art premier oceanie

Publié le 2 Mars 2013

 Figures Uli - Berlin

Figures Uli - Berlin

 Figures Uli - Photo: The MET

Figures Uli - Photo: The MET

Aujourd'hui quelque 250 sculptures Uli sont encore conservées dans des collections publiques. Elles étaient utilisées dans le cadre d’importantes cérémonies à la mémoire des morts, dont la préparation durait plusieurs années. Les cérémonies Uli se composaient d’un certain nombre de fêtes indépendantes, au cours desquelles on érigeait ces statues au sommet d’un toit ou à l’intérieur de petites huttes coniques. Des danses et des festins marquaient la cérémonie publique, tandis que les activités rituelles demeuraient largement secrètes. Ces sculptures n'étaient pas détruites après les cérémonies mais conservées pour être réutilisées plus tard. On les réactivait en les repeignant.


Les sculptures Uli semblent affronter directement le spectateur et l’impressionner par leur présence. On est frappé d’emblée par les visages surdimensionnés aux yeux en coquillages, qui sont dotés d’une grande bouche laissant apparaître des rangées de dents agressives et ornés d’un menton accentué, prolongé par une barbe. Un caractère marquant est le pénis très visible qui, associé aux seins, engendre un aspect hermaphrodite déroutant. Celui-ci symbolise l’union des principes masculin et féminin, la représentation globale de la force, de la créativité et de la puissance humaine.

 

 

Figure Uli - Musée du Louvre - Photos: Lankaart (c)
Figure Uli - Musée du Louvre - Photos: Lankaart (c)

Figure Uli - Musée du Louvre - Photos: Lankaart (c)

Figure Uli

Figure Uli

Figures Uli - Berlin
Figures Uli - Berlin

Figures Uli - Berlin

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART PREMIER OCEANIE

Repost0

Publié le 23 Mars 2012

Sculpture Kanak, Musée des Arts Premiers, Louvre, Paris

Cette sculpture est le chambranle d'une grande maison cérémonielle, L'art Kanak attache une importance particulière au décor de ces grandes maisons, centre de la vie sociale et reigieuse. Les sculptures sont l'oeuvre d'artistes reconnu au sein du clan et dont la vocation et l'art sont protégés, ils font partie intégrante de la société.

La maison cérémonielle représente la personne du chef, mais aussi ce qui unie les clans au chef et par delà aux autres clans extérieurs au village. Cette maison existe de part sa relation avec les ancêtres qui seront représentés dans tout l'édifice et particulièrement sur les chambranles qui encadrent l'entrée dans la demeure. Dans ces sculptures ce qui compte c'est l'expression du visage, le corps est rendu sommairement, le visage lui est extrémement expressif, il est la représentation du chef. Dans la tradition après la mort de celui-ci, la maison et l'ensemble des sculptures étaient détruites.

 


Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART PREMIER OCEANIE

Repost0

Publié le 16 Janvier 2012

Figurines kulap, Dahlem Ethnologische Museum, Berlin

L'île de Nouvelle-Irlande fait partie de l'archipel Bismark au nord de la Papouasie, cette île est réputée pour sa production artistique d'une grande richesse. Parmis l'ensemble de la statuaire utilisées pour différents rites initiatiques, festifs, ou mortuaires, ces statuettes funéraires appellé kulap, sont des objets très particuliers.

Ces figures en craies blanches sont très simplifiées par rapport aux figures malangan ou aux masques tatanua. Ces figurines étaient utilisé lors des cérémonies mortuaire, elles étaient brisé à la fin des rituels libérant l'esprit du mort du monde des vivants. D'une très grande qualité plastiques, ces statuettes sont des exemples uniques d'un art aux multiples facettes.

 



Photos: (c) Lankaart

 
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART PREMIER OCEANIE

Repost0

Publié le 3 Janvier 2012

 

L'île de Nouvelle-Irlande fait partie avec la Nouvelle Bretagne de l'archipel Bismarck situé à l'Est de la Nouvelle-Guinée en Mélanésie. De 1880 à 1919 elle fut une colonie allemande, les allemands très intérrésé par la culture et l'art des îles ramenèrent de nombreux objets et témoignages de cette culture. Une grande partie de cette collection unique au monde est exposé au musée Dahlem-Kunst und Kulturen der Welt à Berlin.

Cette art qui au début fascinait les navigateurs et scientifique eu une influence importante sur les artistes européen du début du XXe siècle, l'expresivité des sculpture, l'inventivité des formes et des couleurs, le mélange des matières ouvraient de nouveaux champs d'exploration aux artistes, tel Emil Node, André Breton, Louis Aragon ou Paul Eluard dans la mouvence du suréalisme puis après guerre Roberto Matta et Arman.


 


La diversité de la production artistique de Nouvelle -Irlande est dut à la multiplicité des cultures, ont y trouve 22 langues différentes et chaque groupe a dévelloppé ses propres caractéristiques artistiques et rituels autour du culte des ancêtre et du rapport à la mort.

La cérémonie Malagan est l'un des rites les plus courant dans le nord de l'île, il met fin à la période de deuil et consacre le passage du mort dans le monde des esprits et le transfert de son énergie à l'un des menbres de son clan.

 


Les sculptures ont un rôle majeur dans ce rite, elle sont le symbole du passage du mort de notre monde à l'autre. Elle ne sont pas le portrait du mort mais plutôt une représentation symbolique.

 


Elles sont toutefois souvent spectaculaire et mêle plusieurs technique, certaines sont céré à partir d'un collage de nombreuses matières, bois, plumes, coquillage, os et forment un objet compact chatoyant, aux matières et couleurs multiples, d'autres plus classiques, en bois, peinte en rouge et noir sont somptueusement scupltées de motifs décoratifs, les variations sur cette techniques sont multiples et sans fin, elles sont toutes à la fois similaires et différentes. D'autres sculpture représentes des animaux de façoon stilisé et fantasmagorique.


Cet art existe toujours aujourd'hui, il reste une composante essentielle de la culture des îles.

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART PREMIER OCEANIE

Repost0

Publié le 20 Décembre 2011

Museum Dahlem Kunst und Kulturen der Welt Berlin

Les îles Luf, ou îles Hermit, au large de la Papouasie, sont de toutes petites îles perdues dans l'immensité de l'océan Pacifique, 11 km² pour 1300 habitants aujourd'hui.

Nous avons très peu de témoignages de la production artistique de ces îles. Cette statue, grandeur nature, est l'une des seules existantes.

La profonde humanité qui se dégage de cette effigie d'un homme adulte, l'économie de moyen, la décompoisition très simple en plans bien marqués qui prennent la lumière, sont le témoignage d'une approche artistique originale.


Photos: (c) Lankaart

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART PREMIER OCEANIE

Repost0

Publié le 1 Octobre 2011


Vanuatu, Mélanésie
Trrou Körrou, dans une des langues de Malo, signifie " celui qui est dressé devant vous, qui vous regarde ".

Chaque village de Malo possédait au moins une maison des hommes et la communauté masculine était divisée en un système de grades hiérarchisés.

La sculpture Trrou Körrou célébrait l'accession d'un homme à l'un des plus hauts grades d'une société du sud-est de Malo.


Les mâchoires de porcs sculptées et gravées témoignaient alors des sacrifices que le commanditaire avait dû offrir pour célébrer sa nouvelle promotion.
Cette statue a été réalisée en bois de natora, utilisé couramment en Mélanésie pour la réalisation des poteaux des édifices cérémoniels.


Les traditions artistiques mélanésiennes ont pour caractéristique commune la préoccupation de l’impact visuel de l’œuvre d’art sur les spectateurs. En l’éblouissant, elles les persuadent du pouvoir de ceux qui les possèdent et les utilisent.

A l’exception des certaines des îles Salomon, les sociétés mélanésiennes n’ont pas de structures politiques reposant sur l’hérédité, comme c’est le cas en Polynésie et en Micronésie. Toutes les fonctions sont en effet accessibles à ceux qui ont les capacités, la richesse et le tempérament indispensable à l’obtention des différents titres ou grades.
La plupart des populations insistent sur l’importance de la chaîne des ancêtres, donc des lignages et des clans comme force motrice de la société.

La production artistique est liée aux clans et aux sociétés d’initiation qui permettent d’établir des relations entre la communauté et les esprits des ancêtres.

Les sociétés d’initiation.
Elles étaient, et sont encore aujourd’hui, des institutions sociales qui jouent un rôle capital dans l’organisation de la vie spirituelle, politique et sociale de nombreuses populations mélanésiennes.

Pour franchir les différents grades ou niveaux de ces sociétés, il faut faire un don d’objet de valeur et d’argent, organiser des fêtes, montrer qu’on a l’étoffe d’un chef et acquérir un certain nombre de connaissances ésotériques.
Dans les villages, ces maisons sont souvent les édifices les plus grands et les plus imposants.

Les œuvres d’art servent à distinguer les grades, les membres d’honneur et peuvent tenir lieu de cadeaux. Les figures des ancêtres prennent place le plus souvent près du bâtiment de la société d’initiation. Devant le bâtiment, elles se mèlent parfois à de grandes figures en bois représentant les différents grades de la société.

 

Musée des Arts Premiers Paris, Louvre. Début XIXe.

Source: Musée des Arts Premiers.

Photos: (c) Lankaart

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART PREMIER OCEANIE

Repost0

Publié le 22 Mars 2011

Australie Lorna Napanagnka

 

La plupart du temps les peintures représentent des cartes stylisées vue du ciel. Ces dessins étaient autrefois réalisés sur du sable ou sur les parois des grottes.  Le fond est souvent ocre, marron ou noir, il représente le sol.  Les signes tracés sur la toile ont une signification propre à chaque tribu, à chaque peintre et même à chaque histoire racontée. Certains signes ont même des significations cachées qui ne peuvent être dévoilées qu'avec l'accord de son gardien-dépositaire.

 

Cependant certains signes courants ont des valeurs à peu près communes.  Ils figurent les campements, points d'eau ou grottes, les chemins, des personnages, des traces d'animaux( rarement les animaux eux-mêmes), les plantes et les astres.  L'espace entre les signes est comblé par des points ou des bandes de couleurs.

 

Australie peinture

 

Australie peinture contemporaine

 

Source:

http://nezumi.dumousseau.free.fr/austrar2.htm

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART PREMIER OCEANIE

Repost0

Publié le 8 Mars 2011

Australie icons of the desert early aboriginal paintings fr

 

Icône du désert

 




Musée d'Ethnologie, Berlin. Les sculptures malagan sont réalisées pour des cérémonies d’inhumation et de commémoration des morts, qui permettent aux âmes des défunts de passer dans l’au-delà. Leur force spirituelle se transmet ainsi à la génération suivante. Un événement central est le dévoilement d’une hutte d’exposition, où sont érigées les sculptures malagan, censées s’animer au moment de leur présentation publique. C’est grâce à elles que les âmes des défunts peuvent s’unir au monde des […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART PREMIER OCEANIE

Repost0

Publié le 4 Janvier 2011

 

 Le didgeridoo est un instrument de musique à vent de la famille des cuivres. A l'origine, cet instrument est joué par les Aborigènes du Nord de l'Australie, son usage semble très ancien, certains prétendent qu'il pourrait remonter à l'âge de la pierre (20 000 ans), d'après une peinture rupestre ancestrale, représentant un joueur de didgeridoo, analysée au carbone 14. C'est une trompe en bois, lointaine cousine du cor des Alpes ou du tongqin tibétain.

 

Didgeridoo, didjeridoo, didjeridu ou didjeridou, est un mot d'origine onomatopéique inventé par les colons occidentaux à partir du son de cet instrument. Les Aborigènes le nomment différemment en fonction de leur ethnie. Parmi la cinquantaine de noms, les plus courants sont : yidaki, mooloo, djubini, ganbag, gamalag, mago, maluk, yirago, yiraki, etc.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART PREMIER OCEANIE

Repost0

Publié le 18 Novembre 2010

nouvelle irlande masque heaume

 

Les sculptures malagan sont réalisées pour des cérémonies d’inhumation et de commémoration des morts, qui permettent aux âmes des défunts de passer dans l’au-delà. Leur force spirituelle se transmet ainsi à la génération suivante. Un événement central est le dévoilement d’une hutte d’exposition, où sont érigées les sculptures malagan, censées s’animer au moment de leur présentation publique. C’est grâce à elles que les âmes des défunts peuvent s’unir au monde des ancêtres. Aux yeux des habitants de Nouvelle-Irlande, les sculptures ne sont plus que des «enveloppes vides» lorsque la cérémonie s’achève ; on les laisse alors pourrir ou on les vend à des marchands occidentaux.




Musée des Arts Premiers, Louvre, Paris Aujourd'hui quelque 250 sculptures uli sont encore conservées dans des collections publiques. Elles étaient utilisées dans le cadre d’importantes cérémonies à la mémoire des morts, dont la préparation durait plusieurs années. Les cérémonies uli se composaient d’un certain nombre de fêtes indépendantes, au cours desquelles on érigeait ces statues au sommet d’un toit ou à l’intérieur de petites huttes coniques. Des danses et des festins marquaient la […]
 


Musée Dahlem, Berlin La Nouvelle-Irlande, île d'Océanie située au Nord de la Papouasie est réputée pour sa production artistique de très grande qualité et d'une richesse incroyable. Ce masque heaume sculpté et peint dans le style du Nord était portée lors des cérémonies Tatanua qui donnait lieu à l'utilisation de nombreux masques, sculptures et décors. Fait d'écorce, de coquillage, de bois, d'étoffe, de plumes et de cheveux ce masque est l'exemple même de la très grande créativité des […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART PREMIER OCEANIE

Repost0