renaissance france - europe du sud

Publié le 3 Septembre 2011

  
 

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avait déclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu cette vêprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vôtre pareil.


Las ! voyez comme en peu d’espace,
Mignonne, elle a dessus la place,
Las ! las ! ses beautés laissées choir!
Ô vraiment marâtre Nature,
Puisqu’une telle fleur ne dure,
Que du matin jusqu’au soir !


Donc, si vous me croyez mignonne,
Tandis que votre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez votre jeunesse :
Comme à cette fleure la vieillesse
Fera ternir votre beauté.

Ronsard, Odes, Livres I

   

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 12 Août 2011

 

Le château de Chambord est l'édifice emblématique des châteaux de la Loire. Résidence de François Ier et de Léonard de Vinci à la fin de sa vie, il est l'un des monuments les plus visités de France.

 

 

L'apparence extérieure du superbe château de François Ier à Chambord évoque les châteaux forts avec ses murs épais, son donjon et ses tours d'angle aux toits coniques.

Mais le parallèle s'arrête là, Chambord est l'exemple même du château rennaissance fait pour recevoir, vivre et chasser.
L'édifice est décoré d'ornements en pierre et possède le plan intérieur le plus original des châteaux français de cette époque prolifique.


 

Chateau-de-Chambord--29-.jpg

 

Conçu par l'architecte italien Domenico da Cortona, influencé par les conseils de Léonard de Vinci, nottament pour l'escalier à double révolution, mais aussi pour l'élaboration du toit.
C'est dans le toit que réside l'un des spectacles fantasmagorique les plus étrange de la renaissance européenne. Le spectacle de toutes ces cheminées, de ces toits et de ces tours en ardoises est unique.

 

Chateau-de-Chambord--30-.jpgChateau-de-Chambord--87-.jpg

 

 

Le Château est implanté au coeur d'une immanse forêt : le domaine de Chambord, propre à la chasse en son temps et aujourd'hui à la promenade.


Chateau-de-Chambord--99-.jpg

 

Chateau-de-Chambord--78-.jpg

 

Chateau-de-Chambord--8-.jpg

 

Pour voir toutes les photos de la Rennaissance en France cliquez ici

Pour vous ballader en France cliquez ici

 

Photos: (c) Lankaart

 
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 20 Juin 2011

Fouquet 1420-1480, Jean, Tours, France la vierge et l'enfan

Musée des Beaux-arts Anvers. (c)Visipix.com

 

Jean Fouquet, le protégé et le peintre favori d’Agnès Sorel l’immortalise en Vierge à l’Enfant. Dans ce panneau (qui constitue la partie droite du diptyque commandé à l’artiste par Etienne Chevalier pour répondre selon certains, au vœu d’Agnès Sorel d’être représentée en Vierge à l’Enfant à sa mort), on est frappé par la nouveauté de la conception de la Madone au sein nue qui semble ouvrir son manteau à la fois pour montrer le sein et pour accueillir l’enfant.

 

Ce sein audacieux a beau susciter la réprobation du clergé, il reste exposé à notre Dame de Melun jusqu’en 1493. Il est aujourd'hui au musée des Beaux-Arts d’Anvers.

 

Source: http://www.paperblog.fr/3539572/agnes-sorel-dans-la-peinture/

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 17 Juin 2011

fouquet agnes Sorel

(c)Visipix.com

 

  Peintre et enlumineur, portraitiste réputé, Jean Fouquet est aujourd'hui reconnu comme l'un des plus grands créateurs de son temps. Au confluent des influences flamandes et toscanes qui dominent la peinture européenne de l'époque, son art renouvela profondément la peinture française du XVe siècle.

  [Ecole de Jean Fouquet, Agnes Sorel,[11].jpg]

 

Histoire:

 

Agnès Sorel est née au début du XVe siècle, fort probablement au milieu des années 1420. Cette jeune dame noble, modeste servante de la maison angevine, est cinq années durant de 1444 à 1449 la favorite du roi de France Charles VII, auquel elle donne quatre enfants.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 6 Juin 2011

 

Josquin Lebloitte dit Josquin des Prés né peut-être à Beaurevoir (Picardie) vers 1440 et mort à Condé-sur-l'Escaut le 27 août 1521, souvent désigné simplement sous le nom de Josquin, est un compositeur franco-flamand de la Renaissance. Il est le compositeur européen le plus célèbre entre Guillaume Dufay et Palestrina et est habituellement considéré comme la figure centrale de l'école franco-flamande. Josquin est largement considéré par les spécialistes comme le premier maître du style polyphonique de la haute Renaissance, musique vocale qui allait émerger au cours de sa vie.

 

Pendant le XVIe siècle, Josquin a graduellement acquis la réputation de plus grand compositeur de l'époque. La maîtrise de sa technique et de son expression étaient universellement admirées et imitées. Des auteurs aussi divers que Baldassare Castiglione ou Martin Luther ont écrit au sujet de sa réputation et de sa renommée. Des théoriciens comme Glaréan et Gioseffo Zarlino ont jugé son style comme le meilleur représentant de la perfection.

 

Il était tellement admiré que beaucoup de compositions anonymes lui ont été attribuées par des copistes, probablement pour augmenter leurs ventes. Au moins 374 œuvres lui sont imparties; c'est seulement à l'arrivée des méthodes modernes d'analyse que certaines de ces attributions erronées ont pu être révélées, sur la base de la comparaison avec les caractéristiques de son style et de son écriture. La seule œuvre de sa propre main qui nous soit parvenue est un graffiti sur le mur de la chapelle Sixtine et nous ne connaissons qu'une mention relative à son caractère dans une lettre à Hercule Ier d'Este, duc de Ferrare. La vie de douzaines de compositeurs mineurs de la Renaissance est mieux documentée que celle de Josquin.

 

  Josquin, Ave Maria  Lumen Valo

 

Il a écrit de la musique sacrée et profane sous toutes les formes vocales propres à l'époque et comprenant des messes, des motets, des chansons, et des frottoles. Au XVIe siècle, il était vanté pour son important apport mélodique et son usage de dispositifs techniques ingénieux. À l'époque moderne, les spécialistes ont cherché à compléter sa biographie et ont essayé de définir les caractéristiques principales de son style pour corriger les erreurs d'attribution, tâche particulièrement difficile. Comme Stravinsky plus de 400 ans plus tard, Josquin aimait résoudre des difficultés compositionnelles de différentes manières dans ses œuvres successives. Il écrivait parfois dans un style austère dénué de toute ornementation et composait d'autres fois une musique requérant une virtuosité considérable. Glaréan écrivait en 1547 que Josquin n'était pas seulement un magnificent virtuoso mais qu'il était aussi capable de « moqueries » en utilisant la satire de manière très efficace. Au cours de ces dernières années, de nombreux spécialistes se sont préoccupés de retirer des œuvres du corpus de Josquin pour les réattribuer à ses contemporains, cela ne l'empêche pas d'être le compositeur le plus célèbre et le plus représentatif qui nous soit parvenu de la Renaissance.

 

 

Josquin Des Prez: Missa l'Homme Armé Sexti Toni 5. Agnus Dei

 

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Josquin_Des_Pr%C3%A9s

 
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 28 Mai 2011

Fouquet portrait de Louis XI

 

Le nouvel art du visage inventé par Fouquet correspond à une véritable révolution : il libère le portrait de la représentation conventionnelle et standardisée de personnages proposés à la dévotion (les saints, le Christ, la Vierge) et cherche, à travers la peinture plus réaliste des traits, à saisir quelque chose de l'identité singulière de chaque être. Il s'inscrit ainsi dans les attentes de ses commanditaires, ces "hommes nouveaux" qui apparaissent au XVe siècle, dignitaires de la cour ou prélats de haut rang, mais aussi grands bourgeois enrichis dans le commerce, qui se montrent sensibles à une esthétique de la figure humaine qui sache rendre compte de la réalité. La présence d'un fond neutre accompagne cette libération du visage : dans le Portrait de Charles VII, elle donne aux contours du buste une monumentale majesté et confère à la tête du roi qui s'en dégage, avec lassitude et ennui, l'intensité d'une énigme. Le seul élément de décor est ici théâtral : ce sont ces rideaux blancs tirés qui manifestent une séparation entre l'image et le spectateur, ouvrant l'espace du tableau comme une scène où ce qui se jouerait serait de l'ordre du dévoilement, de la mise en scène de l'âme humaine, par l'artiste qui, au-delà du réalisme des apparences, cherche à révéler la vérité de l'être.

 

Source: http://expositions.bnf.fr/fouquet/arret/22/index22a.htm

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 17 Février 2011

France Val de Loire - Château d'Ussé - Photos: Lankaart (c)
France Val de Loire - Château d'Ussé - Photos: Lankaart (c)

France Val de Loire - Château d'Ussé - Photos: Lankaart (c)

Le château d'Ussé se trouve à Rigny-Ussé, en Indre-et-Loire (région Centre, France). Il fait partie des châteaux de la Loire. Ce château est un domaine privé, ouvert à la visite. Il appartient au 7ème Duc de Blacas.

Vers la fin de la guerre de cent ans, en 1424, Jean V de Bueil, comte de Sancerre, seigneur d'Ussé et capitaine du roi, membre d'une des plus illustres familles tourangelles, fait construire la structure de base du château actuel. Il meurt en 1477. Son fils Antoine, seigneur d'Ussé en 1456, épouse en 1462 Jeanne de Valois, fille de Charles VII et d'Agnès Sorel. Elle lui apporte une dot de 40 000 écus d'or. Dans les années 1460, il entreprend la reconstruction du château dans le style du XVe siècle. Surendetté, Antoine de Bueil vend Ussé à Jacques d'Espinay en 1485.

D'origine bretonne, Jacques d'Espinay est le fils du chambellan de François II de Bretagne. Il devient lui-même chambellan des rois Charles VIII et Louis XII, puis accède à la fonction de grand-maître de l'hôtel de la reine. Il poursuit les travaux du château et fonde en 1521 la collégiale d'Ussé destinée à devenir la chapelle funéraire de sa famille.

Son fils Charles d'Espinay et sa belle-fille Lucrèce de Pons poursuivent les travaux. Leur fils, René d'Espinay, leur succède en 1534. La chapelle, dédiée à Sainte-Anne, est consacrée le 11 août 1538. Lui-même criblé de dettes, René vend le château en 1557 à Suzanne de Bourbon.

La fille de Suzanne de Bourbon, Louise de Rieux, apporte le domaine à son époux René de Lorraine, marquis d'Elbeuf. Toujours par mariage, Ussé passe à Henri de Savoie, duc de Nemours, qui meurt en 1620. Après une succession de propriétaires le château est acquis en 1659 par Thomas Bernin, marquis de Valentinay, secrétaire du roi. C'est en 1664 que le marquis de Valentinay fait aménager les jardins d'après des dessins de Le Nôtre.

Château d'Ussé. (2010, juillet 29). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 15:41, décembre 11, 2010 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Ch%C3%A2teau_d%27Uss%C3%A9&oldid=55679691.Source:

 
 
France Val de Loire - Château d'Ussé - Photos: Lankaart (c)
France Val de Loire - Château d'Ussé - Photos: Lankaart (c)
France Val de Loire - Château d'Ussé - Photos: Lankaart (c)
France Val de Loire - Château d'Ussé - Photos: Lankaart (c)

France Val de Loire - Château d'Ussé - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 9 Février 2011

France - Château de Chaumont sur Loire - Photo: Lankaart (c)

France - Château de Chaumont sur Loire - Photo: Lankaart (c)

Le Château de Chaumont-sur-Loire, qui domine la Vallée de la Loire classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO, illustre à la fois l’architecture défensive de l’époque gothique et l’architecture d’agrément de la Renaissance.

Propriété de la reine Catherine de Médicis puis de Diane de Poitiers, le château connaît au XVIIIème et XIXème siècles une intense période de bouillonnement intellectuel lorsque la famille Le Ray de Chaumont accueille tour à tour le sculpteur Nini, l’Américain Benjamin Franklin et la femme de lettres Germaine de Staël.

Le Domaine de Chaumont atteint son apogée à la fin du XIXème siècle grâce au prince et à la princesse de Broglie. Le couple princier conçoit, avec le concours de la maison Hermès, de somptueuses écuries modernistes et confie à l’architecte-paysagiste Henri Duchêne la création d’un parc à l’anglaise:

" Un système d’allées curvilignes permet une promenade continue en passant par des points de vue. L’allée dite de ceinture parcourt le pourtour du parc et permet d’apprécier l’étendue du jardin. Des allées secondaires s’y rattachent en un jeu savant de tangentes, d’ellipses et de volutes qui allongent la promenade ou conduisent à des éléments précis. Se greffent huit perspectives, dont cinq convergent vers l’entrée du Château. Des espèces persistantes assurent, en hiver, la pérennité de ces tracés et des contours des bosquets. Les diverses essences ont été choisies afin de créer d’harmonieux tableaux de couleurs, particulièrement en automne. Quant au feuillage foncé des cèdres plantés autour du château, il produit un heureux contraste avec la pierre claire. Les arbres les plus remarquables sont plantés isolément. De plus, la composition de Duchêne exploite les atouts qu’offre le site. Par d’habiles perspectives, elle intègre la Loire et les vastes terres agricoles et boisées qui constituent le domaine des Broglie. "

Depuis 1992 le Domaine de Chaumont-sur-Loire accueille le Festival International des Jardins, un moment d’exception qui permet à des paysagistes et des artistes de s'exprimer, offrant chaque année un panel très riche de la création contemporaine. 

 

Chaumont-sur-Loire - Jardins et parc - Photos: Lankaart (c)
Chaumont-sur-Loire - Jardins et parc - Photos: Lankaart (c)
Chaumont-sur-Loire - Jardins et parc - Photos: Lankaart (c)
Chaumont-sur-Loire - Jardins et parc - Photos: Lankaart (c)

Chaumont-sur-Loire - Jardins et parc - Photos: Lankaart (c)

Depuis 1992 le Domaine de Chaumont-sur-Loire accueille le Festival International des Jardins, un moment d’exception qui permet à des paysagistes et des artistes de s'exprimer, offrant chaque année un panel très riche de la création contemporaine. 

Chaumont-sur-Loire - Festival des Jardins - 2019 - Photos: Lankaart (c)
Chaumont-sur-Loire - Festival des Jardins - 2019 - Photos: Lankaart (c)
Chaumont-sur-Loire - Festival des Jardins - 2019 - Photos: Lankaart (c)
Chaumont-sur-Loire - Festival des Jardins - 2019 - Photos: Lankaart (c)
Chaumont-sur-Loire - Festival des Jardins - 2019 - Photos: Lankaart (c)
Chaumont-sur-Loire - Festival des Jardins - 2019 - Photos: Lankaart (c)

Chaumont-sur-Loire - Festival des Jardins - 2019 - Photos: Lankaart (c)

Le Domaine est aussi devenu un Centre d'Arts et de Nature, de nombreuses œuvres d'art contemporaines ont été installées dans le parc et les différents bâtiments du domaine accueillent tous les ans de nouvelles expositions. 

Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)
Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)
Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)
Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)
Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)

Chaumont-sur-Loire - Photos: Lankaart (c)

France - Château de Chaumont sur Loire - Photo: Lankaart (c)
France - Château de Chaumont sur Loire - Photo: Lankaart (c)
France - Château de Chaumont sur Loire - Photo: Lankaart (c)

France - Château de Chaumont sur Loire - Photo: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 1 Février 2011

france nantes Chateau des ducs de Bretagne (10)

 

Construit au 13e siècle sur la muraille gallo-romaine - encore visible - de la cité des Namnètes, le premier château ducal disparaît au 15e siècle pour laisser place à l'actuel monument. Celui-ci est l'œuvre de François II, dernier duc de la Bretagne indépendante qui veut faire du Château des ducs de Bretagne une forteresse militaire défensive face au pouvoir royal et le lieu de résidence principale de la cour ducale.

 

Les travaux d'embellissement sont poursuivis par sa fille la duchesse Anne de Bretagne, deux fois reine de France par ses mariages successifs à Charles VIII et Louis XII.

 

En témoignent différents décors sculptés (lucarnes du Grand Logis, blason, loggias de la tour de la Couronne d'or) marqués par les premières influences de la Renaissance italienne.

 

france nantes Chateau des ducs de Bretagne (8)

 

france nantes Chateau des ducs de Bretagne (2)france nantes Chateau des ducs de Bretagne (4)

 france nantes Chateau des ducs de Bretagne (5)

 

france nantes Chateau des ducs de Bretagne (3)

 

france nantes Chateau des ducs de Bretagne (6)

 

france nantes Chateau des ducs de Bretagne (9)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 13 Janvier 2011

Jean Clouet Francois Ier

Musée du Louvre, 1530

 

"Fils de Charles d'Angoulême et de Louise de Savoie, cousin du roi Louis XII, auquel il succéda sur le trône en 1515. François Ier porte le collier de l'ordre de Saint-Michel dont il était grand maître. Le visage correspond exactement à un dessin de Jean Clouet (Chantilly, musée Condé) ; la monumentalité et la plasticité du buste, l'importance des mains posées sur le gant et l'épée déterminent la modernité de ce portrait, qu'il faut sans doute dater des alentours de 1527-1530.

 

Reprenant la mise en page du Portrait de Charles VII peint par Fouquet, Jean Clouet représente François Ier de face, regardant noblement le spectateur. Il est richement vêtu à l'italienne, ne portant pas les attributs de sa fonction - ni couronne, ni sceptre. La tête, à peine idéalisée, représentée avec une grande précision, est peinte d'après un dessin du musée de Chantilly, attribué à Jean Clouet. Malgré la persistance du réalisme de l'école flamande, tout rappelle dans ce portrait l'influence des peintres italiens de la Renaissance : l'éclairage subtil, le modelé du visage et des mains, le réalisme des plis du vêtement, l'éclat des bijoux et, bien sûr, le cadrage, venant de Fouquet tout autant que de Raphaël ou de Léonard de Vinci. "

 

Source:

http://www.louvre.fr/llv/oeuvres/detail_notice.jsp?CONTENT%3C%3Ecnt_id=10134198673225126&CURRENT_LLV_NOTICE%3C%3Ecnt_id=10134198673225126&FOLDER%3C%3Efolder_id=9852723696500815&baseIndex=8&bmUID=11807

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0