villes d'art et de culture

Publié le 5 Septembre 2011

Rome-Temple-de-Vesta--2-.jpg

 

Ville berceau de la civilisation occidentale après Athènes, Rome a une histoire qui s'étend sur plus de deux mille cinq cents ans. Elle était le centre de l'Empire romain, qui a dominé l'Europe, l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient pendant plus de cinq cents ans à partir du Ier siècle av. J.-C. jusqu'au Ve siècle apr. J.-C.. Rome occupe une place capitale dans le christianisme et abrite le siège de l'Église catholique romaine et la Cité du Vatican, un État souverain dont le chef est le pape.

 

Rome-Forum-de-Trajan--5-.jpg

 

Rome est l'une des rares villes européennes majeures qui aient échappé aux ravages de la Seconde Guerre mondiale : son centre est de style Renaissance et baroque. Rome est la troisième destination touristique la plus visitée d'Europe derrière Londres et Paris et son centre historique est classé par l'Unesco comme site du patrimoine mondial.

 

Le-Bernin-pont-saint-Ange-rome--5-.jpg

 

Elle rassemble des témoignages de toutes les grands époques de l'art occidental, de l'antiquité romaine au baroque en passant par les garndes heures de la rennaissance. Musée à ciel ouvert Rome est l'une des plus grandes capiltales mondiales de la culture.

 

Le Bernin colonnade de la place saint pierre Rome (3)

 

Liens utiles : Pour réserver votre hôtel, je vous conseille le site www.hotelclub.fr qui vous permettra de trouver un hôtel à Rome. En effet, Hotel Club recense tous les meilleurs hôtels de la ville, mais aussi dans le reste de l'Italie.

 

Source: Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Rome de Wikipédia en français (auteurs)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #VILLES D'ART ET DE CULTURE

Repost0

Publié le 3 Septembre 2011

Ouzbekistan-Samarcande-Registan.jpg

 

 

Samarcande, parfois écrit Samarkand (forme anglaise) (en ouzbek : Samarqand, en tadjik : Самарқанд, en russe : Самарканд, en persan : سمرقند, en turc : Semerkand), population 400 000 habitants, est une ville d'Ouzbékistan, capitale de la province de Samarcande. Son nom signifie probablement « lieu de la rencontre » ou « lieu du conflit » (samara : rencontre, conflit en sanskrit, kand, kent : ville, terme centre-asiatique) et illustre bien sa position à la limite des mondes turc et persan. Riche en monuments historiques, Samarcande a été proclamée en 2001 par l'UNESCO carrefour de cultures et site du patrimoine mondial.

 

Elle devint en 1369 la capitale de Tamerlan, qui y rapportera de Perse les restes supposés du prophète Daniel (Doniyor en ouzbek). Les monuments édifiés par les Timourides (descendants de Timur Lang ou Tamerlan) font la gloire de la cité. Oulough Beg (1394-1449), petit-fils de Tamerlan, prince et astronome, y fait construire un observatoire où il mène des travaux de grande qualité avec quelque 70 savants dont Qadi-zadeh Roumi, al-Kachi et Ali Quchtchi. Après sa mort, la vie intellectuelle et artistique des Timourides se concentre à Hérat en Afghanistan, en particulier chez son parent le prince et mécène Husayn Bayqara (règne 1469-1506).

 

En 1507, les Timourides sont renversés par les Ouzbeks de la dynastie des Chaybanides. Lors du morcellement de l'actuel Ouzbékistan en trois khanats (Khiva, Boukhara et Kokand) qui interviendra par la suite, Samarcande est rattachée au khanat de Boukhara.

 

En mai 2007, l'UNESCO célèbre le 2750e anniversaire de Samarcande et le 2000e anniversaire de Marguilan. Une conférence internationale consacrée au rôle de ces villes dans l'histoire de la civilisation mondiale a lieu le 29 mai 2007 au siège de l'UNESCO à Paris.

 

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Samarcande

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #VILLES D'ART ET DE CULTURE, #OUZBEKISTAN

Repost0

Publié le 2 Septembre 2011

Sienne (4)

 

Sienne est une ville médiévale qui a su remarquablement conserver son caractère et sa physionomie ; son influence sur l'art, l'architecture et l'urbanisme a été considérable au Moyen Âge, aussi bien en Italie que dans toute l'Europe.

 

Le centre historique de Sienne est délimité par une enceinte de 7 km de long (XIVe -XVIe siècle) dont le tracé suit les contours des trois collines sur lesquelles la ville a été bâtie. Ces murs, avec leurs bastions et leurs tours, sont percés de portes dont certaines, situées sur des points stratégiques (comme la porta Camollia sur la route de Florence), sont doubles. Ils englobent à l'ouest le fort de Santa Barbara, reconstruit par les Médicis en 1560, puis en 1580. Les murs eux-mêmes, dont le périmètre a été agrandi à différentes reprises, renferment aussi un réseau de 25 km de galeries, les bottini , destinées à l'évacuation de l'eau des fontaines publiques. Sienne bénéficia certainement, à cet égard, de l'expérience des moines de l'abbaye cistercienne de San Galgano. Les fontaines principales, pour la plupart du XIIIe siècle, sont des constructions à part entière, conçues comme de véritables portiques gothiques.

 

Sienne (3)

 

La ville historique s'est développée autour des trois principales artères qui se rejoignent, en formant un Y, à la Croce del Travaglio, où se trouve la piazza del Campo, et sur lesquelles se greffe le réseau de rues secondaires. Maisons et palais s'alignent le long des rues principales pour former un espace urbain caractéristique, qui possède un certain nombre de traits spécifiques. La piazza del Campo, située à la jonction des trois collines, est l'une des plus remarquables de toute l'Italie. Sa formation coïncide avec la croissance de la ville médiévale et avec l'affirmation du pouvoir communal. Les activités financières et commerciales se concentraient à mi-distance de la via Francigena, sur toute la longueur des rues actuelles dei Banchi Sopra et dei Banchi Sotto, tandis que le marché proprement dit se tenait sur la piazza del Campo, qui était alors divisée en deux parties.

 

Sienne (5)

 

À la fin du XIIe siècle, le gouvernement communal décida de réunir ces deux secteurs pour former un seul espace ouvert semi-circulaire, et promulgua une série d'ordonnances qui réglementaient les activités commerciales, mais aussi l'entretien et la dimension des maisons (dotées de fenêtres bifores ou trifores), de manière à uniformiser les façades donnant sur la place. La construction du palazzo Pubblico, destiné à devenir le siège du gouvernement communal, commença à la même époque. Sa façade légèrement incurvée et crénelée est soulignée par des trifores gothiques. Il contient un grand nombre de chefs-d'œuvre de la peinture médiévale, comme la Maestà de Simone Martini Duccio (Larousse 2005)et le Ciclo del Buon Governo , la composition allégorique d'Ambrogio Lorenzetti. Le palazzo Pubblico fut certainement le modèle des palais gothiques des grandes familles de la noblesse ou de la classe marchande (palazzo Tomei, palazzo Buonsignore), qui se caractérisent par une largeur accrue, l'utilisation de brique, la présence de grandes baies et leurs créneaux « guelfes ».

 

Sienne (2)Sienne

 

Une fois les pouvoirs publics installés dans le palazzo Pubblico, les travaux commencèrent pour embellir la place : pose du pavement, construction de la Fonte Gaia décorée par Jacopo dalla Quercia, de la Torre del Mangia et de la Cappella della Piazza (ces deux dernières construites contre le Palazzo). Sous les Médicis, la place, offrant un cadre idéal pour des fêtes spectaculaires, fut ouverte au palio , la célèbre course de chevaux opposant les équipes des différents quartiers de la ville.

 

Sienne cathedrale (2)

 

Sienne cathedrale

 

Le point le plus élevé de la ville est surmonté par la cathédrale de Santa Maria. Sa façade, dont la partie inférieure est l'œuvre de Giovanni Pisano, a été complétée par Giovanni di Cecco après la construction du Nuovo Duomo (la nouvelle cathédrale), ambitieux projet inspiré des cathédrales gothiques du nord des Alpes. La cathédrale conserve un pavement remarquable et une chaire sculptée par Nicolà Pisano.

 

Source: http://whc.unesco.org/fr/list/717

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #VILLES D'ART ET DE CULTURE

Repost0

Publié le 26 Août 2011

Espagne-Barcelone-Parc-Guel-Gaudi--12-.jpg

 

Barcelone est la deuxième ville de l'État espagnol en termes de population et d'activités, la onzième ville la plus peuplée de l'Union européenne et la sixième en incluant sa banlieue: environ cinq millions de personnes vivent dans l'agglomération barcelonaise. La majeure partie des municipalités adjacentes sont en outre rassemblées dans l'Àrea Metropolitana de Barcelona.

 

Elle est considérée comme ville mondiale en raison de son importance dans les domaines de la finance, du commerce international, de l'édition, des arts, du divertissement et des médias. Barcelone est donc un centre économique majeur qui jouit de surcroît d'un des principaux ports méditerranéens et du deuxième aéroport espagnol derrière celui de Madrid-Barajas. Elle est aussi la ville qui possède le plus grand parc métropolitain du monde, le parc Collserola, devant Central Park à New York.

 

Ayant été fondée par les Romains, la ville devint la capitale des comtes de Barcelone puis l'une des villes majeures de la Couronne d'Aragon. Redessinée plusieurs fois pendant son histoire, elle est aujourd'hui une destination touristique majeure et jouit d'un patrimoine culturel unique. Le palais Güell (en 1984), la Casa Milà, le parc Güell, le Palais de la musique catalane et l'Hôpital de Sant Pau figurent d'ailleurs sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. En outre, la ville est également connue pour avoir accueilli les Jeux olympiques en 1992 et, plus récemment, le siège de l'union pour la Méditerranée.

 

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Barcelone

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #VILLES D'ART ET DE CULTURE

Repost0

Publié le 25 Août 2011

Pompei-maison-de-la-Venus-au-coquillage--1-.jpg

 

 

Naples (en italien Napoli /ˈnapoli/, en napolitain [Napule) est une ville d'Italie, capitale de la province homonyme et de la région de Campanie. Avec 1 004 500 habitants en 2007, c'est la troisième commune italienne par sa population, après Rome et Milan. Son aire urbaine est avec 4 434 136 habitants la deuxième du pays après celle de Milan, ce qui en fait l'une des plus grandes cités méditerranéennes.

 

Elle est presque située en position centrale sur le golfe homonyme, entre le Vésuve et la zone volcanique des Champs Phlégréens. Son vaste patrimoine artistique et architectural est défendu par l'UNESCO qui, en 1995, a inclus le centre historique de Naples, comme le plus vaste de l'Europe.

 

Elle fut fondée entre le VIII et le IX av. J.‑C. de fermiers grecs; successivement refondée comme Neapolis (Νεάπολις en grec) dans la zone basse entre la fin du VI et le début du Ve siècle av. J.-C.. Elle fait partie des principales villes de la Grande-Grèce.

 

Après l'Empire romain, au VIIe siècle la ville forma un duché autonome, indépendant de l'Empire byzantin ; par la suite, depuis le XIIIe siècle et pour environ six-cents ans, elle fut capitale du Royaume de Naples. De Naples, aux débuts du XVe siècle, sous les ordres du roi Ladislas Ier de Naples, partit une première tentative de réunification de l'Italie ; la ville devint successivement le centre politique de l'Empire Aragonien. Pour motifs historiques, artistiques, politiques et ambiants, elle fut, du Moyen Âge tardif jusqu'au Risorgimento, l'un des principaux centres de référence culturelle, à l'égal des autres principales capitales du continent.

 

Déjà capitale du Royaume des Deux-Siciles, après l'annexion au Royaume de l'Italie, la ville et, en général, tout le Mezzogiorno subit un déclin relatif socio-économique.

 

Source:http://fr.wikipedia.org/wiki/Naples

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #VILLES D'ART ET DE CULTURE

Repost0

Publié le 24 Août 2011

Vilnius (4)

 

"Vilnius est un remarquable exemple de site médiéval : la ville a exercé une profonde influence sur l'évolution de l'architecture et de la culture dans une vaste zone d'Europe orientale, pendant plusieurs siècles. Avec son paysage et la grande diversité des édifices qui y sont conservés, Vilnius illustre de façon exceptionnelle un type de ville européenne qui a su évoluer de manière organique pendant une période de cinq siècles.

 

Vilnius cathédrale

 

Le château en bois construit vers 1000 apr. J.-C. pour fortifier la colline de Gediminio, au confluent de la Neris et de la Vilnia, occupe un site qui fut habité de manière intermittente depuis le néolithique. La ville ne s'y développa cependant qu'au XIIIe siècle, au cours des combats des peuples baltiques contre les envahisseurs allemands. En 1323, lors de l'apparition de la première référence à Vilnia, elle était la capitale du grand-duché de Lituanie, fondé par le prince Gedymin, l'ancêtre de la famille Galitzine. Quelques édifices en brique paraissent avoir été construits alors sur une petite île qui s'était formée lors du changement du cours de la Vilnia.

 

La Lituanie a été le dernier grand État païen de l'Europe orientale converti au christianisme, en 1387, année du baptême du grand-duc Jagaila. Cette conversion ouvrit Vilnius au monde occidental, qui adopta la même année les statuts de Magdebourg. Toutefois, ce ne fut qu'en 1410, lorsque l'ordre Teutonique fut anéanti à la bataille de Tannenbeg, que la ville fut enfin à l'abri des maraudeurs et des envahisseurs.

 

Vilnius entrée de la vieille ville

 

L'expansion rapide de Vilnius fut stoppée net par un incendie désastreux en 1471, au cours duquel les premiers établissements religieux (la cathédrale, l'église paroissiale Saint-Jean et les monastères franciscain et cistercien) furent détruits. Les seuls vestiges conservés de la période la plus ancienne sont donc ses murailles, dont quelques portions sont conservées sous le rempart construit en 1503-22 pour contrer les incursions tatares. La ville fut partiellement reconstruite après un autre grand incendie en 1530 ; la tentative faite alors de rationaliser le réseau viaire médiéval ne connut guère de succès. Ce fut une période d'essor commercial et culturel intense, durant laquelle se développèrent des liens commerciaux étroits avec l'Europe occidentale et orientale, qui favorisèrent la diffusion de la culture occidentale en Bélarus et en Ukraine.

 

Vilnius Eglises 2 (1)Vilnius églises (2)
Vilnius églises (3)Vilnius vieille ville (1)

 

 

La première typographie y fut installée en 1522, la première université en 1579. Un nouvel incendie entraîna la destruction du château inférieur, qui venait d'être reconstruit, et celle de la nouvelle cathédrale. De nombreuses églises furent édifiées à la faveur de cette nouvelle reconstruction : Saint-Michel, Saint-Étienne, Saint-Casimir, Tous-les-Saints et Sainte-Thérèse remontent toutes à cette période. Au début de la guerre avec la Russie (1654-1667), Vilnius ne comptait pas moins de 41 édifices religieux, mais beaucoup d'entre eux ont été détruits au cours de ce conflit. La plupart des autres édifices en bois disparurent dans une série d'incendies (en 1715, 1737, 1748 et 1749), mais ce sont ses reconstructions successives qui donnèrent à la ville la plupart des édifices qui lui confèrent aujourd'hui son caractère spécifique : la cathédrale, l'hôtel de ville, l'arsenal, ainsi que les palais Tyzenhauzai, Rensai, Pacai et Masalskiai. La plupart des édifices antérieurs conservés ont été reconstruits ou restaurés en style baroque.

 

Vilnius Saint Casimir

 

L'annexion de la ville par la Russie en 1795 mena graduellement la capitale lituanienne à perdre une partie de son caractère distinctif. L'enceinte fortifiée et le château inférieur ont été démolis en 1799 ; en 1837, la place de la cathédrale a été aménagée en style strictement académique, et l'avenue Saint-Georges fut tracée au travers de la vieille ville. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, plus de 80 maisons anciennes furent détruites, mais la reconstruction fut entreprise dès la fin des hostilités. Les projets de réhabilitation du centre historique les plus importants ont été conçus entre 1956 et 1958 et entre 1970 et 1974.

 

Vilnius vieille ville

 

Le centre historique comporte le secteur des trois châteaux (haut, bas et courbe), et la zone qui était entourée par une muraille au Moyen Âge. Son plan, qui s'est développé de manière radiale à partir du site du château d'origine, est approximativement circulaire. Le réseau viaire est typiquement médiéval, avec de petites rues qui le divisent en îlots irréguliers, mais de vastes places y ont été créées au cours de périodes plus récentes.

 

Les édifices historiques sont de style gothique, renaissant, baroque ou classique (avec quelques adjonctions plus récentes). Près de 40 % d'entre eux sont considérés comme de la plus haute importance architecturale et historique. Ils constituent un paysage d'une grande diversité, marqué par une profonde harmonie."

 

Texte: http://whc.unesco.org/fr/list/541

Photos: (c) Lankaart
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #VILLES D'ART ET DE CULTURE

Repost0