Articles avec #classicisme tag

Publié le 11 Novembre 2011

Musée des Beaux arts de Strasbourg.

Canaletto est un peintre vénitien du XVIIIe siècle, connu pour ses vues de Venise qu'il popularisera notamment auprès du public anglais lors de son séjour en Grande Bretagne.

Il crée dans ses toiles, notamment avec cette "Vue de l'église de la Salute depuis l'entrée du Grand Canal", un équilibre entre une représentation minutieuse du paysage urbain à grande échelle, le foisonnement de la vie populaire qui occupe la moitié basse du tableau et un rendu très subtile du ciel qui prend la moitié haute du tableau.  Sa parfaite maîtrise de la composition et des effets d'ombres et de lumière créé une parfaite sérénité.

 

Cette représentation très précise du paysage urbain est une constante chez Canaletto, l'utilisation, quasi systématique, de la chambre obscure lui garantit une grande exactitude dans son rendu des paysages de Venise.

 

 




National Gallery of art Washington. Magnifique expression de la maestria du maître: évocation sans égale d'une Venise éternelle. Francesco Guardi (1712-1793) eut une place particulière dans l'art pictural au XVIIIe siècle à Venise, sous la protection de la famille Giovannelli. Il reste l'un des grands peintre du mouvement rococo. Francesco Guardi - Venise vue sur le Grand Canal Francesco Guardi (1712-1793) est l'un des peintre les plus célèbres du XVIIIe siècle vénitien. Héritier d'une […]



La nuit un port de mer au clair de lune, Musée du Louvre, Paris Joseph Vernet (1714-1789) est un peintre français qui passa une grande partie de sa vie en Italie, 20 ans. Pendant son séjour italien, c’est à travers ses peintures de paysages qu’il s’attacha à développer sa maîtrise de la lumière. De retour en France en 1753, il obtint une commande importante, 24 tableaux représentant les principaux ports de France, dont celui-ci, qui est remarquable de part la maîtrise des clairs obscurs, de […]


"Nous marchons. J'allois la tête baissée, selon mon usage; lorsque je me sens arrêté brusquement, et présenté au site que voici. A ma droite, dans le lointain, une montagne elevoit son sommet vers la nue. Dans cet instant, le hazard y avoit arrêté un voyageur debout et tranquille. Le bas de cette montagne nous etoit dérobé par la masse inter posée d'un rocher. Le pié de ce rocher s'etendoit en s'abaissant et en se relevant et separoit en deux la profondeur de la scène. Tout a fait vers la […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 7 Novembre 2011

Gemäldegalerie de Berlin

"La Malle Babbe" de Frans Hals est un  tableau mythique, étrange et fascinant.

Tableau de genre réalisé en 1634 environ, il représente une vieille femme, mi sorcière, mi bohème, au rictus étrange.
Une main sur un pichet de bière, un hibou sur l'épaule, cette femme dénote dans l'environement social de l'époque. Issue des couches populaires, elle est loin des sujets habituels de Frans Hals.

Cette liberté sur le thème s'accompagne d'une liberté également dans le rendu des couleurs et les techniques utilisées, les couleurs brunes et grises du tableau sont appliquées au moyen d'une touche dynamique et vigoureuse, très originale pour l'époque et qui annonce les oeuvres de Goya et du XIXe.

L'oeuvre a une grande force expressive qui séduira les nombreux artistes du XIXe.




Georg Friederich Haendel (1685-1759) est un compositeur anglais, né en Allemagne. Grand musicien baroque, il a suivi sa formation en Allemagne, puis après un séjour en Italie, s’est installé en Angleterre. Sa musique est une synthèse des différentes musiques européenne de l’époque (italienne, française, allemande et anglaise). Il est connu pour ses concertos pour orgue et ses suites pour clavecin. Musicien de cour sa musique est en parfaite résonnance avec les grandes compositions […]



Nature morte, Gemaldegalerie, Berlin Pieter Claesz (1597-1661) est l’un des grands maîtres hollandais de la nature morte. Ses compositions et sa technique absolument parfaite dégage une poésie empreinte de nostalgie, un regard profond sur la vie, le temps qui s’écoule, la mort. Le propre des natures mortes, l’un des thèmes récurant de la peinture hollandaise de l’époque. Ses effets de reflets chatoyants, la transparence du verre, le reflet du métal sont d’un très grand réalisme mais en même […]



Rembrandt, peintre hollandais né en 1606, est un être énigmatique et une figure majeure de la peinture du XVIIe siècle. Bien que sa production soit très variée, toute sa vie il cultivera une passion personnelle pour l’autoportrait. Sans relâche il se peindra, jeune, puis mature et enfin vieillissant, sans complaisance, relatant à la fois l’action du temps sur sa personne mais aussi l’évolution de son art de sa vision du monde et de l’être humain. Passionné, orgueilleux, sa vie est faite de […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 29 Octobre 2011

Versailles la salle du bal (10)

 

Aménagée par Le Nôtre entre 1680 et 1683, la Salle du Bal s’appelle aussi Bosquet des Rocailles, en raison des pierres de meulière et des coquillages rapportés des côtes africaines et malgaches sur lesquels l’eau ruisselle en cascade. Au centre, une « île » en marbre, aisément accessible, servait à la danse, art dans lequel s’illustrait Louis XIV. Les musiciens se tenaient au-dessus de la cascade et, en face, un amphithéâtre aux gradins recouverts de gazon permettait aux spectateurs de s’asseoir.

 

Versailles la salle du bal (3)

 

Versailles la salle du bal (6)

 

Versailles la salle du bal (5)

 

Versailles la salle du bal (11)

 

Photos: (c) Lankaart

Source: chateaudeversailles



Tuby réalisera à la demande de Louis XIV ce bassin à la gloire d'Apollon. Un dessin de Le Brun servira de modèle pour la mise en scène du char sortant des eaux face au chateau. L'oeuvre réalisé aux Gobelins fut mise en place et finalisée en 1671. photos: (c) Lankaart Le Nôtre - Versailles, jardins de l'Orangerie Les jardins de l'Orangerie à Versailles ont été créé de 1684 à 1686 par Le Nôtre, soit avant les grands travaux du château. Jules Hardouin-Manssart va composer un bâtiment original […]



Loth et ses filles fut peint par Simon Vouet en 1633. Aujourd'hui, ce tableau est exposé au Musée des Beaux Arts de Strasbourg. De retour à Paris, après un séjour en Italie, Vouet veut s'imposer à la cours de Louis XIII. Dans la suite de l'influence Du Carravage et du baroque italien qu'il importe à la cours, il joue d'une certaine sensualité et de l'ambiguïté de son sujet. En effet Loth, ennivré par ses filles, va bientôt s'unir à elles. Episode de la Genèse, Loth seul juste de Sodome et […]

 

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 21 Octobre 2011

Versailles Bassin de l'Encelade (13)

 

À Versailles,sous Louis XIV, la constante iconographie autour du triomphe d'Apollon et des divinités olympiennes contre leurs adversaires est conçue comme une allégorie en allusion à la victoire de Louis XIV sur la Fronde, elle inclue le bassin de l'Encelade, dans son propre cabinet de verdure, installé au milieu du bosquet du même nom et entourée d'un treillage. L'ensemble a été récemment restauré, sur le modèle d'une gravure de la fontaine par Antoine Le Pautre (1677). Les auteurs de la statue de bronze doré sont les frères Gaspard et Balthazar Marsy (ou Mercy), de Cambrai, qui ont également sculpté le groupe du bassin de Latone.

 

Ce bassin est l'un des plus dramatique du parc de Versailles. Le bassin est rond en grès de Fontainebleau. En son centre est située une statue de Gaspard Marsy en plomb doré qui représente Encelade, le chef de la révolte des géants, écrasé sous les rochers et se transformant en l'Etna. Il sort de la bouche d'Encelade un jet de 25,75 mètres de hauteur.

 

Versailles Bassin de l'Encelade (6)

 

Versailles Bassin de l'Encelade (16)

 

Mythologie:

 

Dans la mythologie grecque, Encelade ou Encélade est un des Géants, fils de Gaïa (la Terre), fertilisée par le sang du castrat Ouranos (le Ciel). Avec les autres Géants, Encelade apparut dans une région très particulière, soit Phlegra (en Thrace) soit Pallène.

 

Lors de la Gigantomachie (lutte de Zeus contre les géants), Encelade fut mis hors de combat par la lance de la déesse Athéna. Il fut enterré sur l'île de Sicile, sous le mont Etna. Les éruptions volcaniques de l'Etna passaient pour être la respiration du Géant, de même que les secousses telluriques, provoquées par les mouvements du Géant se retournant sous la montagne (un mythe similaire existe à propos de Typhon et Vulcain). En Grèce, on continue d'appeler un tremblement de terre une « frappe d'Encelade ».

 

Versailles Bassin de l'Encelade (15)

 

Versailles Bassin de l'Encelade (14)
Versailles Bassin de l'Encelade (18)
Versailles Bassin de l'Encelade (7) Versailles Bassin de l'Encelade (22)

 

Versailles Bassin de l'Encelade (24)

 

Versailles Bassin de l'Encelade

 

Versailles Bassin de l'Encelade (17)

 

Versailles Bassin de l'Encelade (23)

 

Versailles Bassin de l'Encelade (8)

 

Photos: (c) Lankaart

Source: Wikipedia



Tuby réalisera à la demande de Louis XIV ce bassin à la gloire d'Apollon. Un dessin de Le Brun servira de modèle pour la mise en scène du char sortant des eaux face au chateau. L'oeuvre réalisé aux Gobelins fut mise en place et finalisée en 1671. photos: (c) Lankaart Le Nôtre - Versailles, jardins de l'Orangerie Les jardins de l'Orangerie à Versailles ont été créé de 1684 à 1686 par Le Nôtre, soit avant les grands travaux du château. Jules Hardouin-Manssart va composer un bâtiment original […]



Jean-Philippe Rameau (Dijon, 25 septembre 1683 - Paris, 12 septembre 1764) est un compositeur français et théoricien de la musique. L'œuvre lyrique de Rameau forme la plus grande partie de sa contribution musicale et marque l'apogée du classicisme français, dont les canons s'opposèrent avec force à ceux de la musique italienne jusque tard au cours du XVIIIe siècle. Dans ce domaine, la création la plus célèbre du compositeur est sans conteste l'opéra-ballet Les Indes galantes (1735). Cette […]

 

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 17 Octobre 2011

versailles bassin d'apollon (20)

 

Tuby réalisera à la demande de Louis XIV ce bassin à la gloire d'Apollon. Un dessin de Le Brun servira de modèle pour la mise en scène du char sortant des eaux face au chateau. L'oeuvre réalisé aux Gobelins fut mise en place et finalisée en 1671.

 

versailles bassin d'apollon (17)

 

versailles bassin d'apollon (12) versailles bassin d'apollon (13)
versailles bassin d'apollon (14) versailles bassin d'apollon (15)

 

versailles bassin d'apollon (18)

 

versailles bassin d'apollon (19)

 

versailles bassin d'apollon (25) versailles bassin d'apollon (29)
versailles bassin d'apollon (31) versailles bassin d'apollon (9)

 

versailles bassin d'apollon (3)

 

versailles bassin d'apollon (2)

 

versailles bassin d'apollon (4)

 

versailles bassin d'apollon (7)

 

photos: (c) Lankaart

 



Les jardins de l'Orangerie à Versailles ont été créé de 1684 à 1686 par Le Nôtre, soit avant les grands travaux du château. Jules Hardouin-Manssart va composer un bâtiment original sous la grande terrasse du château, formé d'une galerie de 155 m. de long dont la façade est orienté au sud pour pouvoir bénéficier au maximum du soleil. La galerie centrale est encadré de deux galeries latérales consruite sous les "escaliers des cent marches", au centre les parterres de l'orangerie forment une […]

 

 

 



Jean-Baptiste Lully, né Giovanni Battista Lulli à Florence le 28 novembre 1632 et mort à Paris le 22 mars 1687, est un compositeur italien puis français de la période baroque, surintendant de la musique de Louis XIV. Par ses dons de musicien et d'organisateur aussi bien que de courtisan et d'intrigant, Lully domina l'ensemble de la vie musicale en France à l'époque du Roi-Soleil. Il fut à l'origine de plusieurs formes de musique qu'il organisa ou conçut : la tragédie lyrique, le grand […]

 

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 2 Octobre 2011

van dyck saint sebastien

Les préparatifs du martyre de Saint-Sébastien, au Musée du Louvre, à Paris. (c) Visipix.com

 

C'est l'une des premières oeuvres de Van Dyck encore influencé par la peinture Baroque de l'époque.

 

Récit :

 

À Rome, Saint-Sébastien est pris en affection par les empereurs Dioclétien et Maximien Hercule qui le nomment capitaine de la garde prétorienne, ignorant qu'il est chrétien. On rapporte que Sébastien encouragea dans leur foi et au glorieux martyr deux prisonniers chrétiens, les frères Marc et Marcellin, alors que leur famille les implorait de renoncer au Christ. En rendant miraculeusement la parole à une femme, Zoé, il convertit aussitôt 77 personnes présentes.

 

En l'apprenant, Dioclétien reprocha à Sébastien sa traîtrise et donna à ses soldats l'ordre de l'exécuter en le transperçant de flèches. « Et les archers le frappèrent jusqu'à ce qu'il soit recouvert de flèches comme un hérisson est couvert d'épines ». Selon la légende, les archers, qui avaient beaucoup d'estime pour leur chef, auraient évité de viser le cœur, si bien que Sébastien ne succomba pas à ses blessures. Soigné par une jeune veuve nommée Irène, rapidement rétabli, il se rendit auprès de l'empereur pour lui reprocher sa cruauté à l'égard des chrétiens. Dioclétien le fit alors rouer de coups jusqu'à la mort et ordonna que son corps soit jeté dans les égouts de Rome (Cloaca Maxima). Guidés par une vision de sainte Lucine, les chrétiens purent cependant retrouver son corps et l'ensevelirent auprès des ossements des apôtres Pierre et Paul.

 

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9bastien_%28martyr%29

 



La Crucifixion, Simon Vouet (vers 1636-37), Musée des Beaux-arts de Lyon. (c) Visipix.com Vouet meurt en 1649, à un moment où deux de ses nombreux élèves, les plus doués, se disputent le pouvoir : Le Sueur et Le Brun. C'est dans un style plus décoratif, très coloré, qu'il exécuta les nombreux ensembles qui lui furent commandés (châteaux de Chilly, de Saint-Germain-en-Laye, de Fontainebleau, de Wideville ; à Paris, hôtels Bullion, Séguier, du président Perrault, de Bretonvilliers et de […]

 

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 27 Septembre 2011


Loth et ses filles fut peint par Simon Vouet en 1633. Aujourd'hui, ce tableau est exposé au Musée des Beaux Arts de Strasbourg.

De retour à Paris, après un séjour en Italie, Vouet veut s'imposer à la cours de Louis XIII.
Dans la suite de l'influence Du Carravage et du baroque italien qu'il importe à la cours, il joue d'une certaine sensualité et de l'ambiguïté de son sujet. En effet Loth, ennivré par ses filles, va bientôt s'unir à elles.

Episode de la Genèse, Loth seul juste de Sodome et Gomorrhe, prévenu du désastre à venir par un ange, fui avec ses filles le courroux de Dieu. Afin de perpétuer la race, ses filles vont briser le tabou de l'inceste. Là où les artistes de son temps jouent la morale ou le sujet scabreux, Vouet instaure un climat de sensualité et de sérenité face à l'inommable. Ce tableau est l'un des chefs d'oeuvre de Simon Vouet. Sa maîtrise de la composition et des couleurs est totale.

Face au baroque italien, il sait ouvrir la voie à une peinture classique, pleine d'équilibre.

 

Illsutrations : (c) Lankaart



Achille et Homère. Manière aimable de faire naître dans le coeur d' un jeune prince l' amour des belles lettres et de la gloire. Achille. Je suis ravi, grand poëte, d' avoir servi à t' immortaliser. Ma querelle contre Agamemnon, ma douleur de la mort de Patrocle, mes combats contre les troyens, la victoire que je remportai sur Hector, t' ont donné le plus beau sujet de poëme qu' on ait jamais vu. Homère. J' avoue que le sujet est beau, mais j' en aurois bien pu trouver d' autres. Une preuve […]

 

 

 

 



"Nous marchons. J'allois la tête baissée, selon mon usage; lorsque je me sens arrêté brusquement, et présenté au site que voici. A ma droite, dans le lointain, une montagne elevoit son sommet vers la nue. Dans cet instant, le hazard y avoit arrêté un voyageur debout et tranquille. Le bas de cette montagne nous etoit dérobé par la masse inter posée d'un rocher. Le pié de ce rocher s'etendoit en s'abaissant et en se relevant et separoit en deux la profondeur de la scène. Tout a fait vers la […]

 


Simon Vouet - La Crucifixion


La Crucifixion, Simon Vouet (vers 1636-37), Musée des Beaux-arts de Lyon. (c) Visipix.com Vouet meurt en 1649, à un moment où deux de ses nombreux élèves, les plus doués, se disputent le pouvoir : Le Sueur et Le Brun. C'est dans un style plus décoratif, très coloré, qu'il exécuta les nombreux ensembles qui lui furent commandés (châteaux de Chilly, de Saint-Germain-en-Laye, de Fontainebleau, de Wideville ; à Paris, hôtels Bullion, Séguier, du président Perrault, de Bretonvilliers et de […]

 

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 22 Septembre 2011


Le Portrait du Cardinal de Richelieu fut peint en 1642 par Philippe de Champaigne à destination d'un sculpteur italien afin qu'il réalise un buste en marbre du cardinal.
Le tableau est un manifeste du réalisme de Champaigne. La minutie du travail du peintre, la précision du portrait auront un tel retentissement auprès du cardinal qu'il fit reprendre la totalité de ses portraits par le peintre.

L'expression du cardinal est ici celle d'un homme sûr de son fait, au sommet de sa puissance, sans aucune émotion, au-dessus des hommes et des choses.
C'est l'un des premiers portraits d'un "chef d'état" professionnel, dont la vie est consacrée uniquement à l'exercice du pouvoir. Ce n'est pas le portrait d'un monarque ou d'un noble, ni celui, idéalisé, d'une icône religieuse.  

Le talent de Champaigne est ici manifeste ; il révèle toute la psychologie du cardinal, toute la force d'un homme issue de l'intelligentsia et non de la noblesse.

Le tableau est aujourd'hui exposé au Musée des Beaux-arts de Strasbourg.

Le Portrait du Cardinal de Richelieu




Jean-Baptiste Lully, né Giovanni Battista Lulli à Florence le 28 novembre 1632 et mort à Paris le 22 mars 1687, est un compositeur italien puis français de la période baroque, surintendant de la musique de Louis XIV. Par ses dons de musicien et d'organisateur aussi bien que de courtisan et d'intrigant, Lully domina l'ensemble de la vie musicale en France à l'époque du Roi-Soleil. Il fut à l'origine de plusieurs formes de musique qu'il organisa ou conçut : la tragédie lyrique, le grand […]



Loth et ses filles fut peint par Simon Vouet en 1633. Aujourd'hui, ce tableau est exposé au Musée des Beaux Arts de Strasbourg. De retour à Paris, après un séjour en Italie, Vouet veut s'imposer à la cours de Louis XIII. Dans la suite de l'influence Du Carravage et du baroque italien qu'il importe à la cours, il joue d'une certaine sensualité et de l'ambiguïté de son sujet. En effet Loth, ennivré par ses filles, va bientôt s'unir à elles. Episode de la Genèse, Loth seul juste de Sodome et […]


Musée du Louvre, Paris. (c) Visipix.com Simon Vouet est l'emblème d'une peinture baroque française. « Si Le Brun, David ou, d'une certaine façon, Delacroix existèrent, c'est qu'il y eut d'abord Simon Vouet », dit Denis Lavalle, inspecteur en chef des monuments historiques. Simon Vouet - La Crucifixion La Crucifixion, Simon Vouet (vers 1636-37), Musée des Beaux-arts de Lyon. (c) Visipix.com Vouet meurt en 1649, à un moment où deux de ses nombreux élèves, les plus doués, se disputent le […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 16 Septembre 2011

van dyck charles ier

Musée du Louvre, Paris (c) Visipix.com

 

Il s'agit là d'un des chefs-d'oeuvre de l'artiste, de sa période anglaise, à dater d'environ 1635. Il fut payé par le roi en 1638 en tant que portrait dudit monarque "à la chasse", d'où son aspect plus aristocratique - et comme tel, infiniment élégant et distingué - que proprement royal (on n'y trouve pas d'insignes monarchiques, simplement une inscription). Une inoubliable leçon d'harmonie picturale entre figures humaines (le roi et divers écuyers), animaux (cheval) et fond de paysage.

 

Source et pour en savoir plus: Musée du Louvre

 



Musée du Prado, Madrid. Philippe de Champaigne reste un peintre exceptionnel par l'éclat de ses coloris, ce bleu presque surnaturel, et la rigueur de ses compositions. À l'instar de Pascal, elles nous parlent de nos grandeurs comme de nos petitesses. Grandeur et respect des puissants bien sûr, gloire de la France, compassion réelle pour ceux qui souffrent aussi, mais par-dessus tout de la grandeur incommensurable de la nature et de Dieu. Il exalte tour à tour les Majestés et les figures […]

 

 

 



New York, Frick Collection.. (c) Visipix.com Rembrandt a pratiqué le portrait peint ou gravé tout au long de sa carrière. Ses dessins montrent une grande faculté à saisir la silhouette, l’attitude du personnage, la vie qui palpite dans la figure humaine, l’instantané d’un geste. Dans les portraits peints ou gravés il se montre capable d’aller chercher les « mouvements de l’âme humaine », de caractériser la personne au-delà du rendu mimétique du modèle. Le plus ancien portrait commandé à […]

 

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 15 Septembre 2011


La Plaza Mayor à Madrid est le centre de la vieille ville.

Edifiée en 1619 par Juan Gomez de Mora, élève de Juan de Herrera à l'initiative du projet, elle remplaça un ancien marché.

Au centre, on trouve une statue équestre de Philippe III de Jean Bologne.
Elle fut construite sur le modèle des grandes places royales françaises. La place est totalement fermée, c'est un monde en soit et on y accède par 8 entrées disséminées aux pieds des façades.

Elle fut un centre très actif de la ville au XVIIe et XVIIIe : on y tenait des jugements, on y organisait des corridas, des spectacles, des processions, des bûchers et des suplices.

Aujourd'hui, c'est un point de passage obligé pour les touristes, un point de rencontre pour les habitants de Madrid.



 

Photos: (c) Lankaart




La place de la Concorde à Paris est le véritable centre de la capitale, entre les quartiers urbanisées au XIXe et le centre historique, entre la rive gauche et la rive droite de la Seine, entre les deux symboles du pouvoir le Louvre et l'ancien palais des Tuilleries d'un côté et le palais de l'Elysée de l'autre. Centre de Paris sa réalisation fut confié à Jacques Ange Gabriel, architecte de la cour et maître de l'architecture classique. Le projet est basé sur la réalisation de deux […]



Musée du Louvre, Paris Murillo (1617-1682) est l’un des grands peintres du siècle d’or espagnol. Proche de Velasquez, il peint de nombreux tableaux religieux et des scènes de genre, où il ouvre la voix à un naturalisme sans concessions. Le réalisme de ces tableaux est au service d’une profonde humanité. Ses personnages du petit peuple de Madrid sont un témoignage poignant de l’époque, ces œuvres sont peut être plus proche de ce qu’était le peintre que les compositions religieuse un peu convenu.


Musée du Prado, Madrid Les Ménines (en espagnol : Las Meninas les demoiselles d'honneur), également connu sous l'appellation La famille de Philippe IV, est le portrait le plus célèbre de Diego Velázquez. Il a été peint en 1656. La composition complexe et énigmatique de la toile interroge le lien entre réalité et illusion et crée une relation incertaine entre celui qui regarde la toile et les personnages qui y sont dépeints. Cette complexité a été la source de nombreuses analyses qui font de […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0