Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LANKAART

LANKAART

.


Tamerlan et Les Timourides - Splendeur et déchéance

Publié par rafael sur 17 Août 2013, 18:19pm

Catégories : #ART et HISTOIRE, #HISTOIRE

Ouzbekistan-Samarcande-Registan.jpg

Samarcande- le Registan

 

L'empire timouride naquit de la conquête de Timur-i Leng ("Timour le boiteux"), plus connu sous le nom de Tamerlan. Celui-ci était originaire de Kesh, l'actuelle Shahr-e Sabz, une ville située à environ 100 km au sud de Samarkand. Il appartenait au clan turco-mongol des Barlas, parents lointains de Gengis Khan. Par un système d'alliance, Timour parvint à prendre possession de la ville de Samarkand en 1370, avant de s'engager dans une conquête fulgurante du monde islamique : il s'empara du Khwarezm et du Khorasan en 1371, de l'Iran et de la Mésopotamie cinq ans plus tard, puis de la plaine Kipchak où régnait la Horde d'Or. En 1395, il occupa pendant un an la ville de Moscou, avant de faire campagne en Inde (1398-1399) et de mettre à sac la ville de Delhi. En Anatolie en 1402, il s'empara de la personne du sultan Bayazid II, puis se battit en Syrie, prit Damas, se dirigea vers l'Égypte, mais la dynastie Mamelouke se déclara vassale, évitant ainsi l'annexion de son territoire. Il meurt à soixante et onze ans alors qu'il s'apprêtait à se diriger vers la Chine.

La succession du conquérant avait été organisée de son vivant, et c'est son fils Shah Rukh qui monta sur le trône. Mais le territoire se morcela rapidement, et il fallut au successeur de Timour prendre les armes pour reconquérir l'empire que lui avait légué son père. En 1420, il dirigeait l'Iran et l'Irak, et dominait, au moins de nom, l'Inde et la Chine. Son propre fils, Ulugh Beg, astronome réputé, et gouverneur de Samarkand, prit sa succession en 1447. Mais, attaqué de toutes parts, il connut une période de décadence territoriale qui se poursuivit jusqu'à la fin du règne de sultan Husayn Bayqara (r. 1469-1506), qui clôt la dynastie.

 

Behzad bataille

Bezhad bataille.

 

Timour, bien qu'illettré, avait un grand goût pour la culture et l'art. À chacune de ses conquêtes, il déportait nombre d'artistes et d'artisans vers Samarkand, ce qui créa un nouvel art métissé et brillant : le "style timouride international". Ce style se diffusa dans tout le monde islamique après la mort de Timour, lorsque les artisans revinrent chez eux et composèrent un peu partout des œuvres aux influences variées, d'après ce qu'ils avaient pu voir à Samarkand.

 

Ouzbekistan Boukhara medersa Miri Arab (3) Ouzbekistan-samarcande-mausolee-du-Gour-Emir--3--copie-1.jpg
Ouzbekistan-samarcande-mausolee-du-Gour-Emir--6-.jpg Ouzbekistn-Samarcande--Chah-I-Zinda--2-.jpg

Détails d'architecture.


Le mécénat sultanien était important grâce aux richesses accumulées pendant les conquêtes : la moitié des édifices alors construits furent des commandes impériales. Il faut noter le rôle important des femmes dans toutes les commandes artistiques.

 

Ouzbekistan-samarcande-mausolee-du-Gour-Emir--30--copie-1.jpg Ouzbekistan Boukhara medersa Miri Arab (5)

Samarcande Gur-i mir - Boukhara Medersa. 

 

À partir de 1370, Timour décida de prendre Samarkand comme capitale. Cette ville, qui existait depuis la période achéménide avait été rasée par les invasions mongoles, et dut être entièrement reconstruite. Entourée d'une muraille ouverte de six portes, elle se compose d'un centre (le registan) où convergent six avenues qui structurent la cité. Des structures importantes, comme le grand bazar et la citadelle sont bâties à cette période, mais la nécropole de Shah-i Zinda comporte des tombeaux beaucoup plus anciens.


La mosquée Bibi Khanum porte ce nom en souvenir de la femme (ou la belle-mère, selon les sources) de Timour (Tamerlan), à qui elle est dédiée. Implantée en plein cœur de la ville, elle fut commandée en 1398-99, au retour de la campagne indienne, mais subit de nombreuses restaurations tout au long de son histoire (le dôme principal s'était effondré dès le XVe siècle). Son plan s'inscrit dans un rectangle de 109 x 107 mètres. Il s'agit d'un plan iranien à quatre iwans, entouré sur trois côtés de salles sous coupole et d'un portique. Le portail, extrêmement haut et profond, est l'archétype d'un pishtak ; entièrement recouvert de céramique, il comporte dans sa partie supérieure une généalogie de Timur-i Leng (Tamerlan). Les coupoles sont côtelées et bulbeuses, décorées par de la céramique.

 

Ouzbekistan-samarcande-mausolee-du-Gour-Emir--2--copie-1.jpg Ouzbekistan-samarcande-mausolee-du-Gour-Emir--7-.jpg
Ouzbekistan-samarcande-mausolee-du-Gour-Emir--4-.jpg Ouzbekistan-samarcande-mausolee-du-Gour-Emir--8-.jpg

Samarkand Gur-i mir.


Le Gur-i mir est un peu plus tardif : sa construction s'échelonne entre 1400 et 1404. Il s'agit en fait un complexe composé d'une madrasa (avant 1401) à l'est, d'une khanqah à l’ouest et du tombeau dynastique, construit en 1403 après la mort d'un des petits fils de Timour. Ce mausolée, carré à l'intérieur mais octogonal à l'extérieur, est surmonté d'une coupole très haute car elle comporte deux coques. Son décor est marqué par une profusion de matériaux précieux : carreaux en onyx, inscriptions en jaspe vert, céramique dorée. Dans la coupole et certains renfoncements, on note une importante utilisation des muqarnas.


Dans le domaine de l'architecture funéraire, le monument le plus important est sans conteste le mausolée de Shaykh Ahmad Yasavi, construit à Turkestan entre 1394 et 1399. Lieu de pèlerinage important, la sépulture du fondateur de l'ordre soufi des Yasavi forme un grand rectangle (65,5 x 46,5 m), centré sous une salle sous coupole. Celle-ci sert de hall d'entrée derrière un portail en forme de grand iwan, et ouvre vers la tombe (à l'arrière) et diverses pièces annexes sur les côtés (bains, bibliothèque, cuisine, salles de prière, mosquée). On remarque une hiérarchie dans la distribution spatiale, la hauteur du monument diminuant au fur et à mesure que le visiteur avance vers la tombe. Le décor est réalisé par des muqarnas (dans les voûtes et les coupoles) et grâce à la technique du hazerbaf au dehors. Les signatures des artistes font référence à la ville de Shiraz, ce qui indique sans doute que des techniques (de voûtement notamment) ont été amenées depuis cette cité par le biais des déportations.


 Ouzbekistan-Samarcande-Chah-i-Zinda--3--copie-1.jpg  Ouzbekistan-Samarcande-Chah-i-Zinda--8-.jpg

Samarkand Shah-i Zinda

On peut également mentionner la nécropole de Shah-i Zinda ("le roi vivant") à Samarkand, qui comporte des tombeaux de différentes périodes entre le XIe et le XVe siècle. Malgré les différence de date, on remarque une recherche d'uniformité entre tous les tombeaux, qui sont tous des cubes sous coupoles. Ceux de la période timouride se distinguent par leur hauteur, leurs coupoles côtelées et leur revêtement complexe de céramique.

 

Après Timour, sous Shah Rukh, ce fut la ville de Herat qui devint capitale et fut rénovée. On y trouve en particulier une madrasa-mausolée faite par Qavam al-Din Shirazi entre 1417 et 1437 sur commande de la femme du sultan, Gawharshad. La tombe, qui constitue le seul élément survivant avec deux minarets, est couverte d'un dôme à double coque, dans lequel on observe des nouveautés : une zone de transition très basse, avec des trompes, et une chambre plus cruciforme que carrée.

 

Ouzbekistan-Samarcande-Registan--5-.jpg ouzbekistan Samarcande Registan (7)

Samarkand Registan

 

Leur fils Ulugh Beg, quant à lui fit construire un immense observatoire à Samarkand, aujourd'hui disparu. Une madrasa, située devant le Registan, la place centrale de Samarkand, fut également édifiée sur son ordre entre 1417 et 1421. Il s'agit de l'un des bâtiments les plus complexes du règne timouride, qui fonctionnait originellement couplé avec une khanqah. Son grand iwan d'entrée, mène à une cour carrée à quatre iwans, de 30 m de côté, entourée de logements pour cent étudiants. Pour le décor, toutes les surfaces sont couvertes de lambris de marbre, de mosaïque de briques, de carreaux de céramique en cuerda seca, etc. Ulugh Beg fit bâtir à Boukhara une autre madrasa, ouverte en 1418.

 

À Samarkand, un grand rassemblement de peintres a lieu grâce à Timour, mais aucun manuscrit à peintures commandité par lui n'est connu. On ne conserve que deux Corans faits sur son ordre. Par contre, Ulugh Beg fut un grand mécène, et plusieurs manuscrits lui sont rattachés, comme un Suwar al-kawarib d'al-Sufi fait vers 1430-1440 et comportant 74 peintures dont un portrait du souverain. Plusieurs ouvrages astronomiques rappellent également son goût pour cette science.

 

Behzad procession Behzad ville

Behzad miniatures


À Shiraz et dans le Fars, c'est Pir Muhammad qui le premier poursuit la tradition de mécénat muzaffaride. Iskandar Sultan développe ce mécénat, suivi par Ibrahim Sultan, qui est lui-même calligraphe (on connaît des Corans de sa main) et le fils de ce dernier, Abdullah. Le style développé dans cette école se distingue par les silhouettes élancées des chevaux et des personnages, et le mélange de traditions muzaffarides et jalayirides.

À Herat, deux grands mécènes doivent être nommés : Shah Rukh, qui possédait une très riche bibliothèque de textes scientifiques et historiques (on connaît des manuscrits avec le cachet de sa bibliothèque) et Baysunghur, son fils, à la fois calligraphe et poète. On peut signaler plusieurs manuscrits importants, comme le Jami al-tawarikh supplément persan 1113 de la BNF, qui, en plus de ses miniatures de style jalayiride, en compte également quelques-unes de cette période. Un Miraj nâmâ réalisé en 1436 pour un commanditaire inconnu (BNF, supplément turc 190), est également très intéressant : il combine des inscriptions dans une calligraphie spéciale, l'ouïgour, qui permet de noter le turc ancien, et des citations de hadith en arabe dans une autre calligraphie. On note une forte influence de l'Asie centrale et du bouddhisme.

 

Il n'existe quasiment pas de production de manuscrits à peinture entre la mort de Shah Rukh (1447) et 1470. On pourrait simplement signaler un Mantiq al-Tayr ("colloque des oiseaux") produit à Herat en 1456 et conservé à Berlin, dont les quelques peintures présentent un style simple, assez peu élaboré, et qui ne mentionne aucun dédicataire. En même temps se développe le style turkmène à Shiraz et Baghdad.

 

Sous Sultan Husayn Mirza Bayqara (1438-1506) et son ministre Mir Ali Shir Nava'i, la peinture reprend vie, s'inspirant des modèles de Herat avant 1440. Cependant, on note une évolution dans le style, qui semble plus "naturaliste" (dans les formes et les gestes des personnages notamment), et recherche également une composition plus harmonieuse dans le rapport entre paysage et architecture.

 

L'école de Hérat est alors particulièrement brillante grâce à deux peintres, Mirak et surtout Kamal al-Din Bihzad, son élève, considéré comme le plus grand peintre persan par la plupart des spécialistes. On peut signaler un Bustan de Sa'adi daté de 1488 qui comporte des peintures signées de sa main (Bibliothèque nationale du Caire), et qui présente un travail très fin de l'architecture. Bihzad en effet porte un grand intérêt à l'architecture ; il travaille également sur l'expressivité de ses personnages et sur l'inclusion de plusieurs scènes dans une même construction. Son travail se poursuivra dans l’atelier du souverain safavide Shah Ismail

 

Source: Wikipedia

Photos: Lankaart (c)

 


 


Procession (détail) Kamaleddin Behzad ou Kamal od-Din Bihzad, dit Behzad ou Bihzad était un grand maître de la miniature persane originaire d'Herat Plusieurs traits sont caractéristiques de Behzad, et resteront employés longtemps après sa mort, en Iran comme en Inde. Behzad se signale tout d'abord par un style vivant. Ses personnages, souvent engagés dans des actions de la vie quotidienne, présentent généralement des postures, des attitudes et des sentiments variés, peu stéréotypés. Ses […]


La mosquée Kalon est l’un des édifices les plus imposants de Boukhara, édifiée au XVIe siècle elle peut accueillir 10 000 personnes. Les grandes salles qui s’organisent autour de la cour centrale sont couvertes par 288 coupoles. Photos: (c) Lankaart Samarcande - Tombeaux de Chah-i-Zinda Le Chah-i-Zinda est certainement le site le plus émouvant de Samarcande. Sur une colline une dizaine de tombeaux entourent la dépouille de Qusam ibn-Abbas cousin du prophète. Les proportions harmonieuses des […]


Tamerlan au cours de son règne couvrit l’Asie Centrale de nombreux bâtiments, on parle même de renaissance timouride pour évoquer cette période. C’est à Samarkand que les fastes de la cour et les œuvres du maître du monde persan étaient les plus nombreuses et c’est bien sûr à Samarkand que Tamerlan fit édifier le Mausolée de son petit-fils Muhammad Sultan, mort à la bataille d’Ankara en 1402. : Le Gour-Emir. A sa mort en 1405 le conquérant fut inhumé dans le mausolée, somptueux complexe[…]


Le Chah-i-Zinda est certainement le site le plus émouvant de Samarcande. Sur une colline une dizaine de tombeaux entourent la dépouille de Qusam ibn-Abbas cousin du prophète. Les proportions harmonieuses des édifices, la composition d'ensemble et le traitement des espaces extérieurs, ainsi que la décoration précieuse et délicate des dômes et des façades font de ce site un lieu unique de l'expression de l'art de la civilisation islamique. La délicatesse des décorations reste inégalée. Le […]


Le Registan est l'un des ensembles architecturaux les plus somptueux d'Asie Centrale et du monde islamique. Cet ensemble de trois médersas disposées autour d'une cours centrale est très justement proportionné. Les effets de perspectives et de lecture des façades sont parfaitement maîtrisés. La légère inclinaison des façades et des minarets corrige en effet les jeux de perspectives et renforce le côté imposant des immenses portes qui donnent accès aux différentes médersas. A l'intérieur de […]


Le complexe de Chor Bakr, à proximité de Boukhara, est un endroit émouvant. Abdullah Khan y fit édifié, au XVie siècle, à proximité des tombes des descendants du prophète, une mosquée, une médersa et la khanaka où étaient hébergés les étudiants de la medersa. L'ensemble est composé de cours et de patios. La mort, omniprésente, est comme apaisée dans cet environement d'un très grand calme. Pho: (c) Lankaart Ouzbékistan - Samarcande : le Registan Le Registan est l'un des ensembles […]

 

 


Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents