japon

Publié le 17 Janvier 2013

Hiroshige les 53 relais du Tokaido 10e Hakone vue du lac

Hiroshige Les « Cinquante-trois relais du Tôkaidô » (Tôkaidô gojûsan tsugi) 10e relais : « Hakone »

Sous-titre dans un cartouche oblong : « Vue du lac » (Kosui zu)

 

Surprenant de poésie ...

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON

Repost0

Publié le 15 Janvier 2013

Ochiai Yoshiiku (2)

 

Utagawa Yoshiiku  (1833 - 1904), aussi connu sous le nom Ochiai Yoshiiku, est un peintre japonais de l'école Utagawa. Fils d'une propriétaire d'une maison de thé, il devient élève auprès de Utagawa Kuniyoshi. Yoshiiku est un dessinateur de ukiyo-e et illustrateur de journaux. Il est cofondateur en 1874 du Tokyo Nichi Nichi Shinbun, un quotidien illustré (hiragana).

 

Parmi ses estampes on note la Kokkei Wanisshi-ki « Archives comiques de l'histoire japonaise ») qui emploie le thème traditionnel du Hyakki Yakō à propos des actions militaire japonaises en Chine.

 

Ochiai Yoshiiku (3)

 

Ochiai Yoshiiku

 

Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON

Repost0

Publié le 14 Janvier 2013

Hiroshigue pont dans la montagne

 

Hiroshige sait mieux que personne rendre l’impression qui saisit le voyageur face à l’extrême beauté des sites naturels qui s’offrent à sa vue. 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON

Repost0

Publié le 22 Novembre 2012

Hiroshige les 53 relais du Tokaido 45e Shono l'averse

 

Bien qu’Hiroshige ait effectué le voyage de Tokaïdo vers le mois de septembre, il se fie à son imagination et à sons sens esthétique pour figurer ses vues aux différentes saisons de l’année, préférant parfois figurer un paysage en plein hiver, enseveli sous la neige, ou en butte à de violentes intempéries. De nombreuses estampes de la série révèlent l’attention qu’il porte aux phénomènes climatiques, traduisant chez lui une sensibilité toute poétique, parfois mélancolique, aux cycles des saisons, aux variations atmosphériques, aux changements incessants de la nature, à l’évanescence de la lumière.

 

Ainsi, dans la Pluie de Tora à Ôiso, il joue sur les couleurs pour mettre en relief le contraste entre l’obscurité du premier plan, où une averse surprend des voyageurs entrant dans le relais d’Ôiso, et la clarté de l’océan, baigné de soleil, à l’arrière-plan. Dans L’Averse à Shôno, il montre le caractère à la fois soudain et violent de cette pluie d’été qui s’abat en rafales sur deux groupes de personnages courant dans des directions opposées : tandis qu’un paysan et un personnage abrité sous un parapluie dévalent la pente, des voyageurs et des porteurs de palanquin remontent la colline.

 

Hiroshige les 53 relais du Tokaido 8e Oiso

Source: BNF

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON

Repost0

Publié le 20 Novembre 2012

Hokusai Mont le Fuji rouge

Hokusai est l’un des peintres japonais les plus connu en Occident et certainement une figure majeur de la peinture mondiale du XIX e siècle. Son œuvre influencera directement les mouvements picturaux en Europe à fin du XIXe et au début du XXe.


Né à Tokyo en 1760 et mort à Yedo en 1849 à l’âge de 89 ans, il passa la plus grande partie de sa vie a dessiné, laissant plus de trente mille dessins ou peintures, une œuvre gigantesque qu’il signa de plus de soixante noms différents. Hokusai c’est le foisonnement, une vie consacré à son art, une quête sans fin. Son œuvre la plus connu le Hokusai Mangua (Dessins foisonnants, 1814-1848) est composé de quinze albums et dépeint dans un style pittoresque et nerveux le japon de son époque, son peuple, ses nobles, la vie quotidienne, les paysages du Japon, les légendes et contes populaires.

Hokusai kjikazawa dans la province de Kai (2)
Ses nombreux paysages, vus du mont Fuji, paysages marins, cascades ou vues pittoresque du Japon profonds constituent une partie importantes de son œuvre, diffusées largement sous forme d’estampes, elles auront une grande influence sur Degas, Van Gogh (grand collectionneur d’estampes japonaises), Lautrec. Jusqu’à la fin de sa vie Hokusai poursuivra son œuvre, finissant sa vie dans l’oubli, presque ignoré de ses contemporain.


Hokusai sous la grande vague
 

Hokusai cascade Hokusai mont fuji sous la neige
  

Hokusai pivoines et papillon

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON

Repost0

Publié le 19 Novembre 2012

Utagawa Kunisada (2)Utagawa Kunisada (3) 

 

Utagawa Kuniyoshi (1797 - 1861) fut l'un des derniers grands maîtres japonais de l'estampe au Japon.

 

Il étudie d'abord avec Kuninao, et certaines de ses œuvres attirent l'attention d'un des grands maîtres japonais de l'estampe, Toyokuni, qui l'admet dans son atelier en 1811, et dont il devient l'un des principaux élèves. Il reste en apprentissage jusqu'en 1814, date à laquelle il prend le nom de Kuniyoshi et s'installe comme artiste indépendant.

Comme d'autres artistes de l'école Utagawa, il commence en réalisant des impressions pour les théâtres, mais ne rencontre pas le succès public. Il vit alors plusieurs années de vache enragée, devant aller, pour gagner difficilement de quoi vivre, jusqu'à réparer et revendre des tatami usagés.


Il rencontre par hasard Kunisada Utagawa, qui avait été son condisciple, et menait alors une vie prospère. Estimant, avec quelque droit, que son propre talent artistique était supérieur à celui de Kunisada, il en fut encouragé à redoubler d'efforts. Kunisada et Kuniyoshi, entre lesquels il n'y avait nul ressentiment, devaient plus tard collaborer sur plusieurs séries. Il produit alors plusieurs triptyques héroïques qui sont bien reçus, et, en 1827, il commence la série qui devait lui assurer la reconnaissance: les Suikoden, ou "Cent-huit héros chinois". Le succès suit dans plusieurs domaines: au début des années 1830, il produit d'excellents paysages et, dans les années 1840, de nombreuses triptyques de bijin et de héros.


Il est également connu pour ses dessins de chats, qui étaient ses animaux préférés. Un dessin de son élève Kyosai montre l'atelier de Kuniyoshi plein de chats. Lui-même en trace des dessins qui montrent une étonnante sympathie avec ses chats, et il les représente volontiers dans les recoins de ses estampes sous le moindre prétexte. En 1842, la réforme Tenpo, destinée à faire valoir la morale traditionnelle dans le monde du théatre et des beaux-arts, interdit les images représentant courtisanes, geishas ou acteurs. Bien qu'arrêté, Kuniyoshi s'en sort avec une amende.


Dans les années 1850, la qualité de ses œuvres commence à décliner. Le grand tremblement de terre de 1855, après lequel, rentrant tardivement chez lui, il avait été donné pour mort par sa famille et les membres de son atelier, marque la fin de sa grande période. Souffrant de maladie et de dépression, il produit dorénavant peu. Il meurt à Edo, en 1861.


 

Utagawa KunisadaUtagawa Kunisada acteur portrait


Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON

Repost0

Publié le 12 Novembre 2012

Jeune fille, Britisch Museum, Londres;
 

Les haniwa sont de belles statuettes funéraires en terre cuite que l’on trouve dans les tombes funéraires du Japon aux premiers siècles de notre ère. La grâce de cette jeune fille est indéniable, la stylisation met en valeur son collier, sa coiffure et son regard. Les haniwa représentaient souvent les être proche du défunt, le défunt lui-même ou des guerriers censés le protéger.


 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON

Repost0

Publié le 11 Novembre 2012

Hokusai pélerins à la cascade

 

Les nombreux paysages d'Hokusai, vus du mont Fuji, paysages marins, cascades ou vues pittoresque du Japon profonds constituent une partie importantes de son œuvre, diffusées largement sous forme d’estampes, elles auront une grande influence sur Degas, Van Gogh (grand collectionneur d’estampes japonaises). D'une remarquable simplicité et d'un graphisme éblouissant ses paysages constituent ces oeuvres les plus abouties. Cette vue de la cascade en est une belle démonstration.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON

Repost0

Publié le 4 Novembre 2012

Hiroshige Sakawa River

Hiroshige (1797 – 1858) est une peintre et graveur japonais. Il travailla dans l’atelier des Utagawa avec Toyohiro, et exécuta d’abord des portraits d’acteurs et de courtisanes en vogue au Japon au tournant du siècle. Fortement influencé par Hokusai il se consacre à partir des années 1830 au paysage tout en exécutant des planches d’oiseaux et d’animaux. Petit à petit il sort de l’atelier pour dépeindre l’extérieur et la vie du Japon de l’époque. Ses estampes et ses illustrations de livres ont de plus en plus de succès. Il sur admirablement rendre toute les variations du temps et de la nature, faisant un portrait réaliste et minutieux du mon de japonais avant l’ère Meiji. Ses estampes furent largement diffusé y compris en Europe où vers 1870 ses œuvres commence à influencé les peintres de l’époque, Degas, Toulouse-Lautrec, Van Gogh et les impressionnistes.


Hiroshige nuit de neige
 

hiroshige atake hiroshige[1]


Hiroshige Okazaki

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON

Repost0

Publié le 4 Novembre 2012

Isoda KoryusaiIsoda Koryusai (2)

 

Isoda Koryusai (1735-1790)

 

Peintre très actif entre 1765 et 1788, Koryusai était à l’origine un samurai au service de Tsuchiya. Après la perte de son seigneur il partit pour Edo et se consacra à l’art de l’estampe, l’ukiyo-e. Très proche du maître Harunobu, il se fit appeler longtemps Haruhiro avant de prendre le non de Koryusai en 1771. Vers 1780 on lui décerna le titre de Hokkyo, distinction réservé aux artistes et aux érudits d’origine religieuse.

Au début de sa carrière son style ne se distingue pas de la production artistique classique, c’est à la fin de sa carrière qu’il trouve dans la production des feuilles de mode en grand format son véritable style, originale et captivant. Sa représentation des belles femmes de la ville est à la fois très réalistes et en même temps empreint d’une certaine poésie. L’accent mis sur les kimonos, les coiffures artistiquement apprêtées et les silhouettes dessinées d’un trait puissant sont les caractéristiques de son style. Il réalisa environs 600 portraits d’artistes et de courtisanes, ses plus belles œuvres des estampes-piliers tout en hauteur sont de véritables chefs d’œuvre de l’art japonais. Sa production est très diverses, il dessina également des scènes érotiques et des dessins naturalistes notamment d’oiseaux.


 


Isoda Koryusai hinagata wakana 2
Isoda Koryusai Hinagata wakana no hatsumoyo



Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON

Repost0