renaissance europe du nord

Publié le 8 Janvier 2013

Pieter Brueghel lemont valérien

 

Second fils de Pieter Brueghel l'Ancien, Jan Brueghel naît quelques mois avant la mort de son père. Il est d'abord l'élève de sa grand-mère, Marie de Bessemers, veuve de Pieter Coecke van Aelst, qui se charge de lui à la mort de son père. Elle lui apprend la miniature et l'aquarelle, ce qui lui permet, sans doute, d'obtenir une finesse, une délicatesse et une fluidité spéciales du coloris. Il travaille aussi avec Peter de Goetking et se fait une rapide réputation comme peintre de fleurs et de fruits. Il adopte comme son frère l'orthographe Breughel.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0

Publié le 5 Janvier 2013

 

Hans Memling Christ en croix 2

 

Peintre de réputation de son vivant, tant à Bruges qu'en Italie, en Allemagne ou en Angleterre, puis oublié pendant plusieurs siècles, Hans Memling (1433-1494) a été redécouvert au début du XIXe siècle par les Allemands, notamment par Schlegel. Apprécié des foules, mésestimé par les historiens, il occupe une place particulière parmi les primitifs flamands. Héritier de Rogier van der Weyden, il incarne un juste milieu, une sorte de classicisme qui émeut par sa simplicité et sa finesse. Son art excelle dans deux domaines : la sérénité et la suavité. C'est ce qui fait que deux de ses tableaux sont les plus authentiques : La Vierge parmi des Saints et l'Adoration des Mages, tous deux conservés dès leur réalisation à l'hôpital Saint-Jean, de Bruges.

 

hans Memling Christ en croix

 

Hans Memling Christ

 

Illustrations: Visipix.com,  504

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0

Publié le 15 Décembre 2012

jan van Eyck l'homme au turban

National Gallery de Londres

L'Homme au turban rouge, est un tableau du peintre primitif flamand Jan van Eyck, réalisé en 1433. 

Comme tous les portraits de van Eyck, cet Homme au turban rouge a fait l'objet d'une analyse pointue et détaillée des traits physiques. Le sujet est cependant impassible et ne laisse transparaître aucune pensées, ni humeurs. Ce tableau est souvent considéré comme étant un autoportrait de van Eyck lui-même, bien qu'il n'y ait pas de preuve directe qui puisse le confirmer. Le costume porté par cet homme est conforme au statut social de van Eyck. À partir de 1430, ce dernier s’établit à Bruges, et il est nommé peintre de cour. Peintre illustre en son temps, il a droit par exemple, pour sa maison, à la livrée ducale et peut défiler, lors des cérémonies, derrière les hauts dignitaires. Par ailleurs, sa devise personnelle n'apparaît que sur ​​deux des tableaux religieux du maître, et sur le portrait de sa femme.

L'homme ne porte en réalité par un turban, mais un chaperon, dont les extrémités habituellement laissées pendantes, sont ici attachées entre elles au sommet du crâne, ce qui serait une précaution nécessaire s'il était porté par un peintre. Un personnage, situé à l'arrière-plan de La Vierge du chancelier Rolin, porte un chaperon similaire et il a également été suggéré qu'il s'agissait d'un autoportrait de l'artiste.

 

Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0

Publié le 13 Octobre 2012

Duerer le rhinoceros

 

Le Rhinocéros de Dürer est le nom généralement donné à une gravure sur bois d’Albrecht Dürer datée de 1515. L’image est fondée sur une description écrite et un bref croquis par un artiste inconnu d’un rhinocéros indien, débarqué à Lisbonne plus tôt dans l’année. Dürer n’a jamais vu ce rhinocéros qui était le premier individu vivant vu en Europe depuis l’époque romaine. Vers la fin de 1515, le roi du Portugal, Manuel Ier, envoya l’animal en cadeau au pape Léon X, mais il mourut dans un naufrage au large des côtes italiennes, au début de 1516. Un rhinocéros vivant ne sera pas revu en Europe jusqu’à ce qu’un second spécimen indien arrive à Lisbonne en 1577.

 

En dépit de ses inexactitudes anatomiques, la gravure sur bois de Dürer devint très populaire en Europe et fut copiée à maintes reprises durant les trois siècles suivants. Elle a été considérée comme une représentation réaliste d’un rhinocéros jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Par la suite, des dessins et peintures plus réalistes la supplantent, en particulier des représentations de Clara le rhinocéros, qui fut exposée dans toute l’Europe au cours des années 1740 et 1750. Il est dit à propos de la gravure de Dürer que « probablement aucune image animale n’a exercé une telle influence sur les arts » .

 

Traduction française de la légende en allemand de la gravure de Dürer :

 

« En l’année 1513 (sic) après la naissance du Christ, on apporta de l’Inde à Emmanuel, le grand et puissant roi de Portugal, cet animal vivant. Ils l’appellent rhinocéros. Il est représenté ici dans sa forme complète. Il a la couleur d’une tortue tachetée, et est presque entièrement couvert d’épaisses écailles. Il est de la taille d’un éléphant mais plus bas sur ses jambes et presque invulnérable. Il a une corne forte et pointue sur le nez, qu’il se met à aiguiser chaque fois qu’il se trouve près d’une pierre. Le stupide animal est l’ennemi mortel de l’éléphant. Celui-ci le craint terriblement car lorsqu’ils s’affrontent, le rhinocéros court la tête baissée entre ses pattes avant et éventre fatalement son adversaire incapable de se défendre. Face à un animal si bien armé, l’éléphant ne peut rien faire. Ils disent aussi que le rhinocéros est rapide, vif et intelligent. »

 

Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0

Publié le 11 Octobre 2012

 

Jan van Eyck l'adoration de l'agneau mystique

 

L’Adoration de l'Agneau mystique ou Autel de Gand (en néerlandais : Het Lam Gods, littéralement L'Agneau de Dieu), achevé en 1432, est un important et complexe polyptyque considéré comme étant l'un des chef-d'œuvres de la peinture des primitifs flamands et l'un des trésors du patrimoine mondial.

 

jan van Eyck adoration

Commandé par Joost Vijdt, riche marguillier de l’église Saint-Jean (devenue depuis la cathédrale Saint-Bavon de Gand), pour la chapelle privée de sa femme, le polyptyque est commencé par Hubert van Eyck et terminé par Jan van Eyck après la mort de son frère en 1426. Il est placé le 6 mai 1432 sur l’autel de la chapelle du commanditaire, dans l’église Saint-Jean. Par la suite, il est déplacé, pour des raisons de sécurité, dans la chapelle principale de la cathédrale.

 

jan van eyck adoration viergejan van eyck adoration jesusjan van Eyck adoration saint

 

Le retable représente une « nouvelle conception de l'art », dans laquelle l'idéalisation de la tradition médiévale cède la place à une observation rigoureuse de la nature. Le retable est composé d'un total de 24 panneaux encadrés, qui offrent au spectateur deux scènes différentes, selon sa position ouverte ou fermée, obtenue en repliant vers l'intérieur les panneaux situés à ses extrémités. Le registre (ligne) supérieur de l'intérieur du retable représente le Christ-Roi assis entre la Vierge Marie et saint Jean-Baptiste. À droite et à gauche de ces trois personnages, des anges chantant et jouant de la musique et, sur les panneaux extérieurs, Adam et Ève. Le registre inférieur du panneau central représente l'adoration de l'Agneau de Dieu, par plusieurs groupes de personnes absorbées dans le culte et la prière, et éclairés par une colombe représentant le Saint-Esprit. Les jours de semaine, les panneaux étaient repliés, montrant l'Annonciation de Marie et le portrait des donateurs, Joost Vijdt et de sa femme Lysbette Borluut.

 

jan van Eyck adoration portrait de Joos Vijdtjan van Eyck adoration portrait de Lysbette

 

 

Une inscription sur le cadre d'origine indiquait que Hubert van Eyck maior quo nemo repertus (meilleur que quiconque) avait débuté la peinture du retable, mais que Jan van Eyck — qui se qualifie lui-même de arte secundus (deuxième meilleur dans l'art) — l'avait achevé en 14324. Le cadre d'origine, richement orné et sculpté sans doute en harmonie avec les entrelacs de la peinture, est détruit pendant la Réforme protestante ; il est possible que le cadre d'origine ait comprit des mécanismes d'horlogerie pour déplacer les volets et même jouer de la musique.

 

jan van Eyck adoration panneau inferieur gauchejan van Eyck adoration panneau inferieur gauche 2jan van Eyck Adoration panneau inferieur droit adorateursjan van Eyck adoration panneau inferieur droit

 

 

Le panneau inférieur gauche d'origine, connu sous le nom Les Juges intègres, est volé en 1934. Ce panneau n'a jamais été retrouvé et a été remplacé par une copie faite en 1945 par Jef Vanderveken. Le panneau volé figure en bonne place dans la roman d'Albert Camus, La Chute.

Le polyptyque, sans compter les cadres, mesure 3,75 × 2,60 m (en position fermée) et 3,75 × 5,20 m (ouvert) et est constitué de dix panneaux de bois de chêne.

 

Jan van Eyck l'adoration de l'agneau mystique - Copie

Les panneaux inférieurs centraux montrent l'adoration de l'Agneau de Dieu, entouré de fidèles alignés les uns derrière les autres attendant de pouvoir adorer l'agneau. Dans le ciel, une colombe, représentant l'Esprit-Saint, illumine la scène. L'agneau est entouré de quatorze anges. Au premier plan, la fontaine de vie se déverse dans une petite rivière, son lit est recouvert de pierres précieuses.

 

Au premier plan, à gauche, on aperçoit un groupe de prophètes juifs agenouillés, tenant chacun une Bible. Derrière eux, des philosophes et écrivains païens, venus de partout dans le monde comme en témoignent les traits orientaux de certains d'entre eux, ainsi que les différents types de capes et de couvre-chefs qu'ils revêtent. Le personnage vêtu de blanc, avec une couronne tressée, est probablement Virgile, qui est considéré comme un « chrétien avant-la-lettre ». À droite, on distingue les Douze apôtres et, derrière eux, plusieurs saints, avec les papes et autres hommes d’Église devant eux. Parmi eux, il est possible de reconnaître saint Étienne, portant les roches avec lesquelles il a été lapidé.

 

Dans le fond à gauche, on aperçoit les hommes martyrs, tous représentés portant les habits traditionnels du clergé ; et à droite, les femmes martyres. Hommes et femme tiennent dans leurs mains une palme. Certaines de ces femmes sont reconnaissables par les attributs, dont elles étaient porteuses.

 

Jan van Eyck l'adoration de l'agneau mystique - Copie (2)

Jan van Eyck l'adoration detail

L’épanouissement de la peinture flamande débute selon plusieurs historiens de l’art avec ce chef-d’œuvre.

 

jan van Eyck adoration détail

Les érudits ont longuement cherché à interpréter cette œuvre. Ils y ont cherché en particulier l’interprétation des textes extraits du livre de l’Apocalypse, de la légende des saints, du Bréviaire Romain, de la littérature religieuse de l’époque. L’examen de ces thèses, dont aucune ne permet de conclure que les explications les plus simples.

 

Dans les panneaux de cette œuvre, on distingue les arbres des régions nordiques de ceux des pays méridionaux. L’admirateur de l’œuvre peut s'amuser à contempler de minuscules personnages qui se promènent sur une route serpentant à travers rochers et prairies, à identifier les essences de ces arbres composant ce décors à identifier le détail de leur feuillage, à examiner la minutieuse précision des édifices, des maisons, des cabanes.

 

jan van Eyck adoration fermé

Panneaux fermés

 

Sur le volet des Juges Intègres, l'artiste donne de la consistance aux touffes du feuillage et indique leur place dans le paysage. C’est comme si le peintre nous donnait envie de palper du regard les objets, à évaluer leur volume, à prendre conscience de leur poids, comme de leur apparence.

 

Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0

Publié le 1 Septembre 2012

Durer gravure (2)

 

Son maître Michael Wolgemut est « responsable de la publication de deux ouvrages xylographiques : le Schatzbehalter (ou Trésor religieux) de Stephan Fridolin en 1491 et la Chronique de Nuremberg, une sorte de précis historique publié en 1493 avec six cent cinquante-deux bois gravés comprenant trois cents personnages différents (deux cent soixante-dix rois, vingt-huit papes et une riche série de vues de villes, de paysages et de monastères) »7. En 1490, il part pour faire son apprentissage ; en 1494, il découvre Vitruve et inclut le canon des proportions dans ses œuvres gravés.

 

Durer gravure (3)

 

Les suites de gravure qui ont fait sa renommée sont deux séries de gravures sur bois - une « Petite Passion » composée de 37 gravures et une « Grande Passion » de 15 gravures plus une feuille de titre - et une « Passion » gravée sur cuivre de seize feuilles. À cela s'ajoutent une « Vie de Marie » de 19 gravures et une feuille de titre et surtout son « Apocalypse » rassemblant 15 gravures plus une feuille de titre.

 

Durer gravure (4)Durer gravure (5)

 

Il sert de référence pour les graveurs italiens et nordiques qui lui succèdent: Jacopo de' Barbari, Giulio Campagnola et Marc-Antoine Raimondi ou les petits maîtres de Nuremberg comme Georg Pencz et les frères Beham Barthel et Hans.

 

Durer gravure (1)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0

Publié le 30 Août 2012

Jan Van Eyck madonne

 Musée Groeninge à Bruges

 

La Vierge au chanoine Van der Paele ou La Madone au Chanoine Van der Paele est un tableau du peintre primitif flamand Jan van Eyck, dont la réalisation débute à l'automne 1434 et qui est achevé en 1436. Le tableau — huile sur panneau en chêne — était destiné à la fois pour célébrer le dévouement du donateur, toujours en vie, envers son église, mais également pour lui servir d'épitaphe dans l'église où il devait être inhumé, la cathédrale Saint-Donatien de Bruges.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0

Publié le 29 Août 2012

Rogier van der Weyden Annonciation (2)
Musée du Louvre, Paris (central), Galleria Sabauda, Turin (latéraux)
 
La scène centrale de l'Annonciation est située dans un intérieur luxueux peint avec un grand sens de l'espace. Les lys blancs et la carafe de verre sont des symboles classiques de la pureté de la Vierge. La cheminée n'est déjà plus de saison en ce 25 mars, jour de l'Annonciation, et un coffre de bois est placé devant l'âtre.
 
Le donateur sur l'aile de gauche et, très probablement, les ailes de l'ange ne sont pas de la main de Rogier Van der Weyden. Ce sont des repeints très maladroits.
 
Sur l'aile de droite est représentée la Visitation.
 
Rogier Van der Weyden Annonciation
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0

Publié le 27 Août 2012

Memling trois saints
 
Peintre de réputation de son vivant, tant à Bruges qu'en Italie, en Allemagne ou en Angleterre, puis oublié pendant plusieurs siècles, Hans Memling (1440-1495) a été redécouvert au début du XIXe siècle par les Allemands, notamment par Schlegel. Apprécié des foules, mésestimé par les historiens, il occupe une place particulière parmi les primitifs flamands. Héritier de Rogier van der Weyden, il incarne un juste milieu, une sorte de classicisme qui émeut par sa simplicité et sa finesse. Son art excelle dans deux domaines : la sérénité et la suavité.
 
Memling adoration des mages
 
C'est ce qui fait que deux de ses tableaux sont les plus authentiques : La Vierge parmi des Saints et l'Adoration des Mages, tous deux conservés dès leur réalisation à l'hôpital Saint-Jean, de Bruges.
 
Memling vierge
 
Memling Portrait of Willem Moreel
 
Memling femmes 
 Source: Wikipedia
Illustrations: Visipix.com
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0

Publié le 10 Août 2012


Le "Combat de Carnaval et Carême" est une oeuvre de Pierre Bruegel peinte en 1559.
Scène de genre chère à Pierre Bruegel, elle lui permet de faire un portrait sans concesion de la socièté du XVIe.

On y trouve, sur la gauche, la représentation sans complexe des festivités de Carnaval, joyeuses et truculentes. A droite le peintre nous montre une société empreinte de retenue et de pudeur, marquée par la mort et la contrition ; le Carême est le prétexte à cette description.

Au centre de la composition le puit assure un point d'équilibre dans la toile entre les différentes scènes représentées. Pleine de gaîté et d'ironie cette oeuvre reflète les avancées de la peinture flamande du début de la Renaissance.



 


Pierre-Bruegel-le-recensement-a-Bethleem.jpgPierre-Bruegel-la-chutte-des-anges-rebelles.jpgPierre-Bruegel-l-ancien-le-combat-de-carnaval-et-careme.jpg
Pierre Bruegel la chute d'Icare

Pieter-Bruegel-Les-locutions-et-proverbes-n-erlandais.jpg 

Pierre Bruegel tower of babel la tour

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0