Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alexandre Deïneka

Deineka à la conquète de l'espace

 

Dans les années 1930, Alexandre Deïneka réalise de nombreuses affiches de propagande colorées et enthousiastes, tandis que le style de ses peintures diffèrent déjà d'autres peintres par le traitement qu'il leur accorde et les sujets abordés, comme Sur le balcon (1931) ou Jeune fille à la fenêtre. Hivers".

En 1932, La Mère marque le début d'une nouvelle période créative. Deïneka réalise également des peintures à sujet politique comme Les sans emplois à Berlin (1933). Au milieu des années 1930, il opère un tournant moderniste, très inspiré par le thème de l'aviation (Futurs pilotes (1937). Avec le pilote G.F. Baidukov, il réalise un livre pour enfant sur le sujet, publié en 1938. Les thèmes historiques qu'il aborde sont basés sur sa propre réflexion sur l'histoire pré-révolutionnaire. À cette période, il commence à réaliser des mosaïques, dont celle de la station de métro Mayakovskaya à Moscou.

Pendant la Seconde guerre mondiale, il réalise des peintures monumentales et dramatiques, dont Banlieue de Moscou. Novembre 1941 constitue la première œuvre. Il parvient à faire pénétrer une grande souffrance dans son travail (Le Village brûlé (1942)), autant que l'enthousiasme héroïque (La Défense de Sébastopol (1942)).

Après la guerre, il continue de peindre et reprend son travail de mosaïque, notamment pour le palais des congrès du Kremlin. Pour Les Joueurs de hockey (1960), il est récompensé du prix Lénine en 1964. Il décède le 12 juin 1969 et est enterré au cimetière de Novodevitchi à Moscou.

 

 

Deineka chantier

 

Dans les années 1930, le réalisme socialiste est proclamé style principal de l’art. Le mot « réalisme » devait servir d’antithèse au mot « art » (ancien et bourgeois), et remplacer le futurisme puisque le futur était devenu réalité après la Révolution de 1917. L’État devient l’unique commanditaire et le seul juge des œuvres d’art. Alexandre Deineka résout le problème le plus important de l’art soviétique de l’époque : il élabore l’image du « héros collectif ». Il est envoyé en mission de création, et ces « immersions » dans différents milieux peuvent paradoxalement évoquer celles de certains artistes actuels. Deineka travaille notamment dans le bassin houiller du Donbass, parmi les mineurs. Il privilégie les recherches qui sollicitent la mémoire. Pour obliger le spectateur à considérer le travailleur de force différemment, il fait appel à ce qu’il nomme la « pression visuelle » (visualnyi najim) et joue avec l’effet de persistance rétinienne : il s’agit de représenter le mouvement dans ses formes les plus intenses, les plus précipitées, les plus « condensées ». Le principe s’applique au mouvement des personnes, mais aussi à l’espace des compositions, construites suivant le principe du montage .

Alexandre Deineka pratique assidûment la boxe, son entraîneur lui avait prédit une grande carrière. Les sujets sportifs dominent les œuvres des années 1930. Ses sportifs, coureurs et skieurs se déplacent de façon parfaitement agencée, en un rythme collectif, comme les pièces d’un mécanisme bien réglé. L’artiste trouve sur les plages de Sébastopol les motifs du pays heureux du futur. Les Futurs Pilotes (Boudoushie liottchiki) est toujours présenté dans les expositions consacrées à Deineka. Le tableau ne fait aucune allusion aux temps difficiles que vit le pays (nous sommes en 1938), seuls subsistent le rêve, le vol, l’air pur de la mer…

Vers la fin des années 1930, le pouvoir soviétique souhaitait que son image se reflète de manière grandiose. Deineka crée alors plusieurs œuvres monumentales : des peintures murales, des panneaux de mosaïques, notamment ceux de la station de métro Maïakovskaïa à Moscou. En 1937, il reçoit la médaille d’or de l’Exposition universelle de Paris pour son panneau Gens illustres du Pays des Soviets (Znatnye ludi Strany Sovetov), qui illustre parfaitement la « cristallisation » de la typologie des héros soviétiques. Ensemble et égaux, unis mais différents (ethnie, âge et profession clairement définis, au point d’en créer des archétypes, presque tous habillés de blanc), les personnages de cette œuvre démontrent la volonté de l’auteur de n’oublier personne dans ce portrait collectif.

Bien qu’il reste dans le cadre du réalisme socialiste, Deineka l’interprète à sa manière. L’amour de la vie, l’aspiration à une harmonie de l’âme, du corps et de l‘activité créatrice irriguent son travail et concurrencent, souvent en la dominant, la composante idéologique de l’art soviétique. D’ailleurs, à la différence d’autres artistes renommés, Deineka et la célèbre Vera Moukhina (auteur de la sculpture Ouvrier et kolkhozienne placée au sommet du pavillon de l’Union soviétique lors de l’Exposition universelle de Paris en 1937) n’ont pratiquement jamais exécuté les portraits des leaders soviétiques. Christina Kiaer affirme que Deineka a sincèrement essayé de vivre et de travailler en accord avec l’idéal de la nouvelle personne soviétique. Comme beaucoup d’autres réalistes socialistes originaux et engagés, il a incarné avec succès le rêve soviétique de la modernité .

 

deineka hommes nus

 

Deineka militaires

 

Deineka aviateur

 

Deineka femmes

 



"Man Ray, pour qui l’ombre et la lumière ont cent visages et qui pourrait, à la suite d’Alice, parcourir le fabuleux pays des miroirs, Man Ray, maître des fantômes modernes et qui peut à son gré fixer dans l’onde qui s’écoule le reflet des beaux visages et la profondeur même des yeux qui nous ont regardés, Man Ray se place lui-même dans les ténèbres poétiques, à la lisière de l’aube lyrique, au point du jour de l’imagination, du rêve et des mystérieuses réalités." Robert Desnos Man Ray - […]


Le triomphe de la mort Comme aucun autre artiste de la première partie du 20e siècle, Felix Nussbaum a su représenter à travers ses peintures la situation dramatique dans laquelle il se trouvait en tant que Juif allemand durant la période nazie. La peinture représentait pour lui un moyen de lutter contre le régime nazi et lui permettait de conserver une dignité humaine tout en lui donnant la force de survivre. Felix Nussbaum n´est certainement pas avant-gardiste. Il appartient à la « […]

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

rafael

architecte passionné d'art et de voyages
Voir le profil de rafael sur le portail Overblog

Commenter cet article