inde

Publié le 14 Juin 2013

Hampi-le-site.jpg

 

"La ville de Hampi offre un témoignage exceptionnel de la civilisation disparue du royaume de Vijayanagar, qui atteignit son apogée sous le règne de Krishna Deva Raya (1509-1530). C'est un remarquable ensemble documentant un moment historique précis : l'alliance entre les royaumes du sud de l'Inde, menacés par les musulmans, et les Portugais de Goa.

 

Hampi--4-.jpg

 

Le site austère et grandiose de Hampi, enrichi par le commerce du coton et des épices, fut l'ultime capitale du dernier grand royaume hindou de Vijayanagar. Ses princes fabuleusement riches construisirent des temples et des palais dravidiens qui en firent l'une des plus belles villes du monde médiéval. Elle a suscité l'admiration des voyageurs entre le XIVe et le XVIe siècle, qu'ils soient arabes (Abdul Razaak), portugais (Domingo Paes) ou italiens (Nicolò dei Conti). Conquise par la confédération musulmane du Deccan en 1565, après la bataille de Talikota, la ville fut pillée pendant six mois avant d'être abandonnée. Ses imposants vestiges monumentaux, partiellement dégagés et restaurés, font aujourd'hui de Hampi l'un des ensembles de ruines les plus impressionnants du monde entier.

 

Hampi--temple-Virupaksha--1442--gopuram--hauteur-50-m.jpg

Hampi temple Virupaksha (4)

 

Hampi temple Virupaksha (8)

Hampi temple Virupaksha (9)Hampi-temple-Virupaksha.jpg

 

 

Les temples de Ramachandra (1513) et de Hazara Rama (1520), avec leur architecture sophistiquée, où chaque élément de support est scandé par des faisceaux de piliers ou de colonnettes en saillie sur les murs richement sculptés, peuvent être comptés au nombre des plus extraordinaires constructions en Inde. Dans l'une des cours internes du temple de Vitthala, le petit monument figurant un char que deux éléphants, sculptés en ronde bosse, luttent pour entraîner dans leur course est une création insolite, parmi les favorites des touristes d'aujourd'hui comme elle l'était des voyageurs du passé.

 

Hampi--curie-aux--l-phants.jpg

 

Hampi--lotus-Mahal.jpg

 

Hampi temple de Hazara Rama (6)Hampi temple de Hazara Rama (3)
Hampi temple de Hazara Rama (2)

Hampi temple de Hazara Rama (5)

 

Hampi temple de Hazara Rama

 

Derrière les temples, le complexe impressionnant d'édifices civils, princiers ou publics (écuries des éléphants, bains de la Reine, Lotus Mahal, bazars, marchés) se trouve à l'intérieur des fortifications massives qui ne purent toutefois contenir l'assaut des cinq sultans du Deccan en 1565."

 

Hampi-temple-de-Vittala--XVI--me.jpg

 

Hampi--3-.jpghampi-temple.jpg
Hampi--temple-Virupaksha.jpgHampi temple Virupaksha (6)

 

Source: http://whc.unesco.org/fr/list/241

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE HINDOUE, #INDE

Repost0

Publié le 20 Novembre 2012

Hampi temple Virupaksha (2)

 

Ce temple, le plus grand du site d'Hampi, est dédié à Virupaksha, dieu protectuer de la cité, l'une des formes de Shiva. Datant du XVIème siècle comme la majeur partie de la cité, il est l'un des symbole du renouveau de l'art hindoue à cette époque. Aujourd'hui il reste en activité et constitue le coeur du village très actif situé sur le site.

 

Hampi temple Virupaksha

 

Hampi temple Virupaksha (5)Hampi temple Virupaksha (6)

 

Hampi temple Virupaksha (4)

 

Hampi temple Virupaksha (7)

 

Hampi temple Virupaksha (8)

 

Hampi temple Virupaksha (9)

 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE HINDOUE, #INDE

Repost0

Publié le 16 Novembre 2012

Agra fort rouge mosquee Moti Masjid de la perle (3)

 

La Moti Masjid (la mosquée de la Perle) fut construite par Aurangzeb, le dernier des grands moghols, non loin de sa chambre à coucher au fort rouge d'Agra.  Mosquée du sultan, la Moti Masjid est un ouvrage entièrement de marbre blanc d'une très grande délicatesse. Achevé en 1661 cet édifice est un bel exemple d'architecture bengali, surmonté de trois dômes en forme de bulbes, couronnés de flèches lotiformes. L'agencement des arcs polylobés forment un espace intérieur de grande qualité.

 

Agra fort rouge mosquee Moti Masjid de la perleAgra fort rouge mosquee Moti Masjid de la perle (2)

 

Agra fort rouge mosquee Moti Masjid de la perle (4)

 

 Agra fort rouge mosquee Moti Masjid de la perle (5)

 

Photos: (c) Lankaart

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE ISLAM, #INDE

Repost0

Publié le 14 Novembre 2012

Hampi-temple-de-Vittala--XVI--me.jpg

Le temple Vittala est l’un des plus beaux édifices religieux d’Hampi. Le temple Vittala s'élève sur la rive sud de la Tungabhadra et est accessible de l'ouest en marchant depuis Hampi bazar le long de la berge, ou à partir de l'Est à travers la porte d'entrée Talvaragatta. Le temple Vittala porta à son apogée et à sa perfection le style de Vijayanagara . Le temple se trouve dans une enceinte rectangulaire (164m x 94.5m). Le temple principal était dédié à Vishnou, sous la forme de Vittala. Le mandapa contient 56 piliers, chacun de 3,6 mètres de haut, dont 40 sont régulièrement disposées pour former une allée. Chaque pilier est un ensemble composite de sculptures massives qui mesure jusqu'à 1,5 mètres de diamètre et sont monolithiques.

La partie intéressante de ces piliers, qui ont des motifs musicaux, est le type et la qualité du son que l’on peut entendre quand on le frappe. Ces piliers sont de taille différente, la forme, la longueur et leur largeur, produisent des sons rappelant différents instruments de musique. Ce temple est un exemple vivant du développement scientifique au cours de la période Vijayanagra. On dit que l'on pouvait entendre les piliers musicaux à partir d'une distance de 1,5 kms. Le Temple Vittala a été le temple le plus ornées de son temps.


Hampi.jpg

Hampi--2-.jpg

Hampi--3-.jpg

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE HINDOUE, #INDE

Repost0

Publié le 13 Novembre 2012

Fatehpur Sikri Diwan i-Khass (4)
 
Le Diwan i-Khass est le bâtiment abritant la salle des audiances privées de la cité moghol de Fatehpur Sikri. Ce bâtiment emblématique de la cité est un petit édifice en grès rouge de 13 m de côté qui se développe sur deux niveaux. au premier niveau un balcon en saillie découpe la silhouette du bâtiment, sur le toit 4 chhattri donnent de l'élancement à la composition. Au centre de l'unique pièce se trouve un pillier octogonal couronné d'une structure secondaire insolite reliée par des passerelles aux quatres angles du bâtiment. Cet aménagement intérieur surprenant est l'un des attrait de l'édifice. Sa fonction précise reste controversé, bâtiment d'audiance, bâtiment reliigieux ? Reste l'élégance de ses proportions.
 
Fatehpur Sikri Diwan i-Khass (3)
 
Fatehpur Sikri Diwan i-Khass (5)
 
Fatehpur ikri Diwan i-Khass
 
Fatehpur Sikri Diwan i-Khass (2)
 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE ISLAM, #INDE

Repost0

Publié le 11 Juin 2012

Le Temple du rivage du site de Mamallapuram est certainement l’édifice dont la postérité sera la plus importante puisqu’il servira de modèle à de nombreux temples construit en inde. Edifié par le roi Narasimhavarman II Rajasimha (700-728) le temple du rivage comporte trois espaces de culte. Le petit sanctuaire à l’ouest et  le temple principal sont tous les deux dédiés à Shiva, ils sont surmontés d’un toit typique du style dravidien du sud de l’inde. Entre les deux édifices un sanctuaire est dédié à Vishnu. Autour du temple une série de sculpture représente le taureau Nandi. Temple d’une grande délicatesse le temple du rivage est un endroit magique au bord de l’océan et un ouvrage d’une grande qualité architecturale.



 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE HINDOUE, #INDE

Repost0

Publié le 11 Juin 2012

Ce très beau temple de granit est l’une des œuvres architecturales les plus aboutie du sud de l’Inde. Sous la dynastie des Chola (IX-XIIIe siècle) les différents royaumes du sud de l’Inde y compris l’île de Ceylan,  furent réunis sous l’autorité d’un seul souverain. Rajaraja le Grand (985-1014) symbolisa cette unification en faisant construire le temple de Brihadishvara à Tanjore aux frais des provinces de l’empire.


Ce temple consacré à Shiva est le symbole de la grandeur de l’empire. Le style Chola est un syncrétisme de tous les styles du sud de l’Inde. Il affirme la puissance de l’empire. Tous les autres temples devaient envoyer des présents, des serviteurs et des danseuses, plus de 200 serviteurs et 400 danseuses vivaient dans le temple et dans un quartier à proximité.
 


Le temple est centré  autour d’une tour de 13 étages et de 66m de hauteur qui renferme le linga, le saint des saints.
Le temple s’organise à l’intérieur d’un vaste enclos rectangulaire, autour une forteresse reconstruite au XVIe siècle protège l’enceinte sacrée.  De puissantes murailles protègent le temple. Le plan du temple suit la prescription traditionnelle de l’architecture hindoue : il se développe selon un mandala. Les nombreuses sculptures et peintures qui décorent le site sont un témoignage précieux de la civilisation Chola. Dans la cour intérieure (150x75 m.) on trouve un immense nandi sculpté de 25 t.


Le temple était plus qu’un lieu de culte mais également le centre de l’empire des Chola, il conservait le trésor, la bibliothèque, les archives, des salles de réunions permettait de recevoir les visiteurs.





 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE HINDOUE, #INDE

Repost0

Publié le 23 Décembre 2011


Le temple de Kailâsanâtha fait partie intégrente du complexe religieux d'Ellora, ensemble de grottes et de temples creusées dans la falaise, dont certains sur plusieurs niveaux. La particulrité du Kailasanatha c'est d'être un temple sculpture, entièrement taillé dans la falaise, le temple n'est qu'un immense monolithe arraché au rocher. Sa mise en scène est de ce fait prodigieuse et déroutante, on longe le temple au pied d'une falaise abrute qui vous écrase complétement et par ailleurs on peut, depuis le sommet de la falaise surplonbé la totalité du bâtiment.


Construit au VIIIe siècle ap; JC par Krichna Ier, ce temple est par ailleurs l'un des premier modèle de temple hindoue. Copie du temple de Viroupacka, il reprend les canons définie au début du siècle dans le sud de la péninsule. a ce titre il marque également la limite nord de l'influence de la civilisation Hindou du Deccan. 


Dédié à Civa, le temple présente les quatre partie traditionnelles: une haute porte d'entrée au site du temple, le gopura, un sanctuaire dédié au Nandi, le taureau de Civa, une salle hypostyle pouvant aceuillir les pélerins, et le saint des saint le sanctuaire principale surmonté d'une haute tour. Au pied du temple une frise d'éléphant "porte" le temple.  ce monument est certainement une des réalisation les plus surprenante de l'architecture hindoue.



 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE HINDOUE, #INDE

Repost0

Publié le 27 Septembre 2011

Mamallapuram-la-penitence-d-Arjuna--4-.jpg

 

"Mahabalipuram témoigne avant tout de la civilisation pallava du sud-est de l'Inde. Le sanctuaire, particulièrement connu pour ses ratha (temples en forme de chars), ses mandapa (sanctuaires en grottes) et ses reliefs gigantesques en plein air, est l'un des principaux centres du culte de Shiva. L'influence des sculptures de Mahabalipuram, caractérisées par la douceur et la souplesse de leur modelé, s'est étendue sur une aire géographique très vaste (Cambodge, Annam, Java).

 

Fondé par les souverains pallava au VIIe siècle, au sud de Madras, le port de Mahabalipuram commerçait avec les royaumes lointains du sud-est de l'Asie : le Kambuja (Cambodge), le Shrivijaya (Malaisie, Sumatra, Java) et l'Empire de Champa (Annam). Mais la célébrité de son port fut bientôt éclipsée par celle des sanctuaires rupestres et des temples qui y furent construits ou décorés entre 630 et 728.

 

La plupart de ces monuments, comme les ratha creusés dans la roche, les scènes sculptées à ciel ouvert comme la pénitence d'Arjuna, les grottes de Govardhanadhari et d'Ahishasuramardini, ainsi que le temple de Jala-Sayana Perumal (le Mahavishnu endormi ou Chakrin derrière le complexe du temple du Rivage) sont attribués à la période de Narasimhavarman Ier Mamalla.

 

Ces monuments se répartissent en cinq catégories :

 

les temples ratha en forme de chars processionnels, qui sont des constructions monolithes creusées dans des blocs de diorite résiduels qui émergeaient du sable. Les cinq ratha méridionaux, qui sont les plus célèbres, remontent au règne de Naharasimhavarman Mamalla (630-668), le grand roi pallava (les textes chola, de fait, appellent la ville Mamallapuram).

les mandapa, sanctuaires rupestres formés de salles dont les parois sont couvertes de bas-reliefs (mandapa de Varaha, qui représente les actes de cet avatar de Vishnou ; le mandapa des Cinq Pandava et, tout particulièrement, le mandapa de Krishna et celui de Mahishasuramardini).

des reliefs rupestres en plein air illustrent un épisode populaire de l'iconographie de Shiva, celui de la descente du Gange : à la demande du sage roi Baghirata, Shiva ordonna au Gange de descendre sur terre et de nourrir le monde. Les sculpteurs ont utilisé les fissures naturelles de la colline pour suggérer cet événement cosmique auquel assistent une foule de dieux, de déesses, de personnages mythiques (Kinnara, Gandherya, Apsara, Gana, Naga et Nagini) et d'animaux sauvages ou domestiques.

des temples construits en pierre taillée, comme le temple du Rivage édifié par le roi Rajasimha Narasimhavarman II (695-722), avec sa haute tour pyramidale à gradins et ses milliers de sculptures célébrant la gloire de Shiva.

des ratha monolithes, sur un à trois niveaux, qui présentent une grande variété de formes architecturales : les ratha Dharmaraja, Arjuna et Draupadi sont carrés, les ratha Bhima et Ganesa rectangulaires et le ratha Sahadeva absidé. L'architecture complexe, qui culmine avec la construction du temple du Rivage, y a été introduite sur une large échelle par Pallava Rajasimha (700-728).

 

Le temple du Rivage, érigé face à l'océan, est un édifice d'une grande beauté architecturale. Il appartient à une période au cours de laquelle le style architectural des Pallava était à son apogée en termes de beauté des décors et de qualité intrinsèque. Cet édifice ayant été endommagé par l'action corrosive de l'eau de mer et de l'air, ses sculptures ont aujourd'hui à peu près disparu."

 

Source: http://whc.unesco.org/fr/list/249

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE HINDOUE, #INDE

Repost0

Publié le 2 Septembre 2011


Le site de Mamallapuram, sur la côte est de l'état du Tamil-Nadu en Inde du sud, devint un centre religieux et économique important au VIIe siècle ap. JC.

Un grand port militaire et marchand faisait la richesse de la région et commerçait avec tout le sud-est asiatique.
De nombreux temples rupestres seront édifiés à cette époque ainsi que les premiers temples construits.


L'immense bas-relief de la Descente du Gange est l'un des témoignages les plus importants de l'époque Pallava. Composition monumentale, il marque un tournant dans l'art indien. Divisé en deux par une faille naturelle qui figure le Gange, le bas-relief fourmille de personnages dont les plus imposant sont les deux éléphants à droite de la composition.  

Deux hypothèses ont court quant à la signification de la scène : la Descente du Gange - thème lié au mythe de Shiva ou la Pénitence d'Arjuna, un épisode du Mahabharata.

Lors des cérémonies, on faisait couler de l'eau dans la faille depuis le haut du rocher.



Au centre, le Gange. Un petit temple à gauche préfigure les essais architecturaux en cours sur la forme idéale du temple. De nombreuses scènes réalistes se mèlent aux évocations érudites et à la figuration des principales divinités hindous, Vishnu par exemple à l'intérieur du petit temple.

Livre de pierre à ciel ouvert, cette composition préfigure les grandes compositions classiques de bas-reliefs que l'on trouvera sur les temples hindous de la période classique.

 

 

Photos: (c) Lankaart

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE HINDOUE, #INDE

Repost0