Publié le 3 Octobre 2018

Cuba - La Havane - Le grand théatre - Photos: Lankaart (c)
Cuba - La Havane - Le grand théatre - Photos: Lankaart (c)

Cuba - La Havane - Le grand théatre - Photos: Lankaart (c)

Le Grand Théatre de la Havane Alicia Alonso accueille aujourd’hui la Ballet National de Cuba. Édifice emblématique du centre de la ville, le Grand Théatre fut construit à l’origine pour le Centre Gallego de la Havane.

En 1834 le gouverneur général de Cuba Miguel Tacon y Rosique décide la construction d’un nouveau théatre plus grand que le Théatre Principal. La construction de l’édifice revient à l’entrepreneur catalan Francisco Marty Torren et à l’architecte Antonio Mayo. Le bâtiment est livré en 1838, à l’époque il s’appelle le Théatre Tacon en l’honneur du gouverneur général.

L’édifice actuel fut inauguré en 1914 et est l’œuvre de l’architecte belge Paul Beleu. Le terrain fut acheté par le Centro Gallego pour y édifier son Palais social. Construit dans le style néo-baroque, sa façade impressionne de part sa complexité formelle et son décor. Le bâtiment comprend le théatre mais également à l’origine, deux salles de danse, un casino, des salles de jeu, des bureaux, une banque, des restaurants et cafés.

 

RR.

Cuba - La Havane - Le grand théatre - Photo: Thomas Munter

Cuba - La Havane - Le grand théatre - Photo: Thomas Munter

Cuba - La Havane - Le grand théatre - Photos: Lankaart (c)
Cuba - La Havane - Le grand théatre - Photos: Lankaart (c)
Cuba - La Havane - Le grand théatre - Photos: Lankaart (c)
Cuba - La Havane - Le grand théatre - Photos: Lankaart (c)

Cuba - La Havane - Le grand théatre - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ECLECTISME XIXe

Repost0

Publié le 2 Octobre 2018

Alessandro Salucci

Alessandro Salucci

Alessandro Salucci est né à Florence en 1590, il a joué un rôle important dans le développement des peintures de villes, les « vedute », qui deviendront avec Canaletto et Guardi un genre à part entière au XVIIIe siècle. Ces tableaux sont souvent des constructions purement imaginaires reprenant les canons de l’architecture Renaissance en pleine essor à l’époque. Il fit l’essentiel de sa carrière à Rome réalisant des commandes publiques et privées.

En 1628 il travaille avec Andrea Sacchi et Pietro da Cortona à la décoration du Casino Sacchetti à Castelfusano. En 1635 il décor l’église de Santa Maria in Vallicella puis collabore avec le peintre flamand Jean Miel et avec le peintre français Claude Lorrain. Il meurt à Rome vers 1650.

Son œuvre est marquée par une constante recherche autour de compositions monumentales et de l’utilisation de la perspective. L'effet en trompe l'oeil de ses oeuvres reste une constante, les tableaux sont souvent de grandes dimensions, le spectateur devient un élément de la composition d'ensemble.

RR

Alessandro Salucci

Alessandro Salucci

Alessandro Salucci

Alessandro Salucci

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BAROQUE

Repost0

Publié le 1 Octobre 2018

Lisbonne - Place du commerce - Praça do comércio - Photos: Lankaart (c)
Lisbonne - Place du commerce - Praça do comércio - Photos: Lankaart (c)
Lisbonne - Place du commerce - Praça do comércio - Photos: Lankaart (c)

Lisbonne - Place du commerce - Praça do comércio - Photos: Lankaart (c)

En 1511 le roi D. Manuel I déplace la résidence royale du fort de San Jorge vers les rives du Tage à l’emplacement de l’actuelle place du Commerce. Le Palais royal et sa bibliothèque seront entièrement détruits lors du tremblement de terre de Lisbonne le 01 Novembre 1755. La reconstruction du centre-ville après ce terrible événement qui marquera tous les européens est confié au marquis de Pombal. Celui-ci propose la réalisation, face au Tage, d’une grande place monumentale, porte ouverte vers le nouveau centre-ville et image du renouveau urbain de Lisbonne. Les nouveaux édifices, de style classique, sont construits sur des arcades offrant une déambulation à l’ombre le long des commerces et restaurants qui occupent avec plusieurs ministères la place aujourd'hui.

RR. 

Lisbonne - Place du commerce - Praça do comércio - Photos: Lankaart (c)
Lisbonne - Place du commerce - Praça do comércio - Photos: Lankaart (c)

Lisbonne - Place du commerce - Praça do comércio - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 30 Septembre 2018

Cuba - Théatre Terry - Cienfuegos - Photos: Lankaart (c)
Cuba - Théatre Terry - Cienfuegos - Photos: Lankaart (c)
Cuba - Théatre Terry - Cienfuegos - Photos: Lankaart (c)

Cuba - Théatre Terry - Cienfuegos - Photos: Lankaart (c)

En 1863, Tomás Terry, richissime homme d'affaires qui a fait fortune dans le commerce d'esclaves et l'exploitation sucrière, offre 50 000 pesos au gouverneur de Cuba Juan de la Pezuela pour construire un grand théâtre dans sa ville de Cienfuegos, mais le projet n'aboutit pas. À sa mort, en 1886 à Paris, les héritiers de Tomás Terry décident d'accomplir son vœu. Ils placent à cet effet une somme de 115 000 pesos gérée par une société civile détenue pour moitié par sa veuve et pour l'autre par les autres membres de la famille. Un concours est lancé et un jury français, constitué pour l'occasion, retient le projet de l'architecte militaire Lino Sanchez Marmol. La première pierre est posée le 19 décembre 1887, à l'emplacement de l'ancien théâtre Isabelle II, et les travaux se poursuivent jusqu'en novembre 1889. 

Source: Wikipedia

 

Cuba - Théatre Terry - Cienfuegos - Photos: Lankaart (c)
Cuba - Théatre Terry - Cienfuegos - Photos: Lankaart (c)
Cuba - Théatre Terry - Cienfuegos - Photos: Lankaart (c)
Cuba - Théatre Terry - Cienfuegos - Photos: Lankaart (c)
Cuba - Théatre Terry - Cienfuegos - Photos: Lankaart (c)
Cuba - Théatre Terry - Cienfuegos - Photos: Lankaart (c)
Cuba - Théatre Terry - Cienfuegos - Photos: Lankaart (c)
Cuba - Théatre Terry - Cienfuegos - Photos: Lankaart (c)

Cuba - Théatre Terry - Cienfuegos - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ECLECTISME XIXe

Repost0

Publié le 29 Septembre 2018

Gaudi - Casa Botines - Leon - Photos: Lankaart (c)
Gaudi - Casa Botines - Leon - Photos: Lankaart (c)

Gaudi - Casa Botines - Leon - Photos: Lankaart (c)

La Casa Botines ou Casa Fernadez y Andres est une œuvre de la première néo-gothique de l’architecte catalan Antoni Gaudi. Construite à Léon pour le commerçant catalan Juan Homes y Bottines, c’était tout à la fois une demeure et un magasin. Gaudi c’est fortement inspiré de l’architecture gothique et du mouvement néo-gothique porté par Viollet-le-Duc au XIXe siècle pour la réalisation de ce bâtiment.  La cathédrale de Léon, monument majeur du gothique, lui servit en partie de modèle.

L’édifice monolithe offre quatre façades de style néo-gothique, surmonté d’une toiture, les tourelles d’angles, sculptures et décors complètent la composition.

RR. 

Gaudi - Casa Botines - Leon - Photos: Lankaart (c)
Gaudi - Casa Botines - Leon - Photos: Lankaart (c)

Gaudi - Casa Botines - Leon - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART NOUVEAU

Repost0

Publié le 28 Septembre 2018

Calatrava - Pont à Liège - Photos: Lankaart (c)
Calatrava - Pont à Liège - Photos: Lankaart (c)

Calatrava - Pont à Liège - Photos: Lankaart (c)

Architecte et ingénieur, par ailleurs sculpteur, peintre et céramiste, Santiago Calatrava Valls est célèbre pour ses ouvrages architecturaux.

Attiré par la rigueur mathématique de certains grands ouvrages de l'architecture historique, Calatrava décide de poursuivre des études de 3e cycle en génie civil et s'inscrit en 1975 à l'EPFZ (École polytechnique fédérale de Zurich). Il obtient son diplôme d'ingénieur en 1979. Suivront la réalisation de nombreux ponts et passerelles à travers le monde dont ce pont à Liège à proximité de la gare qu’il a également conçu.

 

Source: Wikipedia, RR

Calatrava - Pont à Liège - Photos: Lankaart (c)
Calatrava - Pont à Liège - Photos: Lankaart (c)
Calatrava - Pont à Liège - Photos: Lankaart (c)

Calatrava - Pont à Liège - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART CONTEMPORAIN

Repost0

Publié le 27 Septembre 2018

Lisbonne - Fundacao Jose Saramago - Casa dos Bicos - Photos: Lankaart (c)
Lisbonne - Fundacao Jose Saramago - Casa dos Bicos - Photos: Lankaart (c)

Lisbonne - Fundacao Jose Saramago - Casa dos Bicos - Photos: Lankaart (c)

La casa dos Bicos ou Casa de Albuquerque se trouve dans le quartier de l’Alfama dans le centre de Lisbonne. Construite en 1523 par l’architecte Francisco de Arruda elle servit de demeure à Bras de Albuquerque, fils naturel d’Alfonso de Albuquerque conquérant d’Ormuz.

Sa façade est caractéristique de la Renaissance en pleine expansion à cette époque, le motif récurent en pointe de diamant fait écho aux innovations architecturales du début du XVIe que Bras de Albuquerque avait eu le loisir de découvrir lors d’un voyage en Italie, notamment le Palais des Diamants de Ferrara et le Palais Bevilacqua à Bologne.

RR. 

Lisbonne - Fundacao Jose Saramago - Casa dos Bicos - Photos: Lankaart (c)
Lisbonne - Fundacao Jose Saramago - Casa dos Bicos - Photos: Lankaart (c)
Lisbonne - Fundacao Jose Saramago - Casa dos Bicos - Photos: Lankaart (c)

Lisbonne - Fundacao Jose Saramago - Casa dos Bicos - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 26 Septembre 2018

Pietro Bellotti - Vieux Pèlerin avec un bâton (Dallas Museum of Art

Pietro Bellotti - Vieux Pèlerin avec un bâton (Dallas Museum of Art

Pietro Bellotti, italien,  est un peintre baroque du XVIIe.

Les sources manquent concernant l’âge de la maturité de Bellotti, après 1664, date autour de laquelle auraient été créées trois œuvres selon Frangi : Vieux Chanteur (collection privée, Paris), Vieil Homme tenant une bouteille de pèlerin sur un globe (National Gallery de Londres) et Vieux Pèlerin avec un bâton (Dallas Museum of Art).

On y constate le recours aux accents raffinés de luminosité, déposée par les pigments, et à l'expression d’une approche inspirée, et d’un naturalisme présentant une nette évolution du style. Ces portraits font écho aux précédents des peintures française et espagnole, à travers la pose libre, la vivacité des touches de lumière entre les doigts et le long de l’avant-bras. L’héritage caravagiste se voit par ailleurs révélé par les contrastes lumineux, par le choix combiné de sujets similaires traités avec une expression directe, c’est-à-dire l’éclat original et nouveau des images de pauvres gens, une frontalité des traits, des gestes amples et des regards habités, impliquant le spectateur lui-même.

Dans le Vieux Pèlerin surtout, le personnage de trois-quart paraît ainsi s’adresser au spectateur et lui indiquer sans parole le chemin à suivre. Le traitement des détails physiques, alternant légères et généreuses touches, dirige le regard, de même le clair-obscur, en jetant le visage et les mains en pleine lumière et en baignant d’ombre les autres parties du tableau. Bellotti semble ici porter un intérêt égal à l’âme de son sujet, vêtu modestement et guidé par la sagesse quoiqu’usé par les ans.

Source: Wikipieda

Pietro Bellotti
Pietro Bellotti - Vielle femme

Pietro Bellotti - Vielle femme

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BAROQUE

Repost0

Publié le 25 Septembre 2018

Kyoto - Ginkaku-ji (Silver Pavilion) - Pavillon d'Argent - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Ginkaku-ji (Silver Pavilion) - Pavillon d'Argent - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Ginkaku-ji (Silver Pavilion) - Pavillon d'Argent - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Ginkaku-ji (Silver Pavilion) - Pavillon d'Argent - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Ginkaku-ji (Silver Pavilion) - Pavillon d'Argent - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Ginkaku-ji (Silver Pavilion) - Pavillon d'Argent - Photos: Lankaart (c)

Kyoto - Ginkaku-ji (Silver Pavilion) - Pavillon d'Argent - Photos: Lankaart (c)

En 1473 après la sanglante guerre civile d’Onin qui aboutie à la destruction d’une grande partie de Kyoto, le Shogun Ashikaga Yoshimasa abandonna ses fonctions politiques à son fils afin de se consacrer à la reconstruction de la ville et notamment de son palais. Après sa construction le palais, le Higashiyama dono, restera le centre de la vie culturelle japonaise.  Après la mort de l’ancien Shogun le palais fut transformé en temple zen et reçu le nom de Jisho-ji, son nom populaire sera Ginkaku-ji, « le Temple d’Argent ». Le pavillon d’Argent est l’un des bâtiments du temple, il comporte deux niveaux, au premier étage il abrite une statue de Bouddha, le rez-de-chaussée largement ouvert sur le jardin servait à la méditation.

La partie inférieure du jardin avec son étang et ses îles a été aménagé pour la promenade et la contemplation. L’une des attractions de ce jardin est la cascade sengetsu-sen, « la Source où se lave la Lune ».  La partie supérieure aménagé à flanc de montagne est un jardin sec, imitation du jardin de saiho-ji, ici la mer et la montagne sont symbolisé par une aire et un promontoire de sable qu’on appelle ginshanada, « sable d’argent et pleine mer ». Le ginshanada est une aire de sable blanc habillement ratissé pour évoquer les vagues de la mer, en son milieu se trouve le Kogetsudai, une colline de sable imitant le mont Fuji.

RR

Kyoto - Ginkaku-ji (Silver Pavilion) - Pavillon d'Argent - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Ginkaku-ji (Silver Pavilion) - Pavillon d'Argent - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Ginkaku-ji (Silver Pavilion) - Pavillon d'Argent - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Ginkaku-ji (Silver Pavilion) - Pavillon d'Argent - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Ginkaku-ji (Silver Pavilion) - Pavillon d'Argent - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Ginkaku-ji (Silver Pavilion) - Pavillon d'Argent - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Ginkaku-ji (Silver Pavilion) - Pavillon d'Argent - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Ginkaku-ji (Silver Pavilion) - Pavillon d'Argent - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Ginkaku-ji (Silver Pavilion) - Pavillon d'Argent - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Ginkaku-ji (Silver Pavilion) - Pavillon d'Argent - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Ginkaku-ji (Silver Pavilion) - Pavillon d'Argent - Photos: Lankaart (c)
Kyoto - Ginkaku-ji (Silver Pavilion) - Pavillon d'Argent - Photos: Lankaart (c)

Kyoto - Ginkaku-ji (Silver Pavilion) - Pavillon d'Argent - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON, #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 24 Septembre 2018

Bordeaux - Le Grand Théatre - Photos: Lankaart (c)
Bordeaux - Le Grand Théatre - Photos: Lankaart (c)

Bordeaux - Le Grand Théatre - Photos: Lankaart (c)

"Le Grand Théâtre de Bordeaux, commandé par le maréchal de Richelieu, gouverneur de Guyenne, et édifié par l'architecte Victor Louis, a été inauguré le 7 avril 1780 avec la représentation de l'Athalie de Jean Racine.

Classé monument historique en 1899, réminiscence de l'Antiquité par son péristyle, l'ouvrage de 88 mètres sur 47 de style néo-classique, s'inscrit dans l'opulent urbanisme bordelais hérité du siècle des Lumières. Il abrite une salle de spectacle d'un millier de places, exemple parfait de théâtre à l'italienne.

Après plus de deux cents ans d'usages divers ou de transformations successives de ses salles comme de son environnement, il a retrouvé, à la fois sa décoration intérieure bleue, or et marbre blanc d'origine à l'occasion de sa dernière restauration en 1991 et sa perspective de temple des muses avec l'aménagement de la place de la Comédie et du cours du Chapeau-Rouge en 2006."

 

Source: Wikipedia

Bordeaux - Le Grand Théatre - Photos: Lankaart (c)
Bordeaux - Le Grand Théatre - Photos: Lankaart (c)
Bordeaux - Le Grand Théatre - Photos: Lankaart (c)
Bordeaux - Le Grand Théatre - Photos: Lankaart (c)

Bordeaux - Le Grand Théatre - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NEO-CLASSICISME

Repost0