Publié le 30 Mars 2020

Apollon de Piombino - Photos: Musée du Louvre
Apollon de Piombino - Photos: Musée du Louvre

Apollon de Piombino - Photos: Musée du Louvre

" Découverte en 1832 dans une épave, au large des côtes toscanes, près de Piombino, cette statue d' Apollon  est un des rares originaux de bronze de la statuaire grecque parvenus jusqu'à nous.
Dès la fin du VIe siècle avant J.-C., les artistes ont privilégié ce matériau en raison de sa souplesse, qui permettait de traduire les recherches de mouvement si difficiles à rendre dans le marbre ou la pierre. Les bronzes antiques ont pourtant presque intégralement disparus, victimes de leur refonte pour récupérer le précieux alliage. Cette oeuvre, réalisée selon la technique de la  fonte à la cire perdue , conserve des incrustations de cuivre sur les sourcils, les lèvres et les pointes des seins ; les yeux étaient rapportés dans un autre matériau. Apollon tenait probablement des attributs aujourd'hui perdus : un arc dans la main gauche et une phiale*  dans la droite. "

* Coupe sans pied ni anse, généralement en métal précieux, destinée aux libations

Musée du Louvre (c)

Apollon de Piombino - Photos: Musée du Louvre
Apollon de Piombino - Photos: Musée du Louvre

Apollon de Piombino - Photos: Musée du Louvre

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GRECE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 29 Mars 2020

Chaumont-sur-Loire - 2019 - CULTIVER LES RÊVES
Chaumont-sur-Loire - 2019 - CULTIVER LES RÊVES
" Dans ce jardin, trois “arbres à souhaits” portent les rêves des personnes qui les y ont accrochés. Le cheminement en spirale fait référence à la tour de Babylone, érigée pour se rapprocher du paradis divin. Au cœur de la parcelle, auquel conduit le sentier, une table à manger permet aux visiteurs de s’asseoir un instant. Autour de la spirale pousse un camaïeu de plantes "ornementales" et "agricoles", qui déploient leur palette de couleurs douces et lumineuses. 
Dans cet espace sacré se trouve également un majestueux Acer saccharinum 'Born's Gracious' représentant l’arbre de vie. Vingt et un rubans blancs le relient à la terre. Le nombre 21 représente le multiple des chiffres symboliques de 3 et 7. Le mot paradis est inscrit 7 fois sur les rubans dans les langues maternelles des membres de l’équipe et les trois langues liturgiques (latin, grec et slavon)."
 
Dagnachew G. ASEFFA, architecte et urbaniste, Delphine DESMET, ingénieure architecte et urbaniste, Guillaume VAN PARYS, paysagiste-concepteur et urbaniste, Cédric DESMARETS et Michal BUČKO, paysagistes-concepteurs
Chaumont-sur-Loire - 2019 - CULTIVER LES RÊVES
Chaumont-sur-Loire - 2019 - CULTIVER LES RÊVES

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 28 Mars 2020

Hermès rattachant sa sandale dit parfois Cincinnatus ou Jason Lisype - Photos: Musée du Louvre (c)
Hermès rattachant sa sandale dit parfois Cincinnatus ou Jason Lisype - Photos: Musée du Louvre (c)

Hermès rattachant sa sandale dit parfois Cincinnatus ou Jason Lisype - Photos: Musée du Louvre (c)

Cette statue du dieu Hermès, messager des dieux, est un oeuvre du IIe siècle après JC, copie d'un original grec datant de 300 av. JC comme souvent dans la statuaire romaine. Le dieu est représenté à l'arrêt, nouant sa sandale tout en écoutant les ordres de son père. Le personnage a été identifié comme étant Cincinnatus, célèbre romain qui reçut dans son champ la nouvelle de sa nomination au consulat.

Hermès rattachant sa sandale dit parfois Cincinnatus ou Jason Lisype - Photos: Musée du Louvre (c)
Hermès rattachant sa sandale dit parfois Cincinnatus ou Jason Lisype - Photos: Musée du Louvre (c)

Hermès rattachant sa sandale dit parfois Cincinnatus ou Jason Lisype - Photos: Musée du Louvre (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROME ANTIQUITE

Repost0

Publié le 27 Mars 2020

Copenhague - Couleurs - Photos: Lankaart (c)
Copenhague - Couleurs - Photos: Lankaart (c)
Copenhague - Couleurs - Photos: Lankaart (c)

Copenhague - Couleurs - Photos: Lankaart (c)

Copenhague - Couleurs - Photos: Lankaart (c)
Copenhague - Couleurs - Photos: Lankaart (c)
Copenhague - Couleurs - Photos: Lankaart (c)

Copenhague - Couleurs - Photos: Lankaart (c)

Copenhague - Couleurs - Photos: Lankaart (c)
Copenhague - Couleurs - Photos: Lankaart (c)
Copenhague - Couleurs - Photos: Lankaart (c)

Copenhague - Couleurs - Photos: Lankaart (c)

Copenhague - Couleurs - Photos: Lankaart (c)

Copenhague - Couleurs - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #Colors of the Worlds

Repost0

Publié le 26 Mars 2020

Marcellus - l'Athénien Cléoménès Marcellus - Photos: Musée du Louvre (c)
Marcellus - l'Athénien Cléoménès Marcellus - Photos: Musée du Louvre (c)

Marcellus - l'Athénien Cléoménès Marcellus - Photos: Musée du Louvre (c)

Marcellus en Hermès Chtonios, est une sculpture de Marcellus le Jeune, représenté en Hermès Chtonios, conducteur des morts. Elle a été exécutée en marbre blanc (de 1,80 mètre de hauteur), vers 20 avant J.-C. (c'est-à-dire 2 ans après la mort du sujet), peut-être sur ordre personnel de son oncle Auguste, pour être un monument funéraire. Elle a été signée par Cléomenes d'Athènes.

Wikipedia

Marcus Claudius Marcellus (42 av. J.-C. - 23 av. J.-C.) ou Marcellus est un membre de la famille impériale des julio-claudiens, fils aîné d'Octavie, la sœur d'Auguste (et donc le neveu de ce dernier) et de Gaius Claudius Marcellus Minor, qui fut consul en 50 av. J.-C.

Wikipedia

Marcellus - l'Athénien Cléoménès Marcellus - Photos: Musée du Louvre (c)

Marcellus - l'Athénien Cléoménès Marcellus - Photos: Musée du Louvre (c)

Le jeune homme prend appui sur son pied gauche, dans une position de contrapposto hérité de la statuaire attique classique de style sévère, auquel la statue se rattache par sa frontalité froide, tout en mêlant à cette tradition idéalisante une certaine acuité dans la vraisemblance du portrait individuel. Sa tête est légèrement baissée et tournée d'un léger mouvement vers la droite. Cette position de la tête et l'expression de tristesse qui s'en dégage confirment le caractère funéraire de cette statue, censée inspirer la mélancolie pour ce jeune homme que la fortune aurait dû mener à l'empire s'il n'était pas mort prématurément en 23 av. J.-C.

Wikipedia

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROME ANTIQUITE

Repost0

Publié le 25 Mars 2020

James Tissot - Remembrance Ball on Board - 1877

James Tissot - Remembrance Ball on Board - 1877

James Tissot - Le cercle de la rue Royale

James Tissot - Le cercle de la rue Royale

Jacques Tissot est l'un des artistes majeurs de la fin du XIXe siècle. Né à Nantes, formé à Paris il va mener une carrière originale alternant les séjours entre la France et Angleterre. Proche de la société mondaine, il est le témoin des frasques, du luxe et des joies superficielles d'une classe en pleine essor portée par la première révolution industrielle. Peu à peu son oeuvre se concentre sur la figure de sa compagne Kathleen Newton, qu'il peint en mondaine ou demi-mondaine, somptueusement parée, occupant tout l'espace de ses toiles, une icône moderne, celle-ci meurt en 1882 et Tissot retourne en France. Sa carrière parisienne tourne autour d'un cycle: La Femme à Paris, et d'illustrations religieuses.

Jugé comme superficielle par certains critiques de son époque, notamment Ruskin, la peinture de Tissot est un miroir de la haute société en France et en Angleterre, elle est mondaine et raffinée. Certains ont pu dire qu'elle illustrait parfaitement l'univers proustien de la fin du siècle, notamment l’obsession de l'auteur pour les toilettes féminines et la mode de son époque. Comme Proust, Tissot théâtralise un monde où le jeu des apparences cache en fait la vanité, l'argent, l’orgueil et  la jalousie.  

Lankaart (c)

James Tissot - The Political Lady
James Tissot - The Political Lady

James Tissot - The Political Lady

James Tissot
James Tissot

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NATURALISME et IMPRESSIONISME

Repost0

Publié le 24 Mars 2020

Degas et l'Opéra
Degas et l'Opéra
Degas et l'Opéra

Degas et l'Opéra

Toute sa vie Degas aura une relation avec l'Opéra, faisant de ce monde en soit un des éléments les plus importants de sa peinture, le point central de ces travaux, sa "chambre à lui". Il parcours l'édifice sans cesse, témoin des répétitions, de l'ambiance des salles de danses, des spectacles, de la vie des musiciens et des danseuses. Il s'attache aux différentes personnalités qu'il croise: danseuses, chanteurs, musiciens, régisseurs, maîtres de ballet. 

A travers sa peinture il explore le rendu des matières et des lumières, les effets de contre plongés et de perspectives, le mouvement.

L'univers qui s'ouvre à nous c'est celui de l'Opéra de Paris à le fin du XIXe siècle, un lieu unique et central dans l'imaginaire parisien de l'époque, le lieu du spectacle, de la modernité, de l'élégance. 

 

Lankaart (c)

Degas et l'Opéra
Degas et l'Opéra
Degas et l'Opéra

Degas et l'Opéra

Degas et l'Opéra
Degas et l'Opéra

Degas et l'Opéra

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NATURALISME et IMPRESSIONISME

Repost0

Publié le 23 Mars 2020

Eden - Photos: Lankaart (c)
Eden - Photos: Lankaart (c)
Eden - Photos: Lankaart (c)

Eden - Photos: Lankaart (c)

" David Bitton et Philippe Collignon ont laissé libre cours à leur rêverie autour du paradis terrestre de la Genèse. On sait peu de choses du jardin d’Adam et Eve, si ce n’est qu’il se situerait au Moyen-Orient, près de l’ancienne Mésopotamie, et que deux arbres y poussaient : L’arbre de la connaissance du bien et du mal, et l’arbre de vie.
Ils ont imaginé quatre espaces concentriques et sonores que le visiteur est amené à traverser successivement. Le premier cercle symbolise le passage entre la vie et l’après. L’obscurité et la chaleur dominent, avec des végétaux entremêlés de lianes et un sol jonché d’ardoises. Une musique sombre vibre dans la tessiture des basses. Les parfums en sont absents. Ayant quitté le monde réel, le visiteur rejoint un deuxième espace d’une blancheur éclatante. Voué à l’introspection, il accorde ses senteurs à l’ambiance sonore. La lumière se réfléchit sur des cailloux de verre. Un jeu de miroirs ouvre ensuite une zone de questionnement. Qui suis-je ? Qu’ai-je fait ? Où vais-je ? La lumière naturelle, accentuée par les reflets des miroirs en acrylique, permet la lecture de mystérieuses inscriptions. Sous un plafond végétalisé dans les tons de gris argenté, musique et parfums sont encore au rendez-vous. Au cœur du jardin, l’on touche enfin à l’œil de vie. C’est l’aboutissement du voyage, la vraie rencontre avec soi-même. L’arbre de vie y est représenté par un olivier céleste. Cet arbre, qui n’existe pas ailleurs, porte en lui nos fantasmes et nos vraies envies. Entouré d’une rétine aquatique, il évoque l’œil divin vu du ciel."
 
 
Eden - Photos: Lankaart (c)
Eden - Photos: Lankaart (c)
Eden - Photos: Lankaart (c)
Eden - Photos: Lankaart (c)
Eden - Photos: Lankaart (c)

Eden - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 22 Mars 2020

Chaumont-sur-Loire 2019 - Vers les nuages - Delphine MESTOUDJIAN, Laetitia DEMOL et Emmanuelle NATAF
Chaumont-sur-Loire 2019 - Vers les nuages - Delphine MESTOUDJIAN, Laetitia DEMOL et Emmanuelle NATAF
" Dans la culture amérindienne Pueblos, la Kiva représente à la fois un lieu hautement spirituel et social. C’est un lieu de communication avec les morts, le ciel et les esprits, et par ailleurs un point de ralliement du village pour les cérémonies et les rituels.
Dans ce jardin dominé par le blanc, les promeneurs sont d’abord invités à cheminer dans trois abris symbolisant chacun une part fondamentale de l’Homme : le corps, l’esprit et l’âme.
C’est en se dirigeant vers la “maison de l’âme” que le dôme de la Kiva, resté caché jusque-là, apparaît comme flottant sur un nuage. L’intérieur offre un espace dépouillé et plongé dans la pénombre, ceint d’un unique banc circulaire, d’où les promeneurs contemplent ensemble la voûte céleste créée par un puits de lumière.
Ce jardin vise une expérience collective de reconnexion à la Nature et à soi-même. Sa structure, entre matériaux de récupération et végétal vivant, invite à porter un regard vertueux sur notre société et notre mode de vie à venir. Il nous parle aussi de cette part insaisissable de l’esprit humain, de cette nécessité de croire à un au-delà transcendantal, que l’on nomme spiritualité."
 
Chaumont-sur-Loire 2019 - Vers les nuages - Delphine MESTOUDJIAN, Laetitia DEMOL et Emmanuelle NATAF
Chaumont-sur-Loire 2019 - Vers les nuages - Delphine MESTOUDJIAN, Laetitia DEMOL et Emmanuelle NATAF
Chaumont-sur-Loire 2019 - Vers les nuages - Delphine MESTOUDJIAN, Laetitia DEMOL et Emmanuelle NATAF
Chaumont-sur-Loire 2019 - Vers les nuages - Delphine MESTOUDJIAN, Laetitia DEMOL et Emmanuelle NATAF

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 20 Mars 2020

VOGUER, VOLER, FLOTTER - Photos: lankaart (c)
VOGUER, VOLER, FLOTTER - Photos: lankaart (c)

VOGUER, VOLER, FLOTTER - Photos: lankaart (c)

" Si la nature est complexe, extraordinairement belle et source de vie, alors le paradis en est une simple représentation. Élevée à un état de conscience supérieure, cette expérience sensorielle illustre la dialectique entre l’humain et le sauvage.
Ce jardin nous invite à restaurer notre relation à la beauté et à la nature. Quoi de plus merveilleux pour y parvenir qu’un nuage de plumes au-dessus de nos têtes ? Les plumes isolent du froid, filtrent les rayons ultraviolets, restent étanches, permettent l’envol... Elles ont même révélé un changement climatique à travers le carbone de leur structure.
Sous cette blanche canopée, un bassin circulaire accueille deux cygnes noirs. Le jardin est envahi de plantes, myrtilles, viburnums et artichauts, qui offrent la subsistance aux oiseaux, ces ancêtres des jardins de paradis. Parmi les différentes espèces de bouleaux, fougères et autres herbes qui foisonnent, un filet à olives, un échafaudage usé et des morceaux d’asphaltes ont été recyclés, pour que la vie et la beauté renaissent sans fin.
“Toute la beauté tient dans les plumes. Je ne suis pas loin de penser qu’une plume est un chef-d’œuvre de la nature.” Alfred Russell Wallace"
 
VOGUER, VOLER, FLOTTER - Photos: lankaart (c)
VOGUER, VOLER, FLOTTER - Photos: lankaart (c)
VOGUER, VOLER, FLOTTER - Photos: lankaart (c)
VOGUER, VOLER, FLOTTER - Photos: lankaart (c)

VOGUER, VOLER, FLOTTER - Photos: lankaart (c)

VOGUER, VOLER, FLOTTER - Photos: lankaart (c)
VOGUER, VOLER, FLOTTER - Photos: lankaart (c)

VOGUER, VOLER, FLOTTER - Photos: lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PARCS et JARDINS

Repost0