et dont l’existence même est une manifestation du pouvoir divin, […]

 

 

 



Altes Galeries, Berlin Vermeer de Delft (1632-1675) est un peintre hollandais étrange et mystérieux. Ayant une vie difficile loin du succès bien que reconnu par ses contemporains, il peindra sans relâche toute sa vie des scènes de genres, des portraits, des vues de Delft. Son style est d’un grand réalisme et sa qualité tient à une très grande maîtrise de la lumière et des couleurs, les ambiances ainsi rendu sont souvent magiques, le temps est suspendu, l’instant est saisie, comme ici cette […]

 

 

 


 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 27 Août 2011

Figure Nok, Musée des Arts Premiers, Louvre, Paris

Le peuple de Nok vivait au Nigeria à l'époque de la haute antiquité (Ie s av JC au VIe s ap).

A l'origine d'une civilisation foisonnante et très riche, il nous a laissé parmis les plus belles pièces en terre cuite d'Afrique. Somptueuses sculptures, ces oeuvres sont à l'origine de l'art des nombreuses civilisations qui vont s'épanouir le long du Niger.


De même, l'art de Sokoto est né dans la moyenne vallée du Niger, et révèle une civilisation raffinée et très évoluée. Cette civilisation est contemporaine de la civilisation de Nok. Les aires géographiques se recoupent et les échanges entre les deux peuples ont du être importants.

Découverte seulement en 1992, cette culture est loin d'avoir encore révélée tous ses secrets.

Figure Nok, Musée des Arts Premiers, Louvre, Paris.
Statue Nok, Musée des Arts Premiers, Louvre, Paris.
Portrait Sokoto, Musée des Arts Premiers, Louvre, Paris.

Photos: (c) lankaart 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS PREMIERS AFRIQUE

Repost0

Publié le 26 Août 2011

Espagne-Barcelone-Parc-Guel-Gaudi--12-.jpg

 

Barcelone est la deuxième ville de l'État espagnol en termes de population et d'activités, la onzième ville la plus peuplée de l'Union européenne et la sixième en incluant sa banlieue: environ cinq millions de personnes vivent dans l'agglomération barcelonaise. La majeure partie des municipalités adjacentes sont en outre rassemblées dans l'Àrea Metropolitana de Barcelona.

 

Elle est considérée comme ville mondiale en raison de son importance dans les domaines de la finance, du commerce international, de l'édition, des arts, du divertissement et des médias. Barcelone est donc un centre économique majeur qui jouit de surcroît d'un des principaux ports méditerranéens et du deuxième aéroport espagnol derrière celui de Madrid-Barajas. Elle est aussi la ville qui possède le plus grand parc métropolitain du monde, le parc Collserola, devant Central Park à New York.

 

Ayant été fondée par les Romains, la ville devint la capitale des comtes de Barcelone puis l'une des villes majeures de la Couronne d'Aragon. Redessinée plusieurs fois pendant son histoire, elle est aujourd'hui une destination touristique majeure et jouit d'un patrimoine culturel unique. Le palais Güell (en 1984), la Casa Milà, le parc Güell, le Palais de la musique catalane et l'Hôpital de Sant Pau figurent d'ailleurs sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. En outre, la ville est également connue pour avoir accueilli les Jeux olympiques en 1992 et, plus récemment, le siège de l'union pour la Méditerranée.

 

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Barcelone

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #VILLES D'ART ET DE CULTURE

Repost0

Publié le 25 Août 2011

Pompei-maison-de-la-Venus-au-coquillage--1-.jpg

 

 

Naples (en italien Napoli /ˈnapoli/, en napolitain [Napule) est une ville d'Italie, capitale de la province homonyme et de la région de Campanie. Avec 1 004 500 habitants en 2007, c'est la troisième commune italienne par sa population, après Rome et Milan. Son aire urbaine est avec 4 434 136 habitants la deuxième du pays après celle de Milan, ce qui en fait l'une des plus grandes cités méditerranéennes.

 

Elle est presque située en position centrale sur le golfe homonyme, entre le Vésuve et la zone volcanique des Champs Phlégréens. Son vaste patrimoine artistique et architectural est défendu par l'UNESCO qui, en 1995, a inclus le centre historique de Naples, comme le plus vaste de l'Europe.

 

Elle fut fondée entre le VIII et le IX av. J.‑C. de fermiers grecs; successivement refondée comme Neapolis (Νεάπολις en grec) dans la zone basse entre la fin du VI et le début du Ve siècle av. J.-C.. Elle fait partie des principales villes de la Grande-Grèce.

 

Après l'Empire romain, au VIIe siècle la ville forma un duché autonome, indépendant de l'Empire byzantin ; par la suite, depuis le XIIIe siècle et pour environ six-cents ans, elle fut capitale du Royaume de Naples. De Naples, aux débuts du XVe siècle, sous les ordres du roi Ladislas Ier de Naples, partit une première tentative de réunification de l'Italie ; la ville devint successivement le centre politique de l'Empire Aragonien. Pour motifs historiques, artistiques, politiques et ambiants, elle fut, du Moyen Âge tardif jusqu'au Risorgimento, l'un des principaux centres de référence culturelle, à l'égal des autres principales capitales du continent.

 

Déjà capitale du Royaume des Deux-Siciles, après l'annexion au Royaume de l'Italie, la ville et, en général, tout le Mezzogiorno subit un déclin relatif socio-économique.

 

Source:http://fr.wikipedia.org/wiki/Naples

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #VILLES D'ART ET DE CULTURE

Repost0

Publié le 25 Août 2011


Le Panthéon est une des oeuvres majeures de l'architecture antique romaine.

Il nous est parvenu dans un état de conservation exeptionnel et constitue un monument phare de Rome.
Construit sous le règne de l'empereur Hadrien entre 118 et 125 ap. JC., il est consacré aux dieux romains puis devient une église en l'an 609.

L'espace intérieur est surmonté d'une coupole à caissons de 43 mètres de diamètre et constitue un volume d'une très grande pureté.
Pendant plusieurs siècles, cette coupole restera l'une des plus grandes au monde et inspirera les architectes aussi bien de Sainte Sophie à Constantinople que ceux de la Basilique Saint-Pierre à Rome.

 

 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROME ANTIQUITE

Repost0

Publié le 24 Août 2011


Célèbre monument de Rome, la Fontaine de Trévi est un splendide témoignage du Baroque Romain dans toute sa splendeur.
Réalisée à la demande du pape Clément VII entre 1732 et 1762 par Niccolo Salvi puis Niccolo Pannini, elle prend appui sur l'une des façades du palazzo Poli.

Elle est un mélange d'architecture et de grandes compositions sculptées selon des principes proches de ceux mis en pratique par Le Bernin pour les fontaines de la plazza Navona : imitation pierre pour le socle, personnages et représentation animale dans le plus pur style baroque, grande composition monumentale.

Au centre est représenté le dieu Neptune, oeuvre de Pietro Bracci, de part et d'autre l'abondance et la salubrité.



La fontaine est une allégorie de l'Océan. Neptune, au centre, domine la composition : son char en forme de coquillage est tiré par deux chevaux sortant des flots et guidés par deux tritons, certainement les personnages les plus saisisants de l'ensemble monumental.


 

Photos: (c) lankaart

 
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BAROQUE

Repost0

Publié le 24 Août 2011

Vilnius (4)

 

"Vilnius est un remarquable exemple de site médiéval : la ville a exercé une profonde influence sur l'évolution de l'architecture et de la culture dans une vaste zone d'Europe orientale, pendant plusieurs siècles. Avec son paysage et la grande diversité des édifices qui y sont conservés, Vilnius illustre de façon exceptionnelle un type de ville européenne qui a su évoluer de manière organique pendant une période de cinq siècles.

 

Vilnius cathédrale

 

Le château en bois construit vers 1000 apr. J.-C. pour fortifier la colline de Gediminio, au confluent de la Neris et de la Vilnia, occupe un site qui fut habité de manière intermittente depuis le néolithique. La ville ne s'y développa cependant qu'au XIIIe siècle, au cours des combats des peuples baltiques contre les envahisseurs allemands. En 1323, lors de l'apparition de la première référence à Vilnia, elle était la capitale du grand-duché de Lituanie, fondé par le prince Gedymin, l'ancêtre de la famille Galitzine. Quelques édifices en brique paraissent avoir été construits alors sur une petite île qui s'était formée lors du changement du cours de la Vilnia.

 

La Lituanie a été le dernier grand État païen de l'Europe orientale converti au christianisme, en 1387, année du baptême du grand-duc Jagaila. Cette conversion ouvrit Vilnius au monde occidental, qui adopta la même année les statuts de Magdebourg. Toutefois, ce ne fut qu'en 1410, lorsque l'ordre Teutonique fut anéanti à la bataille de Tannenbeg, que la ville fut enfin à l'abri des maraudeurs et des envahisseurs.

 

Vilnius entrée de la vieille ville

 

L'expansion rapide de Vilnius fut stoppée net par un incendie désastreux en 1471, au cours duquel les premiers établissements religieux (la cathédrale, l'église paroissiale Saint-Jean et les monastères franciscain et cistercien) furent détruits. Les seuls vestiges conservés de la période la plus ancienne sont donc ses murailles, dont quelques portions sont conservées sous le rempart construit en 1503-22 pour contrer les incursions tatares. La ville fut partiellement reconstruite après un autre grand incendie en 1530 ; la tentative faite alors de rationaliser le réseau viaire médiéval ne connut guère de succès. Ce fut une période d'essor commercial et culturel intense, durant laquelle se développèrent des liens commerciaux étroits avec l'Europe occidentale et orientale, qui favorisèrent la diffusion de la culture occidentale en Bélarus et en Ukraine.

 

Vilnius Eglises 2 (1)Vilnius églises (2)
Vilnius églises (3)Vilnius vieille ville (1)

 

 

La première typographie y fut installée en 1522, la première université en 1579. Un nouvel incendie entraîna la destruction du château inférieur, qui venait d'être reconstruit, et celle de la nouvelle cathédrale. De nombreuses églises furent édifiées à la faveur de cette nouvelle reconstruction : Saint-Michel, Saint-Étienne, Saint-Casimir, Tous-les-Saints et Sainte-Thérèse remontent toutes à cette période. Au début de la guerre avec la Russie (1654-1667), Vilnius ne comptait pas moins de 41 édifices religieux, mais beaucoup d'entre eux ont été détruits au cours de ce conflit. La plupart des autres édifices en bois disparurent dans une série d'incendies (en 1715, 1737, 1748 et 1749), mais ce sont ses reconstructions successives qui donnèrent à la ville la plupart des édifices qui lui confèrent aujourd'hui son caractère spécifique : la cathédrale, l'hôtel de ville, l'arsenal, ainsi que les palais Tyzenhauzai, Rensai, Pacai et Masalskiai. La plupart des édifices antérieurs conservés ont été reconstruits ou restaurés en style baroque.

 

Vilnius Saint Casimir

 

L'annexion de la ville par la Russie en 1795 mena graduellement la capitale lituanienne à perdre une partie de son caractère distinctif. L'enceinte fortifiée et le château inférieur ont été démolis en 1799 ; en 1837, la place de la cathédrale a été aménagée en style strictement académique, et l'avenue Saint-Georges fut tracée au travers de la vieille ville. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, plus de 80 maisons anciennes furent détruites, mais la reconstruction fut entreprise dès la fin des hostilités. Les projets de réhabilitation du centre historique les plus importants ont été conçus entre 1956 et 1958 et entre 1970 et 1974.

 

Vilnius vieille ville

 

Le centre historique comporte le secteur des trois châteaux (haut, bas et courbe), et la zone qui était entourée par une muraille au Moyen Âge. Son plan, qui s'est développé de manière radiale à partir du site du château d'origine, est approximativement circulaire. Le réseau viaire est typiquement médiéval, avec de petites rues qui le divisent en îlots irréguliers, mais de vastes places y ont été créées au cours de périodes plus récentes.

 

Les édifices historiques sont de style gothique, renaissant, baroque ou classique (avec quelques adjonctions plus récentes). Près de 40 % d'entre eux sont considérés comme de la plus haute importance architecturale et historique. Ils constituent un paysage d'une grande diversité, marqué par une profonde harmonie."

 

Texte: http://whc.unesco.org/fr/list/541

Photos: (c) Lankaart
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #VILLES D'ART ET DE CULTURE

Repost0