Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean Désiré Bascoules - Portraits

Jean Desire Bascoules portrait Jean Desire Bascoules portrait 2

 

Catalan français, Jean Cocteau dit de lui « Bascoulès cadeau de la France occitane à la Berbérie française ».

 

Il suit à vingt ans les cours de l'école des beaux-arts de Bordeaux, puis fréquente à Paris l'Atelier de Cormon pendant deux ans. Au front de 1914 à 1918, il expose ensuite au Salon en 1921 un Portrait de ma grand-mère et obtint succès de presse et médaille. En 1924, obtint la médaille d'or pour La Halte au désert du Grand Erg, le prix Julien Lemordant et la bourse du gouvernement général d'Algérie.

 

Prix Abd-el-Tif 1925, il travaille à Figuig, Touggourt, Oran. Peintre apprécié et protégé du sultan Mohammed V qui lui réserve un pavillon solitaire dans le quartier de sa garde, il obtint de nombreuses récompenses et d'importantes commandes de l'État (Manufacture nationale des Gobelins), notamment le grand prix artistique de l'Algérie en 1930, le prix de la Compagnie générale transatlantique 1926, il est fait croix de chevalier de la Légion d'honneur au titre des Arts et des Lettres en 1931. Installé à Alger, place du Gouvernement (place des Martyrs) il a laissé de nombreuses vues, tel Marquet, sur la place et le port d'Alger. Il retourne en métropole en 1962 pour revenir s'installer à Perpignan et Montpellier.

 



Dans les années 1930, Alexandre Deïneka réalise de nombreuses affiches de propagande colorées et enthousiastes, tandis que le style de ses peintures diffèrent déjà d'autres peintres par le traitement qu'il leur accorde et les sujets abordés, comme Sur le balcon (1931) ou Jeune fille à la fenêtre. Hivers". En 1932, La Mère marque le début d'une nouvelle période créative. Deïneka réalise également des peintures à sujet politique comme Les sans emplois à Berlin (1933). Au milieu des années […]

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

rafael

architecte passionné d'art et de voyages
Voir le profil de rafael sur le portail Overblog

Commenter cet article