Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jayavarman VII - Le dernier des grands rois Khmer

 

Portrait-de-Jayavarman-VII-style-du-Bayon-fin-XIIe.jpg

Portrait de Jayavarman VII, Musée Guimet Paris

 

Jayavarman VII est le dernier grand roi de l'empire khmer. Il régna de 1181 à 1201 ou 1218 (?). Son nom posthume est Mahā Paramasangata Pada. Fils de Dharanindra Varman II, il était également un parent proche, frère cadet ou cousin du roi Yaçovarman II qui avait succédé à son père et dont il était un fidèle, ainsi que son propre fils aîné.

Après le meurtre de Yaçovarman II en 1165 il s'exile avec sa famille au Champa dans l'actuel Vietnam. Il quitte ce pays lorsque les Chams après avoir vaincu et tué l'usurpateur Tribhuvanâditya-Varman occupent le Cambodge.

Puis il chassa les Chams qui avaient envahi le Cambodge et Angkor et rétablit la puissance de la dynastie khmère. Un texte chinois dit de lui qu'il "avait juré de tirer de ses ennemis une vengeance éclatante, ce qu'il parvint à exécuter après dix-huit années de patiente dissimulation".

Les troupes khmères s'emparent de la capitale cham vers 1190. Le roi vaincu est fait prisonnier et son royaume devient en 1203 une province khmère.

Durant cette renaissance khmère, et probablement en raison de la perte de confiance dans la protection du shivaïsme, Jayavarman VII adopte le bouddhisme mahâyâna comme religion d’Etat. Ce changement implique de nouvelles recherches iconographiques et esthétiques, et trouve son expression majeure dans des programmes architecturaux démesurés. A la triade indienne (Brahma, Vishnu, Shiva) succède donc une triade bouddhiste (le Buddha encadré par Avalokitesvara et la Prajnâpàramitâ). L’apparition des mystérieuses « tours-visages » (représentant en une même image le bodhisattva Lokesvara et le portrait du roi divinisé Javayarman VII) seront la matérialisation architecturale la plus spectaculaire de ce nouvel esprit ; elles témoignent superbement du génie créatif du souverain, autant que de sa volonté d’assoir une omnipotence sur le pays entierL’art devient ainsi le vecteur d’un bouddhisme proprement cambodgien dans lequel le roi incarne la plus exemplaire dévotion. De courte durée, cette période brillante trouve son terme dans la résurgence du shivaïsme dès le milieu du XIIIe siècle. 

Des recherches récentes par satellite ont révélé qu’Angkor Thom – dont la population était estimée à un million d’habitants - était étendu sur plus de 1 000 kilomètres carré ce qui en fait le centre urbain connu le plus vaste du monde préindustriel.

 

Angkor--6-.jpg Angkor-Thom.jpg


La politique de grands travaux menée par Jayavarman VII semble obéir à une tradition qui implique de s’atteler à trois catégories de chantiers : les fondations d’intérêt public (hôpitaux, gîtes, aménagements hydrauliques, etc.) ; les temples consacrés aux ancêtres (les labyrinthiques temples-monastères de Ta Prohm et de Preah Khan sont ainsi respectivement consacrés à la mère et au père du roi) ; un « temple-montagne », réplique microcosmique du mont Meru, axe central du monde et du Royaume (le Bayon). 

Ainsi il réhabilite le Palais royal et remanie le Phimeanakas, élève le Bayon, son temple d'État, au centre de la cité, puis, à proximité des remparts, les temples Banteay Kdei et Ta Prohm à l'Est et Preah Khan au Nord.

 

Angkor-thom-le-Bayon--8-.jpg

 

Angkor-thom-le-Bayon--16-.jpg Angkor-thom-le-Bayon--14-.jpg
Angkor-thom-le-Bayon--10-.jpg Angkor-thom-le-Bayon--13-.jpg

Angkor, Angor Thom.

Angkor-thom-le-Bayon-bas-relief--4-.jpg

Bayon danseuses XIIe angkor (2)

Angkor-thom-le-Bayon-bas-relief.jpg

 

Angkor Thom le Bayon bas-relief b (3)

Angkor, Bayon Bas-relief.

 

Angkor-Ta-Prohm--4-.jpg Angkor-Ta-Prohm--7-.jpg

Angkor. Ta Prohm.

 

Angkor temple Preah Khan

Angkor temple Preah Khan (10)

Angkor temple Preah Khan (12)

Angkor temple Preah Khan (11)

Angkor temple Preah Khan bibliotheque

Angkor temple Preah Khan (9)

Angkor, Temple de Preah Khan.

 

Source: Wikipedia, Musée Guimet.

Photos: Lankaart (c)

 


 


Porte Sud Angkor Thom Angkor Thom fut fondé par Jayavarman VII et est l’une des plus grandes cité Khmères. Elle restera la capitale de l’empire jusqu’au XVIIe siècle. Les murs de la ville renferment une surface de 900 ha. Ces murs sont percés de 4 portes aux points cardinaux qui donnaient accès à la nouvelle ville et d’une cinquième porte, la Porte de la Victoire à l’Est, accès privilégié au palais royal. Ces portes monumentales semblables sont le premier témoignage de la grandeur de la […]


Le temple du Bayon à Angkor est un ensemble majeur de l’art Khmer. En sus des édifices et sculptures monumentales qui le caractérisent il renferme un trésor précieux constitué par un ensemble de bas-relief unique. Cet ensemble a été réalisé à deux époques : les bas-reliefs de l’enceinte extérieure ont été sculptés on suppose au début du XIIIe siècle et présentent surtout des sujets historiques et des scènes de la vie quotidienne. les bas-reliefs intérieurs furent réalisées dans la seconde […]


Le Bayon fut construit à la fin du XIIe siècle par Jayavarman VII à Angkor. Temple d’état c’est un monde en soit, une œuvre unique, un monument de l’architecture mondiale. Nombreux sont les superlatifs qui viennent dès que l’on évoque ce temple. Le Bayon est à la fois simple dans son organisation de base et extrêmement complexes du fait de la profusion des ajouts réalisées par les successeurs de Jayavarman et par la profusion de cours, de monuments, de galeries qui en font un temple-monde, […]


Musée Guimet, Paris. Angkor XIIe. Dans le Sanātana Dharma (सनातन धर्म) (Hindouisme), les Apsara sont des nymphes célestes d'une grande beauté, sorties des flots lors du barattage de la mer de lait. Ce sont les compagnes des Deva (entités bienfaisantes) autant que des Asura (démons). Elles symbolisent le plaisir des sens et de l'esprit. On dit qu'elle connaissent 64 manières d'éveiller les sens. Lorsqu'un ascète acquiert trop de pouvoirs, le dieu Indra lui envoie quelques Apsara, auxquelles […]


Portrait de Jayavar man VII style du Bayon fin du XIIe Musée Guimet Paris. Ce qui frappe le plus dans la visite des salles Khmer du Musée Guimet à Paris, c'est la sérénité des visages des sculptures Khmer. Qu'elles soient la représentation de Bouddha, d'un roi ou d'un dieu hindou, l'inspiration reste à chaque instant empreinte de religion, en quête d'un équilibre parfait, de calme et de repos. Bouddha Musée Guimet Paris L'art Khmer sépanouit le long du bassin du Mékong au Cambodge du VIe […]


Jayavarman VII décide de la réalisation de ce temple au début de son règne à la fin du XIIe siècle. Le temple était avant tout une grande université avec plus de 1 000 professeurs. Selon les sources le temple aurait été bâtie sur un ancien champ de bataille entre les khmers et les Chams à l’emplacement où fut tué le roi des Chams. Le temple de Preah Khan est situé à l’ouest de la ville qui l’entoure, un embarcadère permettait l’accès au lac. Une douve entourait la ville qui s’étendait sur […]

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

rafael

architecte passionné d'art et de voyages
Voir le profil de rafael sur le portail Overblog

Commenter cet article