Articles avec #egypte antiquite tag

Publié le 7 Avril 2012

Louxor Ramesseum (2)
 

Dès son accession au trône Ramses II commence l’édification de son temple funéraire le Ramesseum, XIXe Dynastie, 1260 av. JC. Cet ensemble immense comprend le sanctuaire mais également de vastes magasins voûtés. L’imposant pylône d’entrée précède deux cours qui étaient ornée de nombreuses statues du souverain. Trois rampes permettent d’accéder au temple et à sa grande salle hypostyle. De plan basilical et comportant 48 colonnes monumentale la grande salle rappelle Karnak.  La salle suivante est abondamment décorée de scènes astronomiques.


Louxor Ramesseum (3)

Plan des Ramesseums
Louxor Ramesseum

Louxor Ramesseum (4)

Louxor Ramesseum (5)

 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #EGYPTE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 7 Avril 2012



Louxor medinet habu[1]
 

Le temple funéraire de Ramses III (XXe Dynastie, vers 1770 av. JC, est le mieux conservé de la grande nécropole de Thèbes (Louxor aujourd’hui). L’enceinte de 315m par 205 abrite plusieurs ensembles dont un petit temple de la XVIIIe dynastie et des chapelles funéraires de trois Divines Adoratrices datant des XXV et XXVIe dynastie. 
 

Louxor Medinet Habu (5)

L’immense pylône d’entrée du temple de Médinet Habou est suivi de deux cours dont la première donne accès au grand palais rituel.


La deuxième cour ouvre, dans l’axe de composition, sur le temple rituel doté de plusieurs salles hypostyles et qui abrite le sanctuaire de la barque. Autour du sanctuaire de nombreuses construction s témoignent  de l’activité administrative du site, véritable centre du pouvoir.
 

Louxor Medinet Habu plan
De nombreux bas-reliefs illustrent  la vie de Ramses III, ses guerres, ses chasses, ses conquêtes. Notamment la première cour (33 x 42 m.) évoque tous les succès militaire de l’empereur sur les Libyens et les Peuples de la Mer. L’architecture de la cour présente une façade ornée de sept piliers osiriaques du roi, aujourd’hui en partie endommagé.


Louxor Medinet Habu (6)
 

Louxor Medinet Habu (10)Louxor Medinet Habu (11) 


Louxor Medinet Habu (12)

Louxor Medinet Habu (13)
 

Louxor Medinet Habu (14) Louxor Medinet Habu (2)


Louxor Medinet Habu (4)

Louxor Medinet Habu (8)
 

Louxor Medinet Habu (9)Louxor Medinet Habu (7) 

 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #EGYPTE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 7 Avril 2012

 

Cette œuvre exposé au musée du Louvre est un témoignage précieux de l’art du Nouvel Empire (-1550 à -1069). Elle abritait les cercueils emboîtés du pharaon Ramsès III. Le décor est une référence au 7e et 8e chapitre du « Livre des demeures secrètes ». Ce livre décrit le voyage de la barque solaire dans le monde nocturne. Le livre est divisé en 12 chapitres correspondant aux 12 heures de la nuit. Le livre se finit par la victoire du soleil qui renaît au matin après avoir vaincu les forces maléfiques. Le pharaon suit le même voyage et doit au matin se fondre avec le dieu Rê, soleil victorieux.


Le décor de la cuve est marqué par le représentation d’Isis d’un côté et de Nephthys de l’autre. Le thème de la barque solaire apparaît de façon récurrente dans le décor.





 

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #EGYPTE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 7 Avril 2012

Néfertiti,buste, Altes Museum, Berlin.
 

Néfertiti (-1370-1334) fut l'épouse d'Akhenaton le neuvième pharaon de la XVIIIe dynastie (Nouvel Empire). Akhenaton marquera l'histoire de l'Egypte, sa vision mystique d'un Dieu unique, Rê-Horakhty (qui est dans Aton), sa remise en cause du pouvoir des prêtres de Thèbes vont constituer une véritable révolution dans les mentalités et dans le jeu du pouvoir au sein de l'empire. Mais cette révolution ne durera que le temps d'un règne. Néfertiti jouera un rôle important auprès de son époux, d'une beauté légendaire sa représentation dans les temples et les palais fut l'un des thèmes artistique récurent de leur règne. Le buste conservé au Altes museum de Berlin nous montre une femme en effet d'une grande beauté et visiblement très intelligente. Ce buste est certainement l'une des plus belles représentations de la femme égyptienne.
 


 

Photos: (c) Lankaart

 
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #EGYPTE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 7 Avril 2012

Le Temple d’Hatshepsout est l’une des constructions les plus originales de l’antiquité égyptienne, adossé à une immense falaise,  le palais est marqué par une composition d’une très grande audace à l’échelle du site, brisant les canons habituel de l’architecture classique. La  reine Hatshepsout fit construire son temple au pied des falaises abruptes du désert thébain non loin  du sanctuaire de Mentouhotep, aux environs de 1470 av. JC.


Construit en calcaire le temple émerge de la falaise elle-même. Il se compose d’une grande rampe précédée d’une grande cour et qui mène à deux terrasses. Les façades de celles-ci sont chacune bordées d’un portique de part et d’autre de la rampe. Le portique de la  terrasse inférieur est décoré de fresques relatant l’expédition au pays du Pount et du mythe de la naissance d’Hatshepsout, et est prolongé par un sanctuaire dédié à Anubis au nord et par une chapelle dédié à Hathor au sud. La terrasse supérieure donne accès au sanctuaire principal. De colossales statues osiriaques de la reine précèdent  l’accès à la cour du sanctuaire. Depuis celle-ci on accède au reposoir de la barque d’Amon-Rê et d’Hatshepsout creusés dans la roche.







 

Photos: (c) Lankaart

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #EGYPTE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 6 Avril 2012

Nefertari tombeau

 

XIXème Dynastie, vers 1250 av. JC.

 

Néfertari « Grande Epouse Royale » de Ramsès II a bénéficié d’un vaste complexe funéraire dans la vallée des Reines à Louxor (ancienne Thèbes). Construit du vivant de la reine le complexe était richement ornée, malheureusement peu d’objets ont survécu au pillage de la tombe. On atteint la tombe après avoir descendu 18 marches taillées dans la roche menant à une antichambre puis à un deuxième escalier qui plonge dans les profondeurs de la montagne. Le caveau principal est flanqué de 3 petites chambres. L’antichambre et son annexe son richement décorées entre autres de deux représentations du Dieu solaire. A gauche on peut découvrir le dieu Khépri  qui incarne le soleil levant sous la forme d’un scarabée.  En face le dieu Rê-Horakhty hiérocéphale incarne le soleil couchant.

 

On peut également voir des représentations de la déesse Hathor et de la déesse-vautour Nekhbert aux ailes largement déployées.  Dans le corridor on peut voir des fresques représentant Néfertari offrant des boissons aux déesses Isis et Nephthys.  Les scènes de l’annexe montrent la reine accompagnée par une divinité, le dieu Harsiésis, Horus fils d’Isis, à tête de faucon, qui la conduit au dieu solaire.

 

L’ensemble des ces fresques somptueuses sont un vivant témoignage de l’art accomplie de l’ancienne égypte.

 

nefertari tombeau isisNefertari tombeau Horus
nefertari tombeau portraitNefertari tombeau thot

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #EGYPTE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 23 Mars 2012

Fresques du temple de Beit el-Wali, British Museum, Londres
 

Cette splendide fresque du temple de Beit el-Wali, décrit l’expédition de Ramsès II en Nubie, au sud de l’Egypte. On reconnait dans les personnages des armées ennemies nubiens et africains des contrées tropicales. A gauche de la fresque Ramsès II (1279-1213 av. JC.) est représenté sur son char en vainqueur vaillant et indestructible. A droite de la fresque Ramsès II est représenté en souverain vainqueur recevant les présents des régions soumises en présence du vice-roi Amenemope. Les présents sont nombreux : or, esclaves, éléphants, encens, lion, girafe, gazelle, léopard etc.…


Cette copie conservé au British Museum de Londres est d'une très grande beauté, les couleurs et le réalisme des détails nous permettent de bien apréhendé l'art classque du nouvel Empire.
 



 

Photos: (c) Lankaart

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #EGYPTE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 18 Mars 2012

Nebamun, British Museum Londres

Ces splendides fresques proviennent de la tombe d'un "scribe et conteur de grain", fonctionnaire important à Thèbes, ancienne capitale de la Haute-Egypte. Bien qu'elles datent d'environ 1500 av. JC elles ont gardé toute leur fraicheur et nous raconte la vie au quotidien à cette époque, au bord du fleuve, dans les champs, au milieu des troupeaux. Le dessin des animaux et des plantes, le rendu des couleurs, tout nous démontre la qualité d'un art à son sommet.
 




 

Photos : (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #EGYPTE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 20 Décembre 2011


Ancienne capitale du deuxième nome de Haute Egypte, c'est à Edfou que l'on trouve l'un des temples les mieux conservés d'Egypte.

Commencé sous Ptolémée III Evergète en 237 avant JC, il est une retranscription fidèle du temple classique tel que le décrit Imhotep.

Très étendu à l'origine, il ne reste aujourd'hui que le pylône et le temple principal. Consacré à Horus, à l'intérieur le bas-relief raconte la victoire du fils d'Osiris sur Seth, dieu des enfers.

L'utilisation de la lumière, à l'intérieur du temple, confère à l'ensemble une ambiance très particulière. La transition entre l'extérieur et l'intérieur du temple, puis vers le saint des saints est emblématique d'une maîtrise parfaite de l'espace et de la lumière.

L'impression générale, quand on arrive dans le temple, est saisissante.
J'y suis allé avec mes enfants qui ont été impressionés par la splendeur intérieure du temple.
Pour des enfants qui ont énormément de mal à qualifier les ruines qui parsèment la vallée des rois, Edfou est une révélation. L'ensemble du temple est encore debout et surtout le bâtiment du temple, les salles et galeries périphériques sont encore couvertes par leurs dalles.

La lumière est diffuse, la pénombre omniprésente, la sainteté des lieux encore perceptible. Là, ils comprennent ce qu'était un temple égyptien.


Les salles se succèdent sur un axe qui mène à la salle du sanctuaire d'Horus. Plus on avance, plus les salles sont petites, les colonnades moins nombreuses, la décoration moins ostentatoire. Le plafond baisse progressivement alors que l'on monte peu à peu emmarchement par emmarchement.

Dans la dernière sale, la pénombre règne et on peut accéder à une galerie périphérique. Le long de celle-ci, des salles de prières et de recueillement sont richement décorées de bas reliefs. Des escaliers partent vers le toit, la plupart sont fermées.
Au bout de ces galeries, on débouche sur une immense galerie qui longe la façade arrière du temple. Le long de cette galerie, un immense bas relief raconte la lutte d'Horus et de Seth.

On est vraiment plongé comme nulle part ailleurs dans l'ambiance de cette époque.


Pourtant, le temple datant de l'époque ptolémaïque n'est pas un chef d'oeuvre de pureté. Il n'est que la réplique d'un modèle de nombreuse fois répété, il y a 2.000 ans, entre Imhotep et Ptoléméen III.

C'est comme si, aujourd'hui, on érigeait un temple romain au centre de Paris. Mais la magie est là, puissante et ensorcelante.

Quand on vient des lointaines contrées européennes, on reste saisie par tant de grandeur, de majesté et de maîtrise.


Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #EGYPTE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 24 Novembre 2011

Coffin Shrine of Khonsu

 

Somptueux décor d'un cercueil, qui illustre le passage de la vie à la mort.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #EGYPTE ANTIQUITE

Repost0