rococo

Publié le 16 Juin 2014

 

 

Carlo Goldoni a transformé la comédie italienne par ses productions plus que par ses écrits théoriques (Il teatro comico, 1750). Il a su garder le dynamisme de la commedia dell'arte et le jeu des masques en les associant à la comédie d’intrigue et en recherchant un certain réalisme dans la représentation des comportements. En Italie, il s'était heurté aux choix esthétiques de ses confrères, s'étant fait moquer par le dramaturge traditionaliste Carlo Gozzi, qui condamnait son réalisme dangereux, et critiqué par les partisans du théâtre baroque comme Chiari avec son théâtre bouffon et poétique. Ces oppositions et la désaffection du public le conduisirent à l’exil en France.

 

Il se proclamait toujours admirateur de Molière, tout en reconnaissant ne pouvoir égaler son génie. Il s’en différencie cependant par la légèreté des thèmes et par l’absence de pessimisme. Son œuvre est en effet marquée par sa confiance dans l’homme, et son approche humaniste défend les valeurs de l’honnêteté, de l’honneur, de la civilité et de la rationalité. Certains de ses thèmes le rapprochent également de Marivaux.

 

Les personnages qu’il a créés ne sont ni des abstractions vertueuses, ni des monstres immoraux, mais des représentants ordinaires du peuple et de la bourgeoisie. Ce regard amusé et moqueur sur les classes sociales dans un monde changeant fait toujours le charme de ses comédies, qui s’inscrivent aussi dans le courant des Lumières en luttant contre l’intolérance et les abus de pouvoir. Toutefois, dans ses pièces italiennes, Goldoni n’aborde jamais les sujets touchant l’Église et la religion, alors que ses comédies en français ont souvent un ton anticlérical et critiquent l’hypocrisie des moines et du clergé.

 

Source: Wikipedia



La Flûte enchantée, est une œuvre musicale pour le théâtre, mi-chantée, mi-parlée. Le livret en deux actes a été écrit par Emanuel Schikaneder et la musique composée par Wolfgang Amadeus Mozart. La première représentation eut lieu le 30 septembre 1791 dans les faubourgs de Vienne, au théâtre de […]


Le Paralytique " Greuze est, sans contredit, un des peintres Français dont le talent a été le plus prononcé depuis le siècle de Louis XIV ; aucun n’a eu une plus grande originalité que lui : il est original dans le choix de ses sujets, dans sa manière de les composer ; il l’est dans sa couleur, […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROCOCO

Repost0

Publié le 9 Avril 2014

canaletto rotonde venise

 

Lord Ranelagh, d'origine irlandaise, aurait fait édifier une rotonde à musique avec bal public dans son parc de Chelsea au 18e s., à la suite de quoi un aménagement de même nature fut introduit sur la pelouse du château de la Muette en 1774, et resta à la mode sous le Directoire, l'Empire et la Restauration. Le nom finit par désigner tout un quartier juste au sud de la Muette.

 

 



« Maintenant venez jusqu'à la cuisine dont l'entrée est sévèrement gardée par la tribu des vases de toute grandeur, serviteurs capables et fidèles, race laborieuse et belle. Sur la table les couteaux actifs, qui vont droit au but, reposent dans une oisiveté menaçante et inoffensive. Mais au-dessus de vous un monstre étrange, frais encore comme la mer où il ondoya, une raie est suspendue, dont la vue mêle au désir de la gourmandise le charme curieux du calme ou des tempêtes de la mer dont […]


Le Verrou, aussi appelé Le Viol, est une scène galante peinte par Jean-Honoré Fragonard entre 1774 et 1778, selon les sources. Il s'agit de l'un des tableaux les plus célèbres du peintre, véritable référence de la peinture du XVIIIe siècle. L'interprétation commune suggère que la scène représente deux amants enlacés dans une chambre à coucher, l'homme poussant le verrou de la porte. La toile est conservée au musée du Louvre, au département des Peintures, dans la section consacrée à la […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROCOCO

Repost0

Publié le 22 Février 2014

Jean-Baptiste Greuze le Paralytique

Le Paralytique

 

" Greuze est, sans contredit, un des peintres Français dont le talent a été le plus prononcé depuis le siècle de Louis XIV ; aucun n’a eu une plus grande originalité que lui : il est original dans le choix de ses sujets, dans sa manière de les composer ; il l’est dans sa couleur, dans son dessin. Sa façon de peindre, celle d’agencer les draperies, ses caractères de tête, ses expressions, ses beautés, ses défauts, tout dans ses ouvrages a une physionomie parfaitement à lui. Sans doute, les dégoûts qu’il éprouva de la part des élèves et des maîtres de son temps, loin d’affaiblir son talent, lui donnèrent, pour ainsi dire, la trempe, et le forcèrent à ne ressembler qu’à lui-même. C’est un de ces hommes que la nature semble avoir faits précisément pour réussir dans la peinture, et l’on ne saurait imaginer qu’ils eussent pu passer leur vie occupés d’autre chose. Un de ses principaux caractères distinctifs, celui qui lui fait le plus d’honneur, est le choix de ses sujets, qui tendent presque tous vers un but moral, qui presque tous éveillent la sensibilité, et inspirent la vertu.

 

Jean-Baptiste Greuze OiseaumortJean-Baptiste Greuze Une jeune enfant qui joue avec un chie

L'Oiseau mort - Jeune fille au chien

 

Combien, de ce côté-là, est-il au-dessus de la plupart des artistes fameux qui ont fait des sujets du genre familier ; ce n’est pas une Femme qui pèle une orange qu’il a peinte, ni un Vieillard qui taille une plume, mais un vieux Père au milieu de sa famille assemblée, et l’instruisant par une sainte lecture ; mais un Père paralytique trouvant encore de douces jouissances au milieu de ses enfans empressés à le consoler ; un Père désespéré maudissant d’une main tremblante un fils coupable ; mais un Époux heureux arrivant de la chasse, et jouissant avec transport du spectacle attendrissant de son épouse accablée des caresses de ses enfans, et enivrée du bonheur maternel. Il a peint une Dame de Charité, c’est-à-dire, une femme révérée, consacrant sa vie aux soins des malheureux ; il la représente conduisant sa jeune fille dans ces tristes asiles des maux et de la pauvreté, accoutumant son jeune cœur à goûter le bonheur suprême de consoler, de soulager les infortunés, et, l’exerçant de bonne heure à ces fonctions sacrées, pour lesquelles les hommes ne peuvent jamais avoir assez de vénération. Ah ! si tous les beaux arts ne s’écartaient jamais de leur noble, de leur véritable but, ils ne chercheroient dans leurs travaux qu’à rendre les hommes meilleurs : mais hélas ! à la honte de l’humanité, combien de talens très-distingués, affectant sans pudeur des intentions toutes opposées, semblent avoir pris la corruption des mœurs pour la base de leur renommée !

 

jean-baptiste-greuze le gateau des rois

Le gateau des rois

 

Greuze était facile, abondant dans ses compositions ; cela se prouve, non-seulement par ses tableaux, mais par le nombre prodigieux de ses dessins répandus et estimés dans toute l’Europe. À l’ordonnance, à l’agencement pittoresque, agréable, en usage de son temps, le plus souvent employé pour les yeux seulement, il joignit de la raison et de la nature, et ne s’en servit que pour exprimer des pensées justes et touchantes. Ses ouvrages ont de la grâce dans le coloris et dans le dessin ; il avoit, surtout, celle que donne toujours un cœur aimant, une imagination aimable et vive. Comme tout homme bien organisé, très-sensible au charme puissant des femmes, il a répandu un ton de volupté sur tout ce qu’il a fait ; ce n’est pas en la présentant sous un aspect dangereux pour les mœurs ; on pourroit presque dire, qu’il a donne une sorte de volupté aux peintures de la vertu. Avec son espèce de talent, il devoit sentir l’expression et s’en occuper beaucoup ; c’est aussi une des parties de la peinture qui ont assuré sa célébrité. Ses ouvrages ont aidé à prouver aux peintres d’histoire, qu’en quelque genre que ce soit, on n’intéresse jamais sans vérité et sans expression : peut-être, peut-on lui reprocher un peu d’affectation et quelque chose d’un peu théâtral : peut-être a-t-il representé des paysans de drame, plutôt que les naïfs habitans des villages ; il intéresse cependant toujours malgré ce défaut, parce qu’il a de la véritable sensibilité, de la véritable chaleur dans l’âme : un acteur bien ému, bien pénétré du sentiment de son rôle, malgré quelques grimaces et quelques momens d’affectation, n’entraîne pas moins les spectateurs.

 

Jean-Baptiste Greuze portraitJean-Baptiste Greuze vieille femmme

Portraits

 

On peut le blâmer encore d’avoir cherché à imiter la nature avec des méplats trop uniformes et trop affectés, ce qui donne souvent à ses peintures l’air d’ébauches de sculpture : ce défaut est bien moins sensible dans ses ouvrages plus terminés, et disparoît tout-à-fait dans les plus beaux. Sa couleur est belle, harmonieuse, et se soutient à côté des plus vigoureux coloristes. Cependant elle se compose en général de trop de tons violets : mais ces mêmes teintes sont pleines de vérité, et font le point distinctif de son originalité dans cette partie. Son tableau de la petite Fille au chien passe pour son chef d’œuvre ; dans les ventes, il a toujours été porté à un prix très-haut : c’est sa manière avec toute son originalité, arrivant le plus près possible de l’imitation parfaite de la nature.

 

jean-baptiste greuze autoportraitJean-Baptiste Greuze femme

Portraits

 

Ses têtes, ses demi-figures, répandues dans tous les cabinets de l’Europe, ont principalement contribué à sa réputation par leur incontestable mérite, par leur nouveauté et par leur grand nombre ; elles ont beaucoup de vérité, soit dans la couleur, soit dans la dégradation de la lumière, soit dans le dessin plein d’esprit et de vie ; quoiqu’elles ne soient pas d’un style historique, elles ont une sorte de noblesse, de la grâce, et toujours de l’expression : on ne craint pas d’assurer qu’elles sont une des causes qui ont ramené notre École Française à l’étude de la nature ; la plupart des élèves en copioient à une certaine époque ; plusieurs même se sont accoutumés à voir leur modèle dans ce coloris, et à peindre dans les principes de Grèuze. Il est un de ceux qui ont le plus contribué à faire abandonner, à ridiculiser ces larges coups de brosses insignifians, ces manières de peindre qui se dictaient et ne se séntoient pas, qui donnoient de grands talens dans le coin d’une salle, et dont on se moquait partout ailleurs.

 

Jean-Baptiste Greuze l'Innocence entraînée par l'Amour

L'innocence entrainnée par l'Amour

 

Le reproche le plus fondé que l’on puisse faire à Greuze, est sa négligence dans le fini des draperies ; ce défaut est même chez lui un principe ; il les négligeoit exprès pour faire briller les chairs ; il pensoit que si les draperies avoient été plus terminées, les chairs auroient eu moins d’effet : cette opinion ne peut être qu’une erreur ; sans doute, en voyant un tableau, il ne faut pas qu’on soit frappé d’abord par la beauté des draperies ; il ne faut pas non plus qu’on soit distrait, en s’apercevant qu’elles ne sont pas finies. Si l’on peint une jeune fille vêtue d’une chemise, cette chemise doit ressembler à du linge : il ne faut pas même que ce soit à du linge sali exprès ; nous sommes, tous les jours, séduits par des femmes charmantes, dont les ajustemens sont très-blancs. Les vêtemens des figures de Van Dyck et du Titien sont terminés avec soin, et ne nuisent point à leurs têtes. Les draperies dont l’exacte imitation est en harmonie avec les chairs, loin de leur nuire, contribuent à les faire briller. On le blâme encore d’avoir trop répété les mêmes caractères de tête : mais quel est le peintre fameux à qui l’on n’ait pas ce reproche à faire ? Il vient de l’idée qu’on s’est faite du beau, qui nous entraîne plus particulièrement vers certaines formes ; il vient aussi de la manière de les imiter ; ce défaut est attaché à la foiblesse humaine. Comme les talens les plus extraordinaires, les plus renommés n’ont pas également excellé dans toutes les parties de leur art, Greuze, malgré quelques imperfections, est placé par la voix unanime de l’Europe parmi les grands artistes qui honorent leur patrie.

 

jean baptiste greuze femme 2Jean-Baptiste Greuze enfant

Portraits

 

On a beaucoup gravé d’après ses ouvrages ; on trouve ses estampes dans les appartemens des grands, des riches, chez de modestes bourgeois, chez de pauvres artisans ; on en voit dans les villages, chez les plus simples habitans des campagnes : on les trouve surtout au milieu des bons ménages, et elles sont les premières leçons de morale des enfans ; par elles ils apprennent à connoître une bonne mère, des époux vertueux, des enfans sensibles et reconnoissans : long-temps le nom de Greuze vivra dans le cœur des pères, des mères, des époux et des fils : cette place vaut bien celle du piédestal d’une statue.

 

jean-baptiste-greuze jeune hommejean-baptiste-greuze portrait de femme

      Portraits

 

Il naquit dans le village de Tournus, département de Saône et Loire. Grandon, peintre de Lyon, revenant de Paris et retournant dans sa ville natale, fut frappé des dispositions étonnantes de Greuze, encore enfant. Il avoit alors huit ans, et loin de faire ce que son père vouloit, il dessinoit avec de la craie ou du charbon, tout ce qu’il voyoit. Grandon, témoin d’une scène très-vive à ce sujet, entre le père et le fils, obtint la permission de s’attacher le jeune Greuze comme élève ; il le conduisit à Lyon, où il ne cessa jamais de lui prodiguer les plus tendres soins. Grandon étoit père de madame Grétry, et a laissé plusieurs portraits estimés.

 

Jean-Baptiste Greuze - The SouvenirJean-Baptiste Greuze le Paralytique detail

 

Arrivé à Paris, Greuze n’a été précisément élève d’aucun maître ; il alloit chez différens peintres porter ses ouvrages et recevoir des avis. Il n’a point gagné de médaille, et il étoit même fort mal appelé pour l’étude du modèle, lorsqu’il fut agréé de l’Académie de Peinture, sur son Tableau de l’Aveugle trompé. Ses ouvrages exposés au Salon y eurent un succès prodigieux ; leur mérite et la nouveauté de leur genre les mirent d’abord fort à la mode.

Greuze alla en Italie avec l’abbé Gougenot. À son retour, il chercha à mettre plus de vigueur dans sa couleur, et un plus grand caractère dans son dessin. Cette tentative ne fit qu’altérer sa naïve originalité, et ne lui réussit pas : il fut même, à cette époque, quelque temps sans ouvrage. Cette suspension de sa gloire dura peu, et son talent reprit bientôt son heureux ascendant. Une suite non interrompue des plus brillans succès lui firent une haute réputation en France et dans toute l’Europe. Il auroit pu amasser une grande fortune, s’il eût été moins obligeant et aussi avide d’argent que de gloire : il jouissoit cependant d’une fortune honnête que la révolution et des malheurs domestiques lui ont enlevée.

Greuze aimoit beaucoup la société des femmes, avec lesquelles il étoit fort aimable : dans son ménage il étoit sensible et bon. L’humeur difficile de sa femme, dont il fut toujours amoureux, empoisonna sa vie. Il mourut à Paris, en 1805, âgé de 79 ans, laissant deux filles héritières de ses talens et de ses vertus. "

 

Jean-Joseph Taillasson, 1807

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROCOCO

Repost0

Publié le 1 Octobre 2013

Gainsborough Mr and Mrs Andrews

Gainsborough exécuta plus de cinq cents toiles parmi lesquelles on compte près de deux cents portraits. Ceux-ci, qui représentent en général des membres de l'aristocratie anglaise, sont caractérisés par des couleurs fraîches et harmonieuses, surtout des verts et des bleus, appliquées en petites touches légères. Les toiles de Gainsborough expriment, en outre, une vibration lumineuse et colorée tout à fait unique et une mélancolie poétique due à un éclairage emprunté à la peinture hollandaise du XVIIe siècle.

 

Gainsborough réalisa souvent ses portraits sur fond de paysage : celui de Mr et Mrs Andrews (v. 1750, National Gallery, Londres) donne un bel exemple de son habileté à mêler harmonieusement les deux genres.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROCOCO

Repost0

Publié le 2 Juillet 2013

Chardin la raie

 

« Maintenant venez jusqu'à la cuisine dont l'entrée est sévèrement gardée par la tribu des vases de toute grandeur, serviteurs capables et fidèles, race laborieuse et belle. Sur la table les couteaux actifs, qui vont droit au but, reposent dans une oisiveté menaçante et inoffensive. Mais au-dessus de vous un monstre étrange, frais encore comme la mer où il ondoya, une raie est suspendue, dont la vue mêle au désir de la gourmandise le charme curieux du calme ou des tempêtes de la mer dont elle fut le formidable témoin, faisant passer comme un souvenir du Jardin des Plantes à travers un goût de restaurant. Elle est ouverte et vous pouvez admirer la beauté de son architecture délicate et vaste, teintée de sang rouge, de nerfs bleus et de muscles blancs, comme la nef d'une cathédrale polychrome. À côté, dans l'abandon de leur mort, des poissons sont tordus en une courbe raide et désespérée, à plat ventre, les yeux sortis. Puis un chat, superposant à cet aquarium la vie obscure de ses formes plus savantes et plus conscientes, l'éclat de ses yeux posé sur la raie, fait manœuvrer avec une hâte lente le velours de ses pattes sur les huîtres soulevées et décèle à la fois la prudence de son caractère, la convoitise de son palais et la témérité de son entreprise. L'œil qui aime à jouer avec les autres sens et à reconstituer à l'aide de quelques couleurs, plus que tout un passé, tout un avenir, sent déjà la fraîcheur des huîtres qui vont mouiller les pattes du chat et on entend déjà, au moment où l'entassement précaire de ces nacres fragiles fléchira sous le poids du chat, le petit cri de leur fêlure et le tonnerre de leur chute. "

 

Marcel Proust

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROCOCO

Repost0

Publié le 18 Mai 2013

Fragonard le verrou large

 

Le Verrou, aussi appelé Le Viol, est une scène galante peinte par Jean-Honoré Fragonard entre 1774 et 1778, selon les sources. Il s'agit de l'un des tableaux les plus célèbres du peintre, véritable référence de la peinture du XVIIIe siècle. L'interprétation commune suggère que la scène représente deux amants enlacés dans une chambre à coucher, l'homme poussant le verrou de la porte.

La toile est conservée au musée du Louvre, au département des Peintures, dans la section consacrée à la peinture française du XVIIIe siècle, au deuxième étage de l'aile Sully. Elle y côtoie quelques-uns des plus grands chefs-d'œuvre picturaux de la même époque, selon un parcours organisé chronologiquement.

Cette peinture, véritable symbole de l'esprit libertin du XVIIIe siècle, reflète l'état d'esprit adopté par les peintres de l'époque, notamment celui de François Boucher, l'un des maîtres de Fragonard et grand représentant de la peinture rococo.

Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROCOCO

Repost0

Publié le 31 Décembre 2012

Gainsborough Portrait of the Heneage Lloyd et sa soeur

Fitzwilliam Museum, University of Cambridge, UK

« Un homme, dira Gainsborough, peut faire de grandes choses et pourtant mourir méconnu dans un grenier s’il ne maîtrise pas ses inclinations et ne se conforme pas à l’œil du vulgaire en choisissant la spécialité que tout le monde paiera et encouragera. »

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROCOCO

Repost0

Publié le 17 Décembre 2012

Schuebler, Johann Jacob (6)Schuebler, Johann Jacob (5)
Schuebler, Johann Jacob (4)Schuebler, Johann Jacob (3)

 

Johan Jacob Schuebler est un architecte allemand auteur d'un recceuil sur la perspective édité en 1719-20, témoignage des recherches formelles de l'époque.

 

Schuebler, Johann Jacob (2)Schuebler, Johann Jacob

 

SCHUEBLER, Johann Jakob. Perspectiva pes picturae. Norimberga: Johann Christoph Weigel, 1719-20.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROCOCO

Repost0

Publié le 23 Octobre 2012

Fragonard les hasards heureux de l'escarpolette The Swing

Les hasards heureux de l'escarpolette (la Balançoire) (1767). collection Wallace, Londres

 

« Je désirerais que vous peignissiez Madame sur une escarpolette qu'un évêque mettrait en branle. Vous me placerez de façon, moi, que je sois à portée de voir les jambes de cette belle enfant et mieux même, si vous voulez égayer votre tableau. » M. de Saint-Julien, receveur général des biens du clergé

 

Les moeurs ont bien évolué sous Louis XV, et Fragonard répondant aux directives de son client nous offre l'un des tableaux les plus libertins du siècle.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROCOCO

Repost0

Publié le 20 Octobre 2012

Watteau Gilles

Musée du Louvre Paris, 1718-1719

 

Pierrot, dit autrefois "Gilles"

 

Ce tableau étrange est l'une des plus belle oeuvre de Watteau. Portrait ou autoportrait, on ne sait, le tableau garde son secret. Il est toutefois d'une réel présence, l'absence d'action, le manque de volonté manifeste du personnage, sa quasi absence, font du portrait une image énigmatique, une personnification de la mélancolie ou de l'état de mélancolie, vision souvent présente dans la peinture européenne. Le pierrot, clown trsite par exelence est ausi le symbole d'une vie sans illusion, d'une certaine vision du temps, de l'inutile action, de la mort toujours présente.

 

Source: Musée du Louvre

 

pour en savoir plus:

http://www.louvre.fr/llv/oeuvres/detail_notice.jsp?CONTENT%3C%3Ecnt_id=10134198673237642&CURRENT_LLV_NOTICE%3C%3Ecnt_id=10134198673237642&FOLDER%3C%3Efolder_id=9852723696500815&baseIndex=5

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROCOCO

Repost0