inde

Publié le 21 Août 2016

Rajasthan - Chittorgarh - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Rajasthan - Chittorgarh - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Chittorgarh gardens - Chittaurgarh - Chittor - चित्तौड़गढ़

Farouchement indépendant, le fort de Chittorgarh (280 hectares) est l’un des plus grands d’Inde. Celui-ci a été assiégé trois fois par les conquérants musulmans (en 1303, 1535 et 1568) et chaque fois les défenseurs pratiquèrent le Jauhâr (suicide collectif) des femmes et des enfants. Au sein du fort de nombreux palais ont été construits. Parmi eux ce jardin enclos fait se succéder plusieurs micro-jardins protégés du vent et du soleil.

Rajasthan - Chittorgarh - Jardins - Photos: Lankaart (c)Rajasthan - Chittorgarh - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Rajasthan - Chittorgarh - Jardins - Photos: Lankaart (c)Rajasthan - Chittorgarh - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Rajasthan - Chittorgarh - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Rajasthan - Chittorgarh - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Rajasthan - Chittorgarh - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Rajasthan - Chittorgarh - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE, #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 14 Août 2016

Rajasthan - Fort de Jodhpur - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Rajasthan - Fort de Jodhpur - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Mehrangarh Fort Gardens - मेहरानगढ़

Le fort de Mehrangarh est situé à Jodhpur, dans l'État du Rajasthan (Inde). Surnommé le fort magnifique, il surplombe la ville du haut de ses 122 mètres. À l'intérieur de celui-ci se trouve un palais richement décoré et agrémenté de nombreuses cours, et d’un splendide jardin. Ce jardin est tout à la fois un verger et un espace d’agrément.

Rajasthan - Fort de Jodhpur - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Rajasthan - Fort de Jodhpur - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Rajasthan - Fort de Jodhpur - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Rajasthan - Fort de Jodhpur - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Rajasthan - Fort de Jodhpur - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE, #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 10 Juillet 2016

Fort de Kumbhalgarh - Forts des collines du Rajasthan - UNESCO - Photos: Lankaart (c)
Fort de Kumbhalgarh - Forts des collines du Rajasthan - UNESCO - Photos: Lankaart (c)

Fort de Kumbhalgarh - Forts des collines du Rajasthan - UNESCO - Photos: Lankaart (c)

Hill Forts of Rajasthan - Fuertes de las colinas del Rajastán

"Dans l’État du Rajasthan, six grands et majestueux forts de colline ont été choisis pour illustrer les centres fortifiés et sophistiqués du pouvoir des États princiers rajput qui se sont épanouis entre le VIIIe et le XVIIIe siècle et leur relative indépendance politique.

Les imposantes fortifications – jusqu’à 20 kilomètres de circonférence – tirent le meilleur parti des différentes particularités des collines en particulier : la rivière à Gagron, les forêts denses à Ranthambore et le désert à Jaisalmer, et montrent une phase importante du développement d’une typologie architecturale basé sur les « principes traditionnels indiens établis ». Le vocabulaire des formes architecturales et des ornements partage une base commune avec d’autres styles régionaux comme ceux du Sultanat de Delhi et de l’Empire moghol. Le style rajput n’était pas « unique » mais sa manière éclectique particulière, tirant son inspiration de ses prédécesseurs et de ses voisins, capable ensuite d’influencer les styles régionaux, par exemple l’architecture mahratte, lui donne un caractère original.

À l’intérieur des murs d’enceinte, l’architecture caractéristique des palais et des autres édifices reflète leur rôle en tant que centre de culture de cour et lieu de mécénat des arts et de la musique. Lieux de résidence de la cour et de cantonnement des garnisons, les forts comprenaient des établissements urbains (dont il subsiste quelques exemples) et certains avaient des centres marchands dont l’activité soutenait leur prospérité. La plupart des forts possédaient des temples ou des édifices sacrés, dont certains sont antérieurs aux fortifications et ont survécu aux royaumes rajput. Tous les forts sont équipés d’importantes structures de collecte de l’eau, dont beaucoup sont encore utilisées.

Fort de Kumbhalgarh - Photos: Lankaart (c)

Fort de Kumbhalgarh - Photos: Lankaart (c)

En tant qu’ancienne capitale du clan Sisodia et l’objet de trois célèbres sièges historiques, Chittorgarh est fortement associé à l’histoire et au folklore rajput. De plus, la quantité et la variété des vestiges architecturaux anciens (allant du VIIIe au XVIe siècle) en font un fort exceptionnel par sa taille et sa monumentalité, comparable à très peu d’autres forts indiens. Kumbhalgarh fut construit en une seule phase (hormis le palais de Fateh Singh ajouté ultérieurement) et conserve sa cohérence architecturale. Sa conception est attribuée à un architecte dont on connait le nom – Mandan – qui fut aussi auteur et théoricien à la cour de Rana Kumbha à Chittorgarh. Cette association de facteurs est très exceptionnelle. Situé au milieu de la forêt, Ranthambore est un exemple établi de fort de colline de forêt. De plus, les vestiges du palais de Hammir comptent parmi les structures subsistantes les plus anciennes de tous les palais indiens. Gagron est un modèle de fort de colline défendu par une rivière. De plus, son implantation stratégique sur un col lui donne le contrôle des routes commerciales.

Fort de Chittorgarh - Photos: Lankaart (c)
Fort de Chittorgarh - Photos: Lankaart (c)
Fort de Chittorgarh - Photos: Lankaart (c)

Fort de Chittorgarh - Photos: Lankaart (c)

Fort de Chittorgarh - Photos: Lankaart (c)Fort de Chittorgarh - Photos: Lankaart (c)
Fort de Chittorgarh - Photos: Lankaart (c)Fort de Chittorgarh - Photos: Lankaart (c)

Fort de Chittorgarh - Photos: Lankaart (c)

Fort d'Amber - Photos: Lankaart (c)
Fort d'Amber - Photos: Lankaart (c)
Fort d'Amber - Photos: Lankaart (c)
Fort d'Amber - Photos: Lankaart (c)

Fort d'Amber - Photos: Lankaart (c)

Le palais d’Amber est représentatif d’une phase clé (XVIIe siècle) du développement d’un style de cour rajput-moghol commun qui se manifeste dans les édifices et les jardins ajoutés au fort par Mirza Raja Jai Singh I. Jaisalmer est un exemple de fort de colline dans un désert. La grande ville qu’il comprenait dès l’origine, encore habitée aujourd’hui, et le groupe de temples jaïns, en font un exemple important, et unique à certains égards, de fort (ville fortifiée) à la fois sacré et séculaire.

Les Forts des collines du Rajasthan montrent un important échange d’idéologie princière rajput en matière de planification, de fortifications, d’art et d’architecture depuis le début jusqu’à la fin de l’époque médiévale entre les différentes aires culturelles et géomorphologiques du Rajasthan. Bien que l’architecture rajput partage beaucoup d’éléments avec les autres styles régionaux, par exemple avec l’architecture moghol ou celle du Sultanat de Dehli, elle avait un caractère éclectique, tirant son inspiration de ses prédécesseurs et de ses voisins, et capable à son tour d’influencer les styles régionaux plus récents, comme l’architecture marhatte."

(UNESCO - Patrimoine mondial)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE, #INDE ISLAM, #INDE HINDOUE

Repost0

Publié le 3 Juillet 2016

Rajasthan - Le temple d’Adinatha - Ranakpur - Photos: Lankaart (c)

Rajasthan - Le temple d’Adinatha - Ranakpur - Photos: Lankaart (c)

The Adinath temple - El templo jaina de Rishabha o Adinatha

Le temple d’Adinatha à Ranakpur au Rajasthan, est l’un des plus beaux et des plus grands temples jaïn d’Inde. Construit au XVe siècle par un riche marchand, Dharna Sah, au sein d’un très beau site naturel, ce temple est l’œuvre de l’architecte Depaka.

Le temple est un savant dosage entre les nombreuses coupoles (80), les coursives, les cours et la profusion du décor. Tous les piliers et de nombreux plafonds et voûtes sont sculptés dans un marbre blanc éclatant.

La composition des différentes salles est basée sur une combinaison géométrique associant le carré au sol, l’octogone et le cercle des coupoles. L’élancement des piliers centraux qui supportent les coupoles est l’une des caractéristiques de cette architecture très élégante.

Rajasthan - Le temple d’Adinatha - Ranakpur - Photos: Lankaart (c)
Rajasthan - Le temple d’Adinatha - Ranakpur - Photos: Lankaart (c)

Rajasthan - Le temple d’Adinatha - Ranakpur - Photos: Lankaart (c)

Le jaïnisme est une religion qui aurait probablement commencé à apparaitre vers le Xe siècle ou IXe siècle avant notre ère. Le jaïnisme ou dharma jaïn compte près de dix millions de fidèles dans le monde, ascètes et laïcs confondus, en majorité en Inde.

Le but de la vie pour les jaïns est le même que pour l'hindouisme, le bouddhisme et le sikhisme : le croyant doit atteindre l'illumination appelée moksha ou nirvana. L'humain doit sortir du flux perpétuel des réincarnations : le samsara, par des choix de vie appelés vœux dont le premier, qui mène tous les autres, est celui de l'universelle non-violence nommée ahimsâ ; la méditation et le jeûne sont aussi des pratiques jaïnes. Les Maîtres éveillés, moteurs spirituels de cette religion dénommés les Tirthankaras (en sanskrit « les faiseurs de gué ») ont enseigné avant notre ère les principes du jaïnisme. Le terme de chemin de purification est utilisé de nos jours pour décrire la route que doit suivre le pèlerin afin d'atteindre cette illumination. (Wikipedia)

Rajasthan - Le temple d’Adinatha - Ranakpur - Photos: Lankaart (c)
Rajasthan - Le temple d’Adinatha - Ranakpur - Photos: Lankaart (c)Rajasthan - Le temple d’Adinatha - Ranakpur - Photos: Lankaart (c)Rajasthan - Le temple d’Adinatha - Ranakpur - Photos: Lankaart (c)
Rajasthan - Le temple d’Adinatha - Ranakpur - Photos: Lankaart (c)Rajasthan - Le temple d’Adinatha - Ranakpur - Photos: Lankaart (c)Rajasthan - Le temple d’Adinatha - Ranakpur - Photos: Lankaart (c)

Rajasthan - Le temple d’Adinatha - Ranakpur - Photos: Lankaart (c)

Rajasthan - Le temple d’Adinatha - Ranakpur - Photos: Lankaart (c)
Rajasthan - Le temple d’Adinatha - Ranakpur - Photos: Lankaart (c)
Rajasthan - Le temple d’Adinatha - Ranakpur - Photos: Lankaart (c)
Rajasthan - Le temple d’Adinatha - Ranakpur - Photos: Lankaart (c)

Rajasthan - Le temple d’Adinatha - Ranakpur - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE, #INDE BOUDDHISTE et JAIN

Repost0

Publié le 8 Mai 2016

Gangaur Ghat - Udaipur

Gangaur Ghat est un très bel ensemble architectural et urbain érigé au bord du lac Pichola à Udaipur, il se compose d’une porte monumentale donnant sur le centre ville, d’emmarchements plongeant dans le lac et d’un embarcadère. Les rajas qui habitaient le City Plalace au cœur de la ville avaient pour habitude de venir à cet endroit pour embarquer vers les îles du lac. Aujourd’hui c’est un des lieux les plus animées et les plus agréable de la vieille ville.

Gangaur Ghat - Udaipur
Gangaur Ghat - Udaipur
Gangaur Ghat - Udaipur

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE HINDOUE, #INDE

Repost0

Publié le 10 Avril 2016

Cénotaphes des mahârâjas du Mewâr à Ahar - Udaipur

A l’extérieur de la ville d’Udaipur, un site clos regroupe les Cénotaphes des mahârâjas du Mewâr. Ce cimetière est peu fréquenté, pourtant il regroupe un ensemble de constructions intéressantes qui témoigne des évolutions de l’architecture et du décor funéraire durant au moins trois siècles.

Cénotaphes des mahârâjas du Mewâr à Ahar - Udaipur
Cénotaphes des mahârâjas du Mewâr à Ahar - Udaipur
Cénotaphes des mahârâjas du Mewâr à Ahar - Udaipur

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE HINDOUE, #CIMETIERES, #INDE

Repost0

Publié le 3 Avril 2016

City Palace Udaipur

City Palace - सिटी पैलेस, उदयपुर - Palais d'Udaipur

Le City Palace à Udaipur est un ensemble de plusieurs palais édifié du XVIe au XIXe siècle. Cet ensemble monumental prend place sur une colline au bord d’un lac artificiel, le lac Pichola, au sud-ouest de la ville. Sa situation exceptionnelle et son architecture raffinée en fond l’un des plus beaux palais rajput d’Inde. Le style du palais est une fusion des influences moghols et du style rajput traditionnel.

Au début du XVIe siècle les luttes incessantes entre la dynastie rajpute des Sisodia et l’empereur moghol Akbar poussent le Maharama Udai Singh à choisir une nouvelle capitale en lieu et place de Chittorgarh. En 1559 il fait construire le premier palais du City Palace et en 1568, après la prise de Chittorgarh par Akbar, transfère définitivement sa capitale à Udaipur.

L’ensemble du City Palace regroupe 11 palais, certains ouvert au public d’autres transformés en hôtels. Les différents palais s’organisent autour de cours et de jardins à différentes hauteurs en fonction de la topographie d’origine. L’ensemble forme une immense façade de pierre de 244 m de long faisant face au lac Pichola et au soleil couchant. Au sud de très beaux jardins achèvent la composition au nord le palais s’ouvre sur la ville et son animation chaotique.

City Palace Udaipur
City Palace Udaipur
City Palace Udaipur
City Palace Udaipur
City Palace Udaipur
City Palace UdaipurCity Palace Udaipur
City Palace Udaipur

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE HINDOUE, #INDE

Repost0

Publié le 30 Mars 2016

Princess garden - Saheliyon-ki-Bari - Udaipur
ਸਹੇਲੀਓਂ ਕੀ ਬਾੜੀ

Saheliyon-ki-Bari ou Princess Garden à Udaipur est le plus beau jardin de la ville et un bel exemple de jardin indien. Situé au nord de la ville il s’organise autour d’une cour surélevée comprenant un bassin et un kiosque. Autour de cette cour fermée par une enceinte plusieurs parterre et jardins s’organisent sur une trame orthogonale régulière : le bassin aux lotus à l’extrémité du jardin, de grandes pelouses bordées d’arbres à l’est et un très beau jardin circulaire à l’ouest.

Le jardin fut crée entre 1710 et 1734 par Maharana Sangram Singh pour l’agrément d’une jeune princesse et de ses 48 suivantes. La profusion des essences et des ambiances en font un lieu propre au repos et à la contemplation à l’écart du bruit et du mouvement de la ville.

Princess garden - Saheliyon-ki-Bari - UdaipurPrincess garden - Saheliyon-ki-Bari - Udaipur
Princess garden - Saheliyon-ki-Bari - UdaipurPrincess garden - Saheliyon-ki-Bari - Udaipur
Princess garden - Saheliyon-ki-Bari - UdaipurPrincess garden - Saheliyon-ki-Bari - Udaipur
Princess garden - Saheliyon-ki-Bari - Udaipur
Princess garden - Saheliyon-ki-Bari - Udaipur
Princess garden - Saheliyon-ki-Bari - Udaipur
Princess garden - Saheliyon-ki-Bari - Udaipur
Princess garden - Saheliyon-ki-Bari - Udaipur
Princess garden - Saheliyon-ki-Bari - Udaipur

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PARCS et JARDINS, #INDE

Repost0

Publié le 27 Mars 2016

Le Jagdish Mandir - Udaipur
Temple Jagdish - जगदीश मंदिर, उदयपुर

Le Jagdish Mandir est un temple hindouiste situé à 150 mètres du Palais d’Udaipur. De style indo-aryen il fut construit en 1652. Ses façades sont le support de nombreuses sculptures retraçant la vie de Vishnu, d’une de ses incarnations, Krishna, de nombreuses danseuses et d’apsara. Les apsaras désignent « celles qui glissent sur l’eau ». Elles naissent du « barattage de la mer de lait », selon la légende, les apsaras émergent des eaux pour séduire les hommes ; ceux qui les repoussent deviennent fous, tandis que ceux qui les acceptent comme maîtresse ou comme épouse gagnent l’immortalité.

Le Jagdish Mandir - Udaipur
Le Jagdish Mandir - Udaipur
Le Jagdish Mandir - Udaipur
Le Jagdish Mandir - Udaipur

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE HINDOUE, #INDE

Repost0

Publié le 15 Juin 2013

ellora 2 (12)

 

Les grottes d'Ellora témoignent de trois grandes religions, le bouddhisme, le brahmanisme et le jaïnisme. Elles illustrent l'esprit de tolérance caractéristique de l'Inde ancienne, qui a permis à ces trois religions d'installer leurs sanctuaires et leurs communautés au même endroit, renforçant ainsi la portée universelle du site. Les grottes, avec leur séquence ininterrompue de monuments aménagés entre 600 et 1000, ressuscitent la civilisation de l'Inde ancienne.

 

ellora 2 (16)

 

Ces 34 monastères et temples, répartis sur plus de 2 km, ont été creusés côte à côte dans une haute falaise de basalte située non loin d'Aurangabad, à Maharashtra. Ellora, avec sa succession ininterrompue de monuments, est un complexe artistique unique, et représente un remarquable exploit technologique. L'ensemble rupestre, qui est l'une des plus belles expressions de l'art du Moyen Âge indien, présente d'extraordinaires reliefs, sculptures et éléments d'architecture qui, à la différence de ceux d'Ajanta, ne sont pas l'expression d'une seule croyance, mais celle des trois principales religions de l'Inde ancienne.

 

ellora 2 (21)ellora 2 (22)
Ajanta-temples.jpgEllora.jpg

 

 

En progressant du sud vers le nord le long de la falaise, on découvre successivement les 12 grottes du groupe bouddhique, qui sont apparemment les plus anciennes (entre 600 et 800 environ) et comportent des monastères et un seul grand temple (grotte 10) ; plus loin, les grottes du groupe brahmanique (entre 600 et 900 environ), qui sont certainement les plus célèbres d'Ellora, avec la « caverne des Dix Avatars » (grotte 15), et surtout le temple Kailasha (grotte 16), un énorme complexe certainement commencé sous le règne de Krishna Ier (757-783) ; enfin, le groupe jaïn (grottes 30-34), dont les sanctuaires ont été creusés par la secte des digambara (entre 800 et 1000 environ). Les grottes jaïnes, qui sont les dernières à avoir été creusées, ont tiré leur inspiration de l'art même d'Ellora : la grotte 32 rappelle le temple Kailasha par certains de ses aménagements.

 

Ellora-temple-de-Kailasa--2-.jpgGrottes-d-Ellora-temple-de-Kailasa-VIII--me-si-cle.jpg
Grottes-d-Ellora-temple-de-Kailasa-VIII--me-si-cle-2.jpgGrottes-d-Ellora-temple-de-Kailasa-VIII--me-si-cle-4.jpg

 

 

 

Ellora--3-.jpg

 

Les grottes bouddhiques ont été creusées entre le Ve et le VIIe siècle, alors que les sectes mahayana rencontraient un grand succès dans la région ; parmi elles, la grotte 5 est la plus grande. La grotte 10 est un temple (chaitya) connu sous le nom de « Visvakarma ». Il possède une façade très décorée dotée d'une galerie, et renferme une magnifique représentation de Bouddha placé sur un stûpa. L'intérêt historique de la grotte 12, connue sous le nom de Tin Tala, réside dans le fait que l'homme y a construit un édifice en pierre sur trois niveaux avec tant d'habileté que ses sols et ses plafonds sont lisses et parfaitement à niveau ; cette grotte est un monastère doté d'une chapelle et de cellules pour les moines, qui remonte à la période rashtrakuta (milieu du VIIIe siècle).

 

Ellora--8-.jpg

Les grottes brahmaniques sont pour la plupart shivaïtes. La Kailasa (grotte 16) est un remarquable exemple de temple indien creusé dans la roche du fait de ses proportions impressionnantes, de la maîtrise des techniques architecturales dont elle témoigne et de son décor sculpté. La grotte 16, consacrée à Shiva, aurait été commencée par le roi rashtrakuta, Krishna Ier ; elle tire son nom de la montagne dont celui-ci était originaire dans l'Himalaya, le pic neigeux de Kailasa. Le temple tout entier consiste en un sanctuaire avec lingam derrière une salle à shikhara dravidienne, un mandapa à toit plat soutenu par 16 piliers, avec un porche séparé pour Nandi entouré par une cour ouverte à laquelle on accède par un gopura peu élevé. La sculpture majestueuse représentant Ravana tentant de gravir le Kailasa, le séjour de Shiva, avec toute la puissance qui s'en dégage, est un point de référence pour tout l'art indien.

 

Ellora--2-.jpg

 

Les grottes jaïnes sont massives, bien proportionnées et marquent la dernière phase de l'aménagement d'Ellora.

 

Source : UNESCO/CLT/WHC

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE HINDOUE, #INDE

Repost0