art moderne

Publié le 12 Mai 2019

Marie Laurencin - Chanel

À l’automne 1923, Marie Laurencin travaille pour les ballets russes de Serge de Diaghilev établis à Paris, Monte-Carlo et Londres, et réalise les décors et les costumes du ballet Les Biches. De son côté, Gabrielle dite Coco Chanel (1883-1971), dessine les costumes de la même compagnie pour l’opérette Le Train Bleu sur un scénario de Jean Cocteau et une musique de Darius Milhaud. Déjà riche et célèbre, Coco Chanel commande son portrait à Marie Laurencin, qui débute une carrière de portraitiste mondain.
L’artiste représente Coco Chanel de face, assise et alanguie, la tête penchée s’appuyant sur son bras droit. Marie Laurencin mêle désormais constamment les animaux aux humains et représente ici un caniche blanc assis sur les genoux du modèle. Sur la droite du tableau, un autre chien bondit vers une tourterelle qui semble descendre du ciel vers Coco Chanel, comme la colombe du Saint-Esprit, peut-être un symbole de la liberté ? La douce harmonie des couleurs, verte, bleue et rose est renforcée par le long trait noir de l’écharpe tombant du cou du modèle.
Chanel n’apprécia pas ce portrait et refusa de le payer à Marie Laurencin. Cette dernière, furieuse, ne voulut pas lui livrer un second portrait et garda celui-ci.

musee-orangerie.fr

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 6 Mai 2019

Franz Marc - La cascade

Franz Marc - La cascade

Franz Marc (1880-1916) est une figure majeur de l'expressionnisme allemande d’avant-guerre. Fondateur du mouvement Blaue Reiter il explore avec passion l'univers de la couleur, influencé par Gauguin et le  Fauvisme il  créée un univers où le paysage et la nature prédominent. Il reste loin de la fascination exercé par la modernité sur les peintres parisiens comme Delaunay ou Léger, les animaux seront l'un de ses thèmes favoris. La Cascade est un hommage à l'oeuvre de Gauguin et au tableau Le bain Turc d'Ingres, on y retrouve les couleurs des Fauves, les femmes aux poses alanguies, le décor de la nature omniprésente.

 

Source: RR 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 4 Mai 2019

Delaunay - Equipe de Cardiff

Delaunay - Equipe de Cardiff

Robert Delaunay peint entre 1912 et 1913 une série de toiles présentée au Salon des indépendants de 1913 sur le thème de L'équipe de Cardiff . Il y mêle l'ensemble de ses influences: la couleur issue du travail des fauves, la déconstruction de la vision propre au cubisme, le mouvement des futuristes italien et l'abstraction dont il explore le potentiel à la même époque dans une autre série, Les Fenêtres. La toile reste pourtant figurative on y reconnait les joueurs de rugby, la Tour Eiffel, les affiches publicitaires. 

Cette oeuvre est un manifeste du mouvement qu'il crée avec sa femme Sonia, le simultanéisme, où il recherche l'équilibre entre les couleurs et le mouvement, fasciné par la modernité, les avions, les voitures, la vitesse, le sport. 

Source: RR

Delaunay - Equipe de Cardiff - Photos: Lankaart (c)
Delaunay - Equipe de Cardiff - Photos: Lankaart (c)

Delaunay - Equipe de Cardiff - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 2 Mai 2019

Macke - Couple dans la forêt

Macke - Couple dans la forêt

Macke, peintre allemand, mort à 27 ans lors de la première guerre mondiale, était une figure marquante de la peinture du début du XXe siècle. Jouant d'un subtil équilibre entre le lyrisme, le travail sur la couleur et la décomposition de l'espace propre au cubisme il savait créé des ambiances apaisés  autour du thème de l'éternel féminin. 

Source: RR

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 30 Avril 2019

Franz Marc - Chevreuil

Franz Marc - Chevreuil

Franz Marc (1880-19016) est un peintre allemand, très tôt il est tout à la fois  passionné par la figuration animale, et très influencé par Gauguin et son travail sur la couleur. La fréquentation de Léger et Delaunay à Paris et de Kandisky en Allemagne l'oriente peu à peu vers le cubisme et l'abstraction. Le Chevreuil est une démonstration très équilibré entre l'influence coloriste de Gauguin et des fauves, les recherches cubistes et les prémices de l'abstraction géométrique.

 

Source: RR 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 28 Avril 2019

Jacques Villon - L'atelier de mécanique

Jacques Villon - L'atelier de mécanique

Jacques Villon (1875-1963), de son vrai nom Gaston Duchamp Villon, participe en 1911 à la création d'un groupe baptisé Section d'Or par Villon et regroupant notamment ses frères Marcel Duchamp et Raymond Duchamp Villon. Il pratique un cubisme moins hermétique et intellectuel que Picasso et Braque à la même époque, influencé par Léonard de Vinci il travaille sur la répartition pyramidale de l'espace et la perspective linéaire interprété en dehors de toute représentation du réel. Conciliant tradition et cubisme il conserve à travers ses recherches mathématiques et géométriques un subtil équilibre entre couleur et dessin. L'atelier de mécanique illustre ses recherches. 

 

Source: RR

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 26 Avril 2019

Franz Marc - Renard

Franz Marc - Renard

Franz Marc - Vache

Franz Marc - Vache

Franz Marc (1880-19016) est un peintre allemand, très tôt il est tout à la fois  passionné par la figuration animale, et très influencé par Gauguin et son travail sur la couleur. L'ensemble des œuvres qu'il réalise juste avant la première guerre mondiale, où il perdra la vie, constitue un fantastique bestiaire aux couleurs vives parfois irréelles. 

 

Source: RR 

Franz Marc - Chat

Franz Marc - Chat

Franz Marc - Taureau

Franz Marc - Taureau

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 24 Avril 2019

Raoul Dufy - Arbres à l’Estaque - 1908

Raoul Dufy - Arbres à l’Estaque - 1908

Comme la plupart de ses contemporains, Dufy est bouleversé par la rétrospective consacrée à
Cézanne au Salon d’automne de 1907, où il expose, et par celle que la galerie Bernheim-Jeune
organise à la même période. Toute la question du cubisme posée par le renoncement à la perspective
traditionnelle pour traduire la troisième dimension sur une surface plane, éclate aux yeux des jeunes
peintres. Selon Dufy : « Tout est basé, sur une observation purement physique. Ne serait-il pas intéressant
de reprendre, pour la pousser plus loin, l’étude de la perspective conditionnée selon les exigences propres du tableau, ce que j’appellerai [sic] la perspective morale, pour l’opposer à l’autre [à la perspective euclidienne] ? ».

Dès lors un changement commence à s’opérer dans sa conception du paysage. Il abandonne les coloris et les aplats qui caractérisaient jusque-là sa période fauve, au bénéfice d’une gamme chromatique restreinte. Le cadrage se resserre et la perspective se modifie.

Avec Georges Braque (un des futurs chefs de file du cubisme), qu’il rejoint durant l’été 1908 à l’Estaque, il continue d’explorer les voies ouvertes par Cézanne. Sa composition continue de se simplifier, l’espace de se géométriser et de se saturer, sa palette devient de plus en plus limitée. Ses œuvres font alors preuve d’une organisation beaucoup plus rigoureuse. Toutefois, et contrairement à Braque qui rejoint très vite Picasso, Dufy ne mènera pas
l’expérimentation cézannienne jusqu’à la déstructuration complète de la forme et jusqu’aux portes de l’abstraction.

ville-martigues

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 18 Avril 2019

Delaunay - Fenêtres

Les Fenêtres de Delaunay prennent pour point de départ la représentation de la lumière et la dynamique des couleurs. Même si ces tableaux représentent une réalité extérieure, ils sont pourtant considérés comme étant abstraits, car l'objet a perdu son importance. Contrairement à Kandinsky, Delaunay ne trouve pas ses tableaux en faisant une prospection intérieure, mais en observant directement la nature, comme il l'explique dans une Lettre à August Macke, datée de 1912 : « Une chose indispensable pour moi, c'est l'observation directe, dans la nature, de son essence lumineuse. Je ne dis pas précisément avec une palette à la main (quoique je ne sois pas contraire aux notes prises d'après la nature immédiate, je travaille beaucoup d'après nature: comme on appelle ça vulgairement: devant le sujet). Mais où j'attache une grande importance, c'est à l'observation du mouvement des couleurs. C'est seulement ainsi que j'ai trouvé les lois des contrastes complémentaires et simultanés des couleurs qui nourrissent le rythme même de la vision. Là je trouve l'essence représentative - qui ne naît pas d'un système ou d'une théorie a priori. » En refusant tout système a priori, il s'éloigne des « cérébralités » d'un Malévitch ou d'un Mondrian.

Pourtant, à l'époque, Delaunay est considéré comme cubiste, et sa peinture peut donc être vue comme telle. Delaunay propose ici une issue au cubisme, qui d'habitude se concentre sur la fragmentation perceptive et ne produit qu'une peinture en camaïeux éteints : il provoque avec l'agencement de couleurs une sensation de rythme, et les plans colorés se succèdent en aplats brillants et colorés, ce qui donne une sensation cadencée. Delaunay aimera d'ailleurs à cette époque se considérer comme « l'hérésiarque du cubisme ».

Plutôt que de parler de peinture abstraite, Delaunay préfère le terme d'« inobjectif », tandis que le poète Guillaume Apollinaire parle de « peinture pure ». La pureté de la lumière ne se définit alors pas par rapport au réel mais représente un déplacement de la source d'inspiration du peintre vers la source elle-même de la peinture (ce qui a pour équivalence la recherche pure des sonorités dans un poème). Apollinaire écrit dans la revue Chroniques d'art : « Delaunay inventait dans le silence un art de la peinture pure. On s'achemine ainsi vers un art entièrement nouveau qui sera à la peinture [...] ce que la musique est à la poésie. Ce sera de la peinture pure. ».

Wikipedia

Delaunay - Fenêtres
les fenêtres n°3

les fenêtres n°3

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 15 Avril 2019

Picasso - Portrait de jeune fille 1914 - Eva Gouel

Picasso - Portrait de jeune fille 1914 - Eva Gouel

Après s'être séparé de Fernande Olivier en 1912, Picasso fait apparaître sa nouvelle compagne Eva Gouel, qui était auparavant avec son ami Louis Marcoussis, dans ses toiles cubistes, alors créées en pleine synergie avec Georges Braque, souvent sous forme d’une guitare ou d’un violon et en inscrivant une courte phrase ma jolie, « J’aime Eva », parfois même tronquée de certains mots

Wikipedia

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0