Publié le 7 Octobre 2011


Le minaret Kalon à Boukhara est l'un des seuls vestiges de la civilisation brillante qui s'épanouie en Transoxiane avant l'invasion Mongol.

Boukhara fut en grande partie détruite en 1220 par les mongols. Des nombreux édifices de l'ancienne ville, peu survécurent à la furie des mongols : le minaret Kalon en fait partie.

Construit en 1127 par le khan Karakhanide Alp  Arslan, il surplombe aujourd'hui la vieille ville de Boukhara. Il s'éleve sur une base octogonale, et comprend 10 anneaux de briques aux motifs tous différends.
Au sommet, un anneaux de briques vernisées reprend des versets du Coran.
L'ensemble est surmonté d'une lanterne percée de 16 fenêtres d'où le muezzine appelait à la prière. Le minaret servait également au châtiment suprême : le dernier condamné fut projeté de son sommet en 1884.

La qualité de l'ouvrage tient à ses proportions parfaites, au galbe de la courbe du fût principal et à la richesse de la décoration.
Comme pour le mausolée d'Ismail Sinan, la richesse de la décoration en brique révèle une grande maîtrise de la composition et une très grande créativité dans la géométrisation de motifs simples.

 


Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ISLAM CLASSIQUE, #OUZBEKISTAN

Repost0

Publié le 7 Octobre 2011

Les grands totems que l’on découvre dans les musées canadiens, notamment le musée des civilisations à Ottawa, proviennent de la côte pacifique du Canada.

Le long de cette côte, les Kwakwaka’wakws, les Haïdas, les Tsimshians, les Nuxalts, les Salishs et les Tlingits élevaient ces totems devant leur maison et parfois en bordure des plages.

Des photos de villages Haïdas nous montrent ainsi des images stupéfiantes où plus d’une centaine de ces totems s’alignent le long d’une plage face à l’océan juste devant les maisons en bois.

Traditionnellement, ces totems racontent l’histoire d’une famille ou d’un clan. Les différents personnages et les situations représentés sont directement liés à l’histoire mythique ou réelle du clan : ses aventures, ses alliances, ses droits, les dieux qui lui sont rattachés, ses légendes.
Taillés dans le cèdre rouge, ces totems traversent les siècles pour préserver la mémoire d’un peuple.

Les larges reliefs et les visages aux yeux rapprochés caractérisent les totems de la première nation des Kwakwaka'wakws.

Dans un style grandiose et majestueux, les Haïdas ornaient souvent leurs totems d'immenses yeux redoutables et de sculptures creuses.

Les Tsimshians et les Nuxalts étaient reconnus pour leurs sculptures d'êtres surnaturels très ornementés, tandis que les Salishs du littoral sculptaient souvent des personnages humains sur les colonnes de leur maison.

Les emblèmes les plus couramment rencontrés chez les peuples du nord-ouest du Pacifique sont l'aigle, le corbeau, l'oiseau de tonnerre, l'ours, le castor, le loup, l'épaulard et la grenouille.


Photos: (c) Lankaart


Aztèque - Quetzalcoatl


Musée du Louvre Comme d'autres œuvres de l'époque aztèque, elle fut réalisée dans les ateliers de sculpture qui fleurirent dans les principales villes de la vallée de Mexico à partir du règne de Moctézuma-Ilhuicamina (1400-1469), roi de Tenochtitlan. L'artiste a conjugué dans cette œuvre la double essence du dieu, animal sacré et humain. On considère que le Quetzalcoatl est une des divinités les plus anciennes du Mexique préhistorique. A l'époque aztèque, il était le dieu créateur par […]

 

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART PREMIERS AMERIQUE

Repost0

Publié le 6 Octobre 2011

Siva somaskandamurti cola tamil nadu XIe (2)

  Musée Guimet, Paris. XIe.

 

Depuis le début de l'ère chrétienne au moins, sinon plus tôt, la plupart des hindous lettrés sont des adorateurs, soit de Vishnu, soit de Shiva — c'est-à-dire qu'ils considèrent soit Vishnu, soit Shiva, comme le premier des dieux, voire comme dieu unique identifié au brahma indifférencié, tous les autres ne représentant à leurs yeux qu'une expression secondaire de la divinité. Ainsi, les fidèles de Vishnu ne nient pas l'existence de Shiva, mais le placent sur un plan annexe, le considérant comme une création ou une émanation de Vishnu ou de son démiurge Brahmâ. D'une façon similaire, les shivaïtes voient en Vishnu une émanation du grand dieu Shiva. De nombreux mythes, dans les purāṇa śivaites ou viṣsṇuites, illustrent la suprématie d'un dieu sur l'autre. Ainsi la lingodbhavamūrti, illustré abondamment sur les temples, surtout en Inde du Sud, raconte comment, alors que Vishnu et Brahmâ se disputaient la suprématie divine, Shiva apparut sous la forme d'un lingam de feu infini. Pour se mettre au défi, Brahmā décida d'en trouver le sommet sous la forme d'un hamsa (oie sauvage, véhicule de ce dieu) et Vishnu décida d'en trouver la base en prenant la forme d'un sanglier fouisseur. Tous deux échouèrent dans cette tâche et se prosternèrent devant le lingam de feu, reconnaissant sa suprématie. Shiva se révéla alors en sortant du lingam et leur expliqua que tous deux étaient nés de lui-même.

 

Siva somaskandamurti cola tamil nadu XIe

 

Photos: (c) Lankaart

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Shiva

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE HINDOUE

Repost0

Publié le 6 Octobre 2011

le caravage bacchus

Galerie des Offices Florence, (c)Visipix.com

 

La toile a été commandée au peintre par le cardinal Francesco Maria del Monte pour faire un cadeau à Ferdinand Ier de Médicis à l'occasion des noces de son fils Cosme II. Le sujet est classique (le Dionysos, fils de Zeus et de Sémélé, ici dans sa version romaine), dieu païen, couronné de pampres de vigne, drapé à l'antique, une épaule dénudée, allongé et accoudé sur son klinai. Devant lui une corbeille de fruits, certains gâtés. Bacchus le regard absent, lèvres charnues, sourcils épilés soulignés au crayon, tient, de la main gauche (aux doigts sales), un cratère par son pied cristallin, rempli de vin parcouru de vaguelettes. Bacchus tient de la main droite un ruban de velours. La carafe, d'où vient ce vin, est représentée à la gauche du tableau ; des bulles sont représentées ainsi que le reflet du peintre à son ouvrage.

 

Tout dans cette composition appuie la symbolique du renouveau de la végétation et de l'ivresse mystique : le vin, les feuilles de vigne de la coiffe, la corbeille de fruits et de feuilles, certains gâtés, la mine alanguie du personnage divin (incarné par le modèle habituel de cette époque Mario Minniti). La sophistication de cet ensemble provient probablement de la jeunesse du peintre inspirée au contact de l'érudit qu'est son protecteur, le cardinal Del Monte.

 

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Bacchus_%28Le_Caravage%29

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BAROQUE

Repost0

Publié le 6 Octobre 2011

Dès le IVe siècle, la mémoire du martyre Saturnin est vénérée à Toulouse. Face à la dévotion suscitée par le cercueil de Saturnin, une première basilique de petite taille fut édifiée sur le site de l'actuelle basilique Saint Sernin. 

Au XIe, les chanoines de Saint Sernin doivent gérer la foule des fidèles et des pèlerins qui se pressent dans la petite basilique. Saint Sernin était devenue une étape majeure sur la route de Saint-Jacques de Compostelle. Ils décident de construire un édifice à la hauteur de la dévotion des fidèles. Au cours des XI et XIIe siècles, la plus grande partie de l'édifice actuel fut construit.


Le monument est l'un des témoignages les mieux conservés et les plus importants de l'art Roman en France. Le clocher, à la croisée du transept,  dont la construction se prolongea au XIIIe, est une véritable prouesse technique. A l'intérieur, la nef centrale, très élancée : 21 m de haut,  est d'une grande pureté. Les reliques abondent, notamment dans les cryptes inférieures et supérieures de la basilique.

 

France Toulouse basiique saint sernin (6)

 

France Toulouse basiique saint sernin (2)

France Toulouse basiique saint sernin (4)

 

France Toulouse basiique saint sernin (5)

 





 

Photos: (c) Lankaart

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 5 Octobre 2011

 

La mélancolie (1532) de Lucas Cranach nous ouvre les portes de la tentation.

Contrairement aux premières apparences, la dame, habillée de rouge, qui nous regarde fixement ne souhaite qu'une chose : que la mélancolie nous habite, et la mélancolie c'est le diable. A l'arrière plan du tableau, on découvre d'ailleurs un sabbat de sorcière. Au moyen-âge, le lien est établi entre les planètes et les humeurs et notamment entre Saturne et la Mélancolie, celle qui inspire les artistes, appelée à cette époque « enfants de Saturne ».
Et Saturne, c'est aussi le diable.


Ce tableau regroupe des évocations du monde d'hier et celui qui s'ouvre aux artistes. La religion, toujours présente, côtoie des représentations plus banales et plus en relation avec la vie et les préoccupations de l'époque : un chien, une table, des perdrix, une sphère forment un décor surprenant et tellement familier.

Cranach se libère dans cette œuvre de toutes les conventions habituelles et ouvre le champ à d'autres réflexions et thématiques que la renaissance va apporter aux peintres : la philosophie, l'observation et la rêverie remplacent peu à peu la religion comme source d'inspiration.

 

Musée d'Unterlinden Colmar.




Pour découvrir la Renaissance d'Europe Centrale et du Nord cliquez ici

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0

Publié le 5 Octobre 2011

jan Van Eyck annonciation

 

L’apport technique de Van Eyck à la peinture occidentale est capital. Il a porté la technique de la peinture à l'huile à la perfection (sans pour autant la créer). Le liant utilisé par Van Eyck était à base d'huile siccative et d'un autre élément qui rendait le liant consistant, ce qui était l'une des difficultés rencontrés par les utilisateurs de la peinture à l'huile auparavant. Il a porté la technique de la peinture à l'huile et le réalisme des détails (notamment le rendu des matières) à un sommet jamais atteint avant lui, la technique flamande permettant aussi la netteté de ceux-ci.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0

Publié le 4 Octobre 2011

Asahiyama Hirasawa cheval (3)

 

Asahiyama Hirasawa est un artiste japonais du XVIIIe spécialisé dans la reproduction des chevaux et fort apprécié à son époque.

 

Asahiyama Hirasawa cheval

 

Asahiyama Hirasawa cheval (2)

Asahiyama Hirasawa cheval (4)

 

Illustrations: (c) Visipix.com

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON

Repost0

Publié le 4 Octobre 2011

chateau de chenonceau (4)

 

Le château de Chenonceau est situé dans la commune de Chenonceaux en Indre-et-Loire (France). Il fait partie des châteaux communément appelés les châteaux de la Loire. Bâti en 1513 par Katherine Briçonnet, embelli par Diane de Poitiers puis Catherine de Médicis, sauvé pendant la Révolution française par Louise Dupin, il est aussi appelé château des Dames.

 

Château meublé, décoré de rares tapisseries et peintures anciennes, fleuri à chaque saison, c'est le monument historique privé le plus visité de France, serti de plusieurs jardins d'agrément, un parc et un domaine viticole.

 

Le château fait l'objet d'un classement au titre objet des monuments historiques par la liste de 1840. Le parc fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 7 novembre 1962.

 

chateau de chenonceau

 

chateau de chenonceau (2)

 

chateau de chenonceau interieur (3)

 

chateau de chenonceau interieur (4)

 

chateau de chenonceau (5)

 

chateau de chenonceau (3)

 

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Chateau_de_Chenonceau

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 4 Octobre 2011

L'église Sainte Marie in Cosmedine à Rome est l'un des exemples les mieux conservés des églises romaines du moyen-âge.

Le bâtiment primitif date du VIIe siècle. De nombreux rajouts ont modifié l'église mais elle garde sa composition et son volume d'origine. Les extensions les plus importantes seront réalisées au XIIe : le porche et le clocher.

Les quelques fresques qui restent aujourd'hui témoignent d'un riche décor à l'origine. La mosaïque, au sol, est également un témoignage précieux des premiers pas de l'art chrétien.
La pergula, de style byzantin qui ferme le chœur, est une particularité de l'église, elle portait à l'origine des rideaux qui permettait, pendant la liturgie, de révéler ce qui se déroulait autour de l'autel.


La structure très simple de l'église et son dépouillement contrastent avec les fastes des grandes basiliques romaines. A l'origine, c'était une simple diaconie à destination des populations populaires qui vivaient à proximité du Tibre.




 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS BYZANTIN PALEOCHRETIEN ORTHODOXE et RUSSE

Repost0