parcs et jardins

Publié le 8 Septembre 2018

Dordogne - Jardins panoramiques de Limeuil - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins panoramiques de Limeuil - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins panoramiques de Limeuil - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins panoramiques de Limeuil - Photos: Lankaart (c)

Les Jardins panoramique de Limeuil surplombent le confluent de la Vézère et de la Dordogne. Aménagés sur les terrains entourant l'ancien château reconstruit au XIXe siècle, ils offrent des vues spectaculaires sur la vallée de la Dordogne. 

 Le Docteur Linarès, après avoir passé plusieurs années auprès du sultan du Maroc au XIXe achète le domaine et aménage les jardins en introduisant de nombreuses essences exotiques. Après son abandon pendant plusieurs années l’association "Au fil du temps" a pris en charge la rénovation et l'entretien du parc depuis 2004.

Dordogne - Jardins panoramiques de Limeuil - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins panoramiques de Limeuil - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins panoramiques de Limeuil - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins panoramiques de Limeuil - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins panoramiques de Limeuil - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins panoramiques de Limeuil - Photos: Lankaart (c)Dordogne - Jardins panoramiques de Limeuil - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins panoramiques de Limeuil - Photos: Lankaart (c)Dordogne - Jardins panoramiques de Limeuil - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins panoramiques de Limeuil - Photos: Lankaart (c)Dordogne - Jardins panoramiques de Limeuil - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins panoramiques de Limeuil - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 27 Août 2018

Dordogne - Les Jardins exotiques de La Roque-Gageac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Les Jardins exotiques de La Roque-Gageac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Les Jardins exotiques de La Roque-Gageac - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Les Jardins exotiques de La Roque-Gageac - Photos: Lankaart (c)

En Périgord Noir, au pied d’une falaise exposée plein sud, les maisons dorées aux toits de lauze ou de tuiles brunes se mirent dans les eaux de la Dordogne où passaient, au XIXe siècle, les fameuses gabares chargées de marchandises. Ici les jardins exotiques se marient avec la pierre calcaire des maisons et des falaises offrant un spectacle unique.

Dordogne - Les Jardins exotiques de La Roque-Gageac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Les Jardins exotiques de La Roque-Gageac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Les Jardins exotiques de La Roque-Gageac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Les Jardins exotiques de La Roque-Gageac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Les Jardins exotiques de La Roque-Gageac - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Les Jardins exotiques de La Roque-Gageac - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Les Jardins exotiques de La Roque-Gageac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Les Jardins exotiques de La Roque-Gageac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Les Jardins exotiques de La Roque-Gageac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Les Jardins exotiques de La Roque-Gageac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Les Jardins exotiques de La Roque-Gageac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Les Jardins exotiques de La Roque-Gageac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Les Jardins exotiques de La Roque-Gageac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Les Jardins exotiques de La Roque-Gageac - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Les Jardins exotiques de La Roque-Gageac - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 11 Août 2018

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Entrée - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Entrée - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Entrée - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Entrée - Photos: Lankaart (c)

Les Jardins d'Eyrignac, Monuments Historiques des XVIIe et XVIIIe siècles, sont incontestablement les plus beaux jardins du Périgord avec une collection unique de sculptures végétales. 
 
Exemple même de l'art topiaire (art de sculpter les végétaux), ces Jardins à la Française d’inspiration italienne sont composés de charme, d'ifs, de buis et de pelouses. 
 
Patrimoine transmis , Eyrignac est  un lieu habité par la même famille depuis 500 ans.
 
Source: Sarlat-Tourisme
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Topiaires - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Topiaires - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Topiaires - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Topiaires - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Topiaires - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Topiaires - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Topiaires - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Le Château - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Le Château - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Le Château - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Le Château - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Le Château - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 24 Avril 2018

Ryoanji - Jardin zen - Photo: Lankaart (c)

Ryoanji - Jardin zen - Photo: Lankaart (c)

Muso Soseki (1275 - 1351) était un bonze aux connaissances et pratiques multiples, écrivain, religieux, homme politique et créateur de jardins. En tant que dirigeant du mouvement zen il appui la mise en place du shogunat de Muromachi au XIVe siècle. D'un caractère plutôt solitaire il menait souvent une vie d’ascète loin des villes notamment au temple Ei Ho Ji à Tajimi. Mais ces hautes fonctions l’obligeaient à résider régulièrement à Kyoto où le Shogun et de grand seigneurs lui demandèrent de fonder de nombreux temples zen.    

C'est sa pratique de l'art du jardin qui aujourd'hui reste son lègue le plus important. Le jardin zen du temple Saiho Ji à Kyoto est un bel exemple de ses recherches: sur le versant d'une petite colline, il créé un jardin sec ou kare-sansui, l'une des premières tentatives de composition en grande partie minérale qui aboutiront dans les années suivantes à la création du sekiti, jardins composés uniquement de roches et de gravier.

Au jardin du Tenryu Ji, il compose un très beau jardin ouvert autour d'un étang. 

Musō Soseki - Tenryu Ji - Kyoto - Photos: Lankaart (c)
Musō Soseki - Tenryu Ji - Kyoto - Photos: Lankaart (c)
Musō Soseki - Tenryu Ji - Kyoto - Photos: Lankaart (c)

Musō Soseki - Tenryu Ji - Kyoto - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON, #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 1 Avril 2018

Kyoto - Kodai-ji - Photo: Lankaart (c)

Kyoto - Kodai-ji - Photo: Lankaart (c)

Kyoto - Ginkakuji - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Ginkakuji - Photos: Lankaart (c)

Kyoto - Ginkakuji - Photos: Lankaart (c)

Le kare-sansui (jardin sec) est un jardin sans aucun courant d'eau, composé parfois seulement avec des roches et du gravier fin. Le mot “kare” vient du verbe kareru, qui signifie la mort des plantes ou le tarissement d'un puits ou d’un cours d’eau.

Le prototype du kare-sansui se trouve déjà dans l'époque Heian (du 9e au 12e siècle), mais il était à cette époque plutôt secondaire. C'est avec l'arrivée du courant zen au Japon vers le début du 13e siècle que ce style a pris un nouveau sens.

Alors que les jardins de l'époque précédente étaient surtout destinés à la promenade de leurs maîtres aristocrates laïcs ou religieux, ceux des temples zen, généralement moins vastes, n'étaient plus pour la déambulation, mais pour la méditation de moines. Les religieux les contemplaient et en recevaient une inspiration révélatrice. Dans ce but, le jardin est souvent conçu abstrait, avec les matières purement inorganiques. D'ailleurs, Musô Soseki (1275-1351), prélat du zen aussi important dans la politique, était un des pionniers du kare-sansui dans les temples zen, et ses œuvres montrent la transition des deux époques.

Mais le kare-sansui n'exclut pas les plantes ni une expression pittoresque: à Daisen In au sein de Daitoku Ji (Kyôto), vous verrez un kare-sansui qui représente une cascade et une rivière au moyen des rochers et du sable, et un forêt par des arbrisseaux. Par contre, le jardin composé seulement avec les roches et du gravier, ou tout au plus avec de la mousse, est appelé ishiniwa ou sekitei, qui signifie le jardin aux roches.

Culture japonaise

Kyoto - Nanzenji Hojo - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Nanzenji Hojo - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Nanzenji Hojo - Photos: Lankaart (c)

Kyoto - Nanzenji Hojo - Photos: Lankaart (c)

Kyoto - Ryoanji - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Ryoanji - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Ryoanji - Photos: Lankaart (c)

Kyoto - Ryoanji - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PARCS et JARDINS, #JAPON

Repost0

Publié le 10 Mars 2018

Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)

Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)

Fushimi Inari Taisha est le plus grand sanctuaire shinto du Japon situé au sud de Kyoto.

Erigé en 711, il est dédié à la déesse du riz Inari et plus largement à la richesse. La beauté de ce complexe se dévoile au gré d'une randonnée pédestre le long d'une vallée, balisée par des milliers de portiques vermillon appelés torii.

En bas il y a quelques petits sanctuaires mais la véritable attraction du domaine est le chemin de randonnée qui s'ouvre dans la vallée. D'une durée d'environ deux heures à allure normale, il se trace sur quelques kilomètres entre les arbres, sous plus de dix mille torii. La partie la plus connue est ce double court chemin de portiques de quelques dizaines de mètres, bien entretenu mais tout en bas. Du coup, on y voit beaucoup de monde mais plus on monte, moins on entend les talons claquer.

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, ces torii ont été financés par des hommes d'affaires, des sociétés ou de grands groupes. Au dos de chacun d'eux, leur nom est inscrit sur chacun des poteaux ainsi que la date de pose.

Si on ne lit pas le japonais, cela rend assez esthétique, mais ça n'en reste pas moins une forme de publicité. D'autant que tous les torii ne sont pas aussi bien entretenus que ceux d'en bas. Beaucoup ont perdu de leur carmin éclatant et certains ont même été déracinés.

La visite est très agréable, avec des étages pour se reposer et des restaurants qui accompagnent les quelques boutiques. Tout le long du chemin, on peut contempler des torii de toutes tailles, c'est assez amusant. ...

Pour la petite anecdote, on voit le lieu dans le film Mémoires d'une Geisha.

Kanpai

Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)

Kyoto - Fushimi Inari Taisha - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON, #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 26 Février 2018

Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)

Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)

Le Tenryu-ji est un temple bouddhique, situé dans le quartier d'Arashiyama, au nord-ouest de Kyoto. Fondé au milieu du XIVe siècle par le shogun Ashikaga Takauji, en hommage au récemment défunt empereur Go-daigo, le temple suit les préceptes de l'école bouddhiste zen Rinzai. C'en est d'ailleurs le représentant principal au Japon.

Plus important des cinq grands temples de Kyoto, le Tenryu-ji se place également comme un inévitable de toute visite à Arashiyama. Il s'avère d'ailleurs difficile à éluder tant sa localisation se montre centrale : accolé à la célèbre bambouseraie sur son flanc extérieur, seuls quelques pas le séparent de l'avenue principale du fameux quartier ouest de l'ancienne capitale. Détruits à plusieurs reprises au cours de son histoire, notamment par des incendies, les intérieurs furent depuis rebâtis à l'identique.

La balade très appréciée des visiteurs se concentre toutefois sur le sublime jardin japonais attenant aux bâtiments, organisé autour d'un vaste étang et ses roches solides. On le connaît sous le nom de Sogenchi-teien. En fond, les pins majestueux créent une transition vers les inébranlables collines d'Arashiyama et de Kameyama qui s'étendent à perte vue, offrant une profondeur de décor inespérée à ce tableau déjà si équilibré.

Les calmes tapis de mousses du jardin sec rappelleront naturellement l'opulent Saiho-ji et pour cause, l'initiateur de ces deux bijoux n'est qu'une seule et même personne : le moine architecte paysager de renom Soseki Muso. Le parc a donc, lui, bien conservé sa forme originelle depuis bientôt sept siècles et se voit d'ailleurs considéré aujourd'hui comme l'un des plus beaux du Japon.

Le Tenryu-ji cache également un joyau en son sein, qui offre d'ailleurs au temple ce nom si poétique : une fascinante peinture du dragon des nuages, rêvé par un prêtre de l'époque et transcrit en 1899 par l'artiste Suzuki Shonen. Logée dans le hall Dharma / Hatto et accessible aux visiteurs seulement les jours non travaillés, elle fut remplacée par une nouvelle version en 1997.

L'ensemble du temple est aujourd'hui inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial de l'Humanité à l'Unesco parmi les monuments historiques de l'ancienne Kyoto.

Kanpai

Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)

Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)

Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)

Kyoto - Temple Tenryuji à Arashiyama - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON, #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 19 Février 2018

Kyoto - Villa Okochï Sansö - photos: Lankaart (c)
Kyoto - Villa Okochï Sansö - photos: Lankaart (c)
Kyoto - Villa Okochï Sansö - photos: Lankaart (c)
Kyoto - Villa Okochï Sansö - photos: Lankaart (c)

Kyoto - Villa Okochï Sansö - photos: Lankaart (c)

Okochi Sanso est une demeure privée composée d'une villa et d'un jardin japonais, située à Arashiyama dans le quartier de Sagano, au nord-ouest de Kyoto. La visite des extérieurs rassemble toutes les attentes des voyageurs en quête de quiétude et d'esthétisme dans l'aménagement des espaces verts.

Les amateurs de jardins japonais peuvent se réjouir de la découverte de cet écrin de verdure aménagé à flanc de colline (au pied du Mont Ogura) et à quelques mètres du cœur vivant de la bambouseraie d’Arashiyama.

Protégées de la masse touristique à cause de (ou grâce à ?) son coût d’entrée considéré comme assez élevé, les allées privées d’Okochi Sanso gardent leur tranquillité tout au long de l’année. L’on doit cette remarquable villa à l’investissement de son propriétaire Okochi Denjiro (1898-1962), qui consacra une trentaine d’année ainsi qu’une bonne partie de sa fortune à la construction et à l’entretien de son bien tant aimé. Aujourd’hui, cette ancienne star de cinéma jidai-geki (films historiques de samouraïs) lègue aux curieux une balade hors du temps et pleine de charme.

Le jardin en lui-même s’étend sur deux hectares, où il s’avère facile de se perdre au détour des différents pavillons et chemins parfois sinueux. Cette impression de s’enfoncer dans une des forêts environnantes révèle toute la beauté des lieux, qui réussissent à faire oublier les frontières entre espaces arrangés et décors naturels ; style que l’on nomme shakkei, c’est-à-dire "emprunté à la nature".

Toutes les nuances de vert s’expriment au fil des saisons entre le feuillage des arbres, le tapis de mousses, la pelouse et les divers bosquets. Les fleurs se font plutôt rares, et il faut venir en période de cerisiers ou d’érables pour espérer diversifier la palette de couleurs, du rose au rouge en passant par l’orange.

La vue successive sur les monts Hiei, Daimon-ji et Arashi qui entourent la ville de Kyoto offre de ravissants panoramas par temps dégagé. À l’arrivée de l’automne, les montagnes peuvent être dissimulées dans la brume qui s’évapore notamment de la rivière Hozu située en contrebas.

Les intérieurs de la villa ne sont pas ouverts au public. Il est toutefois possible de déguster son thé matcha offert pendant la visite, en extérieur ou bien dans une salle bordée par des arbres et quelques bambous.

Okochi Sanso se présente comme une bonne idée de visite pour terminer en douceur une longue journée à déambuler dans la zone nord-ouest de Kyoto.

Kanpai

Kyoto - Villa Okochï Sansö - photos: Lankaart (c)
Kyoto - Villa Okochï Sansö - photos: Lankaart (c)
Kyoto - Villa Okochï Sansö - photos: Lankaart (c)
Kyoto - Villa Okochï Sansö - photos: Lankaart (c)
Kyoto - Villa Okochï Sansö - photos: Lankaart (c)

Kyoto - Villa Okochï Sansö - photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON, #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 18 Février 2018

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON, #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 17 Février 2018

Kyoto - La bambouseraie d'Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - La bambouseraie d'Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - La bambouseraie d'Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - La bambouseraie d'Arashiyama - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - La bambouseraie d'Arashiyama - Photos: Lankaart (c)

Kyoto - La bambouseraie d'Arashiyama - Photos: Lankaart (c)

La fameuse forêt de bambous de Kyoto se classe sans nul doute, avec les torii de Fushimi Inari Taisha ou encore le Ginkaku-ji, l'une de ses plus fameuses images d'Épinal. Sa popularité est telle qu'elle dépasse allègrement les frontières du Japon ; ainsi, on la retrouve fréquemment sur des listes des plus beaux endroits sur Terre, ou encore des choses à voir absolument de son vivant.

Kampai

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON, #PARCS et JARDINS

Repost0