gothique

Publié le 6 Avril 2012

 

Les Hospices de Beaune sont un exemple intéressant du style gothique appliqué à un bâtiment civil. Beaune est une ville au moyen-âge prospère, non loin de Dijon elle est intégré au Duché de Bourgogne qui à l’époque est une puissance politique à part entière qui s’oppose aux rois de France.


La création de l’Hôtel-Dieu date de 1443, à la fin de la guerre de cent ans qui a ravagé une partie importante de la France. Malgré la signature du traité d’Arras en 1435, des bandes armés, les « écorcheurs », continuent à sévir dans les campagnes. La ville de Beaune est dans une situation économique très difficile, la plupart des habitants vivent dans la pauvreté et n’ont plus de ressources stables. Nicolas Rolin, chancelier du duc de Bourgogne Philippe le Bon, décide de créer les hospices à l’intention des pauvres de la ville. En 1452, les hospices ouvrent et accueillent vieillards, infirmes, orphelins et malades. L’Hôtel-Dieu est sous la responsabilité des Sœurs Hospitalières qui officieront jusqu’au XXe siècle.
 


Le bâtiment s’organise autour d’une cour centrale. On trouve dans le bâtiment de grandes salles pour les malades, des chapelles et tous ce qui peut être utile pour les hospices, cuisines, lingerie, salles de préparation, pharmacie etc.… Les toits d’une partie des bâtiments ont été couverts de tuiles vernissées dans le style typique de la Bourgogne lui donnant son caractère et son identité. De nombreuses œuvres d’art ont été rassemblées aux cours des siècles aux hospices formant aujourd’hui une très belle collection.



 

Photos :(c) Lankaart
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GOTHIQUE

Repost0

Publié le 23 Mars 2012

L‘Abbaye de Fontfroide est une abbaye cistercienne fondée au XIe siècle par des moines bénédictins, elle fut rattaché à l’ordre de Cîteaux en 1146. Sa construction s’échelonne du XIIe au XVIIe siècle. Mais les éléments remarquables du complexe de l’abbaye ont été réalisé entre le XIIe et le XIIIe siècle : l’abbatiale, la salle capitulaire, la grande chapelle et le cloître. Les caractéristiques de Fontfroide sont la taille exceptionnelle de l’abbatiale, 20 m de hauteur et l’élancement de l’édifice.

De style gothique, on y trouve un savant mélange entre des principes spacieux, d’ordonnancement et de disposition en volume propre à l’art roman et l’application des nouveauté techniques propre à l’art gothique, voûte en croisée d’ogive, arc brisé. Manifeste dans l’abbatiale dont la voûte est constitué d’un arc à la brisure très prononcé renforçant l’effet de verticalité et d’élancement. De même le cloître est également marqué par ce mélange des styles, les fines colonnettes à chapiteaux feuillagé géminées supportent un tympan à arc brisé percé d’un oculus ou de trois petit oculi.  








 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GOTHIQUE

Repost0

Publié le 22 Janvier 2012


Le palais des papes à Avignon est un ensemble gothqiue unique au monde, tout à la fois palais, forteresse, centre du monde chrétien, résidence pontificale. Demeure des papaes pendant le XIVe siècle il est le symbole d'une époque prestigieuse. Formée de deux bâtiments, le palis vieux de Benoît XII, construite comme une forteresse, et le palis neuf de Clément VI, qui ressemble plus à un palais.

Cet ensemble acceuillie 6 papes de 1335 à 1376, pendant une période trouble où la guerre de cents ans sévissaient en France, où la peste ravageait l'Europe. L'édifice en lui-même se présente comme une enceinte fortifié isolé de la ville et enfermé, dont l'intérieur est aménagé pour recevoir de grandes salles d'apparat, des salons, des appartements et des chapelles. De grands peintres de l'école de Sienne, Simone Martini et Matteo Giovanetti réaliseront les décors de plusieurs de ces pièces.


Parmis elle la bibliothèque joue un rôle primordiale, c'est l'une des plus grande de l'époque, et elle rassemble autour d'elle intellectuel, savant, éclessisatiques. La cour papale, importante et puissante, maintient une cativité e permanente dans l'édifice. Le départ de cette cour en 1376, fit du palais une coquille vide, les cardinaux-légats qui restaient à Avignon ne pouvaient maintenir les fastes de l'époque papale.


Aujourd'hui le palais des papes partciipe activement au festival d'Avignon, la ocur d'honneur acceuille des représentations.




 

Photos: (c) Lankaart

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GOTHIQUE

Repost0

Publié le 10 Décembre 2011


La cathédrale de Séville est l'une des plus vastes, en termes de surface couverte et de volume, de toutes les cathédrales catholiques du monde - en se rappelant que la basilique Saint-Pierre de Rome n'est pas une cathédrale au sens strict - et évidemment la plus grande d'Espagne.

Ses dimensions en font également le plus grand édifice gothique entièrement construit au Moyen Âge. Elle mesure 115 m de long, 76 m de large ; les voûtes de sa nef centrale s'élèvent à la hauteur de 56 m, ce qui est comparable aux cathédrales de Cologne ou d'Amiens - inférieure cependant à celles de Milan, Palma et Beauvais. Elle possède une trentaine de chapelles sur ses côtés.

 


L'édifice a été construit en lieu et place d'une mosquée almohade dans le souci de symboliser, par un monument prestigieux, la prospérité de la capitale andalouse devenue une grande cité commerçante après la Reconquista.

Le vendredi 8 juillet 1401, lors de la réunion du chapitre qui devait décider la construction du monument, un des chanoines prononça cette phrase qui décrit bien l'état d'esprit des autorités sévillanes : "Construisons un temple si grand que ceux qui le verront terminé nous prendrons pour des fous !".

Les bâtisseurs réutilisèrent des éléments et des colonnes de la mosquée et transformèrent en campanile son minaret, la fameuse tour de la Giralda, aujourd'hui devenue le symbole de la ville.
 


L'intérieur, avec la nef la plus longue d'Espagne, est décoré de façon fastueuse avec profusion d'or. Dans le corps principal de l'édifice, se distingue le choeur qui occupe le centre de la nef. Il s'ouvre sur la Capilla Mayor qui est dominée par le colossal retable gothique comprenant 45 panneaux sculptés représentant des scènes de la vie du christ.
Ce chef d'œuvre unique et véritablement extraordinaire du sculpteur Pierre Dancart est l'ouvrage de toute une vie : c'est le tableau d'autel le plus grand et le plus riche du monde et l'une des plus somptueuses pièces sculptées de l'art gothique.


La cathédrale possède en outre une collection importante de pièces d'orfèvrerie, de tableaux peints et de statues ainsi que le tombeau de Christophe Colomb.

 

Photos: (c) Lankaart
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GOTHIQUE

Repost0

Publié le 26 Septembre 2011

Château de Castelnaud-la-Chapelle (2)

 

Situé à la confluence de la vallée de la Dordogne et de la vallée du Céou qu’il surplombe, le château de Castelnaud fait face à la forteresse de Beynac, son éternel rival médiéval, aux jardins de Marqueyssac et au village de La Roque-Gageac.

 

Un premier château est construit au XIIe siècle avant d’être détruit durant la croisade des Albigeois menée par les armées de Simon de Monfort. Un nouveau château est alors rebâti au cours du XIIIe siècle.

 

Souvent dans le camp anglais pendant la guerre de Cent Ans, il est définitivement pris en 1442 par les armées du roi de France, Charles VII. Suite au conflit, la famille de Caumont récupère le château et en reste propriétaire jusqu’à la Révolution.

 

Château de Castelnaud-la-Chapelle (6)

 

Château de Castelnaud-la-Chapelle

 

Château de Castelnaud-la-Chapelle (5)

 

Château de Castelnaud-la-Chapelle (4)

 

Château de Castelnaud-la-Chapelle (7)

 

Château de Castelnaud-la-Chapelle (3)

 

Photos: (c) Lankaart

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Castelnaud-la-Chapelle

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GOTHIQUE

Repost0

Publié le 26 Septembre 2011


Le retable d'Issenheim provient du couvent des moines Antonins d'Issenheim au sud de Colmar. Il est aujourd'hui exposé au musée d'Unterlinden à Colmar.

Le retable est composé d'une succession de paneaux formant 3 polyptiques du peintre Matthias Grûnewald, exécutés de 1512 à 1516 et d'un ensemble sculpté dut à Nicolas de Hagueneau. Les scènes des différents tableaux du polyptique sont d'une qualité exeptionnelle et d'une très grande varièté dans les couleurs, les compositions et les émotions qui sont traduites.

Le premier panneau montre la crucifixion du christ. Le portrait de la vierge est d'une très grande simplicité et toute la partie gauche du tableau dénote un sens aïgue du dépouillement et crée une très forte intensité dramatique.

A gauche est représenté Saint Sébastien. A droite, Saint Antoine.



Sur la deuxième face, l'Annonciation et la Résurection encadrent la Nativité. La vie du Christ y est résumée en quatre panneaux. Après l'introduction, qui constitue la passion du Christ, ces quatre scènes évoquent sa descente sur terre et sa résurection d'entre les morts. L'ensemble forme un éloge à la vie du Christ.

La Résurection est un tableau particulièrement surprenant pour l'époque. Si les trois autres empreintent aux compositions classiques de la peinture flamande, celui-ci est suréaliste dans son expression.


Sur le dernier panneau, on trouve à droite la Tentation de Saint Antoine et, à gauche, la Rencontre des Saints Ermites : Antoine et Paul.
Ces deux tableaux nous rappellent la longue marche que tout mortel doit parcourir pour arriver à la vérité.


L'art de Grûneval est exceptionnel et à part par rapport à la production artistique de son époque. Si certains éléments de son oeuvre, comme la tentation de Saint Antoine ou la Nativité, se rattachent à la peinture flamande et renvoient à Jérome bosch et Brueghel l'ancien, d'autres sont totalement originaux comme la résurection ou la crucifixion et se rapprochent plus des oeuvres de Goya et de William Blacke. 


L'exubérance de certaines toiles et la profondeur parfois austère d'autres parties de l'oeuvre définissent une personnalité hors de toute tradition picturale.

Enfin, dans un boîte en bois, on trouve un ensemble sculpté dans la pure tradition gothique, sans grand intérêt par rapport à l'oeuvre peinte.

 

Photos : (c) lankaart

 



Le portail nord est aussi appelé « portail de l'Alliance ». Ses statues ont été exécutées entre 1205 et 12107. Elles représentent des scènes de l'Ancien Testament et de la vie de la vierge Marie. Les voussures de la baie centrale évoquent les épisodes de la Genèse. La baie de droite reprend le thème des travaux et des jours. Photos: (c) Lankaart Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Notre-Dame_de_Chartres France - Cathedrale de Bayeux La cathédrale Notre-Dame de Bayeux est […]



Détail de L'Annonciation (1333) tempera sur bois, Florence, Galerie des Offices. (c) Visipix.com Simone Martini, né en 1284 à Sienne, et mort à Avignon en 1344, est un peintre siennois, contemporain de Ambrogio Lorenzetti, élève de Duccio. Il utilise les techniques de la fresque et de la tempera sur bois. En 1333, pour la cathédrale de Sienne, il signe L'Annonciation en collaboration avec son beau-frère Lippo Memmi, un autre peintre siennois, qui peint les deux panneaux latéraux. L'œuvre […]

 

 

 



Le triomphe de la mort, 1562, Musée du Prado, Madrid A la fin du XIVe siècle entre 1347 et 1349 la peste ravage l'Europe, l'ampleur du désatre est énorme, la population est réduite de moitiée, certaines régions durement touchées sont complètement désertées. La mort et ses ravages deviennent des thèmes récurant dans l'imaginaire européen, les danses macabres, les manisfestations du triomphe de la mort exerce une grande facsination. Cette fascination est reprise par l'Eglise qui place la peur […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GOTHIQUE

Repost0

Publié le 12 Septembre 2011

cathedrale de chartre statuaire (11)

 

Le portail nord est aussi appelé « portail de l'Alliance ». Ses statues ont été exécutées entre 1205 et 12107. Elles représentent des scènes de l'Ancien Testament et de la vie de la vierge Marie. Les voussures de la baie centrale évoquent les épisodes de la Genèse. La baie de droite reprend le thème des travaux et des jours.

 

cathedrale de chartre statuaire (6)

 

cathedrale de chartre statuairecathedrale de chartre statuaire (10)
cathedrale de chartre statuaire (5)cathedrale de chartre statuaire (7)

 

cathedrale de chartre statuaire (9)

 

cathedrale de chartre statuaire (2)

 

cathedrale de chartre statuaire (8)

 

Photos: (c) Lankaart

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_Notre-Dame_de_Chartres

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GOTHIQUE

Repost0

Publié le 6 Septembre 2011

La dame à la licorne
La dame à la licorne

 

La Dame à la licorne est une tenture composée de six tapisseries datant de la fin du XVe siècle, que l'on peut voir au musée national du Moyen Âge (Thermes et hôtel de Cluny, à Paris).

Toutes les tapisseries reprennent les mêmes éléments : sur une sorte d'île, on voit une femme entourée d'une licorne à droite et d'un lion à gauche, parfois d'une suivante et d'autres animaux.

Cinq de ces représentations illustrent un sens :

le goût : la dame prend une dragée que lui tend sa servante ;

l'ouïe : la dame joue de l'orgue ;

la vue : la licorne se contemple dans un miroir tenu par la dame ;

l'odorat : pendant que la dame fabrique une couronne de fleurs, un singe respire le parfum d'une fleur dont il s'est emparé ;

le toucher : la dame tient la corne de la licorne ainsi que le mât d'un étendard.

La sixième tapisserie, sur laquelle on peut lire la formule « mon seul désir » (encadrée d'initiales A et R) sur une tente, est plus difficile à interpréter.

Selon le catalogue d'une exposition consacrée aux Primitifs français au Louvre en 2004, ce serait le style du Maître d'Anne de Bretagne (Jean d'Ypres, mort en 1508, ou son frère Louis, tous deux issus d'une lignée de peintres) qui aurait inspiré les cartons des tapisseries.

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Dame_%C3%A0_la_licorne

 

La dame à la licorne
La dame à la licorne

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GOTHIQUE

Repost0

Publié le 4 Septembre 2011

Notre-Dame de Paris - Avril 2019 après l'incendie - Photos: lankaart (c)
Notre-Dame de Paris - Avril 2019 après l'incendie - Photos: lankaart (c)
Notre-Dame de Paris - Avril 2019 après l'incendie - Photos: lankaart (c)
Notre-Dame de Paris - Avril 2019 après l'incendie - Photos: lankaart (c)

Notre-Dame de Paris - Avril 2019 après l'incendie - Photos: lankaart (c)

Notre-Dame de Paris - Photos: lankaart (c)
Notre-Dame de Paris - Photos: lankaart (c)
Notre-Dame de Paris - Photos: lankaart (c)

Notre-Dame de Paris - Photos: lankaart (c)

Notre-Dame de Paris n'est pas la plus grande des cathédrales françaises, mais elle est indiscutablement l'une des plus remarquables qu'ait produite l'architecture gothique en France et en Europe.

Elle fut, lors de son achèvement, la plus grande cathédrale d'occident. Ce chef-d’œuvre, l’un des symboles les plus connus de la capitale française, est situé à l’extrémité est de l’Ile de la Cité, centre historique de la ville, tout près des berges de la Seine.

Sa façade occidentale domine le parvis Notre-Dame - place Jean-Paul II.

La construction s’étant étendue sur de nombreuses décennies (deux siècles) sur l'emplacement d'anciens temples païens, le style n’est pas d’une uniformité totale ; elle possède ainsi des caractères du gothique primitif (voûtes sexpartites de la nef) et du gothique rayonnant : on remarque particulièrement l’audace des arcs-boutants du chœur. Sa façade occidentale est un chef-d’œuvre d'équilibre architectural


Après la tourmente révolutionnaire, la cathédrale a subi, de 1844 à 1864, une restauration importante et parfois controversée dirigée par l'architecte Viollet-le-Duc qui y a incorporé des éléments et des motifs que le monument, légué par le Moyen Âge, n'avait jamais possédés.

En Avril 2019 la cathédrale subit un terrible incendie qui ravage et détruit entièrement la charpente de la couverture. Malgré tout, le monument reste debout, les voûtes subissent des dommages mais sans remettre en cause la stabilité de l'ouvrage. La Cathédrale reste immobile, face à la Seine, ravagé par l'incendie mais toujours présente.

Notre-Dame de Paris - Photos: lankaart (c)
Notre-Dame de Paris - Photos: lankaart (c)
Notre-Dame de Paris - Photos: lankaart (c)

Notre-Dame de Paris - Photos: lankaart (c)

Notre-Dame de Paris - Avant et après Avril 2019 et l'incendie - Photos: lankaart (c)
Notre-Dame de Paris - Avant et après Avril 2019 et l'incendie - Photos: lankaart (c)
Notre-Dame de Paris - Avant et après Avril 2019 et l'incendie - Photos: lankaart (c)
Notre-Dame de Paris - Avant et après Avril 2019 et l'incendie - Photos: lankaart (c)

Notre-Dame de Paris - Avant et après Avril 2019 et l'incendie - Photos: lankaart (c)

Notre-Dame de Paris - Avril 2019 après l'incendie - Photos: lankaart (c)
Notre-Dame de Paris - Avril 2019 après l'incendie - Photos: lankaart (c)

Notre-Dame de Paris - Avril 2019 après l'incendie - Photos: lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GOTHIQUE

Repost0

Publié le 28 Août 2011


Le Monastère de San Juan de los Reyes est l'un des bâtiments les plus somptueux de Tolède.

Construit à la fin du XVe siècle pour les Rois Catholiques, il est un exemple de la transition entre le gothique hispano-flamand, premier niveau des arcades du cloître et les débuts de la renaissance au deuxième niveau.

Ce cloître fut réalisé par Enrique Egas, de grandes baies ouvrent sur le cloître, la décoration florale et animale agrémente l'ensemble.
Des plafonds ploychromes, de style mudejar, agrémentent l'étage. Le cloître est d'une très grande qualité architecturale. La verticalité des éléments d'architecture prédomine dans la composition des façades du cloître, assurant l'équilibre de la composition d'ensemble.

 



 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GOTHIQUE

Repost0