Publié le 17 Novembre 2011

 null

 

 Réalisé par Marcel Bluwal en 1961

 

 

La Folle Journée, ou le Mariage de Figaro est une comédie en cinq actes de Beaumarchais écrite en 1778, dont la première représentation officielle eut lieu le 27 avril 1784 au théâtre de l'Odéon, après plusieurs années de censure. Chef-d’œuvre du théâtre français et international, la pièce est considérée, par sa dénonciation des privilèges archaïques de la noblesse, comme l’un des signes avant-coureurs de la Révolution française.

 

Beaumarchais y remet en scène les principaux personnages de sa pièce Le Barbier de Séville ou la Précaution inutile (1775) : le barbier, Figaro, le comte Almaviva et Rosine, appelée maintenant la Comtesse. Bartholo, autre personnage essentiel du Barbier, joue un rôle beaucoup plus secondaire. Deux ans après sa première représentation, la pièce a été adaptée en opéra par Mozart et Lorenzo da Ponte sous le titre Le nozze di Figaro (Les Noces de Figaro).

 

Une troisième pièce viendra clore la trilogie en 1792 : L'Autre Tartuffe ou la Mère coupable.

 

 


 Chardin - L'enfant au toton



Musée du Louvre, Paris Ce portrait d'Auguste-Gabriel, fils cadet du joaillier Charles Godefroy, est surtout l'image intemporelle de l'enfant absorbé dans son monde de jeux et de rêves. Il évoque l'intérêt nouveau accordé à l'enfance dont, comme Jean-Jacques Rousseau, Chardin fut l'un des plus sensibles poètes. Le toton est une toupie d'ivoire qu'on lance au-dessus d'un tableau de nombres avec l'espoir qu'elle s'arrêtera sur celui qu'on avait souhaité. Ce jeu est resté célèbre, notamment en […]

Mozart - Symphony 41 K 551 -

Jeffrey Tate and the English Chamber Orchestra Molto Allegro Allegro Vivace 1/2 Mozart - Piano Concerto n°21 Andante Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) est l'un des plus grands musiciens européen. Mort jeune, a 35 ans, il a laissé une oeuvre abondante et d'une très grande diversité. virtuose incontesté dès son plus jeune âge, c'est lui qui pose les bases classiques du concerto, de la synphonie et de la sonate. Ces oeuvres vont posées le style classique dans tous les types d'oeuvre: clarté […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROCOCO

Repost0

Publié le 16 Novembre 2011

Tassili fresques (22)

 

Tassili fresques (14)

 

Tassili fresques (11)

 

Tassili fresques (20)

 

Tassili fresques (21)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PREHISTOIRE

Repost0

Publié le 14 Novembre 2011

goya la guerre

 

L'invasion française de 1808 joua un rôle crucial dans la vie de l'artiste. Favorable aux idées libérales apportées par les Français mais blessé dans son patriotisme, Goya hésita en effet pendant un certain temps entre la résistance incarnée par la Junte centrale de Séville et les idées de 1789 portées par le roi Joseph, frère de Napoléon Ier. L'année 1810, pendant laquelle il commença à graver Les Désastres de la Guerre, un réquisitoire féroce contre les exactions françaises, tout en réalisant le portrait de Joseph Ier, montre bien le tiraillement qu'il ressentit alors et qui lui valut, quelques années plus tard, une réputation d'afrancesado.

 

Goya fusilles

 

Goya la guerre blesse

 

Goya la guerre combats

 

goya la guerre fosse comune

 

Goya la guerre heroisme

 

Goya la guerre massacre

 

Histoire:

 

L’Espagne était, après le traité de San Ildefonso signé par le prince Manuel Godoy en 1796, une fidèle alliée de la France et c’est avec elle qu’elle subit la terrible défaite de Trafalgar en 1805. La perte de toutes communications avec ses colonies d’outre-mer lui fit rechercher des compensations territoriales sur le royaume voisin du Portugal, ceci avec le soutien de Napoléon; en effet, la monarchie était un fidèle allié du Royaume-Uni et refusait de fermer ces ports aux navires anglais. Ce fut la guerre dite des oranges qui se conclut le 6 juin 1801 par le Traité de Badajoz (1801).

 

En 1807, le Portugal refusant d'appliquer le Blocus Continental, Napoléon décida d'envoyer ses troupes dans la péninsule, officiellement pour envahir le Portugal qui représentait une faille notable dans son dispositif. Avec le Traité de Fontainebleau signé avec Charles IV, il obtint l'autorisation pour ses troupes, commandées par le général français Jean-Andoche Junot, de traverser l'Espagne pour châtier les Portugais. Ainsi débute la première tentative d'invasion du Portugal (18 octobre 1807).

 

Le guet-apens de Bayonne déclencha l’embrasement de l’Espagne. Malgré sa rapide répression, le soulèvement de Madrid inspira d’autres villes du pays : Carthagène, León, Santiago, Séville, Lérida et Saragosse. L’armée française était partout attaquée. Le 18 juillet 1808, le général Pierre Dupont de l'Étang et ses 20 000 hommes furent vaincus près de la petite ville andalouse de Bailén. Ce fut la première défaite retentissante de l’armée impériale en Europe continentale. En soi la défaite ne rendait pas la situation militaire des Français catastrophique mais elle eut un énorme impact psychologique pour leurs ennemis : les soldats de Napoléon pouvaient être battus.

Joseph, roi d'Espagne

 

Deux jours plus tard, malgré cet échec, Joseph Bonaparte, le nouveau roi d’Espagne, parvint à entrer à Madrid. Mais il ne put y rester longtemps.

 

De son côté, le général Junot dut évacuer le Portugal face à l’offensive des Britanniques du futur duc de Wellington. La dégradation de la situation inquiétait Napoléon.

 

L’empereur se rendit en personne en Espagne, à la tête de 80 000 soldats qu’il avait tirés d’Allemagne. Il ne resta que quelques mois (novembre 1808-janvier 1809) en Espagne mais son intervention assura la reprise en main des villes par les Français. Madrid, menacé d’un assaut, ouvrit ses portes au conquérant. Le 4 décembre 1808, dans une proclamation qu’il adressa aux habitants, il menaça de traiter l’Espagne en pays conquis, si elle persistait à ne pas reconnaître Joseph Napoléon pour roi. À regret, les Madrilènes virent une nouvelle fois le frère de l’empereur s’installer au palais royal.

 

Malgré la brillante campagne napoléonienne et les réformes mises en place (abolition des droits féodaux et de l’Inquisition), le pays était loin d’être soumis. Le contrôle des campagnes restait difficile. Les prêtres espagnols appelaient leurs fidèles à la croisade contre les Français. Les difficultés de l’occupant résidaient surtout dans la particularité du combat : les Espagnols pratiquaient la guérilla. Si les Français remportaient régulièrement des victoires contre l’armée régulière espagnole et prenaient d’assaut les villes, ils peinaient contre les petits groupes de résistants embusqués qui les harcelaient.

 

Goya la guerre pendu

 

Source: Wikipedia

Illustrations : Visipix.com

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMANTISME ET NEOGOTHIQUE, #HISTOIRE

Repost0

Publié le 13 Novembre 2011

Utagawa Tenjiku Tokubei giant toadn

 

Tenjiku Tokubai fut un aventurier et écrivain japonais du début du XVIIe siècle. Il fit de nombreux voyages en Asie du Sud et en Inde. A son retour, il écrivit un recueil sur ses voyages aux Indes. Très populaires, ses aventures furent reprises dans des pièces de théâtre et des écrits populaires au XVIIIe et XIXe siècles. Utagawa le représente ici terrassant un monstre dans la lignée des contes japonais.

 
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON

Repost0

Publié le 13 Novembre 2011


Nouvelle galerie Nationale Sculpture extérieure, Berlin.

Calder, à travers Têtes et Queue, illustre parfaitement son goût prononcé pour les compositons abstraites qui restent d'une très grande poésie.

Faisant partie de la série des stabiles, en opposition aux mobiles qui le rendront célèbre auprès du grand public, cette composition met l'accent sur le dialogue entre le ciel et la terre. Les figures, quasi aériennes, de la sculpture lui donne cette légereté paradoxale pour une sculpture monumentale en acier. Elle fut réalisée en 1965 au faite de la carrière d'Alexander Calder.




 

Photos: (c) lankaart

 



la Villa savoye de Le Corbusier est considérée comme l'une des oeuvres majeures de l'architecture moderne du XXe. Construite entre 1928 et 1931, c'est une oeuvre manifeste pour le Corbusier qui y dévelloppe tous les grands principes de son architecture : dépouillement et simplicité des volumes, structure poteaux/poutres, plan libre, continuité des espaces, grandes ouvertures vers l'extérieur, occupation du toit terrasses dans le prolongement des pièces, rationnalisation dans l'agencement […]

 



L'Araignée Rouge (The Red Spider), également appelée Le Grand Stabile Rouge, est une œuvre d'art du sculpteur américain Alexander Calder, située dans le quartier d'affaire de La Défense, dans la banlieue ouest de Paris. Cette sculpture monumentale (stabile selon les termes de son auteur, par opposition à ses mobiles) a été érigée en 1976 (l'année de la mort de Calder) sur la place de la Défense, devant l'immeuble Place Défense. Mesurant 15 mètres de haut pour 75 tonnes, elle est faite […]

 



Les Disques de Newton Kupka expose au Salon des Indépendants avec les peintres cubistes, bien qu’il ne veuille être assimilé à aucun mouvement. Le terme d’« orphisme » est créé par Guillaume Apollinaire en référence à ses compositions circulaires (Les Disques de Newton), similaires à celles de Robert Delaunay, mais Kupka n’adhère pas non plus à ce concept. Après la guerre, à laquelle Kupka participe au sein des rangs français, le peintre reprend plusieurs toiles laissées inachevées, et […]

 


Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 13 Novembre 2011


La basilique du Sacré-Coeur de Montmartre est l'un des monuments emblématqiue du paysage parisien.
Son origine est liée à un voeu lancé par Legentil, fervent catholique, en 1870 au plus fort de la Commune, au moment où la France, écrasée par la Prusse, partiellement occupée, en proid à la révolte des communards, en pleine guerre civile est au bord du gouffre. Son voeu est également marqué par l'assistance, condamné par les catholiques de la France de Napoléon III à l'unification de l'Italie et l'occupation de Rome.

 

« En présence des malheurs qui désolent la France et des malheurs plus grands peut-être qui la menacent encore. En présence des attentats sacrilèges commis à Rome contre les droits de l'Église et du Saint-Siège, et contre la personne sacrée du Vicaire de Jésus-Christ nous nous humilions devant Dieu et réunissant dans notre amour l'Église et notre Patrie, nous reconnaissons que nous avons été coupables et justement châtiés. Et pour faire amende honorable de nos péchés et obtenir de l'infinie miséricorde du Sacré-Cœur de Notre-Seigneur Jésus-Christ le pardon de nos fautes ainsi que les secours extraordinaires, qui peuvent seuls délivrer le Souverain Pontife de sa captivité et faire cesser les malheurs de la France. Nous promettons ne contribuer à l'érection à Paris d'un sanctuaire dédié au Sacré-Cœur de Jésus. »


Ce voeu sera repris par l'Assemblée Nationale, à majorité royaliste, par un vote en 1873. Sa construction devient le symbole de l'union de la France avec l'église. De ce fait, elle est soutenue par le "parti" catholique face aux républicains laïques fortement oposés à la réalisation de ce monument qui va marquer le ciel de Paris.

Elle fut financée par un appel à une contribution nationale : dix millions de fidèles donneront pour sa construction. Plus qu'un monument, c'est vraiment un mouvement politique qui couvre l'ensemble du territoire.

Au début du siècle l'opposition au projet atteindra son paroxysme.

 


La construction de la basilique, qui commence en 1875, ne s'achevera qu'en 1914. La basilique sera consacrée après la guerre en 1919. C'est l'architecte Paul Abadie qui sera retenu après concours pour la réalisation de l'édifice. 

Conçue sur un plan en croix grecques, d'inspiration byzantine et romane, l'édifice illustre parfaitement le style éclectique alors en vogue. Sa blancheur est dut à l'utilisation de pierres provenant des carrières de Château-Landon, elle lui donne son caractère diaphane, cette présence immaculée dans le ciel qui marquera l'imaginaire des parisiens.

 


 

Photos: (c) Lankaart


 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ECLECTISME XIXe

Repost0

Publié le 12 Novembre 2011

van dyck Snyders

 

Peintre spécialisé dans la nature morte, Frans Snyders réalisa l'essentiel de son œuvre dans sa ville natale, Anvers. Il était le contemporain et l'ami de Van Dyck, qui une fois de plus dans ce tableau fait preuve d'une grande psychologie dans la représentation du couple.

 



New York, Frick Collection.. (c) Visipix.com Rembrandt a pratiqué le portrait peint ou gravé tout au long de sa carrière. Ses dessins montrent une grande faculté à saisir la silhouette, l’attitude du personnage, la vie qui palpite dans la figure humaine, l’instantané d’un geste. Dans les portraits peints ou gravés il se montre capable d’aller chercher les « mouvements de l’âme humaine », de caractériser la personne au-delà du rendu mimétique du modèle. Le plus ancien portrait commandé à […]

 

 

 



Altes Galeries, Berlin Vermeer de Delft (1632-1675) est un peintre hollandais étrange et mystérieux. Ayant une vie difficile loin du succès bien que reconnu par ses contemporains, il peindra sans relâche toute sa vie des scènes de genres, des portraits, des vues de Delft. Son style est d’un grand réalisme et sa qualité tient à une très grande maîtrise de la lumière et des couleurs, les ambiances ainsi rendu sont souvent magiques, le temps est suspendu, l’instant est saisie, comme ici cette […]

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 11 Novembre 2011

Musée des Beaux arts de Strasbourg.

Canaletto est un peintre vénitien du XVIIIe siècle, connu pour ses vues de Venise qu'il popularisera notamment auprès du public anglais lors de son séjour en Grande Bretagne.

Il crée dans ses toiles, notamment avec cette "Vue de l'église de la Salute depuis l'entrée du Grand Canal", un équilibre entre une représentation minutieuse du paysage urbain à grande échelle, le foisonnement de la vie populaire qui occupe la moitié basse du tableau et un rendu très subtile du ciel qui prend la moitié haute du tableau.  Sa parfaite maîtrise de la composition et des effets d'ombres et de lumière créé une parfaite sérénité.

 

Cette représentation très précise du paysage urbain est une constante chez Canaletto, l'utilisation, quasi systématique, de la chambre obscure lui garantit une grande exactitude dans son rendu des paysages de Venise.

 

 




National Gallery of art Washington. Magnifique expression de la maestria du maître: évocation sans égale d'une Venise éternelle. Francesco Guardi (1712-1793) eut une place particulière dans l'art pictural au XVIIIe siècle à Venise, sous la protection de la famille Giovannelli. Il reste l'un des grands peintre du mouvement rococo. Francesco Guardi - Venise vue sur le Grand Canal Francesco Guardi (1712-1793) est l'un des peintre les plus célèbres du XVIIIe siècle vénitien. Héritier d'une […]



La nuit un port de mer au clair de lune, Musée du Louvre, Paris Joseph Vernet (1714-1789) est un peintre français qui passa une grande partie de sa vie en Italie, 20 ans. Pendant son séjour italien, c’est à travers ses peintures de paysages qu’il s’attacha à développer sa maîtrise de la lumière. De retour en France en 1753, il obtint une commande importante, 24 tableaux représentant les principaux ports de France, dont celui-ci, qui est remarquable de part la maîtrise des clairs obscurs, de […]


"Nous marchons. J'allois la tête baissée, selon mon usage; lorsque je me sens arrêté brusquement, et présenté au site que voici. A ma droite, dans le lointain, une montagne elevoit son sommet vers la nue. Dans cet instant, le hazard y avoit arrêté un voyageur debout et tranquille. Le bas de cette montagne nous etoit dérobé par la masse inter posée d'un rocher. Le pié de ce rocher s'etendoit en s'abaissant et en se relevant et separoit en deux la profondeur de la scène. Tout a fait vers la […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 10 Novembre 2011

Monastère de Daphni Athènes (2)

 

Le monastère de Daphni est le plus important monument byzantin de la région d'Athènes. Son architecture est très bien conservée. Il abrite de remarquables mosaïques réalisées vers 1100.

 

Ce monastère a été érigé au Ve siècle sur l'emplacement d'un ancien temple dédié à Apollon. Les moines ont réutilisé une colonne de cet ancien édifice pour l'entrée sud du monastère. Cette première église disparut au VIIIe siècle et a été remplacée, au XIe siècle, par celle que l'on voit aujourd'hui .

 

 

Les admirables mosaïques du monastère sont considérées comme les plus représentatives de l'art byzantin. Elles ont été exécutées par des artistes venus de Constantinople. Au centre de la coupole, on découvre l'immense Christ Pantacrator entouré de 16 prophètes. Le cycle des grandes fêtes, l'enfance de la Vierge, la passion du Christ. sont les plus beaux exemples de l'art religieux du Moyen Age grec.

 

Le monastère de Daphni est inscrit au patrimoine mondial depuis 1990.

 

Monastère de Daphni Athènes (3)

 



Saint-Sauveur-in-Chora est l'une des plus belles églises de style byzantin des Balkans. Elle est située à Istanbul à l'Ouest du centre non loin des anciennes murailles de l'antique Byzance. Elle est devenue un musée en 1948, après avoir été transformée en mosquée par les ottomans. Sa valeur artistique est liée à la profusion des mosaïques et fresques qui couvrent les murs, les voûtes et les coupoles à l'intérieur de l'église. A l'origine, lors de sa construction au Ve siècle, l'église était […]

 

 

 

 



Monastère Sainte-Catherine, Mont Sinaï, XIIe Certains commentateurs attachent une importance théologique à l'ordre des Apôtres : ici, comme sur beaucoup d'icônes byzantines, Pierre est à gauche (donc à la droite du Christ), suivi de Jean et de Jacques. ÉVANGILE DES MATINES (Luc 9, 28-36) "Or il advint, huit jours après ces discours, que Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques, et il monta à la montagne pour prier ; et pendant qu’il priait, l’aspect de son visage changea et son vêtement […]

 

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS BYZANTIN PALEOCHRETIEN ORTHODOXE et RUSSE

Repost0

Publié le 9 Novembre 2011

Sri-Lanka-Anuradhapura-dagoda-de-Ruvanvelisaya---3-.jpg

 

"Cette ville sacrée s'est établie autour d'une bouture de l'« arbre de l'éveil », le figuier de Bouddha, dont la bouture fut apportée au IIIe siècle av. J.-C. par Sanghamitta, fondatrice d'un ordre bouddhiste féminin. Anuradhapura, capitale politique et religieuse de Ceylan pendant 1 300 ans, a été abandonnée en 993 à la suite d'invasions. Longtemps ensevelie sous une jungle épaisse, la ville, avec ses palais, ses monastères et autres monuments, est de nouveau accessible dans son site admirable."

 

Source: http://whc.unesco.org/fr/list/200

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BOUDDHISME CLASSIQUE

Repost0