Publié le 30 Juin 2010

Sheng mao Attente du bac pres d'un fleuve en automneAttente du bac près d'un fleuve en Automne, 1351, Musée du Palais Impérial Pékin.

Sheng Mao fut l’un des grands peintres chinois sous les Yuan. On a peu d’information sur sa date de naissance mais on sait qu’il fut en activité entre 1320 et 1360. Fils d’un peintre il acquit les bases de son art auprès de son père à Hangzhou. Sheng Mao fut un maître très prolifique aux talents très variés qui sut peindre des œuvres très simples, voir spontanées mais aussi  de grandes compositions élaborées et techniquement complexe.  On suppose que cette palette très large était liée à la diversité des commandes et au talent du maître.

 

Les lettrés avaient peu de considérations pour lui. La confrontation était souvent difficiles, les lettrées devant rédigées des quatrains à la gloire du commanditaire sur les œuvres de Sheng Mao. On le voit  dans l’œuvre L’attente du Bac près d’un fleuve en Automne. Cinq poètes contemporains du peintre ont rédigé des quatrains sur la partie supérieure du tableau dans des styles calligraphiques très différents les uns des autres.  Les œuvres de Sheng  Mao ont été longtemps considérées comme trop facile, Wu Zhen sont contemporain fut loué pour la profondeur de ses tableaux au dépend de Sheng Mao.

 

sheng mao cascades waterfallSheng Mao paysage landscape 
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CHINE

Repost0

Publié le 29 Juin 2010

KUBA-Kasai-Zaire--Musee-de-Tervuren-Bruxelles.jpg

Peuple Kuba, masque, Musée de Tervuren, Bruxelles. (c) Lankaart.

 

Ce masque représente Ngaady a mwaash, sœur et épouse de Woot ancêtre des Bushongs.  Elle est une représentation de l’un des ancêtres de la famille royale et interviens lors des cérémonies en l’honneur du monarque pour invoquer les mythes fondateur de la dynastie. La bande verticale en perles est là pour rappeler l’importance du secret, du mutisme, de la parole donné. Richement décorée cette tête est l’un des symboles de la culture Kubas qui s’épanouit dans l’actuel Congo.

 
 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS PREMIERS AFRIQUE

Repost0

Publié le 28 Juin 2010

Goya au balcon

Meropolitan Museum of Art, New-York. 1810.

 

"Mais c’est plus loin encore qu’il faut chercher la fonction de la vision. Nous verrons alors se dessiner à partir d’elle, non point le symbole phallique, le fantôme anamorphique, mais le regard comme tel, dans sa fonction pulsatile, éclatante et étalée, comme elle l’est dans ce tableau. Ce tableau n’est rien d’autre que ce que tout tableau est, un piège à regard. Dans quelque tableau que ce soit, c’est précisément à chercher le regard en chacun des points que vous le verrez disparaître."

 

Lacan à propos des Ambassadeurs d'Holbein. Vision tout à fait de propos pour les Majas au balcon l'un des tableaux les plus étranges de Goya.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMANTISME ET NEOGOTHIQUE

Repost0

Publié le 27 Juin 2010

Laos temple de Haw Pha Kaeo (3)

 

Le Haw Pha Kaeo est l’ancien temple royal de Vientiane au Laos. Construit pour abriter le bouddha d’émeraude il s’élève non loin du Vat Si Saket temple le plus ancien de la capitale. Il fut édifié en 1565 sur ordre du roi Setthathirat qui transféra la capitale de Luang Prabang à Vientiane. Reconstruit en grande partie entre 1936 et 1942 par les français, le temple aujourd’hui ressemble plus aux temples thaïs qu’aux anciens temples Laos.

 

Transformée en musée le Haw Pha Kaeo accueille aujourd’hui de nombreux bouddhas parfaits exemples de la sculpture Lao. Datant du Vie au XVIIème siècle ces statues sont le vivant exemple de la parfaite maîtrise de la statuaire acquise par les Laos. L’élégance des visages et du maintien des différents bouddhas est un exemple parfait de l’art Lao.

 

Laos temple de Haw Pha Kaeo (2)

 

Laos temple de Haw Pha Kaeo

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BOUDDHISME CLASSIQUE, #LAOS

Repost0

Publié le 27 Juin 2010

Atget paris (2) Atget paris (3) 

 

Atget est le témoin unique et infatigable d’une ville sans limite Paris, toute sa vie il parcourt les rues de la capitale, témoin de toutes ses ambiances, de ses rues et ruelles, de son architecture monumentale comme domestique, Atget est un infatigable conteur qui sans cesse se plonge au cœur de la cité. Il produira plus de 10 000 plaques de vues de Paris et de ses environs. Incompris en son temps son œuvre fut découverte tardivement. Atget reste le témoin d’un passé en cours de transformation et du petit peuple de Paris. Il reste celui qui figera dans une temporalité à lui Paris, sa vie, son monde.

 

Atget paris Atget paris (4)
 Atget paris (5)  Atget paris (6)


Daguerre est l’un des précurseurs de la photo au XIXe siècle, en 1837 il met au point le principe du daguerréotype et ouvre la voie à la démocratisation d’un art qui bouleversera notre vision de la réalité. Samuel F. B. Morse, inventeur du télégraphe qualifiera en ces termes la toute nouvelle invention : « Nulle peinture ou gravure ne peut prétendre s’en approcher(…) ; en parcourant une rue du regard, on pouvait noter la présence d’une pancarte lointaine sur laquelle l’œil arrivait à peine […]



hector Berlioz Sarah Bernhardt Jules Favre Stéphane Mallarmé Jules Verne Auguste Rodin

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NATURALISME et IMPRESSIONISME

Repost0

Publié le 27 Juin 2010

Paris Jardins du Luxembourg (5)

 

Le Jardin du Luxembourg fut créé en 1617 à la demande de Marie de Médicis par Boyeau de la Bareaudière, paysagiste reconnu à l’époque et théoricien du « jardin à la française ». La jardin à l’origine s’organisait autour d’un parterre central couronné de terrasses. Deux milles ormes furent plantées pour cadrer la perspective. A l’origine celle-ci ne débouchait pas, les Chartreux occupant le sud du jardin, à la révolution les moines furent expulsées et la perspective complétée.

 

Paris Jardins du Luxembourg (4)

 

Le jardin fut remanié par Chalgrin sous le premier empire. Il fit construire les balustrades qui surplombent le parterre et le bassin central. Le jardin devient public en 1778, offrant à la fois l’agrément des parterres et bassins mais aussi le plaisir de découvrir un ensemble de statue unique représentant les reines et grandes dames de France, œuvre de sculpteurs académiques du XIXe siècle: Frémiet, Cain, Bourdelle, Marqueste…

 

Paris Jardins du Luxembourg

 

Paris Jardins du Luxembourg (2)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 26 Juin 2010

Tapisserie de Bayeux (8)

Tapisserie de Bayeux (9)

 

La tapisserie de Bayeux est certainement l’un des témoignages les plus précieux de l’art roman. Ses dimensions, sa composition générale, la maîtrise dans sa réalisation en font une œuvre unique pour l’époque. La tapisserie est un immense récit en image qui retrace la conquête de l’Angleterre par les normands de Guillaume le conquérant. C’est à la fois un témoignage historique précieux sur les événements, les personnages, la vie quotidienne et guerrière de l’époque et également une grande fresque à la gloire de Guillaume.

 

La tapisserie est en fait une broderie de fils de laine teintés et réalisé à la demande d’Odon de Conteville, évêque de Bayeux et demi-frère du roi Guillaume. Exposée chaque année dans le chœur de la cathédrale de Bayeux, la Tapisserie proposait aux fidèles un exemple moral sur le destin des parjures. Harold est accueilli à sa cour par Guillaume de Normandie, lié au duc par le compagnonnage guerrier lors de l'expédition de Bretagne (1064), et est enfin attaché à sa personne par des serments prêtés sur les reliques de la cathédrale, dont l'authenticité et l'efficacité sont ainsi proclamées. Car en s'emparant de la couronne d'Angleterre, Harold devient un héros tragique, puni par la puissance divine pour avoir manqué à la foi jurée.

 

Tapisserie de Bayeux (2)Tapisserie de Bayeux tapestri (2)
Tapisserie de Bayeux tapestryTapisserie de Bayeux

 

La scène centrale de la Tapisserie est bien entendu la bataille d'Hastings, la troisième et dernière des batailles rangées livrées par Guillaume dans toute sa carrière, après le Val-es-Dunes en 1047, et Varaville en 1057. Elle est présentée sous l'aspect d'un ultime Jugement de Dieu en faveur de Guillaume de Normandie, pleinement justifié dans sa prétention à la couronne d'Angleterre. Le récit en images est confirmé par la "propagande" des chroniqueurs contemporains de l'entourage ducal, sans que l'on puisse toujours préciser les influences de l'un à l'autre.

Tapisserie de Bayeux (3)

 

Tapisserie de Bayeux (7)

 

Visite virtuel de la tapisserie:

http://medieval.mrugala.net/Tapisserie%20de%20Bayeux/tap1.htm

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0

Publié le 25 Juin 2010

Angkor - Roluos - Le temple de Preah Ko - Photos: Lankaart (c)
Angkor - Roluos - Le temple de Preah Ko - Photos: Lankaart (c)

Angkor - Roluos - Le temple de Preah Ko - Photos: Lankaart (c)

Cet élégant temple du groupe de Roluos se situe à l’écart du site principal d’Angkor au sud-est. Il fut construit au IXe siècle et est un parfait exemple des débuts de l’art Khmer. Composé de 6 tours il fut le premier temple construit par Indravarman Ier dans sa capitale d'Hariharalaya. Les 6 tours sont construites sur une seule terrasse entourées de deux enceintes. Autour des terrasses plusieurs salles longues sont implantées symétriquement.  Indravarman fit installer les divinités du temple en 880. Les sculptures sont particulièrement soignés et témoignes déjà d’une grande maîtrise dans le travail du grès. La tour central abritait Parameçvara, « le seigneur suprême », l’un des noms de 9 iva et le nom posthume du fondateur de l’empire khmer Jayavarman.

Angkor - Roluos - Le temple de Preah Ko - Photos: Lankaart (c)
Angkor - Roluos - Le temple de Preah Ko - Photos: Lankaart (c)
Angkor - Roluos - Le temple de Preah Ko - Photos: Lankaart (c)
Angkor - Roluos - Le temple de Preah Ko - Photos: Lankaart (c)
Angkor - Roluos - Le temple de Preah Ko - Photos: Lankaart (c)
Angkor - Roluos - Le temple de Preah Ko - Photos: Lankaart (c)

Angkor - Roluos - Le temple de Preah Ko - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART KHMER

Repost0

Publié le 25 Juin 2010

Christ pantocrator russie 1100 Christos Acheiropoietos

Christ, Russie Mandilion début XIIe école de Novgorod Galerie Tretyakov Moscou

 

le Mandilion ( Saint –Suaire):

 

Après sa descente de croix le corps de Jésus fut placé dans un tombeau enveloppé de draps blancs. Quelques jours plus tard, ce tombeau scellé par un gros rocher et gardé par les Romains avait été ouvert depuis l’intérieur ; A la stupéfaction générale, le tombeau était vide ; ne restaient que les draps blancs. La Vierge Marie et les croyants récupérèrent ces draps blancs humides et les firent sécher au soleil afin de les garder comme reliques.  Lorsqu’ils furent secs, l’empreinte de Jésus apparut sur ces draps, notamment son visage dont les traits étaient devenus comme une impression légèrement grisâtre sur les draps blancs.

 

Les premiers chrétiens grecs récupérèrent le morceau du drap où apparaissaient fugitivement les traits du visage du Christ ( le Saint-Suaire ) et en firent l’icône primitive, origine de toutes les icônes. Cette image est reprise ici dans cete icône russe d'une surprenante gravité, image énigmatique d'un christ au-dessus des hommes.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS BYZANTIN PALEOCHRETIEN ORTHODOXE et RUSSE

Repost0

Publié le 24 Juin 2010

France Issoire ABBATIALE SAINT AUSTREMOINE (3)

 

L’Abbatiale Saint-Austremoine est une ancienne église d’une abbaye bénédictine construite au XIIe siècle. Son nom lui vient du premier évêque en pays Averne, Austremoine, venu de Rome avec 6 compagnons pour évangéliser la Gaule.  Le chevet visible de l’extérieur est la partie la plus accomplie de l’édifice, très bel exemple de l’art roman auvergnat, pureté des lignes, équilibre dans la composition, sobriété de la décoration.  La façade d’une très grande simplicité précède la nef à deux étages, dont la décoration peinte est un bel exemple du soin apporté à la mise en scène. Les chapiteaux représentent des centaures, des porteurs de moutons et des griffons. La coupole de la croisée du transept s’élève à 23 m. et précède le chœur somptueusement décorée.

 

France Issoire ABBATIALE SAINT AUSTREMOINEFrance Issoire ABBATIALE SAINT AUSTREMOINE (2)
France Issoire ABBATIALE SAINT AUSTREMOINE (4)France Issoire ABBATIALE SAINT AUSTREMOINE (5)

 

France Issoire ABBATIALE SAINT AUSTREMOINE (6)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMAN

Repost0