renaissance france - europe du sud

Publié le 3 Septembre 2013

                        

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage


Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,

Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,

Et puis est retourné, plein d'usage et raison,

Vivre entre ses parents le reste de son âge !


Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village

Fumer la cheminée, et en quelle saison

Reverrai-je le clos de ma pauvre maison,

Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?


Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,

Que des palais Romains le front audacieux,

Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine :


Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,

Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,

Et plus que l'air marin la doulceur angevine.

   
Du Bellay

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD, #POESIE

Repost0

Publié le 30 Mai 2013

Cathedrale de burgos (22)

 

La chapelle du connétable.

Elle est fermée par une magnifique grille. Somptueuse fondation du connétable de Castille Fernàndez de Velasco, cette chapelle isabéline élevée par Simon de Cologne est éclairée par une lanterne coiffée d'une élégante coupole étoilée.

Tous les grands sculpteurs burgalais du début de la Renaissance ont collaboré à l'exubérante décoration des murs et du retable. Le Connétable et son épouse gisent sur leur mausolée en marbre de Carrare, à côté d'une immense dalle de marbre grenat qu'ils destinaient à leurs enfants. Sur le côté droit de la chapelle s'ouvre la porte plateresque de la sacristie (1512) où l'on admire une Marie-Madeleine de Gianpetrino, un disciple de Léonard de Vinci.

 

Cathedrale de burgos (19)

 

Cathedrale de burgos (17)

 

Cathedrale de burgos (18)

 

Cathedrale de burgos (16)

 

Cathedrale de burgos (23)

 

Source: Wikipedia

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 11 Mars 2013

Fontainebleau Galerie des Assiettes (3)

 

Construite en 1840 à l'emplacement d'une ancienne terrasse, la galerie des Assiettes (dite aussi « galerie des Fresques ») possède un plafond orné de 21 peintures de l'atelier d'Ambroise Dubois réalisées vers 1600. Celles-ci, représentant des divinités de la mythologie et des enfants chasseurs, étaient initialement réalisées à l'huile sur plâtre et faisaient partie du décor de la voûte de la galerie de Diane. Déposées sous Napoléon Ier et transposées sur toile, elles furent amenées dans cette galerie qui prit ainsi le nom de « galerie des Fresques ». La pièce fut ornée sous Louis-Philippe de boiseries néo-Renaissance et de lambris dans lesquels sont installés près de 128 assiettes en porcelaine de Sèvres du Service historique de Fontainebleau illustrant l'histoire du château (François Ier recevant Benvenuto Cellini en 1540 par Jean-Charles Develly, Naissance de Philippe le Bel au château de Fontainebleau), la forêt, le château à différentes époques, d'autres demeures royales ou encore des lieux visités par Louis-Philippe pendant son premier exil (Amérique du Nord avec les chutes du Niagara, Angleterre, Sicile). 

 

Fontainebleau Galerie des Assiettes (4)

 

Fontainebleau Galerie des Assiettes (5)

 

Fontainebleau Galerie des Assiettes (6)

 

Fontainebleau Galerie des Assiettes (8)Fontainebleau Galerie des Assiettes (7)

Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 25 Décembre 2012

Coeur endurci plus que la roche bise

 

                                              

Coeur endurci plus que la roche bise,

Vent aspirant pire que nord ou bise,

De grief refus tant orgueilleulx et fier,

N'est il moyen de te mollifier

Par tel façon que grace en fust acquise ?

 

O que les Dieulx ont mal ta place quise

De te loger en maison si exquise,

Pour en vertus tant te glorifier,

Coeur endurci !

 

Considéré que, sans coup de main mise,

Je fus navré d'une oeillade transmise

De ton logis, qui me vint défier,

Il te plaira mon mal pacifier

En me donnant grace que j'ay requise,

Coeur endurci.

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD, #POESIE

Repost0

Publié le 22 Décembre 2012

Tribolo la nature (2)

 

Cette statue en marbre par Niccolo Pericoli, dit Tribolo (vers 1500 - 1550) fut commandée par le roi François Ie en 1529 afin de servir de support à une vasque et placée par le roi à Fontainebleau.

La Nature est représentant sous forme d'une femme nourricière à corps recouvert par de nombreux seins fournis et engorgés. Autrefois, à Ephèse, la déesse Artémis fut représentée de la même façon, comme étant la déesse qui protège la fertilité des femmes, des animaux et la nature.

 

Tribolo la nature

 

Tribolo la nature (3)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 18 Décembre 2012

Ayant tant de malheurs gémi profondément

 

                        

Ayant tant de malheurs gémi profondément,

Je vis une cité quasi semblable à celle

Que vit le messager de la bonne nouvelle,

Mais bâti sur le sable était son fondement.

 

Il semblait que son chef touchât au firmament,

Et sa forme n'était moins superbe que belle :

Digne, s'il en fut onc, digne d'être immortelle,

Si rien dessous le ciel se fondait fermement.

 

J'étais émerveillé de voir si bel ouvrage,

Quand du côté du nord vint le cruel orage,

Qui soufflant la fureur de son coeur dépité

 

Sur tout ce qui s'oppose encontre sa venue,

Renversa sur-le-champ, d'une poudreuse nue,

Les faibles fondements de la grande cité.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 8 Décembre 2012

Ecole de fontainebleau (4)

 

La notion d'une seconde école remonte à Dimier, qui, le premier, a su étudier les créations de cette période et les distinguer de la précédente. Avec Henri IV, l'activité artistique renaît en effet à Fontainebleau. Le titre de " seconde école de Fontainebleau ", sous lequel on rassemble les artistes, est justifié par le fait qu'ils furent formés par l'exemple des grands décorateurs du château, dont ils étaient, souvent, les élèves ou les collaborateurs. S'il est exact qu'ils exerçaient aussi leur talent hors de Fontainebleau (en particulier à Paris : décor du Louvre, des Tuileries), ils ne firent en cela que suivre la tradition créée par leurs devanciers.

 

Nous sommes mal renseignés sur les peintres de cette école, dont les œuvres, mal ou rarement conservées, ont été négligées à tort : certains d'entre eux sont d'origine flamande, et, d'une façon générale, l'influence nordique, explicable par les circonstances politiques, est alors fort importante. Ce fait ainsi que l'apparition de nouveaux thèmes (cycles romanesques tirés du Tasse ou de romans grecs), une couleur plus chaude et plus contrastée les distinguent des maîtres de la première école. Ils se groupent essentiellement autour de T. Dubreuil — prématurément disparu (1602), dont on ne connaît plus guère la manière qu'à travers les dessins du Flamand Ambroise Dubois, et auteur du riche et agréable décor du Salon Louis-XIII (Histoire de Théagène et de Chariclée) — et de Martin Fréminet, artiste singulier mais attachant, dont Fontainebleau conserve encore intacte l'étonnante chapelle de la Trinité. L'art de ces peintres a joué un rôle de transition non négligeable avec l'art parisien du début du XVIIe s. : on peut y déceler les prémices du Classicisme autant que celles du Baroque.

 

Ecole de fontainebleau femme à sa toilette

 

Source: Larousse

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 19 Novembre 2012

Ecole de fontainebleau diane chasseresse

Musée du Louvre, Paris, 1550.

 

Diane chasseresse est un portrait de Diane de Poitiers, d'un Anonyme de l’École de Fontainebleau. Cette peinture qui avait été attribuée dans un premier temps à l’italien Luca Penni, montre l’influence de la statuaire antique sur les peintres de l’École de Fontainebleau. L’attitude de la déesse semble s’inspirer d’une sculpture hellénistique intitulée la Diane à la Biche, dont un exemplaire fondu en bronze par Primatice se trouvait à Fontainebleau au XVIe siècle. Elle résume ces caractères et ces influences en une sorte d’archétype de l’idéal bellifontain (de l’école de Fontainebleau). L’étirement en hauteur de la figure, impression que devait accentuer le format primitif du tableau plus étroit que le format actuel, le refus de la profondeur, tout contribue à l’abstraction de la forme. L’œuvre représente très certainement un portrait idéalisé de Diane de Poitiers, maîtresse du roi Henri II.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 4 Novembre 2012

Fontainebleau chateau (3)

 

François Ier décide faire édifier un logis de style Renaissance à l'emplacement du château féodal, permettant ainsi de moderniser un pied-à-terre proche de la vallée de Bière, le roi prétextant lui-même choisir cet endroit pour la chasse des bêtes « rousses et noires ». Il fait raser la précédente construction, à l'exception du donjon et d'une partie de la courtine nord, et fait appel à des artistes italiens pour assurer la construction et la décoration de son palais. C'est ainsi que sont édifiés un bâtiment dessinant la cour Ovale et un autre situé sur la basse cour ouest, tous deux reliés par une galerie. François Ier vient chasser à Fontainebleau, accompagné de sa cour et de sa favorite, la duchesse d'Étampes, délaissant ainsi plus ou moins le château de Blois, et annonçant le retour progressif de la cour dans les environs de Paris.

Plusieurs conducteurs de travaux se succèdent durant son règne : Florimond de Champeverne, secrétaire et valet de chambre du roi, est nommé en 1528 conducteur jusqu'à sa mort en 1531. Pierre Paule dit l'Italien, présent dès 1528, ancien concierge du château de Moulins, valet de chambre de Louise de Savoie, dirige ensuite les travaux jusqu'à sa mort en 1535. Il est remplacé par acte du 21 avril 1543 par un conducteur particulier, Salomon des Herbaines, tapissier du roi, garde des meubles et tapisseries, qui présente l'avantage de résider sur place et travaille en collaboration avec Pierre des Hôtels, notaire, secrétaire et valet de chambre du roi ; il décède en 1558.

 

Le roi souhaite faire de Fontainebleau un foyer de l'art de la Renaissance : il collectionne les objets d'art, commande des œuvres sur la mythologie, fait venir d'Italie des antiques. Il reçoit des tableaux de la part du pape, collectionne des œuvres de maîtres italiens (La Joconde et La Vierge aux rochers de Léonard de Vinci, la Sainte-Famille, Saint-Michel, et la Belle Jardinière de Raphaël) et fait venir des moules de statues romaines (Laocoon, Apollon du Belvédère...) afin de couler des bronzes. Pour la décoration du château, il commet Rosso Fiorentino qui réalise le pavillon de Pomone, le pavillon des « Poesles », la galerie Basse (tous détruits) et surtout la galerie François-Ier (1534-1540). Giorgio Vasari désigne Fontainebleau comme la « Nouvelle Rome » et son école est renommée dans toute l'Europe de l’Ouest. François Ier constitue dans le château une importante bibliothèque, ancêtre de la bibliothèque nationale. Le château de Fontainebleau reçoit, entre le 4 et le 27 décembre 1536, la visite de Jacques V d'Écosse, futur époux de Madeleine de France. C'est en 1539 que François Ier reçoit à Fontainebleau Charles Quint et lui fait visiter son palais, entre le 24 et le 30 décembre12. Ronsard se fera l'écho du faste déployé au château par l'écriture de quelques vers :

« Quand verrons-nous par tout Fontainebleau

De chambre en chambre aller les mascarades... »

 

Fontainebleau chateau (4)

 

Le fils de François Ier, le roi de France Henri II, complète le château avec une salle de bal et une chapelle, reliées à l'édifice par la célèbre galerie François-Ier, qui fait face à l'étang des Carpes. Il nomme Philibert Delorme pour vérifier et visiter le château le 3 avril 1548, date à laquelle la suite des travaux lui est confiée. C'est ainsi qu'une grande partie du château actuel voit le jour, dont la salle de bal. C'est à Fontainebleau que naissent la plupart des enfants de Henri II et de Catherine de Médicis, les futurs rois François II (19 janvier 1544) et Henri III (19 septembre 1551) ainsi qu'Élisabeth de France (2 avril 1545), Claude de France (12 novembre 1547), Louis de France (3 février 1549), François d'Alençon (18 mars 1555) et les jumelles Victoire et Jeanne (24 juin 1556).

 

Fontainebleau chateau (5)

 

Fontainebleau chateau (6)

 

Fontainebleau chateau (7)

 

Fontainebleau Galerie François Ier

 

fontainebleau chambre de la duchesse d'Etampes (4)Fontainebleau Galerie François Ier (13)
Fontainebleau Galerie François Ier (38)Fontainebleau salle de bal (3)

 

Fontainebleau salle de bal (2)

Fontainebleau chateau (8)

 

Fontainebleau chateau

Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 2 Novembre 2012

Fontainebleau salle de bal (2)

 

La salle de bal, dite parfois « galerie Henri II », longue de 30 m et large de 10 m, a une superficie qui dépasse 300 m2. À l'origine (sous François Ier), elle était une simple loggia (réalisée sous la direction de Gilles Le Breton) qui ouvrait sur la cour Ovale et les jardins, et qui devait être couverte d'une voûte en berceau, comme en attestent les piles de consoles de retombée des arcs. François Ier puis Henri II décident de la transformer en une grande salle de réception et d'apparat pour y organiser les fêtes royales. La conception de la salle est confiée à l'architecte Philibert Delorme. 

 

Les peintures dont les dessins furent réalisés par le Primatice et exécutées en fresque par Niccolo dell'Abatte et son équipe, décorant la salle de bal, s'inspirent de la mythologie gréco-romaine. Sur le mur de la cheminée: Diane à la chasse, Sebastien de Rabutin tuant un loup, Diane, Cerbère et l'Amour, Hercule et le sanglier d'Erymanthe, et Diane conduisant un char attelé de dragons. Sur les murs latéraux: Le festin de Bacchus, Apollon et les Muses au Parnasse, Les Trois Grâces dansant devant les dieux, Les noces de Thétis et Pélée et la pomme de Discorde, Jupiter et Mercure chez Philémon et Baucis, Phaéton suppliant Apollon de lui laisser conduire son char, Vulcain forgeant les armes demandées par Vénus pour l'Amour, La Moisson, et huit trophées d'armes peints sous les culots sculptés. 

 

La cour était invitée à des bals masqués extravagants : on a pu voir François Ier déguisé en centaure. Lors des fêtes, la table d'honneur était dressée sur des tréteaux près de la grande cheminée. Une fois le banquet terminé, on enlevait les tables pour danser. 

 

Fontainebleau salle de bal (4)

 

Fontainebleau salle de bal (11)

 

Fontainebleau salle de bal (5)Fontainebleau salle de bal (8)

 

Fontainebleau salle de bal (7)

 

Fontainebleau salle de bal (9)

 

Fontainebleau salle de balFontainebleau salle de bal (12)

Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0