Publié le 8 Avril 2017

Musée Renoir - Cagnes-sur-Mer - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Musée Renoir - Cagnes-sur-Mer - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Le Musée Renoir est situé au cœur d'un magnifique domaine planté d'oliviers et d'agrumes, d'où l'on découvre un superbe panorama qui s'étend jusqu'au Cap d'Antibes.

Après avoir découvert Cagnes-sur-Mer en 1903, Auguste Renoir ayant des problèmes de santé, se fixe enfin en achetant le « Domaine des Collettes », propriété de trois hectares, le 28 juin 1907, après avoir eu un coup de cœur pour son oliveraie centenaire, ses orangers et sa fermette du XIXe siècle. Il aurait voulu habiter l'ancienne ferme rustique (abritant l'Association des Amis du Musée Renoir), mais Madame Renoir désirant une maison spacieuse, il fait construire en 1908 une demeure de style néo-provençal avec deux ateliers d'artiste par l'architecte de Biot Jules Febvre. Il s'y installe à l'automne 1908, peint et sculpte durant onze ans avec sa femme Aline et leurs trois enfants, Pierre, Jean et Claude, jusqu'à sa disparition le 3 décembre 1919 à l’âge de 78 ans.


Avec ses collections, ses 14 toiles originales, ses sculptures, son mobilier et son atelier... il constitue le témoignage émouvant de l'univers créatif et familier du Maître impressionniste. 

Musée Renoir - Cagnes-sur-Mer - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Musée Renoir - Cagnes-sur-Mer - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Musée Renoir - Cagnes-sur-Mer - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Musée Renoir - Cagnes-sur-Mer - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Musée Renoir - Cagnes-sur-Mer - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Musée Renoir - Cagnes-sur-Mer - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Musée Renoir - Cagnes-sur-Mer - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Musée Renoir - Cagnes-sur-Mer - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Musée Renoir - Cagnes-sur-Mer - Jardins - Photos: Lankaart (c)Musée Renoir - Cagnes-sur-Mer - Jardins - Photos: Lankaart (c)Musée Renoir - Cagnes-sur-Mer - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Musée Renoir - Cagnes-sur-Mer - Jardins - Photos: Lankaart (c)Musée Renoir - Cagnes-sur-Mer - Jardins - Photos: Lankaart (c)
Musée Renoir - Cagnes-sur-Mer - Jardins - Photos: Lankaart (c)Musée Renoir - Cagnes-sur-Mer - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Musée Renoir - Cagnes-sur-Mer - Jardins - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 2 Avril 2017

Pieter Saenredam - L’église Saint-Bavon à Haarlem

Peintre hollandais du XVIIe siècle Pieter Jansz Saenredam se spécialisa dans les vues d'intérieurs d'églises. Il fit preuve dans cet exercice particulier d'une savante minutie, souvent illusionniste qui n'exclut pas une certaine naïveté. Ce géomètre-poète réussit à fasciner par sa maitrise de la composition et de la lumière, mais il n’émeut pas. Il fut par ailleurs un excellent graveur.

Pieter Saenredam - L’église Saint-Bavon à Haarlem
Pieter Saenredam - L’église Saint-Bavon à Haarlem

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 28 Mars 2017

Klimt - Mäda Primavesi

Klimt fait le portrait de la jeune Mäda Primavesi quand elle a environ 9 ans. Avant de finaliser cette toile Klimt fit de nombreux croquis recherchant la pose idéale et le motif de fond. L’image finale témoigne du goût sophistiqué des parents de la jeune fille, le banquier et industriel Otto Primavesi et sa femme Eugenia.

Klimt - Mäda Primavesi

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART NOUVEAU

Repost0

Publié le 25 Mars 2017

Henri Leys - Nature morte aux trois crânes

Jan August Hendrik Leys, connu aussi sous la forme française Henri Leys, né le 18 février 1815 à Anvers et mort le 26 août 1869 dans la même ville, est un peintre et graveur belge. Il était un des principaux représentants de l'école historique et romantique dans l'art belge. Il était aussi un pionnier du mouvement réaliste en Belgique. Ses peintures d'histoire et de genre et ses portraits lui ont valu une réputation à l'échelle européenne. Son style a influencé des artistes en Belgique et en Europe.

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMANTISME ET NEOGOTHIQUE

Repost0

Publié le 20 Mars 2017

David - La mort de Socrate - Metropolitan Museum of Art

David - La mort de Socrate - Metropolitan Museum of Art

Avant le milieu du XVIIIe siècle Socrate était un sujet peu traité en peinture, et sa mort encore moins. À la fin des années 1740 cependant, sous l'impulsion de la critique et de l'Académie royale de peinture et de sculpture principalement, se fait jour une volonté de rendre plus morale la peinture d'histoire, à l'encontre de la légèreté des sujets mythologiques, tels qu'ils étaient représentés par François Boucher par exemple. L'École royale des élèves protégés a aussi contribué à faire émerger la figure de Socrate comme exemple de vertu. Le principal support des cours d'histoire dans cette école était l'Histoire ancienne de Charles Rollin, qui accordait une large place à la vie de Socrate. Le texte était accompagné de gravures de Hubert-François Gravelot qui ont influencé de nombreux peintres par la suite, dont David. C'est dans ce contexte que la mort de Socrate devient un thème pictural. Michel-François Dandré-Bardon présente un tableau sur le sujet au Salon de 1753 (peinture aujourd'hui disparue) et Charles-Michel-Ange Challe à celui de 1761. Michel-François Dandré-Bardon a ensuite enseigné l'histoire à l'École royale des élèves protégés à partir de 1755. En 1762 la mort de Socrate est proposé comme sujet de peinture (et la mort de Germanicus comme sujet de sculpture) au concours pour le prix de Rome, alors qu'il était de tradition de choisir un sujet tiré de la Bible. Michel-François Dandré-Bardon est lui-même membre du jury cette année-là.

La principale difficulté du sujet est qu'il a un caractère peu dramatique, ce qui le rendait difficile à traiter aussi bien au théâtre qu'en peinture. Diderot avait notamment imaginé dans son Discours sur la poésie dramatique une pièce sur Socrate, un projet qu'il n'a jamais mené à terme.

David et Pierre Peyron présentent tous les deux au Salon de 1787 une toile intitulée La Mort de Socrate. Celle de David est une commande de Charles-Michel Trudaine de la Sablière, celle de Peyron une commande du comte d'Angiviller pour Louis XVI. Outre le Phédon de Platon, Diderot a certainement servi de source d'inspiration aux deux peintres. Alors que leurs prédécesseurs avaient choisi de représenter Socrate mourant après avoir ingéré le poison, David et Peyron innovent dans le choix du moment. La scène se situe à l'instant où Socrate termine son discours et s'apprête à saisir la coupe.

Source: Wikipedia

David - La mort de Socrate - Détails
David - La mort de Socrate - Détails

David - La mort de Socrate - Détails

David - La mort de Socrate - Esquisse

David - La mort de Socrate - Esquisse

La Mort de Socrate de Pierre Peyron

La Mort de Socrate de Pierre Peyron

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NEO-CLASSICISME

Repost0

Publié le 18 Mars 2017

Barcelone - Santa-Maria del Taul - Fresques - Photos: Lankaart (c)

Barcelone - Santa-Maria del Taul - Fresques - Photos: Lankaart (c)

 

L'église Santa Maria de Taüll est une église romane situé sur le territoire de La Vall de Boí, commune de la vallée du même nom et de la comarque de l'Alta Ribagorça dans le nord de la Province de Lérida et de la communauté autonome de Catalogne en Espagne.

De très belles fresques du XIe siècle ornent cette église, en 1907 les archéologues décidèrent de les déposer pour pouvoir les conserver dans des musées. Une partie des fresques sont à Barcelone une autre aux Etats-Unis.

 

Photos: Lankaart (c)

Barcelone - Santa-Maria del Taul - Fresques - Photos: Lankaart (c)
Barcelone - Santa-Maria del Taul - Fresques - Photos: Lankaart (c)
Barcelone - Santa-Maria del Taul - Fresques - Photos: Lankaart (c)
Barcelone - Santa-Maria del Taul - Fresques - Photos: Lankaart (c)

Barcelone - Santa-Maria del Taul - Fresques - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 14 Mars 2017

Vrubel - Morning, 1897 via 23silence

 

Vroubel démon assis

 

Mikhaïl Aleksandrovitch Vroubel ( Михаил Александрович Врубель) est un peintre russe, né à Omsk le 17 mars 1856, mort à Saint-Pétersbourg le 14 avril 1910.

 

Il s'est illustré dans le symbolisme et l'Art nouveau et il est souvent considéré comme le plus grand représentant de ce dernier mouvement en Russie. En réalité, artiste solitaire, il se tint à distance des principaux courants de son époque et il fut assez critiqué par ses contemporains. La genèse de son style original est peut-être à chercher du côté des écoles byzantines tardives ou de la première Renaissance. Il est aussi parfois surnommé le Cézanne russe.

Source: Wikipedia

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART NOUVEAU

Repost0

Publié le 11 Mars 2017

Bernard Buffet - Tête de mort

Bernard Buffet restera toute sa vie fidèle à cette manière de peindre le réel en accentuant par un dessin très particulier, sec et maigre, le côté morbide ou mélancolique des choses, des gens, des paysages. Des couleurs en général ternes et des déformations accentuant les verticales constituent, avec ce dessin géométrique et dépouillé, les caractéristiques du style qui a fait sa réputation. dans cette Tête de mort on retrouve tout ce qui fait l'univers de Bernard Buffet accentué par le côté morbide et grave du sujet.

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 7 Mars 2017

Cannon Rock

Cannon Rock

Winslow Homer est né à Boston, il entre d'abord dans un atelier de lithographie de sa ville natale en tant qu'apprenti. C'est en 1859 qu'il commence sa carrière de peintre à New York en ouvrant son premier studio. Durant la guerre de Sécession, il travaille comme illustrateur pour le Harper's Weekly, et réalise de nombreux dessins de batailles et scènes de guerre, croqués sur le vif, alors qu'il suit les armées nordistes.

Il voyage en France en 1867. À cette occasion, il est influencé par les peintres de l'École de Barbizon. De retour en Amérique, il peint surtout dans les années 1870, des paysages ruraux et des scènes idylliques de la vie sur la ferme. Il passe deux années de sa vie dans le nord de l'Angleterre (1881-1882).

Il peignit de nombreuses marines. Le critique d'art Françoise Dargent écrivit à propos de ses tableaux : « C'est comme si on invitait l'océan dans son salon. » Dans Key West, Hauling Anchor (1903), par exemple, le sujet est l'appareillage d'une goélette aurique à Key West, en Floride. Le rendu des couleurs somptueuses (ciel et mer) et l'exactitude des détails techniques, dont le petit key et ses cocotiers à l'horizon, sont des traits distinctifs de l'art du peintre.

Son œuvre est empreinte de vigueur et de réalisme. Il utilise principalement deux techniques : l'huile et l'aquarelle. Dans ses portraits, il peint surtout des enfants insouciants, qui font rêver les uns des autres.

Source: Wikipedia

Maine Coast, Northeaster et Moonlight, Wood Island Light
Maine Coast, Northeaster et Moonlight, Wood Island Light
Maine Coast, Northeaster et Moonlight, Wood Island Light

Maine Coast, Northeaster et Moonlight, Wood Island Light

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NATURALISME et IMPRESSIONISME

Repost0

Publié le 4 Mars 2017

Giotto Marie

Giotto Marie

"L’empire de Giotto sur L’art italien durant toute la première phase de la renaissance est donc un fait principal, exceptionnel par la durée aussi bien que par son importance même, et, comme le dit très justement M. Rio, « un prodige de vitalité qui ne se retrouve dans l’histoire d’aucun autre artiste ancien ou moderne. » Venu presque sans précurseurs, créateur de l’art et du métier tout ensemble, Giotto partage avec Dante, son contemporain et son ami, la gloire d’avoir, du jour au lendemain, révélé le beau à son pays par la poésie des inspirations comme par la précision des formes, d’avoir donné l’essor aux plus hautes facultés de l’imagination en même temps qu’il définissait, qu’il instituait les lois du style et du langage. Certes la grammaire pittoresque a subi depuis lors des modifications de plus d’une sorte : d’autres inspirations ont eu leur tour ; un autre idéal, un autre ordre de sentimens ont exigé des ressources d’expression nouvelles ; celles que Giotto avait popularisées pouvaient et devaient, à un moment donné, devenir insuffisantes. Toujours est-il qu’en vieillissant elles n’ont compromis pour cela ni la valeur des pensées qu’elles traduisent, ni l’éloquence propre du maître. On en jugeait autrement, je le sais, en France au siècle dernier ; mais nous sommes à présent mieux informés et plus justes. Le temps est loin où le président de Brosses qualifiait sans marchander de « barbouilleur… ce grand maître si vanté dans toutes les histoires, » qui pourrait, ajoutait-il, « être reçu pour peindre un jeu de paume. » Aujourd’hui sans doute il semblerait plus opportun de lui confier la décoration d’un sanctuaire, et si l’on se rappelle, entre autres témoignages, ce qui subsiste dans les églises de l’Annunziata nell’ Arena à Padoue, de Saint-François à Assise, de l’Incoronata à Naples, il faut convenir que le choix serait bon. En tout cas, l’auteur de l’Art chrétien y souscrirait avec autant d’empressement que personne. Bien qu’on puisse se trouver en désaccord avec M. Rio sur quelques points de détail, — sur l’insuffisance mystique notamment qu’il reproche à la grande Madone conservée aujourd’hui à Florence dans la galerie de l’Académie des Beaux-Arts, — on ne saurait, quant aux vues d’ensemble, quant à l’appréciation générale des talents, contester la justesse de ses jugements. Les pages consacrées par lui à Giotto, à ses contemporains et à son école sont peut-être les plus instructives qu’on ait écrites en France sur ce sujet, et, mérite assez rare à notre époque, elles ne remettent en lumière que des noms faits pour l’histoire, des œuvres dignes de souvenir."

Henri Delaborde

Giotto, Saint-François, la mort du roi

Giotto, Saint-François, la mort du roi

Les Écoles italiennes et l’Académie de Peinture en France
Henri Delaborde

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE ITALIE

Repost0