Publié le 1 Octobre 2017

Costa-Rica - Photos: Lankaart (c)

Costa-Rica - Photos: Lankaart (c)

Costa-Rica - Les volcans - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Les volcans - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Les volcans - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Les volcans - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Les volcans - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Les volcans - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Les volcans - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Les volcans - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Les volcans - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Les volcans - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Les volcans - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Les volcans - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Les volcans - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Les volcans - Photos: Lankaart (c)

Costa-Rica - Les volcans - Photos: Lankaart (c)

Costa-Rica - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Photos: Lankaart (c)

Costa-Rica - Photos: Lankaart (c)

Costa-Rica - Côte Ouest -  Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Côte Ouest -  Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Côte Ouest -  Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Côte Ouest -  Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Côte Ouest -  Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Côte Ouest -  Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Côte Ouest -  Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Côte Ouest -  Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Côte Ouest -  Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Côte Ouest -  Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Côte Ouest -  Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Côte Ouest -  Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Côte Ouest -  Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Côte Ouest -  Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Côte Ouest -  Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Côte Ouest -  Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Côte Ouest -  Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Côte Ouest -  Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Côte Ouest -  Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Côte Ouest -  Photos: Lankaart (c)

Costa-Rica - Côte Ouest - Photos: Lankaart (c)

Costa-Rica - Mangrove - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Mangrove - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Mangrove - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Mangrove - Photos: Lankaart (c)
Costa-Rica - Mangrove - Photos: Lankaart (c)

Costa-Rica - Mangrove - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #VOYAGES

Repost0

Publié le 30 Septembre 2017

Estonie - Tallin - Photos: Lankaart (c)

Estonie - Tallin - Photos: Lankaart (c)

Estonie - Tallin - Photos: Lankaart (c)
Estonie - Tallin - Photos: Lankaart (c)
Estonie - Tallin - Photos: Lankaart (c)
Estonie - Tallin - Photos: Lankaart (c)
Estonie - Tallin - Photos: Lankaart (c)
Estonie - Tallin - Photos: Lankaart (c)
Estonie - Tallin - Photos: Lankaart (c)
Estonie - Tallin - Photos: Lankaart (c)
Estonie - Tallin - Photos: Lankaart (c)
Estonie - Tallin - Photos: Lankaart (c)
Estonie - Tallin - Photos: Lankaart (c)
Estonie - Tallin - Photos: Lankaart (c)
Estonie - Tallin - Photos: Lankaart (c)

Estonie - Tallin - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #colords of the world

Repost0

Publié le 27 Septembre 2017

Paris - Bernard Tschumi - Parc de la Villette - Photo: Lankaart (c)

Paris - Bernard Tschumi - Parc de la Villette - Photo: Lankaart (c)

Le projet du parc de la Villette à Paris de Bernard Tschumi est certainement l'un des projets de paysage déconstructivistes les plus aboutis de la fin du XXe siècle. Construit sur le site d'un ancien abattoir et d'un marché au bétail il fait partie d'un projet urbain ambitieux regroupant autour du parc une Cité de la Musique et un musée des sciences et technologies. 

Bernard Tschumi reste fidèle à de nombreux principes modernistes, dont la volonté de se délester du poids de l'histoire et d'oublier toutes références à des formes archétypales de la nature ou de l'art du paysage qui ont pourtant marqués Paris. Notamment le parc ne teint compte d'aucune composante romantique.

Le sens du parc est donc original et profondément urbain, il privilégie une appréhension cinématique de l'espace. la qualité du parc se base donc sur l'expérience personnelle et la superposition de trois échelles développées par Tschumi: la trame stricte des folies rouges néo-constructivistes qui se superpose aux éléments existants: canal, grande halle, musée; l'ensemble des cheminements qui forment toute une série de parcours et de perspectives; et enfin des "surfaces" grandes prairies et parvis. L'ensemble se réfère au mouvement déconstructiviste dans le sillage des tendances artistiques et philosophiques de l'époque.

 

Paris - Bernard Tschumi - Parc de la Villette
Folies de Bernard Tschumi - Parc de la Villette - Photos: Lankaart (c)
Folies de Bernard Tschumi - Parc de la Villette - Photos: Lankaart (c)
Folies de Bernard Tschumi - Parc de la Villette - Photos: Lankaart (c)
Folies de Bernard Tschumi - Parc de la Villette - Photos: Lankaart (c)
Folies de Bernard Tschumi - Parc de la Villette - Photos: Lankaart (c)
Folies de Bernard Tschumi - Parc de la Villette - Photos: Lankaart (c)
Folies de Bernard Tschumi - Parc de la Villette - Photos: Lankaart (c)

Folies de Bernard Tschumi - Parc de la Villette - Photos: Lankaart (c)

La trame des folies est l'un des éléments forts du parc, elle joue le rôle de repère pour le visiteur et de symbole iconique pour le parc. Certaines sont implantées le long du canal et jouent avec leur reflet dans l'eau, d'autres sont au sein même du musée ou accrochées aux passerelles hautes.

Le parc est devenu un lieu très populaire , les grandes prairies accueillent de nombreuses manifestations culturelles: concerts, bals, fête du cinéma etc ...

Bernard Tschumi - Parc de la Villette  - Photos: Lankaart (c)
Bernard Tschumi - Parc de la Villette  - Photos: Lankaart (c)
Bernard Tschumi - Parc de la Villette  - Photos: Lankaart (c)
Bernard Tschumi - Parc de la Villette  - Photos: Lankaart (c)
Bernard Tschumi - Parc de la Villette  - Photos: Lankaart (c)
Bernard Tschumi - Parc de la Villette  - Photos: Lankaart (c)

Bernard Tschumi - Parc de la Villette - Photos: Lankaart (c)

Bernard Tschumi - Parc de la Villette  - Photos: Lankaart (c)
Bernard Tschumi - Parc de la Villette  - Photos: Lankaart (c)

Bernard Tschumi - Parc de la Villette - Photos: Lankaart (c)

Parc de la Villette  - Photos: Lankaart (c)
Parc de la Villette  - Photos: Lankaart (c)

Parc de la Villette - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PARCS et JARDINS, #ART CONTEMPORAIN

Repost0

Publié le 23 Septembre 2017

Greece - Delphi - Photo: Lankaart (c)

Greece - Delphi - Photo: Lankaart (c)

Le paysage qui encadre le sanctuaire de Delphes, situé sous l'éperon semi-circulaire des Phédriades au pied du mont Parnasse, est à la fois impressionnant et époustouflant. Le site fut consacré comme l'un des principaux sanctuaires dédiés à Apollon. Le choix du site témoigne du goût des Grecs pour les grandes compositions naturelles, expressions ultimes de l'ordre divin.

Cet intérêt pour le paysage on le retrouve également en Sicile où les Grecs implantèrent leurs sites religieux en fonction de la nature.

Le nom Delphoi a les mêmes racines que le mot grec signifiant "ventre maternel" et se réfère à un ancien culte en l'honneur de Gaïa. Le parcours d'Athènes à Delphes est long et pénible, il traverse les monts qui entourent le site. Ce long périple avait pour but de nourrir le sentiment de pureté et d'altérité nécessaire à tout homme qui voulait se rendre au sanctuaire.

 

Delphes et le Temple d'Apollon - Photos: Lankaart (c)
Delphes et le Temple d'Apollon - Photos: Lankaart (c)
Delphes et le Temple d'Apollon - Photos: Lankaart (c)
Delphes et le Temple d'Apollon - Photos: Lankaart (c)

Delphes et le Temple d'Apollon - Photos: Lankaart (c)

La fontaine Castalie, lovée dans un ravin entre deux parois des Roches Phédriades, est sans doute le site de culte le plus ancien de Delphes. Son eau, alimentée par les neiges du mont Parnasse, s'écoulait toute l'année et alimentait un bassin voué aux ablutions qui marquait un seuil sacré pour tous ceux qui voulaient pénétrer dans le sanctuaire.

L'ascension de la Voie Sacrée exigeait un effort supplémentaire des pèlerins qui voulaient accéder à l'oracle et au temple d'Apollon.

Le paysage de Delphes incarne le rapport conceptuel que les Grecs voulurent symboliser dans l'aménagement de ces sites, entre l'homme et la nature, entre l'homme et les dieux. Après avoir atteint le temple l'ascension se poursuit vers le théâtre offrant des vues spectaculaires sur la vallée et les montagnes. 

Les chemins étroits, l'asymétrie dans l'aménagement du site, les différentes terrasses, les roches voisines qui cadrent le ciel, tout est fait pour rendre compte du pouvoir naturel de ce paysage. 

Delphi et la Voie sacrée  - Photos: Lankaart (c)
Delphi et la Voie sacrée  - Photos: Lankaart (c)
Delphi et la Voie sacrée  - Photos: Lankaart (c)
Delphi et la Voie sacrée  - Photos: Lankaart (c)
Delphi et la Voie sacrée  - Photos: Lankaart (c)

Delphi et la Voie sacrée - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PARCS et JARDINS, #GRECE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 20 Septembre 2017

L'Enlèvements des Sabines 1634

L'Enlèvements des Sabines 1634

L'Enlèvements des Sabines 1637

L'Enlèvements des Sabines 1637

Ces deux tableaux de Poussin sur le même thèmes, l'Enlèvement des Sabines, illustrent les recherches et les errements propres à la création artistique. Ces deux versions sont très différentes et trois années les séparent, trois années de travail, pendant lesquelles Poussin à travers ses dessins va continuer à explorer le thème et va faire varier son interprétation du sujet. 

Le tableau décrit Romulus, à gauche, donnant le signal de l’enlèvement. Sa pose dérive directement de la statuaire impériale antique. La composition très dramatique de ces toiles reflète toute la tension de l'épisode.

Poussin passe ainsi d'une première idée à une deuxième à travers un travail de transformation radicale de l'image où s'opèrent des déplacements, des prises en considération de la figurabilité, alors qu'il se base sur le même texte de référence. Toutes les opérations du travail du rêve, de la création, de la réflexion, peuvent ainsi se retrouver à l'intérieur du travail de Poussin.

Poussin - L'enlèvement des Sabines - Daniel Arasse

Le décor change, au premier plan la figure propre à l'enlèvement dédoublée dans la première version s'individualise, la figure noble à gauche s'anime alors que les épées qui comme des éclairs blancs rythment la toile de 1634 disparaissent dans la version de 1637. 

D'après , Histoires de peintures, Daniel Arasse.

L'Enlèvements des Sabines 1634 détail

L'Enlèvements des Sabines 1634 détail

L'Enlèvements des Sabines 1634 détail

L'Enlèvements des Sabines 1634 détail

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME, #Analyses et théories

Repost0

Publié le 17 Septembre 2017

Manet -La musique aux Tuilleries - Michel Foucault

Ce tableau de Manet date de 1862, le peintre compose sa toile selon les grands principes qu'il a appris dans les ateliers où il a fait ses études. La toile s'organise selon un axe verticale qui court sur la dernière ligne des personnages et des axes verticaux.

Manet -La musique aux Tuilleries - Michel Foucault

Les axes verticaux sont issus de la composition des arbres qui donnent le rythme de la toile.

Manet -La musique aux Tuilleries - Michel Foucault

L'effet général est accentué par le triangle de lumière central qui éclaire toute la scène. Les personnages du premier plan forment une frise sans profondeur, en contact direct avec le spectateur. 

D'après Conférence à Tunis, Michel Foucault.

Manet -La musique aux Tuilleries - Michel Foucault

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NATURALISME et IMPRESSIONISME, #Analyses et théories

Repost0

Publié le 13 Septembre 2017

Grèce - Péloponnèse - Vathia - Photos: Lankaart (c)

Grèce - Péloponnèse - Vathia - Photos: Lankaart (c)

Grèce - Péloponnèse - Vathia - Photos: Lankaart (c)
Grèce - Péloponnèse - Vathia - Photos: Lankaart (c)
Grèce - Péloponnèse - Vathia - Photos: Lankaart (c)
Grèce - Péloponnèse - Vathia - Photos: Lankaart (c)

Grèce - Péloponnèse - Vathia - Photos: Lankaart (c)

Grèce - Péloponnèse - Vathia - Photos: Lankaart (c)
Grèce - Péloponnèse - Vathia - Photos: Lankaart (c)
Grèce - Péloponnèse - Vathia - Photos: Lankaart (c)
Grèce - Péloponnèse - Vathia - Photos: Lankaart (c)

Grèce - Péloponnèse - Vathia - Photos: Lankaart (c)

Grèce - Péloponnèse - Vathia - Photos: Lankaart (c)
Grèce - Péloponnèse - Vathia - Photos: Lankaart (c)
Grèce - Péloponnèse - Vathia - Photos: Lankaart (c)
Grèce - Péloponnèse - Vathia - Photos: Lankaart (c)
Grèce - Péloponnèse - Vathia - Photos: Lankaart (c)

Grèce - Péloponnèse - Vathia - Photos: Lankaart (c)

Grèce - Péloponnèse - Vathia

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #Colors of the world

Repost0

Publié le 10 Septembre 2017

Rédigé par rafael

Publié dans #ART CONTEMPORAIN

Repost0

Publié le 6 Septembre 2017

Toscane - Jardins de la Villa Oliva - photos: Lankaart (c)

Toscane - Jardins de la Villa Oliva - photos: Lankaart (c)

Le parc de la Villa Oliva s’étend sur cinq hectares environ, il est composé de différents jardins.

On trouve, disséminées dans le parc, en plus du boulevard de charmes nommé plus haut, d’autres créations suggestives et arborescentes comme, par exemple, un belvédère très beau couvert de ifs coupés en arc, délimité d’une balustrade avec de petites colonnes qui s’ouvre, d’une manière suggestive, sur le jardin au-dessous et sur le paysage des collines qui environnent la ville. La beauté du lieu est mise en évidence par des statues en pierre et en terre cuite qui, avec leur symbolique, nous rappellent la destination du lieu: une effraie et une très belle Diane assise, avec son chien fidèle et son carquois, sont placés dans une plantation de yeuses (Quercus ilex L.), qui constituaient « la ragnaia », c’est à dire le lieu destiné au rangement des filets pour chasser les oiseaux .

Le jardin au nord, est caractérisé par la présence d’une des statues la plus originales de la Villa, le prétendu “Pitocco” qui représente un vieil homme, immortalisé dans une position naturelle, assis sur un muret, les jambes abandonnées, le dos légèrement courbe.

La beauté du parc est mise en relief par des fontaines dont le fonctionnement était et est encore possible grâce à la richesse des eaux de la zone. Dans l’ancien installation, qui fonctionne encore, l’eau des sources était canalisée dans un grand bassin qui, grâce à une légère dénivellation du sol, garantissait un fonctionnement constant du débit, nécessaire soit pour alimenter les jets des fontaines soit pour l’irrigation du jardin et du potager.

Dans le jardin nord est située la fontaine considérée comme la plus belle du parc: celle de la “Sirène”, attribuable, d’après Isa Belli Barsali, au même architecte qui a réalisé l’entrée à est. Elle est adossée contre le mur d’enceinte et son sommet est surmonté par un tympan, qui soutient un blason des Buonvisi. Au milieu, entourée par deux piliers en pierre, ornés par deux cariatides qui se distinguent sur le fond avec une décoration symétrique faite par des cailloux de fleuve blancs et noirs, et par des satyres se trouve la figure d’une Sirène ailée.

Villa Oliva

Toscane - Jardins de la Villa Oliva - photos: Lankaart (c)
Toscane - Jardins de la Villa Oliva - photos: Lankaart (c)
Toscane - Jardins de la Villa Oliva - photos: Lankaart (c)
Toscane - Jardins de la Villa Oliva - photos: Lankaart (c)
Toscane - Jardins de la Villa Oliva - photos: Lankaart (c)

Toscane - Jardins de la Villa Oliva - photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 2 Septembre 2017

Venus of Urbino

Venus of Urbino

La Vénus d'Urbin a été peinte par Le Titien en 1538. Le Titien a 50 ans quand il peint cette oeuvre qui est son premier nu couché. Il est à l'époque l'un des plus grands peintres de la Renaissance vénitienne. Le nombre de nus féminins qu'il peint et celui que son atelier copie sont considérables. Il est l'un des grands inventeurs du nu féminin européen. 

La Vénus d'Urbin répond à une commande  précise et est extrêmement médité. Titien prend exemple sur La Vénus de Dresde de Giorgione, qu'il choisit de transposer à l'intérieur d'un palais, l'original est représenté au milieu d'un paysage de campagne.

La Vénus de Dresde de Giorgione

La Vénus de Dresde de Giorgione

Le tableau de Titien représente une jeune femme nue, dans la même position que dans le tableau de Giorgione, à ses pieds un chien dort. Elle est étendue sur un lit dont le drap est légèrement relevé et dévoile les deux matelas rouge du lit. A l'arrière-plan, dans la moitié gauche figure un rideau sombre, à droite on découvre une salle de palais comprenant un dallage en perspective, des tentures aux murs et deux servantes qui s'affairent auprès d'un coffre. L'une d'elles est à genoux, l'autre debout porte la robe de Vénus. A côté une fenêtre, un pot de myrte et une colonne, derrière l'évocation de la nature et le ciel. 

On voit ici l’enchaînement des espaces et des éléments de compositions : 1,le lit , 2 le rideau, 3 la salle et les deux servantes, 4 le mur de façade avec sa fenêtre et enfin 5 l'extérieur, la nature et le ciel. Cet enchaînement est accentué par l'effet de la perspective du sol de la salle du palais qui donne au tableau toute sa profondeur.

 

 

Le Titien - La Vénus d'Urbin - Daniel Arasse

On peut se demander comment sont liés les deux espaces principaux: le lit et la salle. Il a fallu du temps à Daniel Arasse pour identifier que ces deux espaces ne sont pas liés mais juxtaposés. D'ailleurs se ne sont pas deux espaces, mais deux lieux: celui du lit, avec la jeune femme nue et le chien et l'arrière plan de la salle du palais. Entre les deux le rideau qui sépare les deux lieux, ce rideau sombre parfaitement plan, dont les plis sont imperceptibles et la limite basse parfaitement verticale vient juste à l'aplomb du sexe de Vénus au premier plan. 

Venere di Urbino 	165 cm × 119 cm Galleries des Offices, Florence

Venere di Urbino 165 cm × 119 cm Galleries des Offices, Florence

Par ailleurs le plan du sol de la salle passe au-dessus du lit: si on prolonge le carroyage du sol en perspective on observe tout de suite que le lit est posé sur un sol plus bas que celui de la salle. 

Pour Daniel Arasse il y a donc deux représentation qui se superposent, il n'y a pas de lien entre l'espace du lit et celui de la salle, sauf à dire que Vénus dort sur deux matelas à même le sol dans une chambre en contre-bas du reste de sa demeure. 

Le lit de Vénus n'est donc pas dans le palais. 

Venus de Urbino

Venus de Urbino

Le tableau se compose donc d'un corps de femme magnifique, paradisiaque selon Arasse, au premier plan et à côté dans le fond un tableau dans le tableau: la salle et les deux servantes.

Cette salle nous donne notre place par rapport au tableau, du fait de l'effet de perspective, il place le spectateur en face du tableau. Le corps de Vénus n'occupe aucun espace défini si ce n'est la toile. Le lieu du corps de Vénus c'est la surface de la toile. Et de là elle nous regarde, son regard étant perpendiculaire au plan du tableau on à l'impression constante que la Vénus d'Urbin nous regarde. Le nu n'a d'autre lieu que la surface de la toile.

La Vénus d'Urbin

La Vénus d'Urbin

D'après Histoire de peintures de Daniel Arasse, illustrations: Lankaart.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE ITALIE, #Analyses et théories

Repost0