inde islam

Publié le 27 Août 2012

Miniatures Moghols
Victoria and Albert Museum Londres
 

La peinture moghol naît sous le règne du deuxième empereur moghol, Humâyûn qui a régné de 1530 à 1540 et de 1555 à 1556. Alors qu'il se trouve exilé à Tabriz par Sher Shâh Sûrî, le fils de Bâbur découvre les enluminures et les miniatures persanes à la cour des Séfévides en Perse et se passionne pour cette forme de peinture pratiquée dans la région. Il attache à sa personne deux jeunes maîtres dans cet art, Sayyid Ali et Abdus Samad, qui l'accompagnent en Inde lorsqu'il retrouve son trône en 1555. Leurs œuvres et l'assimilation progressive de leur style par les artiste locaux pendant des décennies successives, ont donné naissance à un style qui a pris le nom de « peinture moghole ».


La peinture moghole est très variée et inclut des portraits, des scènes de la vie de la cour, de la vie sauvage et des scènes de chasse ou bien encore des illustrations de batailles. La peinture moghole s'est développée et a prospéré sous les règnes d'Akbar, Jahângîr et Shâh Jahân.


À la mort d'Humâyûn, son fils Akbar lui succède et favorise la création d'un atelier impérial mis sous la direction des deux maîtres persans et dans lequel se retrouvent des artistes de tout le sous-continent indien et où les non musulmans sont probablement très majoritaires. Akbar suit très assidûment la progression des travaux dans son atelier et y fait mettre en œuvre ses orientations et préférences. La tendance au syncrétisme de l'empereur moghol allié au grand nombre d'artisans hindous expliquent dès cette époque les nombreuses représentations de yogis ou d'épisodes du Mahâbhârata ou du Râmâyana. Akbar fera aussi illustrer les mémoires de son grand-père Bâbur, le Babur Nama. L'empereur et les dignitaires de la cour se feront portraiturer, entamant une longue tradition de portraits dans les cours indiennes. Au cours de cette période, le style moghol a continué à se perfectionner avec des éléments de réalisme et le naturalisme d'avant garde.

Avec l'arrivée des Européens, en particulier les jésuites invités à la cour pour exposer leur théologie, l'art de la miniature va évoluer encore. Les bibles illustrées et des gravures de peintres occidentaux vont influer tant sur la forme, les artistes de la Renaissance ont codifié la perspective et la transmettent en Orient ainsi que le souci de la ressemblance dans le portrait, que dans les sujets, on voit ainsi apparaître nombre de miniatures représentant des épisodes
de la Bible ou de la Légende dorée.

Miniatures Moghols (2)


Jahângîr, qui a régné de 1605 à 1627, avait un penchant artistique qui a contribué au développement de la peinture moghole. Les dessins devinrent plus fins et les couleurs plus légères. Il a particulièrement encouragé les peintures représentant des évènements de sa propre vie, des portraits et des études sur les oiseaux, les fleurs et les animaux.

Shâh Jahân, qui règne de 1628 à 1658, hérite d'un art achevé où la représentation humaine s'habille de vérité psychologique, mais sous son règne, la miniature tendra plutôt vers la joliesse, devenant peu à peu froide et rigide. Les thèmes musicaux, des représentations de couples, parfois dans des positions intimes sur des terrasses et des jardins ou bien encore des ascètes réunis autour d'un feu, abondent dans la peinture moghole de cette période.

Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE ISLAM

Repost0

Publié le 27 Août 2012

Agra Taj mahal (10)

 

Le Taj Mahal (en hindi ताज महल, en persan/ourdou تاج محل), qui signifie Palais de la Couronne est situé à Âgrâ, au bord de la rivière Yamunâ dans l'État de l'Uttar Pradesh en Inde. C'est un mausolée de marbre blanc construit par l'empereur moghol Shâh Jahân en mémoire de son épouse Arjumand Bânu Begam, aussi connue sous le nom de Mumtaz Mahal, qui signifie en persan « la lumière du palais ». Elle meurt le 17 juin 1631 en donnant naissance à leur quatorzième enfant alors qu'elle allait à la campagne. Elle trouve une première sépulture sur place dans le jardin Zainabad à Burhampur. Suite à sa mort survenue le 31 janvier 1666, son époux fut inhumé auprès d'elle.

 

Agra Taj mahal (12)

 

La construction commence en 1631. Cependant, il demeure une incertitude sur la date exacte de la fin des travaux. Le chroniqueur officiel de Shah Jahan, Abdul Hamid Lahori indique que le Taj Mahal est achevé fin 1643 ou début 1644. Mais à l'entrée principale une inscription indique que la construction s'est achevée en 1648. L'État de l'Uttar Pradesh, qui a célébré officiellement le 350e anniversaire de l'édifice en 2004, affirme quant à lui que les travaux se sont achevés en 1654. Parmi les 20 000 personnes qui ont travaillé sur le chantier, on trouve des maîtres artisans venant d'Europe et d'Asie centrale. L'architecte principal fut Usad Ahmad de Lahore. Le 7 juillet 2007, le célèbre monument a été désigné comme l'une des sept nouvelles merveilles du monde.

 

Agra Taj mahal (5)

 

Le Taj Mahal est construit en utilisant des matériaux provenant de diverses régions de l'Inde et du reste de l'Asie. Plus de 1 000 éléphants sont employés pour transporter les matériaux de construction durant l'édification. Le marbre blanc est extrait du Rajasthan, le jaspe vient du Panjâb, la turquoise et la malachite du Tibet, le lapis-lazuli du Sri Lanka, le corail de la mer Rouge, la cornaline de Perse et du Yémen, l'onyx du Deccan et de Perse, les grenats du Gange et du Boundelkhand, l'agate du Yémen et de Jaisalmer, le cristal de roche de l'Himalaya. En tout, 28 types de pierres fines ou ornementales polychromes ont été utilisés pour composer les motifs de marqueterie incrustés dans le marbre blanc.

 

Agra Taj mahal (8)

 

Le dôme central du tombeau est entouré par quatre minarets identiques, qui s'inclinent vers l'extérieur de telle sorte qu'en cas de tremblement de terre, ils s'écroulent dans la direction opposée au tombeau. À la gauche du monument se trouve une mosquée, faite de grès rouge, qui a été construite afin de sanctifier l'endroit et fournir un lieu de culte aux pèlerins. Du côté droit, se trouve une réplique symétrique exacte de la mosquée, connue sous le nom de jawab (« réponse »), destinée à maintenir la symétrie architecturale mais qui n'est pas employée comme mosquée car elle n'est pas orientée vers La Mecque. Enfin, à l'avant du monument se trouvait le charbâgh (« quatre jardins ») traditionnel persan planté d'arbres, et où poussaient des fleurs en abondance. Le vice-roi britannique Lord Curzon a remplacé ce jardin par des pelouses typiquement britanniques.

 

Joyau le plus parfait de l'art musulman en Inde (et construit en grande partie par le savoir-faire de la main d'œuvre hindoue, qui donna à l'architecture islamique son « identité » indienne, – par le soin des décors, la finesse du travail de la pierre, etc.), il est l'un des chefs-d'œuvre universellement admirés du patrimoine de l'humanité. Le complexe du Taj Mahal est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1983.

 

Agra Taj mahal (9) Agra Taj mahal (3)
 Agra Taj mahal (2) Agra Taj mahal (7)

 

Agra Taj mahal (11)

 

Agra Taj mahal (4)Agra Taj mahal

 

Photos: lankaart (c)

Source:

Taj Mahal. (2010, septembre 23). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 20:21, septembre 28, 2010 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Taj_Mahal&oldid=57404003.

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE ISLAM

Repost0

Publié le 27 Août 2012

amber le fort

 

Amber fut la capitale de l'état princier avant d'être déplacée 11 km plus loin à Jaipur en 1727. Placé stratégiquement sur la route de Delhi, le fort fut la capitale de nombreuses dynasties. Il est ceint d'importantes fortifications longues de 9 km. Sa construction en grès rose et de marbre blanc a été commencée par le raja Man Singh I en 1652 puis des adjonctions ont été faites au gré des dynasties. L'entrée se fait par la porte principale Surya Pol qui mène à la grande cour permettant de rejoindre le palais par un escalier. Parmi les édifices à voir, le Palais des Audiences Publiques est un pavillon à doubles rangés de colonnes de grès et de marbre blanc. Les chapiteaux sont ornés de sculptures d'éléphants et les bases de motifs moghols. Le maharaja siégeait au milieu dans un trône d'argent.

 

amber le fort (24)

 

Par la Ganesh Pol, on accède au jardin des femmes, réalisé selon des motifs géométriques perses, entouré de trois pièces pour l'été, l'hiver et le temps de mousson. La pièce habitée pour les temps mousson dispose d'un ingénieux et complexe dispositif d'air conditionné qui sort par deux écrans de marbre. Celle d'hiver est ornée d'une multitude de miroirs sur lesquels se reflétaient les lampes à huile réchauffant la pièce. Le hall des audiences privées est quant à lui décoré d'un plafond magnifiquement ouvragé. Le palais des femmes comprend une douzaine d'appartements pour les favorites du roi qui pouvaient y accéder par des passages secrets. Chaque appartement dispose d'une courette. Plus loin se dresse le Palais des Victoires décoré d'un plafond de miroirs et de feuilles d'or. Dans le complexe, un temple dédié à la déesse Kali a été érigé. À son entrée, des lions en argent montent la garde et ses portes sont également en argent ciselé dans un encadrement de marbre sculpté orné d'une représentation de Ganesh en corail rouge. Le fort offre différents points de vue imprenables sur les environs

 

amber le fort (14)

 amber le fort (2)

 

amber le fort (22)

 

amber le fort (23)

 

amber le fort (3)

 

amber le fort (6)amber le fort (11)
 amber le fort (17) amber le fort (21)

 

amber le fort (26)

 

amber le fort (12)amber le fort (10)
 amber le fort (19) amber le fort (16)

 

amber le fort (20)

 

amber le fort (25)

 

amber le fort (15)

 

amber le fort (27) amber le fort (8)

 

amber le fort (7)

      Photos: lankaart (c)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE ISLAM

Repost0

Publié le 26 Mars 2012

Ram sita A tiger shoot in the jungle at Raipur

 

Sita et Ram illustration de la vie des dieux.

 

Ram sita A tiger shoot in the jungle at Raipur (2)

 

Ram sita A tiger shoot in the jungle at Raipur (3)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE ISLAM

Repost0

Publié le 23 Mars 2012

delhi minaret Qutb minar (3)

 

Construit dans la première moitié du XIIIe siècle le minaret Qutb Minar est l'un des monuments les plus connu de Delhi. D'une hauteur de 73 m. il fut érigé à proximité de la mosquée Quwwat al Islam. Son édification est dût à la volonté du sultan Qutb ud-Din Aibak souverain du premier sultanat de Delhi  de glorifier la puissance de la nouvelle dynastie d'origine afghane, le minaret s'inspire d'ailleurs du minaret de Jan en Afghanistan. Le fut cylindrique et cannelé est décoré de frise en arabe et de décors végétaux et géométriques.

 

delhi minaret Qutb minar (2)

 

delhi minaret Qutb minar

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE ISLAM

Repost0

Publié le 27 Janvier 2012

 null

 

 

Ravi Shankar est un musicien sitariste et compositeur indien né le 7 avril 1920 à Vârânasî (Benarès, Inde).

 

Le son particulier du sitar, avec tous ses effets de résonance sympathique, attira très vite les musiciens rock des années 1960, en pleine recherche d'originalité, d'effets exotiques mystérieux et psychédéliques. En 1966, George Harrison des Beatles devint son élève et joua du sitar sur Norwegian Wood, puis d'autres titres par la suite. Brian Jones des Rolling Stones utilisa également le sitar sur Paint It, Black. Collin Walcott (qui fondera le groupe Oregon) fut le premier musicien occidental à intégrer le sitar et les tablâs dans la plus grande partie de ses compositions, après avoir été roadie sur une tournée de Ravi Shankar.

 

En 1967, Ravi Shankar fonde son école Kinnara à Los Angeles. La même année, il joue au Monterey Pop Festival, en 1969 à Woodstock, et en 1971 au concert pour le Bangladesh (organisé par G. Harrison).

 

Source: Wikipedia

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE ISLAM

Repost0

Publié le 26 Décembre 2011

Maharo Durjan Sal and Maharana Jagat Singh

 

Jagat Singh fut raja de la principauté de Baghal dans le nord de l'Inde de 1778 à 1803, puis après l'occupation népalaise de 1803 à 1815. Ce fut la dernière période d'indépendance avant l'invasion anglaise. L’art de cette époque reste inspiré par le faste de la période moghol.

 

Maharo Durjan Sal and Maharana Jagat Singh - CopieMaharo Durjan Sal and Maharana Jagat Singh - Copie (3)

 

Maharo Durjan Sal and Maharana Jagat Singh - Copie (2)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE ISLAM

Repost0

Publié le 20 Décembre 2011

Le mausolée Ibrahim Rauza, que l'on peut qualifier d'Indo-musulman tant le mélange des styles et des architectures est flagrant, est l'un des monuments les plus importants de Bijapur.

C'est le sultan Ibrahim II qui terminera le mausolée en 1615. Celui-ci est l'oeuvre d'artisans turcs et hindous qui vont créer une architecture très particulière, une symbiose entre deux cultures, pas forcément heureuse pour les puristes et loin de l'art musulman de l'Inde du Nord.


L'espace intérieur du mausolée reprend la thématique hindoue du plafond bas et de la transition progressive vers le sein des seins, alors qu'en réalité une coupole typiquement musulmane existe au-dessus. Elle reste inaccessible au public et ne participe pas à l'animation du volume bas.

De même, les galeries périphériques mêlent des motifs musulmans et hindous, arcades et consoles par exemples. Cette absence de cohérence donne son charme à l'ensemble. On retrouve à la fois des éléments de composition typiquement musulmans : coupoles, arcades, décors stylisés et hindous - plafonds bas, consoles, décoration des piliers.
 

Ce mélange donne tout son caractère aux bâtiments et n'enlève rien, au contraire, à la sérénité du lieu et aux proportions humaines de l'ensemble architectural.


Mausolée, cours et salles de prières s'organisent autour d'une place centrale à l'air libre.

Photos: (c) Lankaart
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE ISLAM

Repost0

Publié le 10 Décembre 2011


Dans la lignée des grands princes moghols qui vont marquer l'histoire de l'Inde, Aurangzeb (éclat du trône), fils de Shah Jahan, prend le pouvoir en 1658. Il déplace le centre de l'empire Moghols dans sa nouvelle capitale Aurangabad plus proche des provinces sud de l'empire. C'est là qu'il fera construire en 1679, un mausolée pour l'une de ses femmes, Rabbia Durrani, sur le modèle inégalé du Taj Mahal.

La composition et le style restent similaires mais les proportions de l'édifice ne sont pas les mêmes. Le mausolée d'Aurangabad est beaucoup plus élancé, les effets de verticalités sont dominants.

Edifié à la gloire d'Aurangzeb, ce monument marque l'influence islamique au coeur de l'Inde. Aurangzeb, fièr musulman, se fera inhumer sous une simple dalle à même le sol. Après sa mort en 1707, l'empire se désagrège, on entre dans l'ère des "petits moghols".



 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE ISLAM

Repost0

Publié le 2 Décembre 2011

Madho Singh of Kotah hunting Boar from Horseback

 

Pannâ était un état princier des Indes, dirigé par des souverains qui portaient le titre de "radjah" puis de "maharadjah". Sheikh Taju est l'un des maîtres de la miniature en Inde du Nord à la fin du XVIIIe siècle. La composition de l’estampe est très particulière, le personnage central est en partie couché sur son cheval, ne faisant qu’un avec la bête, tout en énergie et en mouvement, concentré sur la chasse et la poursuite des animaux qui s’enfuient de toute part.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE ISLAM

Repost0