roman

Publié le 13 Décembre 2011


L'abbaye de Fontenay, est une abbaye cistercienne du XIIe siècle situé en Bourgogne. Elle fut fondé en 1118 par Bernard de Clairvaux, marquée par le style cistercien caractérisé par un dépouillement dans l'ornementation et une recherche de proportions harmonieuses. En grande partie restauré le complexe présente une grande partie des bâtiments conventuels propre à l'ordes des cisterciens: cloître, église abbatiale, salle capitulaire, salle des moines, dortoir, forge et pigeonnier.

Prospère du XIIe au XVIe siècle, l'abbaye sombre peu à peu dans le dénuement, les bâtiments sont peu à peu abandonnés par les moines. A la révolution l'abbaye est vendu à Claude Hugot qui la transforme en papeterie, de lieu de culte et de receuillement, elle devient une usine. Elle sera rachetée en 1906 par Edouard Aynar, qui commencera des travaux de restauration. Aujourd'hui elle est toujours la propriété de la famille Aynard, cas unique en France, et est ouverte au public.


Classé au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1981, l'abbaye est un témoignage émouvant de l'oeuvre cistercienne. Le cloître est certainement l'élément le plus remarquable de l'ensemble monumental, d'une grande homogénéïté, malgré des différence de proportions entre ses différents côtés, il constitue le coeur de l'abbaye, lieu de rencontre, de discussion, mais aussi de receuillement. La galerie qui ceinture le cloître dstribue tous les bâtiments qui, pendant la journée cistercienne, sont pratiqués par les moines.

 

Pigeonnier et chenil

Eglise abbatiale
Cloître

Cloître

 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 6 Octobre 2011

Dès le IVe siècle, la mémoire du martyre Saturnin est vénérée à Toulouse. Face à la dévotion suscitée par le cercueil de Saturnin, une première basilique de petite taille fut édifiée sur le site de l'actuelle basilique Saint Sernin. 

Au XIe, les chanoines de Saint Sernin doivent gérer la foule des fidèles et des pèlerins qui se pressent dans la petite basilique. Saint Sernin était devenue une étape majeure sur la route de Saint-Jacques de Compostelle. Ils décident de construire un édifice à la hauteur de la dévotion des fidèles. Au cours des XI et XIIe siècles, la plus grande partie de l'édifice actuel fut construit.


Le monument est l'un des témoignages les mieux conservés et les plus importants de l'art Roman en France. Le clocher, à la croisée du transept,  dont la construction se prolongea au XIIIe, est une véritable prouesse technique. A l'intérieur, la nef centrale, très élancée : 21 m de haut,  est d'une grande pureté. Les reliques abondent, notamment dans les cryptes inférieures et supérieures de la basilique.

 

France Toulouse basiique saint sernin (6)

 

France Toulouse basiique saint sernin (2)

France Toulouse basiique saint sernin (4)

 

France Toulouse basiique saint sernin (5)

 





 

Photos: (c) Lankaart

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 24 Septembre 2011

France chateau de queribus

 

Le château de Quéribus (Queribús en occitan) est un château dit « cathare » situé sur la commune de Cucugnan dans le département de l'Aude. Cette forteresse est perchée sur un piton rocheux à 728 mètres d'altitude, à la frontière du département de l'Aude et des Pyrénées-Orientales. Le château de Quéribus, dont l'existence remonte sans doute au Xe siècle, était un des points de défense du pays cathare. Après sa prise il est intégré au dispositif de défense de la frontière de la France avec l'Aragon. L'annexion du Roussillon par la France (Traité des Pyrénées), qui recule la frontière jusqu'aux Pyrénées, diminue fortement son importance stratégique. Le château se dégrade progressivement jusqu'en 1951. À compter de cette date, le château est progressivement restauré.

 

France chateau de queribus (2)

 

France chateau de queribus (3)

 

France chateau de queribus (5)

 

France chateau de queribus (6)

 

Histoire: Les Cathares

 

On appelle « Cathares » (du grec καθαρός / katharós, « pur ») les adeptes d'un mouvement chrétien médiéval. Le nom a été donné par les ennemis de ce mouvement, jugé hérétique par l'Église catholique romaine et adopté tardivement par les historiens. D'autres sources rappellent que ce nom, proposé pour la première fois par le moine bénédictin Eckbert de Schönau (en) (en Rhénanie), serait un jeu de mot associant ces hérétiques avec des adorateurs du diable (catus), représenté sous la forme d'un chat blanc ailé. Enfin, Michel Roquebert propose, dans son ouvrage, l'hypothèse d'une erreur d'Alain de Lille, qui aurait confondu les termes catharos (pur) et kataroos (écoulement), qui a donné en français le mot catarrhe, pris dans le sens d'un « suintement de la doctrine hérétique ».

 

« Communauté à deux niveaux », les adeptes de ce mouvement se nommaient eux-mêmes « Bons Hommes », « Bonnes Dames » ou « Bons Chrétiens », mais étaient appelés « Parfaits » par l’Inquisition, qui désignait ainsi les « parfaits hérétiques », c’est-à-dire ceux qui avaient reçu le « consolament », c’est-à-dire l'imposition des mains, et faisaient la prédication, par opposition aux simples « fidèles » hérétiques.

 

Principalement concentré en Occitanie, dans les comtés de Toulouse et de Béziers-Albi-Carcassonne, le catharisme subit une violente répression armée à partir de 1208 lors de la croisade contre les Albigeois puis, condamné au IVe concile de Latran en 1215, durant un siècle, la répression judiciaire de l’Inquisition.

 

Photos: (c) lankaart

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Catharisme

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 21 Septembre 2011


L'Abbaye de Gellone ou Abbaye de Saint-Guilhem-Le-Desert est bâtie dans un environement superbe, perdue sur l'une des anciennes routes de Saint-Jacques de Compostelle. 

Abbaye bénédictine fondé en 804 par le comte de Toulouse Guillaume d'Orange, elle abrite des reliques précieuses dont un morceau de la Sainte Croix.


Le bâtiment actuel remonte au XIè siècle et reflete les grands principes de l'art roman. La simplicité des volumes, l'élancement vertical de la nef, les justes proportions de l'édifice en font l'un des chefs d'oeuvre de cette époque.

Le cloître a été malhereusement démantelé en partie et remonté au musée The Cloisters à New-York.

L'abbaye est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO.



 

Photos: (c) Lankaart

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 16 Septembre 2011


Le Château de Peyrepertuse est un château cathare du XIe siècle. Construit sur un piton rocheux d'accès difficile, il surplombe tout le pays environnant.
Les seigneurs du château pouvaient ainsi contrôler les villages, les vallées et les cols. Ils pouvaient également communiquer par signaux avec le château de Quéribus au sud.

L'entrée principale est située au nord du château. On pouvait également y accèder par un passage secret et une échelle amovible.
Le château mesure 300 m de long et s'accroche aux  falaises escarpées.

Sur l'esplanade Ouest, on trouve le donjon de Sant Jordi qui surplombe la deuxième esplanade et le reste des bâtiments.

Le site est occupé depuis l'époque romaine, il est fortifié à partir du VIIIe, sa configuration actuelle date pour l'essentiel du XIe.

A l'époque de la coisade contre les albigeois, il est la possesion de Guillaume de Peyrepertuse qui se soumet aux français en 1240. Saint-Louis renforce le château au XIIIe et fixe les frontières avec l'Aragon puis l'Espagne juste au sud.

Forterresse royale, le château protège la frontière contre les incursions espagnoles jusqu'au XVIIe.
Après l'annexion du rousillon à la France au XVIIe, la citadelle n'a plus de valeur stratégique.
Siège d'une garnison jusqu'à la révolution, la citadelle fut abandonnée au début du XIXe.

Aujourd'hui, ses ruines impressionnantes surplombent toujours le pays.



 

Photos: (c) Lankaart

 
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 29 Mars 2011

reliquaire de St Eustace (2)

 British Museum, Londres

 

A partir du IXe siècle les reliquaires pouvaient prendre la forme d’un portrait en buste d’un saint. Ce splendide reliquaire, conservé au British Museum, associe au portrait supposé de Saint Eustace un reliquaire en pied. Selon la légende Saint Eustache était un général romain sous le règne de l’empereur Hadrien, il se converti lors d’une chasse et mourut vers l'an 130. Le reliquaire  a été réalisé à Bâle en 1200 environ.

 

reliquaire de St Eustace

 

reliquaire de St Eustace (3)

Photos: Lankaart (c)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 4 Novembre 2010

 

France dordogne eglise de Cenac (27)

 

Construite dans les années 1090 après qu’Aquilénus, abbé de Moissac eut acquit des terres à Cénac, elle fut achevée au début du XIIe siècle.

 

Reconstruite à plusieurs reprises jusqu’au XIXe siècle, elle conserve du XIIe  de splendides chapiteaux où défilent oiseaux, dragons, animaux, végétaux...

 

Le chevet est particulièrement bien travailé, abside et absidiole et de robustes corniches à billettes reposent sur de splendides modillons. 

 

France dordogne eglise de Cenac (10)

 

France dordogne eglise de Cenac (11)France dordogne eglise de Cenac (14)
France dordogne eglise de Cenac (2)France dordogne eglise de Cenac (23)
France dordogne eglise de Cenac (29)France dordogne eglise de Cenac (30)
France dordogne eglise de Cenac (5)France dordogne eglise de Cenac (9)

 

France dordogne eglise de Cenac (8)

 

France dordogne eglise de Cenac (15)

France dordogne eglise de Cenac (18)

Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 7 Août 2010

 

 

 

On appelle chant grégorien un chant particulier à la liturgie catholique dont on a tardivement attribué le répertoire à saint Grégoire qui l'aurait reçu de l'Esprit Saint apparu sous la forme d'une colombe. Cette légende habile due où popularisée par un moine du Mont Cassin, Jean Hymonides dit Jean le Diacre ou Jean Diacre dans sa Vita S. Gregorii Magni rédigée vers 872 a sacralisé et fixé l'immuabilité d'un important fonds mélodique édifié et propagé par les Carolingiens influencés par les rits romains et gallicans.

 

Lorsque l'on évoque le chant grégorien, on indique un corpus musical théoriquement achevé au début du IXe siècle, rassemblant des milliers de mélodies d'origine diverses, à une époque où l'on ne note pas encore la musique, donc une répertoire uniquement de culture orale. Le mot lui même apparaît à la fin du VIIIe siècle. Ce corpus est en fait une des conséquences de l'effort politique des Carolingiens non seulement à unifier et à étendre le royaume puis l'empire mais aussi à concurrencer l'autorité de Rome sur le terrain des traditions de l'Église romaine, querelles entre Rome et Byzance aidant.. Et dans le fond peut-être s'agissait-il plus que de Rome, prendre la place qu'occupait l'Église d'Orient.

 

Il s'agit donc d'une romanisation des traditions gallicanes qui est en retour, au moins dans ce domaine, une gallicanisation des traditions romaines Il semble que l'un des appuis les plus solides à la diffusion du chant grégorien ait été l'activité de la cathédrale de Metz. Plusieurs monastères se distinguent comme ceux de Saint-Gall, Einsiedeln, Fulda, Tours, Corbie, Nonantola, le Mont-Cassin. Dans ce mouvement, l'ordinaire de la messe prend sa forme définitive avec Kyrie, Gloria, Credo, Sanctus, Agnus Dei. La notation musicale apparaît au IXe siècle.

 

Pour en savoir +:

http://www.musicologie.org/sites/p/plainchant.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chant_gr%C3%A9gorien

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 26 Juin 2010

Tapisserie de Bayeux (8)

Tapisserie de Bayeux (9)

 

La tapisserie de Bayeux est certainement l’un des témoignages les plus précieux de l’art roman. Ses dimensions, sa composition générale, la maîtrise dans sa réalisation en font une œuvre unique pour l’époque. La tapisserie est un immense récit en image qui retrace la conquête de l’Angleterre par les normands de Guillaume le conquérant. C’est à la fois un témoignage historique précieux sur les événements, les personnages, la vie quotidienne et guerrière de l’époque et également une grande fresque à la gloire de Guillaume.

 

La tapisserie est en fait une broderie de fils de laine teintés et réalisé à la demande d’Odon de Conteville, évêque de Bayeux et demi-frère du roi Guillaume. Exposée chaque année dans le chœur de la cathédrale de Bayeux, la Tapisserie proposait aux fidèles un exemple moral sur le destin des parjures. Harold est accueilli à sa cour par Guillaume de Normandie, lié au duc par le compagnonnage guerrier lors de l'expédition de Bretagne (1064), et est enfin attaché à sa personne par des serments prêtés sur les reliques de la cathédrale, dont l'authenticité et l'efficacité sont ainsi proclamées. Car en s'emparant de la couronne d'Angleterre, Harold devient un héros tragique, puni par la puissance divine pour avoir manqué à la foi jurée.

 

Tapisserie de Bayeux (2)Tapisserie de Bayeux tapestri (2)
Tapisserie de Bayeux tapestryTapisserie de Bayeux

 

La scène centrale de la Tapisserie est bien entendu la bataille d'Hastings, la troisième et dernière des batailles rangées livrées par Guillaume dans toute sa carrière, après le Val-es-Dunes en 1047, et Varaville en 1057. Elle est présentée sous l'aspect d'un ultime Jugement de Dieu en faveur de Guillaume de Normandie, pleinement justifié dans sa prétention à la couronne d'Angleterre. Le récit en images est confirmé par la "propagande" des chroniqueurs contemporains de l'entourage ducal, sans que l'on puisse toujours préciser les influences de l'un à l'autre.

Tapisserie de Bayeux (3)

 

Tapisserie de Bayeux (7)

 

Visite virtuel de la tapisserie:

http://medieval.mrugala.net/Tapisserie%20de%20Bayeux/tap1.htm

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 24 Juin 2010

France Issoire ABBATIALE SAINT AUSTREMOINE (3)

 

L’Abbatiale Saint-Austremoine est une ancienne église d’une abbaye bénédictine construite au XIIe siècle. Son nom lui vient du premier évêque en pays Averne, Austremoine, venu de Rome avec 6 compagnons pour évangéliser la Gaule.  Le chevet visible de l’extérieur est la partie la plus accomplie de l’édifice, très bel exemple de l’art roman auvergnat, pureté des lignes, équilibre dans la composition, sobriété de la décoration.  La façade d’une très grande simplicité précède la nef à deux étages, dont la décoration peinte est un bel exemple du soin apporté à la mise en scène. Les chapiteaux représentent des centaures, des porteurs de moutons et des griffons. La coupole de la croisée du transept s’élève à 23 m. et précède le chœur somptueusement décorée.

 

France Issoire ABBATIALE SAINT AUSTREMOINEFrance Issoire ABBATIALE SAINT AUSTREMOINE (2)
France Issoire ABBATIALE SAINT AUSTREMOINE (4)France Issoire ABBATIALE SAINT AUSTREMOINE (5)

 

France Issoire ABBATIALE SAINT AUSTREMOINE (6)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0