Publié le 12 Décembre 2011


René Jules Lalique est l'un des maîtres de l'Art Nouveau, créateur de vases et de bijoux, il a su marqué son époque, tout en créant une entreprises de luxe toujours existante aujourd'hui.  C'est en 1885 qu'il crée sa propre maison de joaillerie, influencé par l'art japonais, soucieux du détail et débordant d'imagination il va créer un univers originale et surprenant. Mélant les références florales et le bestiaires fantasmagorique propre à l'art nouveau il sait produire des bijoux  splendides, qui auront énormément de succès auprès de l'aristocratie et de la bourgeoisie parisienne.


La collection réunie par Calouste Gulbenkian, le célèbre milliardaire arménien, est très représentative de cette période. L'ensemble de ces pièces sont aujourd'hui visibles au musée Calouste Gulbenkian à Lisbonne.







Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART NOUVEAU

Repost0

Publié le 11 Décembre 2011

Ravenne Saint apollinaire in Classe (2)

 

La basilique Saint-Apollinaire in Classe est une basilique du VIe siècle, située à Classis (en italien : Classe), ancien port antique de Ravenne, Italie, aujourd'hui ensablé.

 

Commencée par l'évêque Ursicinus, l'église fut inaugurée le 9 mai 549 par l'évêque Maximien. Les travaux ont été financés par le banquier Julianus Argentarius.

 

Le terme in Classe vient de l'antique ville romaine de Civitas Classis (signifiant « ville de la flotte »), qui s'était développée autour du port de Ravenne et qu'Auguste avait renforcée pour la défense de toute la mer Adriatique. La ville avait une population assez homogène de migrants originaires des provinces orientales de l'Empire byzantin, dont faisait partie Apollinaire de Ravenne, venu d'Antioche à la fin du Ier ou au début du IIe siècle.

 

Ravenne Saint apollinaire in Classe (3)

 

Apollinaire rassembla la première communauté chrétienne de Ravenne et en fut le premier évêque. La basilique de Classis fut bâtie sur son tombeau, mais ses ossements furent transférés au milieu du IXe siècle à Saint-Apollinaire-le-Neuf dont la position centrale près du palais offrait une meilleure sécurité, à l'abri d'éventuelles incursions ou pillages.

 

Ravenne Saint apollinaire in Classe

 

Elle est connue pour son ensemble de mosaïques du VIe siècle et inscrite, avec d'autres monuments de Ravenne, sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

 

Source et pour en savoir plus: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS BYZANTIN PALEOCHRETIEN ORTHODOXE et RUSSE

Repost0

Publié le 11 Décembre 2011

Irving penn picasso

 

Irving Penn (né le 6 juin 1917 dans le New Jersey - mort le 7 octobre 2009 dans son appartement new-yorkais)1 est un photographe américain, considéré comme un très grand photographe de mode, de beauté, et également célèbre pour ses portraits et ses natures mortes. Il est le frère du cinéaste Arthur Penn.

 

Irving penn truman

 

Irving penn jean cocteau

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PHOTOS XXe

Repost0

Publié le 10 Décembre 2011


Au Sri-Lanka s'épanouie, pendant la haute antiquité et l'antiquité, une civilisation brillante du Ve siècle av. JC à l'an 1000 ap. JC. 

Le bouddhisme, religion officielle de l'île, inspire une série de monuments qui marquent encore aujourd'hui le paysage du Sri-Lanka.

Anuradhapura, fondée au Ve siècle av JC., située au centre de l'île, fut la capitale de l'île durant cette période. Trois grands monastères bouddhistes vont animer la vie religieuse de la capitale et commanditer la réalisation de plusieurs dagoba.

Ces édifices, en forme de dômes pleins, sont d'immenses reliquaires construits à la mémoire de Bouddha et conservant en leur sein : une dent, un cheveu, un os de Bouddha.

L'origine de ces édifices remontent aux premiers temples construit en Inde. Ville sainte, Anuradhapura attirait de nombreux pelerins. Encore aujourd'hui les dagobas continuent à être des lieux de receuillement.


Le dagoba de Ruvanvelisaya est certainement l'un des plus vénéré. Son nom signifie "poussière d'or". Plaqué en or à son sommet à l'origine, son faîte à 90 m. de haut en fait à l'époque l'un des bâtiments les plus imposant au monde.

Entièrement reconstruit dans les années 30, sa forme originelle n'a pas été totalement respectée : la courbe du dôme est plus aplatie qu'à l'origine.

Le mur d'enceinte est décoré de dizaines de têtes d'éléphants peintes en noir. L'effet plastique est saisisant. L'influence de la civilisation du Sri-lanka au premier millénaire ap. JC. sera très importante dans toute l'Asie du sud-est. L'architecture des dagobas influencera la production architecturale notamment des royaumes de Bagan en Birmanie et Siam en Thaïlande.


 

Photos: (c) Lankaart

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BOUDDHISME CLASSIQUE

Repost0

Publié le 10 Décembre 2011


La cathédrale de Séville est l'une des plus vastes, en termes de surface couverte et de volume, de toutes les cathédrales catholiques du monde - en se rappelant que la basilique Saint-Pierre de Rome n'est pas une cathédrale au sens strict - et évidemment la plus grande d'Espagne.

Ses dimensions en font également le plus grand édifice gothique entièrement construit au Moyen Âge. Elle mesure 115 m de long, 76 m de large ; les voûtes de sa nef centrale s'élèvent à la hauteur de 56 m, ce qui est comparable aux cathédrales de Cologne ou d'Amiens - inférieure cependant à celles de Milan, Palma et Beauvais. Elle possède une trentaine de chapelles sur ses côtés.

 


L'édifice a été construit en lieu et place d'une mosquée almohade dans le souci de symboliser, par un monument prestigieux, la prospérité de la capitale andalouse devenue une grande cité commerçante après la Reconquista.

Le vendredi 8 juillet 1401, lors de la réunion du chapitre qui devait décider la construction du monument, un des chanoines prononça cette phrase qui décrit bien l'état d'esprit des autorités sévillanes : "Construisons un temple si grand que ceux qui le verront terminé nous prendrons pour des fous !".

Les bâtisseurs réutilisèrent des éléments et des colonnes de la mosquée et transformèrent en campanile son minaret, la fameuse tour de la Giralda, aujourd'hui devenue le symbole de la ville.
 


L'intérieur, avec la nef la plus longue d'Espagne, est décoré de façon fastueuse avec profusion d'or. Dans le corps principal de l'édifice, se distingue le choeur qui occupe le centre de la nef. Il s'ouvre sur la Capilla Mayor qui est dominée par le colossal retable gothique comprenant 45 panneaux sculptés représentant des scènes de la vie du christ.
Ce chef d'œuvre unique et véritablement extraordinaire du sculpteur Pierre Dancart est l'ouvrage de toute une vie : c'est le tableau d'autel le plus grand et le plus riche du monde et l'une des plus somptueuses pièces sculptées de l'art gothique.


La cathédrale possède en outre une collection importante de pièces d'orfèvrerie, de tableaux peints et de statues ainsi que le tombeau de Christophe Colomb.

 

Photos: (c) Lankaart
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GOTHIQUE

Repost0

Publié le 10 Décembre 2011


Dans la lignée des grands princes moghols qui vont marquer l'histoire de l'Inde, Aurangzeb (éclat du trône), fils de Shah Jahan, prend le pouvoir en 1658. Il déplace le centre de l'empire Moghols dans sa nouvelle capitale Aurangabad plus proche des provinces sud de l'empire. C'est là qu'il fera construire en 1679, un mausolée pour l'une de ses femmes, Rabbia Durrani, sur le modèle inégalé du Taj Mahal.

La composition et le style restent similaires mais les proportions de l'édifice ne sont pas les mêmes. Le mausolée d'Aurangabad est beaucoup plus élancé, les effets de verticalités sont dominants.

Edifié à la gloire d'Aurangzeb, ce monument marque l'influence islamique au coeur de l'Inde. Aurangzeb, fièr musulman, se fera inhumer sous une simple dalle à même le sol. Après sa mort en 1707, l'empire se désagrège, on entre dans l'ère des "petits moghols".



 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE ISLAM

Repost0

Publié le 10 Décembre 2011

Tatsuyuki Tanaka (2)

 

 

Né en 1965, Tatsuyuki Tanaka est devenu un maître du manga au Japon. Après des premiers pas dans le Studio Yasuo Otsuka à Tokyo et une collaboration avec Otomo sur Akira en 1988 et Roujin Z en 1991 il est depuis 2003 et la sortie de son premier reccueil d'illustrations: Cannabis Works reconnu comme l'un des chefs de fil du mouvement japonais.

 

Tatsuyuki Tanaka (3)

 

Tatsuyuki Tanaka

 

Tatsuyuki Tanaka (4)

 

Tatsuyuki Tanaka (5)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS GRAPHIQUES BD XXe et XXIe

Repost0

Publié le 9 Décembre 2011

Kkugawa eizan go Gobildalt

 

Kikugawa Eizan (1787-1867) est l'un des maîtres de l'estampe au Japon ; ses portraits d'acteurs, de femmes de compagnie et de nobles sont un vivant témoignage d'un art sophistiqué réservé aux élites cultivées de l'empire.

 

Kikugawa

 

Kikugawa (3)

 

Kikugawa eizan BeautyKikugawa eizan (2)

 

Kikugawa eizan

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON

Repost0

Publié le 8 Décembre 2011

 Li Kung-lin

 

Ce peintre chinois (1040-1106) fut un haut fonctionnaire et un grand collectionneur. Il se distingua par un dessin très précis et souple à la fois. Ses sujets, paysages, portraits et thèmes religieux sont traités avec une grande liberté et un dynamisme exceptionnel.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CHINE

Repost0

Publié le 6 Décembre 2011

Tallin (4)

 

Tallinn, capitale de l'Estonie, est un remarquable exemple, du fait de son authenticité et de son excellente conservation, de l'urbanisme et de l'architecture des villes commerciales du nord de l'Europe fondées au cours du Moyen Âge. Elle a conservé les caractéristiques principales de cette forme unique d'économie et de société.

 

Tallin (10)

 

Les recherches ont montré qu'il existait dès les Xe -XIe siècles un fort construit sur le plateau calcaire de Toompea, qui dominait un comptoir commercial et un port sur la route viking menant à Constantinople depuis les pays scandinaves. Avec l'expansion du commerce baltique, le site, connu à l'époque sous le nom de Lyndanise (Reval en allemand, Kolyvan en russe), fut occupé en 1219 par les troupes de Waldemar II de Danemark qui fortifia ultérieurement Toompea et y construisit la première église.

 

Tallin (11)Tallin (2)
Tallin (3)Tallin (5)

 

Après être passée sous juridiction pontificale en 1226-1227, la ville fut divisée en deux zones : la forteresse (castrum ) et la ville inférieure (suburbium ). En 1230, l'ordre des Croisés invita deux cents marchands allemands de Gotland à s'installer à Tallinn où ils s'établirent autour d'une nouvelle église consacrée à saint Nicolas, près des comptoirs commerciaux estoniens, scandinaves et russes. En 1248, Tallinn adopta le statut de Lübeck, et devint membre de la Ligue hanséatique de plein droit dès 1285. Sa prospérité se traduisit par une croissance rapide dans le courant du XIVe siècle : en 1310 commencèrent les travaux de construction du puissant mur d'enceinte à l'intérieur duquel l'urbanisme de la ville était formé de rues en étoile, conformément à la tradition balte. La ville fut vendue, avec tout le territoire du nord de l'Estonie, à l'Ordre livonien qui fit reconstruire le château de Toompea. Celui-ci devint alors l'une des plus puissantes forteresses de toute cette région.

 

Tallin place centrale

 

La chute de Visby, en 1361, contribua à accroître notablement l'importance de Tallinn. Au cours du XVe siècle, la ville se transforma profondément : on bâtit alors un nouvel hôtel de ville et d'autres édifices publics, et l'on reconstruisit en pierre les maisons en bois des marchands. Tallinn fut annexé par la Suède en 1561, et ce sont des architectes suédois qui se chargèrent de la reconstruction de Toompea après un incendie désastreux, en 1684, et ajoutèrent un groupe de bastions aux fortifications. En 1710, la ville ouvrit ses portes aux troupes du tsar Pierre Ier ; la phase de stagnation commerciale et culturelle qui s'ensuivit, pendant un demi-siècle, s'acheva lorsque son rôle comme centre administratif provincial fut reconnu, avec le château pour siège central. La ville fut lourdement bombardée en 1944 : l'église Saint-Nicolas et ses environs subirent alors d'importants dommages.

 

Tallin (6)Tallin (7)
Tallin (8)Tallin hôtel de Ville

 

 

Le trait le plus caractéristique du site est la colline de calcaire de Toompea. Sa partie occidentale est occupée par le château, dont la tour connue sous le nom de « grand Hermann », deux bastions et d'imposantes murailles sont conservés à l'ouest, au nord et à l'est. À l'intérieur de l'enceinte, la cathédrale, gothique au départ, a été agrandie et reconstruite à de nombreuses reprises depuis le Moyen Âge.

 

Tallin cathédrale Nevski 2

 

La ville basse conserve, à un degré remarquable, sa physionomie urbaine médiévale avec son réseau de petites rues tortueuses dont certaines ont gardé leur nom médiéval, ainsi que de beaux édifices publics ou bourgeois. La répartition des lots d'habitation est, dans ses grandes lignes, restée la même depuis les XIIIe -XIVe siècles.

 

Tallin (9)

 

La place de l'hôtel de ville (1371-1404) est entourée de maisons bourgeoises exceptionnellement bien conservées. Ce sont des édifices en pierre présentant un pignon élevé, dont le rez-de-chaussée était occupé par des pièces d'habitation et les étages supérieurs par des greniers ou des entrepôts ; beaucoup d'entre eux ont conservé leurs poutres d'ancrage en saillie. La maison de la Grande Guilde (1410) est un magnifique exemple de gothique du Nord, avec ses délicats plafonds voûtés et ses colonnes richement décorées.

 

Tallin vue de la vieille ville

 

Les murs renferment différentes églises médiévales. L'église restaurée Saint-Nicolas (Niguliste) et celle de Saint-Olaf (Oleviste) présentent toutes deux un plan basilical typique, avec une voûte élevée et une géométrie précise caractéristiques de l'école de Tallinn. Deux ensembles monastiques sont conservés à l'intérieur des murs : le complexe dominicain de Sainte-Catherine, et le couvent cistercien de Saint-Michel, qui occupent une position caractéristique, à l'écart du principal noyau urbain."

 

Source: http://whc.unesco.org/fr/list/822

 Photos: lankaart (c)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #VILLES D'ART ET DE CULTURE

Repost0