roman

Publié le 23 Juillet 2017

Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)

Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)

Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)

Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)

C’est en 1101 qu’est fondée l’Abbaye Royale de Fontevraud, par un prédicateur iconoclaste et visionnaire : Robert d’Arbrissel. L’ordre qu’il crée a pour particularité d’être « double » (hommes et femmes) et d’inclure des personnes de toutes origines sociales. L’Abbaye de Fontevraud est alors envisagée comme une « cité idéale », un lieu d’exaltation de la foi dédié à la prière et au travail, dans l’abstinence, le silence et la pauvreté. L’ordre de Fontevraud essaime rapidement sur un vaste territoire, allant de l’Angleterre à l’Espagne.

http://www.fontevraud.fr/Visiter-Fontevraud/Histoire

Abbaye de Fontevraud - Nef - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Nef - Photos: Lankaart (c)

Abbaye de Fontevraud - Nef - Photos: Lankaart (c)

Nef - Photos: Lankaart (c)

Nef - Photos: Lankaart (c)

À partir de 1189, Fontevraud devient nécropole royale, abritant les sépultures d’Henri II, d’Aliénor d’Aquitaine et de Richard Cœur de Lion. En 7 siècles, 36 abbesses, souvent issues de la haute noblesse, et parfois de sang royal, se succèdent à la tête de l’Abbaye. Peu à peu, un relâchement de certaines règles se fait sentir, allant de pair avec une ouverture à la vie mondaine. Nous sommes loin de l’ascèse originelle quand, au 17ème siècle, sous le « règne » de l’abbesse Gabrielle de Rochechouart, nommée par Louis XIV en personne, on y joue Esther de Racine !

http://www.fontevraud.fr/Visiter-Fontevraud/Histoire

Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)

Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)

Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)

Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)

Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)

Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)

Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)

Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)

Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)
Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)

Abbaye de Fontevraud - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 18 Mars 2017

Barcelone - Santa-Maria del Taul - Fresques - Photos: Lankaart (c)

Barcelone - Santa-Maria del Taul - Fresques - Photos: Lankaart (c)

 

L'église Santa Maria de Taüll est une église romane situé sur le territoire de La Vall de Boí, commune de la vallée du même nom et de la comarque de l'Alta Ribagorça dans le nord de la Province de Lérida et de la communauté autonome de Catalogne en Espagne.

De très belles fresques du XIe siècle ornent cette église, en 1907 les archéologues décidèrent de les déposer pour pouvoir les conserver dans des musées. Une partie des fresques sont à Barcelone une autre aux Etats-Unis.

 

Photos: Lankaart (c)

Barcelone - Santa-Maria del Taul - Fresques - Photos: Lankaart (c)
Barcelone - Santa-Maria del Taul - Fresques - Photos: Lankaart (c)
Barcelone - Santa-Maria del Taul - Fresques - Photos: Lankaart (c)
Barcelone - Santa-Maria del Taul - Fresques - Photos: Lankaart (c)

Barcelone - Santa-Maria del Taul - Fresques - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 5 Novembre 2016

Pouilles - Art roman apulien - Romanico pugliese  - Photos: Lankaart (c)

Pouilles - Art roman apulien - Romanico pugliese - Photos: Lankaart (c)

"Une période culturelle brillante et intense murit dans les Pouilles dès le milieu du XIe siècle et s’affirma pleinement qu’au XIIIe siècle. En effet, à cette époque, non seulement les espaces urbains furent agrandis, mais de grands lieux de culte furent construits (surtout par les bénédictins) et sont classés, par convention, dans le courant du romanico pugliese (roman des Pouilles), mais révèlent une série de caractéristiques très variées et structurées. Ce style est appelé précisément “romanico normanno-pugliese” (roman normand des Pouilles), puisqu’il tire ses principales caractéristiques de l’architecture normande. La cathédrale de Bari en est le parfait exemple, avec ses structures très massives, plus proche d’une forteresse que d’un édifice religieux, et avec ses doubles campaniles en forme de tour qui, tout comme les sculptures décoratives, rappellent la Bourgogne. Sa construction débuta en 1087, année de la translation du corps de saint Nicolas dans la ville, et période durant laquelle Bari devint le point de départ pour la Terre sainte lors de la première croisade. Les cathédrales de Trani, Bitonto, Bisceglie, Ruvo di Puglia, Giovinazzo affichent le même style, tout comme celles de Tarente, Canosa di Puglia, Lucera, Foggia, Santa Maria Maggiore di Siponto, qui prouvent que le style roman s’étendit même au-delà du territoire de Bari.

Pouilles - Art roman apulien - Romanico pugliese  - Photos: Lankaart (c)Pouilles - Art roman apulien - Romanico pugliese  - Photos: Lankaart (c)
Pouilles - Art roman apulien - Romanico pugliese  - Photos: Lankaart (c)Pouilles - Art roman apulien - Romanico pugliese  - Photos: Lankaart (c)
Pouilles - Art roman apulien - Romanico pugliese  - Photos: Lankaart (c)Pouilles - Art roman apulien - Romanico pugliese  - Photos: Lankaart (c)

Pouilles - Art roman apulien - Romanico pugliese - Photos: Lankaart (c)

À partir du XIe siècle la sculpture romane connut en même temps un développement exceptionnel. Si tous les sculpteurs de l’époque, parmi lesquels Barisano da Trani, imitaient l’ancien (par exemple, les chapiteaux du Duomo de Tarente ou ceux de la crypte d’Otrante, les motifs paléochrétiens du sarcophage, les grandes colonnes de marbre précieux de la cathédrale de Canosa), ils étaient aussi les auteurs d’œuvres originales dont on trouve la trace dans les arts mineurs ou au travers de petits objets précieux pour lesquels encore peu de temps auparavant on utilisait le bois, l’ivoire, l’or et le tissu. Il semble donc qu’à l’origine du roman, dans les Pouilles et ailleurs, on retrouve la même volonté de rendre les œuvres plus accessibles, tout en leur assurant une durée de vie plus longue, ce qui explique la redécouverte de la pierre, qui avait été dégradée durant le haut Moyen Âge et qui allait désormais s’imposer avec la renaissance des villes et avec l’avènement d’une classe marchande. Sans oublier naturellement la nécessité de produire des objets sacerdotaux, dont les pupitres, les trônes épiscopaux et les chaires, pour asseoir le pouvoir de l’Église."

Source et en savoir plus sur http://www.lonelyplanet.fr/destinations/europe/italie/pouilles/culture-et-histoire/culture#PpWHVrsVLAgAdiWV.99

Cathédrale d'Otrante et églises - Art roman apulien - Romanico pugliese  - Photos: Lankaart (c)
Cathédrale d'Otrante et églises - Art roman apulien - Romanico pugliese  - Photos: Lankaart (c)
Cathédrale d'Otrante et églises - Art roman apulien - Romanico pugliese  - Photos: Lankaart (c)
Cathédrale d'Otrante et églises - Art roman apulien - Romanico pugliese  - Photos: Lankaart (c)
Cathédrale d'Otrante et églises - Art roman apulien - Romanico pugliese  - Photos: Lankaart (c)

Cathédrale d'Otrante et églises - Art roman apulien - Romanico pugliese - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN, #ITALIE

Repost0

Publié le 10 Avril 2015

Boucle d'Or

Saxons - Sachsen - Sajón

Cette très belle boucle de ceinture d’or date du VIIe siècle ap. JC. elle a été trouvée à Sutton Hoo près de Woodbridge, dans le comté anglais de Suffolk.

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 14 Avril 2014

France Caen Eglise Saint-Etienne (4)

 

L'Eglise Saint-Etienne est l'ancienne église de l'Abbaye-aux-Hommes fondé par Guillaume le Conquérant au XIe siècle. C'est l'abbé Lanfranc, premier abbé de Guillaume le Conquérant,  qui inspira probablement les plans de l'abbaye. Les travaux débutèrent en 1066, l'abbaye fut consacrée en 1077. Par la suite son choeur roman fut reconstruit au XIIIe s.

 

L'art roman a produit peu d'oeuvres aussi sobre que la façade de cette église. Pas de porche ciselé ou de rosace, mais un mur-pignon sobre et massif.

 

France Caen Eglise Saint-Etienne

 

France Caen Eglise Saint-Etienne (2)

 

France Caen Eglise Saint-Etienne (3)

 

France caen eglise saint-etienne abbaye aux hommes (4)France caen eglise saint-etienne abbaye aux hommes (2)

 

L'immense nef construite au XIe s. et modifiée au XIIe s. aux larges arcades en plein ceintre est très peu ornée. A la croisée du transept la tour-lanterne du XIe s. a été reconstruite au XVIIe s.

 

France caen eglise saint-etienne abbaye aux hommes (3)France caen eglise saint-etienne abbaye aux hommes
France caen eglise saint-etienne abbaye aux hommes (5)France caen eglise saint-etienne abbaye aux hommes (7)

 

Photos : Lankaart (c)

Source: RRM

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 6 Décembre 2013

France Poitiers eglise saint Hilaire le Grand

 

AL’Eglise saint-Hilaire le Grand est un monument roman, construit sur le chemin de Saint-Jacques, il est situé à l’écart du centre ville de Poitiers. La décoration intérieure de l’édifice est riche : peintures, chapiteau sculptés, corniches décorées.

Au XIe siècle l’église était couverte d’une vaste charpente en bois, pour se protéger des incendies, une nouvelle voûte en pierre fut construite. Les architectes partagèrent chaque bas côté d’origine en deux nefs par l’adjonction de piliers centraux venant étayer les voûtes d’arêtes. Ils réalisèrent également des piliers complémentaires de part et d’autre de la nef centrale.  L’église actuelle compte sept vaisseaux. Le chœur et le transept sont surélevés par rapport à la nef, l’effet de balcon est particulièrement saisissant.

 

France Poitiers eglise saint Hilaire le Grand (2)

 

France Poitiers eglise saint Hilaire le Grand (4)

 

France Poitiers eglise saint Hilaire le Grand (3)

 

France Poitiers eglise saint Hilaire le Grand (5)

 

France Poitiers eglise saint Hilaire le Grand (6)

 

Photos: Lankaart (c)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 2 Décembre 2013

France Abbaye de Senanque (6)

 

Enserrée dans le creux de son vallon, l'Abbaye de Sénanque demeure l'un des plus purs témoins de l'architecture cistercienne primitive. Elle est toujours habitée par une communauté de moines cisterciens. Fondée en 1148, l'Abbaye de Sénanque est avec ses soeurs Silvacane et Le Thoronet, le pur témoin du rayonnement de l'ordre cistercien en Provence.

 

L'Abbaye de Sénanque appartient a la Congrégation Cistercienne de l'Immaculée Conception. L'entretien et les travaux de restauration sont donc a la charge des moines.

 

Les abbayes cisterciennes adoptent tous la même disposition, pour permettre aux moines d'y vivre en parfait accord avec la règle de saint Benoît. L'entrée principale de l'abbaye se fait par la porterie aménagée en bordure de l'enceinte monastique et gardée par un frère. Conjointe à la porterie l'hôtellerie est destinée à l'accueil des hôtes. Les bâtiments réguliers s'organisent autour du préau, cette cour, intérieure, généralement carrée, ouverte sur le ciel, apparaît, comme le symbole de la Jérusalem céleste. Lieu de méditation et de recueillement, la parole y est interdite. Tout autour, courent les galeries du cloître. L'église ou oratoire occupe indifféremment l'aile méridionale ou septentrionale. C'est dans la galerie jouxtant l'église qu'a lieu, en fin de journée, la "collatio", lecture communautaire précédent les complies, et le samedi la cérémonie des pieds.

 

France Abbaye de Senanque (2)

 

A l'intérieure de l'abbatiale les stalles des moines profès sont aménagées de chaque côté du chœur. Le rez-de-chaussée abrite après la bibliothèque, appelée aussi "armarium" ou sont rangés les livres.

 

La salle des chapitres rectangulaire ou carrée, percée en général de trois fenêtres et ouverte sur le cloître par une porte encadrée de baies. Les frères s'y réunissent chaque matin, après tierce, en hiver, ou après le chant de prime en été. La réunion débute toujours par la lecture et le commentaire d'un chapitre de la règle, ce qui a donné son nom à la salle.

l'étage le dortoir, commun, occupe toute la longueur de l'aile orientale, un escalier menant directement dans le transept de l'abbatiale permet aux frères de se rendre sans retard à l'office nocturne. Surplombant le canal qui dessert l'abbaye en eau, les latrines occupent l'extrémité du bâtiment.

Le chauffoir seule pièce chauffée ou la présence du feu permet de liquéfier l'encre, la cire, ainsi que l'encaustique des chaussures, la parole et la lecture y sont interdites.

 

France Abbaye de Senanque

 

Le réfectoire est situé en face du lavabo ou les moines font leurs ablutions avant le repas. Les tables sont disposées en U le long des murs et les moines s'y assoient par ordre d'ancienneté, le prieur et les plus anciens prenant place au chevet, le lecteur de la semaine accède à la chaire par un escalier aménagé dans l'épaisseur du mur. Les moines mangent en silence, à l'écoute des textes sacrés.

 

L'enceinte monastique comprend aussi les bâtiments nécessaires à la vie économique comme le moulin, la boulangerie, les écuries, le fenil, et les divers ateliers.

 

France Abbaye de Senanque (3)

 

France Abbaye de Senanque (5)

 

France Abbaye de Senanque (4)

 

France Abbaye de Senanque (7)

 

Photos : Lankaart (c)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 30 Août 2013

France-Abbaye-de-Gellone-Saint-Guillhem-le-Desert--4-.jpg Abbaye-de-Gellone, Saint-Guillhem-le-Desert. Provence XIIe

 

Le terme d'art Roman date du XIXe siècle il désigne la période artistique qui va du VIIIe au XIIe siècle en Europe. Cette période commence avec le pré-roman du VIIIe au Xe siècle et s'achève à l'avènement du gothique. Les vestiges de la période pré-romane sont fort rares. De la période caroligienne ne subsiste que deux bâtiemnts significatifs: la chapelle Palatine d'Aix-la-Chapelle (805) qui apparaît avec son plan centré octogonal et ses pilliers massifs réunis par des arcs en plein ceintre comme un modèle pour de nombreuses constructions de l'époque. Le deuxième exemple est l'église de Germigny-des-Prés construite par Théodophule, évêque d'Orléans (818). 

 

Le premier art roman naît à la fin du Xe siècle et correspond à la période de calme et de prospérité qui suit l'arrivée d'Hugues Capet au pouvoir en 987. Si le système constructif évolue peu le décor extérieur s'enrichit de l'apparition de la "bande lombarde", système décoratif constitué d'arcatures aveugles et de piles plates d'origine italienne. Cet art originale originaire d'italie du nord gagne le nord de l'Espagne (le sud étant à l'époque sous occupation arabe) et le sud de la France. 

 

La construction de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés à Paris de 990 à 1004 marque le début de la période monastique. Les bénédictins fondent à la fin du Xe siècle l'abbatiale de Cluny, esemble monumental qui fonde le plan bénédictin caractérisé par la présence de bas-côtés de part et d'autre du choeur. Au XIe l'architecture fait de rapide progrès l'utilisation de la voûte se généralise à l'ensemble du bâtiment et non plus à la seule abside le reste étant couvert par une charpente en bois. A partir de cette époque on voit apparaître des bâtiments caractéristiques du roman: voûtes en plein ceintre, larges murs percés de baies étroites, pilliers massifs auxquels répondent à l'extérieur d'épais contrefort. 

 

France-Poitiers-Notre-Dame-la-Grande--3-.jpgFrance-Poitiers-Notre-Dame-la-Grande--5-.jpg

Poitiers Notre-Dame-la-Grande. Xe siècle.

 

L'architecture romane des XIe et XIIe siècle se caractérise par son homogénéïté elle doit sa large diffusion au rayonement de deux ordres fondamentaux: Cîteaux et Cluny.  

 

Arles Saint trophines (20)Arles Saint trophines (18)
Arles Saint trophines (4)Arles Saint trophines (15)

Arles, Saint-Trophime. XIIe siècle.

 

Des écoles voient le jour et des styles, l'architecture en Bourgogne qui aura une grande influence en Europe est profondément influencé par les principes clunisiens: la nef est précédée d'un narthex, le choeur est à déambulatoire et chapelles rayonnantes, un éclairage direct rend la nef particulièrement lumineuse. En Normandie les volumes sont particulièrement clairs et amples. Une sobre harmonie unifie l'ensemble, les façades sont un modèle de composition classique.

 

France-Abbaye-de-Fontenay-plan.jpgFrance-Abbaye-de-Fontenay--5-.jpg
France-Abbaye-de-Fontenay--6-.jpgFrance-Abbaye-de-Fontenay--7-.jpg

Abbaye Cistercienne de Fontenay, Bourgogne. Début du XIIe.

 

Au XIe siècle en Touraine et le long de la Loire, de nombreuses constructions sont réalisées. Les expériences concernant le voûtement se multiplient. Puis au XIIe siècle l'art roman s'épanouit, en Bourgogne Cluny III (1095), Sainte Madeleine à Vézelay (1096) et L'abbaye cistercienne de Fontenay (1139-1143) définissent les trois types dont l'inflmuence sera la plus large. 

 

Plus au sud un style original voit le jour dans le Périgord et le Quercy qui reste fidèle au plan en croix grecque et est influencé par l'art byzantin et notamment un type de voûte d'aspect oriental: la coupole sur pendentif.

 

Perigeux Basilique Saint-Front (9)Perigeux Basilique Saint-Front (7)

Saint-Front, Périgueux. 1170.

 

L'art cistercien est créé et transmis par l'ordre religieux fondé en 1098 par saint Robert de Molesme, en réaction au laisser-aller des monastères clunisiens vis-à-vis de la règle de saint Benoît. On peut caractériser l'architecture cistercienne par ses bâtiments remarquables par la pureté de leur lignes, l'économie des matériaux et la simplicité du plan d'ensemble. Les monastères cisterciens se distinguent par la sobriété de l'architecture et des ornements.

Cet art a trois fonctions : d'abord louer Dieu et lui faire une offrande pour obtenir ses grâces. Ensuite, rendre présent l'invisible, le Royaume de Dieu, enfin, affirmer la puissance par une œuvre d'art. C'est le carré qui va être la forme choisie par Bernard pour être celle qui exprime au mieux son projet de vie monastique : le carré est une figure simple qui permet d'approcher le mystère dans l'humilité ; le carré peut être appliqué partout ; le carré est le signe de la Jérusalem nouvelle ; le carré est le symbole du passage du sensuel au spirituel.

En 1134, lors d'une réunion du Chapitre général de l'ordre, Bernard de Clairvaux qui est au sommet de son influence, recommande la simplicité dans toutes les expressions de l'art. Dès lors, les cisterciens vont développer un art dépouillé et souvent monochrome.

 

France Abbaye de Senanque (6)

France Abbaye de Senanque (3)

 

France Abbaye de Senanque (5)

France Abbaye de Senanque (2)France Abbaye de Senanque

Abbaye de Senanque, Provence. 1150.

 

L'abondance de la décoration sculptée et peinte dans l'art roman reflète une sorte d'intimisme grâce auquel l'artiste communique sa vision personnelle en y joignant des références, un monde souvent fantastique et des évocations nombreuses et riches.

 

 France dordogne eglise de Cenac (11)

 

 France dordogne eglise de Cenac (6)

 France dordogne eglise de Cenac (5) France dordogne eglise de Cenac (8)

Eglise de Cénac, Périgord. début du XIIe.

 

Les chapiteaux sont souvent sculptées de petites scènes historiées, des travaux des mois, de décor dérivé du corinthien, de décor géomètrique ou de scènes de la Bible. Sur les larges surfaces murales dont ils disposaient, sur les nefs et les absides les artistes romans exécutèrent de nombreuses peintures à fresques. A Saint-Savin-sur-Gartempe les décors sont omniprésents.

 

Saint-savin-eglise.jpg

Saint-savin-fresques--10-.jpg

 

Saint-savin-fresques--3-.jpg

Saint-savin-fresques--7-.jpgSaint-savin-fresques.jpg

Saint-Savin. France. XIe et XIIe.

 

 

Les premières voûtes en croisée d'ogives apparaissent dans le monde anglo-normand au début du XIIe siècle, ouvrant la voie à la fin du XIIe siècle à l'éclosion de la période gothique.

 

Source: DA

 Photos: lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 13 Février 2013

 

Arles Saint trophines (20)

 

L’église Saint-Trophime, ancienne cathédrale et primatiale, est située place de la République à Arles ; c’est une des plus intéressantes réalisations de l’art roman. Elle présente une nef et des bas-côtés voûtés datant du milieu du XIIe siècle. Un magnifique portail sculpté date de 1180-1190 et rivalise avec celui de Saint-Gilles. L’ancien clocher est remplacé au début du XIIIe siècle par la tour carrée actuelle dont le dernier étage a été refait au XVIIe siècle. Le chœur et le déambulatoire datent du XVe siècle.

 

Arles Saint trophines (9)Arles Saint trophines (6)
Arles saint trophines (7)Arles Saint trophines (5)

 

Le portail, reflète l'exceptionnelle richesse et le rayonnement politique et religieux de l'archevêché d'Arles durant le deuxième moitié du 12è siècle. Saint-Trophime occupait une place de choix sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle, église à reliques que les pélerins se devaient de vénérer.

 

Arles Saint trophines (4)

 

Arles Saint trophines (3)

 

Arles Saint trophines (15)

 

Annexé à cette église se trouve le fameux cloître de Saint-Trophime, le plus célèbre de Provence ; l’accès se fait par la cour du bâtiment situé à côté de l'église. Il date de la seconde moitié du XIIe siècle pour deux galeries et du XIVe siècle pour les deux autres.

 

Arles Saint trophines (18)

 

Arles Saint trophines (13)

Arles Saint trophines (10)

 

Arles Saint trophines (16)

Arles Saint trophines (17)Arles Saint trophines (19)

 

Arles Saint trophines (14)

 

Source: Wikipedia

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 11 Février 2013

Collégiale de Santillana del Mar

 

La collégiale de santillana del Mar a pour origine un monastère construit en l’an 870, qui conservait les reliques de Sainte Julienne. A cette époque, le hameau fut appelé du nom du monastère « Sancta Juliana » qui devint plus tard Santillana. Aujourd’hui, il ne reste rien du monastère primitif.

 

Il fut transformé en collégiale au cours du 11ème siècle, mais le monument actuel date du 12ème siècle.

 

Collégiale de Santillana del Mar (38)

 

Le cloître se trouve sur la façade nord de l’ensemble et ses chapiteaux sont riches d’éléments décoratifs utilisés à l’époque: motifs floraux, géométriques et scènes bibliques. Parmi les thèmes représentés, on retrouve des scènes de l’ancien et du nouveau Testament.

 

Collégiale de Santillana del Mar (23)

 

Collégiale de Santillana del Mar (10)Collégiale de Santillana del Mar (11)
Collégiale de Santillana del Mar (12)Collégiale de Santillana del Mar (15)

 

Collégiale de Santillana del Mar (14)

 

Collégiale de Santillana del Mar (16)Collégiale de Santillana del Mar (17)
Collégiale de Santillana del Mar (20)Collégiale de Santillana del Mar (22)

 

Collégiale de Santillana del Mar (23)

 

Collégiale de Santillana del Mar (2)

Collégiale de Santillana del Mar (24)

 

Collégiale de Santillana del Mar (22)

Collégiale de Santillana del Mar (24)Collégiale de Santillana del Mar (26)

 

Collégiale de Santillana del Mar (27)

 

Collégiale de Santillana del Mar (35)

 

Collégiale de Santillana del Mar (34)

 

Collégiale de Santillana del Mar (39)

Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0