Publié le 22 Août 2018

Chagall - Au-dessus de la ville

Marc Chagall dans cette oeuvre représente une ville au dessus de laquelle vole un couple enlacé. Le style fantastique évoque les contes de son pays natal, la Russie, ainsi que le folklore juif qui a baigné son enfance.

Chagall vit alors entre Paris et Saint-Pétersbourg. Ce tableau évoque sa vie entre deux mondes et deux pays.

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 18 Août 2018

Rouen - Cathédrale - Façade Ouest, tour Romain et tour de Beurre - Photos: Lankaart (c)
Rouen - Cathédrale - Façade Ouest, tour Romain et tour de Beurre - Photos: Lankaart (c)
Rouen - Cathédrale - Façade Ouest, tour Romain et tour de Beurre - Photos: Lankaart (c)
Rouen - Cathédrale - Façade Ouest, tour Romain et tour de Beurre - Photos: Lankaart (c)

Rouen - Cathédrale - Façade Ouest, tour Romain et tour de Beurre - Photos: Lankaart (c)

La cathédrale de Rouen est l'un des monuments majeurs du gothique français. Immortalisé par Monet, elle est devenu également une référence dans l'imaginaire du XXe siècle.

Commencé au XIIe siècle, reconstruit au XIIIe siècle, suite à l'incendie qui ravagera le monument de 1200, il est embelli au XVe siècle. La cathédrale s'impose à nous par la variété de sa composition et la richesse de son décor sculpté.

La façade ouest est la plus impressionnante, hérissée de clochetons et prodigieusement ajourée elle est encadrée de deux tours de style différents: la tour Romain au sud, elle date du XIIe et témoigne du style gothique classique,  et la tour de Beurre au nord a été construite au XVe et XVIe dans le style du gothique flamboyant. Les portails datent du XIIe siècle alors que le tympan lui a été construit au XIIIe siècle. 

La tour central est une véritable prouesse technique et architecturale, haute de 151 m., c'est la plus haute de France. Construite au XIIIe, elle fut surélevée au XVIe, la flèche fut reconstruite en fonte en 1876. 

 

Monet - Cathédrale de Rouen

Monet - Cathédrale de Rouen

Rouen - Cathédrale - Tour central - Choeur - Photos: Lankaart (c)
Rouen - Cathédrale - Tour central - Choeur - Photos: Lankaart (c)
Rouen - Cathédrale - Tour central - Choeur - Photos: Lankaart (c)
Rouen - Cathédrale - Tour central - Choeur - Photos: Lankaart (c)

Rouen - Cathédrale - Tour central - Choeur - Photos: Lankaart (c)

Rouen - Cathédrale  - Photos: Lankaart (c)
Rouen - Cathédrale  - Photos: Lankaart (c)
Rouen - Cathédrale  - Photos: Lankaart (c)
Rouen - Cathédrale  - Photos: Lankaart (c)
Rouen - Cathédrale  - Photos: Lankaart (c)
Rouen - Cathédrale  - Photos: Lankaart (c)
Rouen - Cathédrale  - Photos: Lankaart (c)
Rouen - Cathédrale  - Photos: Lankaart (c)
Rouen - Cathédrale  - Photos: Lankaart (c)
Rouen - Cathédrale  - Photos: Lankaart (c)

Rouen - Cathédrale - Photos: Lankaart (c)

La net de style gothique primitif est composée de onze travées à quatre étages: grandes arcades, "fausses" tribunes, galerie de circulation et fenêtres hautes. 

Le chœur date du XIIIe, c'est la partie la plus noble de l'édifice de par ses lignes simples et élégantes.  

Rouen - Cathédrale - La Nef - Photos: Lankaart (c)
Rouen - Cathédrale - La Nef - Photos: Lankaart (c)
Rouen - Cathédrale - La Nef - Photos: Lankaart (c)
Rouen - Cathédrale - La Nef - Photos: Lankaart (c)
Rouen - Cathédrale - La Nef - Photos: Lankaart (c)
Rouen - Cathédrale - La Nef - Photos: Lankaart (c)

Rouen - Cathédrale - La Nef - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #GOTHIQUE

Repost0

Publié le 16 Août 2018

Jean Nouvel - Musée Vesunna - Dordogne - Photos: Lankaart (c)
Jean Nouvel - Musée Vesunna - Dordogne - Photos: Lankaart (c)
Jean Nouvel - Musée Vesunna - Dordogne - Photos: Lankaart (c)

Jean Nouvel - Musée Vesunna - Dordogne - Photos: Lankaart (c)

En 1959, à quelques mètres de la Tour de Vésone à Périgueux en Dordogne  sont découverts les vestiges d’une domus (riche demeure urbaine). Dans le cadre d’un projet de construction d’HLM sur les pépinières municipales, les archéologues réalisent des sondages qui mettent au jour des murs gallo-romains ornés d’enduits peints, conservés sur une hauteur d’un mètre de haut. S’ensuit une série de campagnes de fouilles qui remettent de mettre à jour un site d'une grande richesse.

Très vite apparut la nécessité d’assurer une bonne conservation du site. L’idée de construction d’un musée est ancienne. Des premiers projets avaient été étudiés avant même la fin des fouilles. La décision est finalement prise en 1992 par le conseil municipal de Périgueux. Un concours d’architecte sur esquisses a lieu en 1993. C’est le projet de Jean Nouvel, architecte natif de Fumel et lauréat du prix Pritzker en 2008, qui a été retenu. La principale contrainte qui pèse sur le projet de Jean Nouvel est l’impact du futur musée sur un site qui est classé au titre des monuments historiques depuis 1963. Afin d’y répondre, tout en assurant une lisibilité maximale aux futurs visiteurs, Jean Nouvel réalise un projet dont la philosophie peut être résumée en deux mots : protéger et révéler le site.

Jean Nouvel - Musée Vesunna - Dordogne - Photos: Lankaart (c)
Jean Nouvel - Musée Vesunna - Dordogne - Photos: Lankaart (c)
Jean Nouvel - Musée Vesunna - Dordogne - Photos: Lankaart (c)
Jean Nouvel - Musée Vesunna - Dordogne - Photos: Lankaart (c)
Jean Nouvel - Musée Vesunna - Dordogne - Photos: Lankaart (c)

Jean Nouvel - Musée Vesunna - Dordogne - Photos: Lankaart (c)

Jean Nouvel - Musée Vesunna - Dordogne - Photos: Lankaart (c)
Jean Nouvel - Musée Vesunna - Dordogne - Photos: Lankaart (c)
Jean Nouvel - Musée Vesunna - Dordogne - Photos: Lankaart (c)

Jean Nouvel - Musée Vesunna - Dordogne - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART CONTEMPORAIN

Repost0

Publié le 14 Août 2018

Toulouse - Place du Capitole - Photos: Lankaart (c)
Toulouse - Place du Capitole - Photos: Lankaart (c)
Toulouse - Place du Capitole - Photos: Lankaart (c)

Toulouse - Place du Capitole - Photos: Lankaart (c)

Au XVIIe siècle, les capitouls veulent construire un palais municipal unique en France. Sa construction va durer près de deux cents ans. La façade du Capitolium a été bâtie en 1750 pendant dix ans sur les plans de Guillaume Cammas. La façade était à l'origine couverte d'un badigeon blanc. Il fut retiré en 1883 par grattage. En 1974 puis en 1987 et 1994, les façades sont rénovées par sablage ainsi que les blasons.

Face au monument une immense place de 12 000 m² est dessiné, centre de la ville de Toulouse la Place du Capitole est bordée d'immeubles en brique rose d'un dessin très classique, des galeries au rez de chaussée complètent la composition d'ensemble. Les plafonds des galeries sont ornées de peintures. 

Toulouse - Place du Capitole - Photos: Lankaart (c)
Toulouse - Place du Capitole - Photos: Lankaart (c)
Toulouse - Place du Capitole - Photos: Lankaart (c)
Toulouse - Place du Capitole - Photos: Lankaart (c)
Toulouse - Place du Capitole - Photos: Lankaart (c)

Toulouse - Place du Capitole - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 11 Août 2018

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Entrée - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Entrée - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Entrée - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Entrée - Photos: Lankaart (c)

Les Jardins d'Eyrignac, Monuments Historiques des XVIIe et XVIIIe siècles, sont incontestablement les plus beaux jardins du Périgord avec une collection unique de sculptures végétales. 
 
Exemple même de l'art topiaire (art de sculpter les végétaux), ces Jardins à la Française d’inspiration italienne sont composés de charme, d'ifs, de buis et de pelouses. 
 
Patrimoine transmis , Eyrignac est  un lieu habité par la même famille depuis 500 ans.
 
Source: Sarlat-Tourisme
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Topiaires - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Topiaires - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Topiaires - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Topiaires - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Topiaires - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Topiaires - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Topiaires - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Le Château - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Le Château - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Le Château - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Le Château - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Le Château - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)
Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)

Dordogne - Jardins d'Eyrignac - Photos: Lankaart (c)

Lire la suite

Rédigé par rafael

Publié dans #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 8 Août 2018

Kyoto - Kinkaku-ji - Le Temple d'Or - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Kinkaku-ji - Le Temple d'Or - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Kinkaku-ji - Le Temple d'Or - Photos: Lankaart (c)

Kyoto - Kinkaku-ji - Le Temple d'Or - Photos: Lankaart (c)

Le Kinkaku-ji est le nom d'usage donné au temple bouddhiste Rokuon-ji, situé au nord de Kyoto. Très célèbre, inscrit au Patrimoine de l'Unesco et donc extrêmement fréquenté par les visiteurs, il est surnommé le Pavillon d'Or pour ces magnifiques façades recouvertes à la feuille d'or.

Le fameux Kinkaku-ji se trouve pas très éloigné du Ryoan-ji. C'est l'un des temples bouddhistes les plus visités à Kyoto.

Bâti à la fin du XIVe siècle puis brûlé à de nombreuses reprises, dont la dernière fois en 1950, il fut rebâti à l'identique quelques années plus tard (en 1955), puis rénové en 1987. En 1994, il est entré au Patrimoine Mondial de l'Humanité à l'Unesco.

 

Source: www.kanpai.fr

Kyoto - Kinkaku-ji - Le Temple d'Or - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Kinkaku-ji - Le Temple d'Or - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Kinkaku-ji - Le Temple d'Or - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Kinkaku-ji - Le Temple d'Or - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Kinkaku-ji - Le Temple d'Or - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Kinkaku-ji - Le Temple d'Or - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Kinkaku-ji - Le Temple d'Or - Photos: Lankaart (c)

Kyoto - Kinkaku-ji - Le Temple d'Or - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON

Repost0

Publié le 5 Août 2018

Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)
Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)
Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)

Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)

Le théâtre de Taormine a été construit au IIIème siècle av.J.C. par les Grecs. Il a ensuite été presque entièrement reconstruit par les Romains qui en ont fait une arène pour les combats de gladiateurs. Le théâtre de 109m de diamètre et divisé en 9 secteurs est d'une capacité d'accueil de 5000 spectateurs en faisant le deuxième plus grand théâtre de Sicile après celui de Syracuse. La parfaite conservation de la scène ainsi que l'acoustique exceptionnelle du théâtre font qu'il accueille, aujourd'hui encore, certains festivals et manifestations. Jouissant d'un emplacement de choix, outre son importance historique et archéologique, le théâtre de Taormina permet de profiter d'une vue imprenable sur la mer et l'ETNA.

 

Source: www.cityzeum.com

Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)
Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)
Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)
Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)
Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)
Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)

Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)

Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)
Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)
Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)
Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)
Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)
Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)
Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)
Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)
Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)
Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)
Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)
Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)

Taormine - Théatre Romain - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROME ANTIQUITE

Repost0

Publié le 2 Août 2018

Angkor - Banteay Samre Temple - Photos: Lankaart (c)
Angkor - Banteay Samre Temple - Photos: Lankaart (c)
Angkor - Banteay Samre Temple - Photos: Lankaart (c)

Angkor - Banteay Samre Temple - Photos: Lankaart (c)

Le Banteay Samrè (la citadelle des Samrès) est un temple hindouiste du site d'Angkor.

Les Samrès peuplaient la région entre le Tonlé Sap et le Phnom Kulēn. Les Samrès sont un peuple primitif qui c’est fondu peu à peu dans le peuple  khmers. La Citadelle des Samrès est situé à 500 m à l'est du baray oriental, à l’extérieur du centre politique d’Angkor dominé par les khmer, elle symbolise l’indépendance et la culture spécifique des Samrès. Sous le règne du roi bouddhiste Jayavarma VII (fin XIIème siècle – début du XIIIème siècle), les temples deviennent des ‘temples à plat’. Ces édifices sont construits au niveau du sol (à l’exception du Bayon) où se multiplient les sanctuaires, et non sur une plateforme en surélévation. Le Banteay Samré est un temple à plat. Il est dédié à Viṣṇu, et fut construit au milieu du XIIe siècle, probablement un peu après Angkor Vat, par Sūryavarman II.

En 1936, Maurice Glaize commença la restitution par anastylose à partir de l'amas de pierre redécouvert en 1930. Cette reconstruction dura 9 ans.

C'est l'un des rares temples réellement fortifiés : l'enceinte extérieure fait plus de 6 mètres de haut, les enceintes intérieures de 75 m sur 80 m puis de 40 m sur 45 m gardent un caractère défensif avec très peu d'ouvertures vers l'extérieur. Bien que fortement remanié au cours des temps (une chaussée Est de 200 mètres, le gopura Est a quasiment disparu, de nombreux aménagements ou décorations semblent inachevés), le Banteay Samrè est un spécimen de la meilleure époque de l'architecture khmère.

Son ornementation, notamment les sculptures des frontons, est exceptionnelle tant par la richesse des sujets que par leur traitement. La tour du sanctuaire central est finement structurée pour atteindre plus de 20 mètres de hauteur.

 

Source: Wikipedia

Angkor - Banteay Samre Temple - Photos: Lankaart (c)
Angkor - Banteay Samre Temple - Photos: Lankaart (c)
Angkor - Banteay Samre Temple - Photos: Lankaart (c)
Angkor - Banteay Samre Temple - Photos: Lankaart (c)
Angkor - Banteay Samre Temple - Photos: Lankaart (c)
Angkor - Banteay Samre Temple - Photos: Lankaart (c)

Angkor - Banteay Samre Temple - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART KHMER

Repost0

Publié le 29 Juillet 2018

Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)

Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)

Le Palais de la musique «Palau de la Musica Catalana » est un des plus bel exemple du modernisme à Barcelone, ce palais de l’architecte Lluís Domènech i Montaner est connu pour sa façade principale décorée de mosaïques et de chapiteaux en formes de fleurs et sa magnifique salle au plafond peint et à a verrière art nouveau.

 

Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)

Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)

Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)

Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)

Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)
Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)

Palacio de la musica - Lluís Domènech i Montaner - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART NOUVEAU

Repost0

Publié le 26 Juillet 2018

Dali - Gala contemplant Dali en état d'antigravitation

En 1965 Dali représente Gala contemplant Dali en état d'antigravitation .. où figurent les deux personnages de l'Angélus de Millet encadrant une gigantesque croix de Malte au centre de la gare de Perpignan Vers laquelle tout l'Univers converge. La gare de Perpignan, centre du monde pour Dali, était le lieu où convergeaient ses toiles avant de partir vers leurs destinations en Europe et dans le monde, vaste centre de triage des oeuvres du maître. 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0