Articles avec #analyses et theories tag

Publié le 20 Septembre 2017

L'Enlèvements des Sabines 1634

L'Enlèvements des Sabines 1634

L'Enlèvements des Sabines 1637

L'Enlèvements des Sabines 1637

Ces deux tableaux de Poussin sur le même thèmes, l'Enlèvement des Sabines, illustrent les recherches et les errements propres à la création artistique. Ces deux versions sont très différentes et trois années les séparent, trois années de travail, pendant lesquelles Poussin à travers ses dessins va continuer à explorer le thème et va faire varier son interprétation du sujet. 

Le tableau décrit Romulus, à gauche, donnant le signal de l’enlèvement. Sa pose dérive directement de la statuaire impériale antique. La composition très dramatique de ces toiles reflète toute la tension de l'épisode.

Poussin passe ainsi d'une première idée à une deuxième à travers un travail de transformation radicale de l'image où s'opèrent des déplacements, des prises en considération de la figurabilité, alors qu'il se base sur le même texte de référence. Toutes les opérations du travail du rêve, de la création, de la réflexion, peuvent ainsi se retrouver à l'intérieur du travail de Poussin.

Poussin - L'enlèvement des Sabines - Daniel Arasse

Le décor change, au premier plan la figure propre à l'enlèvement dédoublée dans la première version s'individualise, la figure noble à gauche s'anime alors que les épées qui comme des éclairs blancs rythment la toile de 1634 disparaissent dans la version de 1637. 

D'après , Histoires de peintures, Daniel Arasse.

L'Enlèvements des Sabines 1634 détail

L'Enlèvements des Sabines 1634 détail

L'Enlèvements des Sabines 1634 détail

L'Enlèvements des Sabines 1634 détail

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME, #Analyses et théories

Repost0

Publié le 17 Septembre 2017

Manet -La musique aux Tuilleries - Michel Foucault

Ce tableau de Manet date de 1862, le peintre compose sa toile selon les grands principes qu'il a appris dans les ateliers où il a fait ses études. La toile s'organise selon un axe verticale qui court sur la dernière ligne des personnages et des axes verticaux.

Manet -La musique aux Tuilleries - Michel Foucault

Les axes verticaux sont issus de la composition des arbres qui donnent le rythme de la toile.

Manet -La musique aux Tuilleries - Michel Foucault

L'effet général est accentué par le triangle de lumière central qui éclaire toute la scène. Les personnages du premier plan forment une frise sans profondeur, en contact direct avec le spectateur. 

D'après Conférence à Tunis, Michel Foucault.

Manet -La musique aux Tuilleries - Michel Foucault

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NATURALISME et IMPRESSIONISME, #Analyses et théories

Repost0

Publié le 2 Septembre 2017

Venus of Urbino

Venus of Urbino

La Vénus d'Urbin a été peinte par Le Titien en 1538. Le Titien a 50 ans quand il peint cette oeuvre qui est son premier nu couché. Il est à l'époque l'un des plus grands peintres de la Renaissance vénitienne. Le nombre de nus féminins qu'il peint et celui que son atelier copie sont considérables. Il est l'un des grands inventeurs du nu féminin européen. 

La Vénus d'Urbin répond à une commande  précise et est extrêmement médité. Titien prend exemple sur La Vénus de Dresde de Giorgione, qu'il choisit de transposer à l'intérieur d'un palais, l'original est représenté au milieu d'un paysage de campagne.

La Vénus de Dresde de Giorgione

La Vénus de Dresde de Giorgione

Le tableau de Titien représente une jeune femme nue, dans la même position que dans le tableau de Giorgione, à ses pieds un chien dort. Elle est étendue sur un lit dont le drap est légèrement relevé et dévoile les deux matelas rouge du lit. A l'arrière-plan, dans la moitié gauche figure un rideau sombre, à droite on découvre une salle de palais comprenant un dallage en perspective, des tentures aux murs et deux servantes qui s'affairent auprès d'un coffre. L'une d'elles est à genoux, l'autre debout porte la robe de Vénus. A côté une fenêtre, un pot de myrte et une colonne, derrière l'évocation de la nature et le ciel. 

On voit ici l’enchaînement des espaces et des éléments de compositions : 1,le lit , 2 le rideau, 3 la salle et les deux servantes, 4 le mur de façade avec sa fenêtre et enfin 5 l'extérieur, la nature et le ciel. Cet enchaînement est accentué par l'effet de la perspective du sol de la salle du palais qui donne au tableau toute sa profondeur.

 

 

Le Titien - La Vénus d'Urbin - Daniel Arasse

On peut se demander comment sont liés les deux espaces principaux: le lit et la salle. Il a fallu du temps à Daniel Arasse pour identifier que ces deux espaces ne sont pas liés mais juxtaposés. D'ailleurs se ne sont pas deux espaces, mais deux lieux: celui du lit, avec la jeune femme nue et le chien et l'arrière plan de la salle du palais. Entre les deux le rideau qui sépare les deux lieux, ce rideau sombre parfaitement plan, dont les plis sont imperceptibles et la limite basse parfaitement verticale vient juste à l'aplomb du sexe de Vénus au premier plan. 

Venere di Urbino 	165 cm × 119 cm Galleries des Offices, Florence

Venere di Urbino 165 cm × 119 cm Galleries des Offices, Florence

Par ailleurs le plan du sol de la salle passe au-dessus du lit: si on prolonge le carroyage du sol en perspective on observe tout de suite que le lit est posé sur un sol plus bas que celui de la salle. 

Pour Daniel Arasse il y a donc deux représentation qui se superposent, il n'y a pas de lien entre l'espace du lit et celui de la salle, sauf à dire que Vénus dort sur deux matelas à même le sol dans une chambre en contre-bas du reste de sa demeure. 

Le lit de Vénus n'est donc pas dans le palais. 

Venus de Urbino

Venus de Urbino

Le tableau se compose donc d'un corps de femme magnifique, paradisiaque selon Arasse, au premier plan et à côté dans le fond un tableau dans le tableau: la salle et les deux servantes.

Cette salle nous donne notre place par rapport au tableau, du fait de l'effet de perspective, il place le spectateur en face du tableau. Le corps de Vénus n'occupe aucun espace défini si ce n'est la toile. Le lieu du corps de Vénus c'est la surface de la toile. Et de là elle nous regarde, son regard étant perpendiculaire au plan du tableau on à l'impression constante que la Vénus d'Urbin nous regarde. Le nu n'a d'autre lieu que la surface de la toile.

La Vénus d'Urbin

La Vénus d'Urbin

D'après Histoire de peintures de Daniel Arasse, illustrations: Lankaart.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE ITALIE, #Analyses et théories

Repost0