renaissance europe du nord

Publié le 10 Octobre 2014

Bartholomäus Spranger venus

Venus

 

Bartholomeus Spranger (Anvers 1546 - Prague 1611) est un peintre, dessinateur et graveur maniériste brabançon actif à la cour pragoise de Rodolphe II. Il travailla pendant huit mois à Milan (où il apprit la technique de la détrempe), puis à Parme où, sous la direction d'un élève du Corrège, Bernardino Gatti, il exécuta des fresques pour la coupole de Santa Maria della Steccata (1566). Il participa également à la réalisation du décor de l'arc de triomphe érigé pour l'entrée de Marie de Portugal. Arrivé à Rome en 1566, il entra au service du cardinal Alexandre Farnèse, auquel il avait été présenté par le miniaturiste Giulio Clovio (1567-1569). C'est à la demande du cardinal et sous la direction de Federigo Zuccaro que Spranger exécuta des fresques de paysages au palais Farnèse de Caprarola (1570).

 

Présenté au pape Pie V par Alexandre Farnèse, il entra au service du souverain pontife (juillet 1570) pour lequel réalisa un cycle pictural sur le thème de la Passion ainsi qu'un Jugement dernier. Après la mort du pape (mai 1572), Spranger travailla pour plusieurs églises de Rome avant de se rendre -grâce à une réputation déjà établie et attestée par la recommandation prestigieuse de Jean de Bologne- à la cour viennoise de l'empereur Maximilien II (1575).

 

Bartholomäus Spranger 004b

Hercule et Omphale (v. 1585).

 

À la mort de Maximilien (1576), Spranger offrit ses services au nouvel empereur, Rodolphe II, qui le fit venir à Prague, où le peintre s'installa définitivement à partir de 1581. Spranger rejoignit ainsi le cercle rodolphien de Prague, où il se lia avec de nombreux artistes originaires des Pays-Bas ou d'Italie, tels qu'Adrien de Vries, Hans von Aachen ou Giuseppe Arcimboldo. Influencé par les modi de Jules Romain et les Amours des dieux de Rosso Fiorentino et de Perin del Vaga, il développa pour son puissant mécène un art raffiné privilégiant des poses complexes et des thèmes mythologiques et érotiques souvent emprunts d'allusions ésotériques et d'effets rhétoriques.

 

 

 

Le tableau intitulé Hercule et Omphale (peinture sur cuivre, v. 1585) est représentatif de l'œuvre pragoise de Spranger : il y traite un sujet mythologique avec un humour malicieux (présent dans le regard narquois et complice d'Omphale, l'attitude gauche du héros désarmé et travesti, et dans le geste railleur de l'indiscrète servante) et y élabore – selon les termes de l'historien d'Art A. Pinelli – un « double oxymoron croisé », c'est-à-dire un échange paradoxal de propriétés entre contraires, résultant non seulement du contraste évident entre le corps sombre et musclé d'Hercule d'une part et la silhouette gracieuse et diaphane de la princesse de Lydie d'autre part, mais aussi de l'inversion des attributs et des rôles effectuée aux dépens du demi-dieu. Ce jeu maniériste des contraires – que Pinelli a mis en rapport avec une figure de style employée par des écrivains italiens du XVIe siècle comme l'Arétin – se complexifie davantage si l'on confronte ce tableau avec son pendant, Vulcain et Maia : l'amour fécond de Vulcain pour Maia est ainsi opposé à l'amour stérile d'Hercule pour Omphale.

 

Bartholomaus Spranger-04-Venus---AdonisVenus et Adonis

 

 

Lié à ses compatriotes de l'académie de Haarlem, Bartholomeus Spranger (dont les œuvres ont largement été diffusées à travers l'Europe grâce aux gravures du célèbre Goltzius) a efficacement contribué à acclimater le maniérisme italien au Nord des Alpes. On peut également le considérer comme un précurseur de la peinture Baroque, annonçant – avec Frans Floris et les peintres romanistes – le génie de son compatriote Rubens.

 

Dans son Livre des Peintres (Het Schilder-Boeck, 1604), Carel van Mander rend hommage à ce « nouveau Michel-Ange », qu'il avait rencontré à Rome dans la seconde moitié des années 1570 et dont l'Art avait profondément influencé l'école de Haarlem : « La nature se montre parfois si prodigue de ses faveurs envers certains individus et leur donne de quoi arriver, comme sans effort, à briller dans une branche où tant d'autres, malgré leurs peines et leurs fatigues, n'arrivent pas à franchir les limites de la médiocrité, qu'il faut donc bien se convaincre que dans le domaine de la peinture nul ne règne si ce n'est par droit de naissance. Il me serait facile de le prouver par l'exemple de l'illustre Anversois Sprangher [sic.], lequel, dès sa tendre enfance, eut de la nature elle-même en partage couleurs et pinceaux, lui que l'aimable Pictura daigna combler de ses faveurs et prendre pour époux, lui apportant par surcroît les Grâces. »

 

Bartholomaus Spranger-05-Venus---VulcainBartholomaus Spranger Hercule-Deyanira-Nessus-1580

 

Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0

Publié le 1 Juin 2014

Rogier van der Weyden ortrait de philippe le roi

Portrait de Philippe le Bon

 

À partir de 1442, sans être peintre officiel de la cour de Philippe le Bon, Rogier van der Weyden répond à de nombreuses commandes de l'entourage du duc. L'année 1441 marque la disparition du peintre officiel Jan van Eyck. Celui-ci n'est pas remplacé, mais le prince n'hésite pas à faire appel à l'artiste le plus en vue de sa ville et résidence favorite. 

À la même époque, van der Weyden réalise un portrait de Philippe le Bon, dont on ne conserve aucun exemplaire attesté de sa main. Les différentes répliques d'atelier ont sans doute été réalisées à partir d'un poncif : le maître dessine une esquisse du visage et du buste puis laisse à ses compagnons ou apprentis le soin d'en peindre différentes versions définitives. Ce mode de fonctionnement, fréquent de les ateliers contemporains, explique les variations dans la qualité de sa production. Par ailleurs, van der Weyden réalise de nombreux portraits de cour, dont celui de la duchesse de Bourgogne et de son fils, le futur Charles le Téméraire.

 

Rogier van der Weyden portrait de femmesRogier van der Weyden portrait de Pierre de Beffremont

 

Rogier van der Weyden portrait de jeune femme

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0

Publié le 17 Mars 2014

Rogier Van der Weyden Annonciation

L'Annonciation

 

Héritier direct de Robert Campin, le peintre Rogier Van der Weyden est, avec son contemporain Jan Van Eyck, l'un des pionniers de la révolution artistique qui voit le jour dans les Pays-Bas méridionaux à la fin du Moyen Âge. Mais, contrairement à Campin ou à Van Eyck, chez qui prime le rendu méticuleux du monde extérieur, dans l'infinie diversité de ses accidents, Van der Weyden semble avant tout fasciné par la psychologie de ses personnages et il met sa virtuosité technique au service d'une exploration du monde intérieur. Cette conception nouvelle s'exprime dans des compositions mémorables, où la forme reste subordonnée à une dramaturgie soulignant l'interaction des figures.

 

Rogier van der Weyden Naissance du Christ

la Naissance du Christ

 

Rogier van der Weyden les rois mages

Les Rois Mages

 

Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0

Publié le 1 Novembre 2013

Pierre Bruegel tower of babel la tour


Bruegel place la construction de la tour dans un paysage côtier - C'est grâce à la mer que les Hollandais acquirent une grande partie de leurs richesses. La tour se trouve aussi au bord d'un fleuve - En effet, le transport des marchandises de gros tonnage, comme les pierres et le marbre, s'effectuait à l'époque par les voies navigables et non pas par terre où les chemins n'étaient pas revêtus. Le peintre introduit dans l'épisode biblique plusieurs références à la réalité, dont entre autre le panorama de la ville.

 

La peinture est censée représenter les dangers de l'orgueil humain mais aussi l'échec de la rationalité classique face au divin. C'est aussi une allégorie du fier empire international des Habsbourg basé sur une foi unifiée et constitué de banquiers, de ministres, de clercs, de soldats et de penseurs humanistes sycophantes soumis à un tel projet.

 


Pierre-Bruegel-le-recensement-a-Bethleem.jpg Pierre-Bruegel-la-chutte-des-anges-rebelles.jpg Pierre-Bruegel-l-ancien-le-combat-de-carnaval-et-careme.jpg
Pierre Bruegel la chute d'Icare Pieter-Bruegel-Les-locutions-et-proverbes-n-erlandais.jpg  Pierre Bruegel tower of babel la tour

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0

Publié le 2 Octobre 2013

Pierre Bruegel - Le repas de noce

Pierre Bruegel - Le repas de noce

Le repas de noces (1568) est une œuvre caractéristique du style de Bruegel, en représentant le monde paysan dans cet instant de festivité il se singularise par rapport à la production de son époque. Le monde rural n’attire pas l’attention de la bourgeoisie et de la noblesse, il est plutôt l’objet de moquerie et de sarcasmes, voir d’indifférence tout simplement. Bruegel lui expose ce monde comme faisant partie intégrante de la société, mainte fois il l’utilise pour illustrer des événements de la bible transposés dans le monde qui l’entoure, comme pour le recensement de Bethléem.

A ce goût pour la représentation de la réalité social s’ajoute un intérêt certain pour la parodie, la mise en valeur des contrastes et les clins d’œil, comme l’enfant mangeant au premier plan. Par rapport aux grands tableaux italiens représentant les noces de Cana on a ici sur un thème similaire une vision plus simple et « sans miracle ».
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0

Publié le 1 Octobre 2013

Pierre Bruegel la chute d'Icare

"Un pêcheur qui taquine le poisson du bout de sa gaule flexible, un berger appuyé sur sa houlette, un laboureur guidant sa charrue les voient passer tous deux. Étonnés, ils prennent pour des dieux ces hommes capables de voler dans les airs. Déjà, sur leur gauche, a disparu Samos, aimée de Junon; ils ont dépassé Délos et Paros; sur leur droite apparaissent Lébinthos et Calymné, célèbre pour son miel, lorsque l'adolescent, enivré par la sensation audacieuse du vol, s'écarte de son guide. S'abandonnant au vertige des cieux, il gagne de l'altitude. C'est là qu'à l'approche du soleil ardent, la cire odorante qui maintient les plumes devient molle. Elle fond. Icare a beau agiter ses bras nus : privé d'ailes, il ne se soutient plus dans le vide. Il appelle son père, puis disparaît dans l'azur des flots de cette mer que l'on nomme depuis mer Icarienne."


Ovide, Les Métamorphoses, livre VIII

Bruegel illustre un passage des Métamorphoses d'Ovide. Comme souvent, le peintre prend l'inverse de la tradition, l'envers des choses et distille discrètement son ironie. Si les personnages d'Ovide sont représentés pour la première fois, l'essentiel est inversé : les gens à l'aube d'une journée de travail n'ont pas de temps à perdre avec l'ambition d'un fou ou d'un rêveur. Il faut ensemencer et pêcher, il faut retendre les cordages afin que le navire, comme la vie, avance vers la lumière ou l'or philosophal, selon une lecture ésotérique. Stoïcien et humaniste, Bruegel exprime l'accord de l'homme avec les lois de l'Univers dont il n'est qu'une petite partie.

 


Pierre-Bruegel-le-recensement-a-Bethleem.jpg Pierre-Bruegel-la-chutte-des-anges-rebelles.jpg Pierre-Bruegel-l-ancien-le-combat-de-carnaval-et-careme.jpg
Pierre Bruegel la chute d'Icare Pieter-Bruegel-Les-locutions-et-proverbes-n-erlandais.jpg  Pierre Bruegel tower of babel la tour

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0

Publié le 6 Septembre 2013


 

“Or je défie qu’on explique le capharnaüm diabolique et drôlatique de Brueghel le Drôle autrement que par une espèce de grâce spéciale et satanique. Au mot grâce spéciale substituez, si vous voulez, le mot folie, ou hallucination; mais le mystère restera presque aussi noir. La collection de toutes ces pièces répand une contagion; les cocasseries de Brueghel le Drôle donnent le vertige.”

Baudelaire

 


Pierre-Bruegel-le-recensement-a-Bethleem.jpgPierre-Bruegel-la-chutte-des-anges-rebelles.jpgPierre-Bruegel-l-ancien-le-combat-de-carnaval-et-careme.jpg
Pierre Bruegel la chute d'IcarePieter-Bruegel-Les-locutions-et-proverbes-n-erlandais.jpg Pierre Bruegel tower of babel la tour

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0

Publié le 3 Septembre 2013


 

Evangile selon Saint Luc, chapitre 2, versets 1 à 5 :

« Or, en ce temps-là, parut un décret de César Auguste pour faire recenser le monde entier. Ce premier recensement eut lieu à l’époque où Quirinius était gouverneur de Syrie. Tous allaient se faire recenser, chacun dans sa propre ville; Joseph aussi monta de la ville de Nazareth en Galilée à la ville de David qui s’appelle Bethléem en Judée, parce qu’il était de la famille et de la descendance de David, pour se faire recenser avec Marie son épouse, qui était enceinte.… »

Le recensement de Bethléem est un tableau frappant par la manière très banal dont Breughel représente cette scène du Nouveau Testament. Transposé dans un paysage hivernale du nord de l’Europe, rien de fait référence au pays du Christ, seul la Vierge et Joseph figurent dans le tableau et sont une référence explicite à la Bible. Seul compte dans ce tableau l’évocation simple et poétique de la vie campagnarde, les scènes de la vie quotidienne, de la mise à mort d’un cochon aux charrettes couvertes de neige, sont le thème centrale du tableau. La lumière rose très belle illumine ce tableau d’une aura un peu irréel.
 

 


Pierre-Bruegel-le-recensement-a-Bethleem.jpgPierre-Bruegel-la-chutte-des-anges-rebelles.jpgPierre-Bruegel-l-ancien-le-combat-de-carnaval-et-careme.jpg
Pierre Bruegel la chute d'IcarePieter-Bruegel-Les-locutions-et-proverbes-n-erlandais.jpg Pierre Bruegel tower of babel la tour

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0

Publié le 1 Septembre 2013

Alte Nationalgalerie, Berlin
 

Lucas Cranach (1472-1553) est un peintre allemand charnière entre la fin de la période gothique et la renaissance. Peintre à succès, bourgmestre de Wittemberg, l’atelier de Cranach produit beaucoup d’œuvre, le maître est un homme reconnu et joui d’une influence importante. Ses figures caractéristiques, longue femme aux petits seins et aux yeux légèrement bridées dont le regard est souvent plein de suggestion, se retrouvent dans beaucoup de ses tableaux dont Venus et Cupidon, diptyque d’une grande joyeuseté qui rompt avec les canons du style gothique et introduit le spectateur d’une un monde d’humanité où la femme devient objet de désir.


 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0

Publié le 8 Août 2013

Durer autoportrait fourrure

Munich, Alte Pinakotehek. 1500. Autoportrai à la fourrure.

 

Durër a réalisé plusieurs autoportrait durant sa vie, ici il a 28 ans et adopte une pose presque mystique. Entre un portrait du Christ et cet autoportrait les différences sont minimes. Durër ici ne fait qu'affirmer son adhésion aux thèses de Kempis, moine théologien, qui défendait une dévotion fondé sur la simplicité, le dévouement et la souffrance comme le fit le fils de Dieu sur terre.  La transposition de ces thèses sur la personne même de Durër nous donne un autoportrait saisissant. 

 

durer autoportrait-dit-a-la-fourrure

 

Source: DA.Art

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE EUROPE DU NORD

Repost0