Publié le 25 Mai 2011

Rogers - La cour européenne des droits de l’homme - Photos: Lankaart (c)
Rogers - La cour européenne des droits de l’homme - Photos: Lankaart (c)

Rogers - La cour européenne des droits de l’homme - Photos: Lankaart (c)

Le Palais des Droits de l'Homme, construit par Richard Rogers et inauguré en 1995, abrite la Cour européenne des droits de l'homme, ce bâtiment est dans la droite ligne des oeuvres de Rogers, l'expression de la structure, la monumentalité de la construction, l'utilisation du métal sous toutes ses formes sont les caractéristiques de l'architecture high tech pratiquée par Richard Rogers.

 

 
Rogers - La cour européenne des droits de l’homme - Photos: Lankaart (c)
Rogers - La cour européenne des droits de l’homme - Photos: Lankaart (c)

Rogers - La cour européenne des droits de l’homme - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART CONTEMPORAIN

Repost0

Publié le 25 Mai 2011

Manet la lecture

Musée d'Orsay, Paris. (c) Visipix.com

 

La Lecture est un tableau réalisé par le peintre Édouard Manet vers 1865. La toile représente la famille de l'artiste : Suzanne Manet, née Leenhoff, est assise sur le canapé et, tout en tournant le dos à son fils Léon Leenhoff, écoute avec attention la lecture qu'il est en train de faire à voix haute.

 

La Lecture fait partie des portraits les plus célèbres de Mme Manet, tout comme Suzanne Manet à son piano.

 

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Lecture_(Manet)

 




Edouard Manet naît à Paris en 1832 dans une famille aisée, et se destine très tôt à une carrière dans la marine, tout en ayant un véritable goût pour l'art et pour le dessin. Son échec au concours d'admission à l'École Navale le conduit malgré tout à s'embarquer sur un bateau-école à destination de l'Amérique du Sud. Au cours de ce long voyage, il réalise de nombreux dessins et décide de se consacrer finalement à l'art. De retour à Paris, quelques mois plus tard, il entre dans l'atelier du […]
 


Olympia est un tableau réalisé par Édouard Manet en 1863. Initialement prévue pour le Salon des Refusés de la même année, l'œuvre ne sera finalement dévoilée par le peintre que deux ans plus tard. L'œuvre, qui allait susciter une controverse encore plus féroce que le Déjeuner sur l'herbe, représente une prostituée semblant issue d'un harem à l'orientale et s'apprêtant visiblement à prendre un bain. Le tableau, qui associe et fait ressortir avec puissance le contraste entre la femme blanche […]



Le Balcon est un tableau réalisé par le peintre Édouard Manet et présenté au Salon de Paris de 1869. La toile représente notamment Berthe Morisot (à gauche), qui deviendra en 1874 la belle-sœur de Manet. La toile, inspirée des Majas au balcon de Francisco Goya, a été réalisée à la même époque et dans la même intention que le Déjeuner dans l'atelier. Les trois personnages, tous amis de Manet, semblent n’être reliés par rien : tandis que Berthe Morisot, à gauche, fait figure d'héroïne […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NATURALISME et IMPRESSIONISME

Repost0

Publié le 25 Mai 2011

 

 

Royal Philharmonic Orchestra & Vladimir Ashkenazy

 

Dmitri Dmitrievitch Chostakovitch est un compositeur russe de la période soviétique. Il est l'auteur de quinze symphonies, plusieurs concertos, d'une musique de chambre abondante, et de plusieurs opéras. Sa musique souvent taxée de formalisme par le pouvoir soviétique contribuera par sa force et son dramatisme souvent exacerbé à faire de Chostakovitch une figure majeure de la musique russe du XXe siècle.




Metropolis est un film expressionniste produit pendant la courte période de la République de Weimar. Réalisé en 1927 par le réalisateur autrichien Fritz Lang, le film est muet et en noir et blanc. Metropolis est une mégapole divisée en deux : la ville haute, où vivent les familles dirigeantes, dans l'oisiveté, le luxe et le divertissement, et la ville basse, où les travailleurs font fonctionner la ville. Maria (Brigitte Helm), une femme de la ville basse, essaie de promouvoir l'entente […]



Conducted by Solti Béla Bartók (Bartók Béla, selon l’usage en hongrois), né le 25 mars 1881 à Nagyszentmiklós en Autriche-Hongrie (aujourd'hui Sânnicolau Mare, soit en français Saint-Nicolas le Grand, en Roumanie), décédé le 26 septembre 1945 à New York, était un compositeur hongrois, pianiste et collectionneur de musique folklorique d’Europe de l'Est. Il fut l’un des fondateurs de l’ethnomusicologie.



Alfred Eric Leslie Satie (1866-1925) "I call myself Erik Satie, like everyone else" Monet - Nympheas Musée de l'Orangerie, Paris, 1920-1926 Monet créé à Giverny un étang artificiel, « modèle réduit » de l’univers et source d’inspiration du peintre pendant de nombreuses années. Une grande partie du travail de Monet durant sa vie artistique fut orienté vers la représentation de la lumière et de ses variations, que l’on retrouve dans la série sur la Cathédrale de Rouen ou ses vues de la Tamise […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 24 Mai 2011

Espagne Seville casa de pilatos (5)

 

La Casa de Pilatos (Maison de Pilate en français) est un palais aristocratique situé dans le centre historique de la ville espagnole de Séville, en Andalousie. Bâtie essentiellement aux XVe et XVIe siècles, elle marie autour de plusieurs patios et jardins les styles mudéjar, gothique et renaissance. Son organisation spatiale, ses qualités architecturales et la richesse de sa décoration en font, avec l'Alcázar, le meilleur exemple de l'architecture civile andalouse de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance. Certains voient dans la Casa de Pilatos le prototype même du palais sévillan. Le bâtiment fut classé Monument national en 1931

 

Espagne Seville casa de pilatos (4)

 

Espagne Seville casa de pilatos (2)

 

Espagne Seville casa de pilatos (3)

 

Espagne Seville casa de pilatos (6)

Photos: (c) Lankaart

 

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Casa_de_Pilatos

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ISLAM CLASSIQUE

Repost0

Publié le 23 Mai 2011

Tassili fresques (2)

 

On peut voir dans le parc national du Tassili en Algérie de nombreuses peintures rupestres (notamment dans l'Oued Djerat et sur le plateau de Sefar) rappelant que le Sahara était autrefois une contrée verdoyante et fertile. Nombreux sont les dessins représentant des troupeaux de bovins menés par des bergers. Le Tassili N'Ajjer est composé de grès, couches superposées de vase et de sable solidifiés, issus des mers qui couvraient la totalité du plus grand désert du monde. Il y a plusieurs milliers d'années vivaient ici des hommes qui ont laissé la trace de leurs préoccupations quotidiennes ; on trouve en effet des scènes de chasse, de danse et de prière.

 

Cette splendide évocation de l'homme et de la nature est certainement l'une des oeuvres les plus troublantes du Tassili.

 

Tassili fresques (6)

(c) Visipix.com

 

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Tassili_n%27Ajjer

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PREHISTOIRE

Repost0

Publié le 22 Mai 2011

 

La Sagrada Familia de Gaudi est l'une des œuvres maitresse de l'architecte catalan. Appelé très tôt sur le chantier de l'édifice, Gaudi en transforma complètement les plans et y consacra toute la fin de sa vie, inlassablement il suivait l'évolution de ce chantier gigantesque. En parallèle de sa production architecturale catalane qui fera de lui l'un des maître de l'art nouveau il s'attachait à parfaire cette œuvre. A la fin de sa vie il vivait sur le chantier, suivant au quotidien l'évolution de la réalisation de son rêve. Commencé en 1882, la cathédrale n'est à ce jour toujours pas terminé, Gaudir mort en 1926, bien qu'ayant travaillé pendant plus de quarante ans sur l'édifice n'en a réalisé qu'une partie, l'une des porte, une partie du chœur, et plusieurs tours.

 

 

Gaudi fit de la Sagrada Familia son chef d'oeuvre absolue, développant des principes structurelles audacieux et une mise en scène de l'espace intérieur de l'édifice surprenante. La décoration mi-floral, mi-animal, l'élancement des tours, la multiplication des nervures et des prouesses techniques font de la Sagrada Familia une œuvre à part dans l'histoire de l'architecture.

 

 

Les travaux toujours en cours se poursuivent sur la base des esquisses et maquettes de Gaudi en respectant les grands principes du maître et en faisant appel à des artistes contemporains pour réaliser les vitraux, les sculptures des portes etc.. L'achèvement des travaux est prévue pour 2026, centenaire de la mort de l'artiste, le chantier gigantesque œuvre perpétuel au centre de la ville fait partie intégrante aujourd'hui de l'âme même de la ville de Barcelone, comme un cœur qui jamais ne s'arrête.





 

espagne barcelone gaudi sagrada familia (10)

 

espagne barcelone gaudi sagrada familia (3)

 

espagne barcelone gaudi sagrada familia (4)

 

espagne barcelone gaudi sagrada familia (8)

 

espagne barcelone gaudi sagrada familia (11)

 

espagne barcelone gaudi sagrada familia (9)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART NOUVEAU

Repost0

Publié le 22 Mai 2011

Foster - British Museum - Photos: Lankaart (c)

Foster - British Museum - Photos: Lankaart (c)

"Le fronton et les colonnades se détachent du reste de l'édifice comme s'ils étaient éclairés par des projecteurs. Le portique sud, propre comme un sou neuf, donne sur la «grande cour» du British Museum. Des millions de visiteurs l'emprunteront à partir d'aujourd'hui pour admirer l'une des plus belles réalisations architecturales de Londres. Une immense salle des pas perdus, entourée de trésors et enfermée dans une châsse de verre et d'acier. Une serre géante abritant les cultures du monde.

 

Le musée, qui se targue d'être le plus fréquenté du monde (même si sa gratuité rend le comptage aléatoire), respire à nouveau après un siècle et demi d'asphyxie. Ce n'était qu'un long couloir, austère et poussiéreux, déployé sur quatre côtés. La foule s'y pressait comme dans le tube, le métro londonien. Grâce à l'architecte Norman Foster, le bâtiment néoclassique possède enfin un espace à la mesure des joyaux qu'il contient. Mais une pierre un peu trop blanche a failli gâcher la fête (lire ci-dessous).

Foster - British Museum - Photos: Lankaart (c)

Foster - British Museum - Photos: Lankaart (c)

Mécanique des fluides. La grande cour est au British Museum ce que la pyramide est au Louvre, un monument d'acier et de verre à la gloire de la culture, mais aussi une vaste gare de triage qui régule le trafic à travers l'édifice. «Cet espace central permet d'accéder aux galeries latérales ou de changer de niveau», a expliqué Norman Foster. Des passerelles mènent au premier étage. Les quatre portiques ouvrent sur les salles les plus célèbres. C'est le musée le plus encombré du monde. Chaque année, près de 6 millions de visiteurs se bousculent à travers ses corridors sans fin. Jusqu'à hier, les galeries servaient autant de passage que de lieu d'exposition. Les marbres du Parthénon succédaient à la pierre de Rosette et aux lions de Nimrud selon un itinéraire obligé. Pas de raccourci possible dans cet immense quadrilatère.

 

Foster - British Museum - Photos: Lankaart (c)

Foster - British Museum - Photos: Lankaart (c)

«Ce lieu, conçu à l'origine pour accueillir 100 000 personnes, était devenu totalement inadéquat», souligne son directeur, Robert Anderson. En 1850, l'architecte Robert Smirke avait bien aménagé un jardin au coeur de l'ouvrage. Mais, sept ans plus tard, son frère Sydney avait construit au milieu du terre-plein la fameuse salle de lecture circulaire. La rotonde et son dôme devaient abriter la British Library, la bibliothèque nationale, mais le site allait vite devenir trop petit. Après la guerre, la cour avait disparu sous le béton et des kilomètres de rayonnages. Le musée aurait croulé sous la paperasse sans le transfert, en 1998, de ses 18 millions de volumes vers la nouvelle bibliothèque Saint Pancras. Le déménagement terminé, la cour intérieure pouvait renaître et relier à nouveau chacun des fils du bâtiment. Une mécanique des fluides paisible et régulière remplace le chaos.

 

La verrière se développe par vagues successives. Les lignes de fuite tracées par les armatures métalliques impriment un mouvement qui entraîne le visiteur vers les salles voisines. Toile d'araignée. Norman Foster, ce roi de la transparence, créateur, entre autres, du nouveau Reichstag, a tissé entre les murs une gigantesque toile d'araignée. Un filtre sur chaque carreau absorbe une partie de la lumière. Vue du ciel, la toiture prend une couleur verte et semble onduler sous l'effet du vent. Vue de l'intérieur, elle danse avec les nuages. La salle de lecture est toujours là, avec ses tables disposées en cercles concentriques. L'architecte n'a pas voulu supprimer ce lieu mythique, fréquenté assidûment par Marx, Dickens, Shaw ou encore Mortimer, le héros d'Edgar P. Jacobs. Concurrence.

 La bibliothèque sera accessible à tous et ne contiendra que des livres liés à l'activité du musée, ainsi qu'une énorme banque de données, Compass, consultable sur une cinquantaine de terminaux. La rotonde, doublée d'un escalier extérieur, évoque une tour de Babel. Elle héberge sur ses flancs des cafés, des restaurants et des librairies. La cour, grande comme «deux terrains de football», existe indépendamment du musée et ne contient qu'une poignée de statues décoratives. Elle restera ouverte après la fermeture des salles d'exposition et accueillera spectacles et conférences. Deux auditoriums ont été aménagés en sous-sol. «Nous souhaitions que cela reste un espace public», déclare Spencer de Grey, l'associé de Norman Foster. Les architectes voulaient reconstituer «la place d'une petite cité», où la population se retrouve, le soir venu. Avec ce British Museum rénové, un an après l'ouverture de la Tate Modern, Londres entend s'imposer comme la capitale des expos et creuser son avance sur Paris.

 La concurrence est aussi très rude pour les autres musées britanniques. La nouvelle Tate a fait perdre 100 000 visiteurs rien qu'à la National Gallery, selon une enquête récente du Sunday Telegraph. «Il faut s'attendre à une seconde décimation, prévient le Dr Simon Thurley, directeur du musée de Londres, dans le même journal. La Tate Modern nous avait déjà pris nos plus jeunes visiteurs. Nous allons maintenant perdre notre clientèle familiale, au profit du British Museum.»."

 

Libération, Culture 07/12/2000

 

Foster - British Museum - Photos: Lankaart (c)

Foster - British Museum - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART CONTEMPORAIN

Repost0

Publié le 21 Mai 2011

le Brun hercules

Bayonne, musée Bonnat. (c) Visipix.com

 

Le Brun est le peintre attaché à la cour de Louis XIV, l'exemple de la peinture classique au service du roi. dans ce tableau d'Hercule, il démontre sa parfaite maîtrise de la composition dans un goût très baroque qui rappelle les tableaux de Rubens.

 

Mythologie: les travaux d'Hercule, le septième: les chevaux de Diomède.

 

Diomède, roi de Thrace, fils de Mars et de Cyrène, avait des chevaux furieux qui vomissaient feu et flamme. Il les nourrissait, dit-on, de chair humaine et leur donnait à dévorer tous les étrangers qui avaient le malheur de tomber entre ses mains. Hercule prit Diomède, le fit dévorer par ses propres chevaux, les amena ensuite à Eurysthée, et les lâcha sur le mont Olympe où ils furent dévorés par les bêtes sauvages.

Ce fut dans cette expédition qu'Hercule bâtit en Thrace la ville d' Abdère, en mémoire de son ami Abdérus que les chevaux de Diomède avaient dévoré.

 

Source: http://www.dicoperso.com/term/adaeaeb1aca3a45c,,xhtml

 




Les jardins de l'Orangerie à Versailles ont été créé de 1684 à 1686 par Le Nôtre, soit avant les grands travaux du château. Jules Hardouin-Manssart va composer un bâtiment original sous la grande terrasse du château, formé d'une galerie de 155 m. de long dont la façade est orienté au sud pour pouvoir bénéficier au maximum du soleil. La galerie centrale est encadré de deux galeries latérales consruite sous les "escaliers des cent marches", au centre les parterres de l'orangerie forment une […]



Musée des Beaux-Arts de Rennes Parmi la trentaine d'oeuvres connues de Georges de La Tour, cette scène, d'une extrême simplicité technique et iconographique, s'inscrit par son clair-obscur, ses tons chauds et son cadre serré, dans la tradition caravagesque. Comme dans tous ses tableaux nocturnes, La Tour recherche les formes rondes et lisses. Les deux silhouettes immobiles se découpent à la lueur d'une bougie. La flamme que le personnage de gauche dissimule au spectateur renvoie une douce […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 19 Mai 2011

Duerer 1471-1528, Albrecht, Nuernberg 93 years old man viel

(c) Visipix.com 

 

Les suites de gravure qui ont fait la  renommée de Dürer sont deux séries de gravures sur bois - une « Petite Passion » composée de 37 gravures et une « Grande Passion » de 15 gravures plus une feuille de titre - et une « Passion » gravée sur cuivre de seize feuilles. À cela s'ajoutent une « Vie de Marie » de 19 gravures et une feuille de titre et surtout son « Apocalypse » rassemblant 15 gravures plus une feuille de titre.

  

Il sert de référence pour les graveurs italiens et nordiques qui lui succèdent: Jacopo de' Barbari, Giulio Campagnola et Marc-Antoine Raimondi ou les petits maîtres de Nuremberg comme Georg Pencz et les frères Beham Barthel et Hans.

 

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Albrecht_D%C3%BCrer

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0

Publié le 18 Mai 2011

Alsop Architects RobbieYoung Wright Architects toronto art

 

Une grande boîte suspendue depuis 2004 sur des poteaux à 26 mètres de hauteur : c’est l’OCAD, l’Ontario College of Art and Design, dessiné par l’agence Alsop en collaboration avec les architectes de Toronto Robbie, Young et Wright. C’est certainement l’un des bâtiments les plus surprenants d’Amérique du Nord. La "boîte" suspendu dans le ciel mesure 9 m de haut, 31m de large et 81 m de long, il est porté par 12 poteaux de couleur, sa réalisation est une véritable prouesse technique. Le projet d’Alsop reprend les évocations utopistes des années soixante-dix et notamment les machines délirantes qu’Alsop avait inventées à l’époque.

 

Alsop Architects RobbieYoung Wright Architects tor-copie-1

 

Alsop Architects RobbieYoung Wright Architects tor-copie-2

Photos: (c) Lankaart.

Rob




Le débat fut long autour de la réalisation de ce mémorial aux juifs d’Europe assassiné lors de l’Holocauste. Aussi bien au sein des populations allemandes et berlinoises, qu’au sein du parlement. C’est en 1999 que le Bundestag prend finalement la décision de créer le mémorial qui sera inauguré en 2005, soit 15 ans après les premières discussions. Bien que Berlin est déjà de nombreux lieux de recueillement, que le musée Juif soit en cours de réalisation, la nécessité d’un mémorial qui soit […]



Au coeur de la City de Londres Richard Rogers a créé en 1986 un bâtiment phare du dévellopement économique de la plateforme financière qu'est devenu Londres à cette époque. Dans le prolongement de son travail sur le Centre Pompidou il met en scène à l'extérieur du bâtiment tous les "fluides" qui inervent l'ouvrage: escaliers, ascenseurs, réseaux, gaines de ventillations, WC, etc... le tout recouvert d'inox. Cette nouvelle silhouette surprenante constitue un spectacle en soit. Au coeur de […]



Le Reichstag à Berlin est un bâtiment au passé lourd, témoin et acteur de l'histoire récente de l'Allemagne. Construit à la fin du XIXe siècle par l'architecte Paul Wallot dans un style éclectique, le bâtiment imposant comportait à l'origine une coupole. Incendié dans des circonstances mystérieuse le 28 février 1933, il ne sera pas reconstruit de suite. Hitler profittera de cet incendie pour lancer une chasse au sorcière contre les communistes. En 1945 l'armée soviètique, après avoir […]

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #XXIe: ARCHITECTURE

Repost0