Publié le 8 Juillet 2010

Paléolithique art animalier perigord (2)

Musée de la préhistoire Les Eyzies.

 

L'art du paléolithique est essentiellement animalier: bison, cheval, bouquetin, cerf, taureau, auroch, mammouth, renne, éléphant, rhinocéros, lion, félin et ours. L'artiste met à profit les caractéristiques physiques du support, cornes, os, ivoires pour créer une forme parfaite, représentation figurative au plus près de la réalité.

 

La production de très grande qualité est abondante, l’art constituait un véhicule à priori omniprésent dans la vie des hommes de cette époque. très présente en Périgord cet art constitue les premières étapes de l'art universel.

 

Paléolithique art animalier perigord (3)

 

Paléolithique art animalier perigord

Photos: (c) Lankaart

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PREHISTOIRE

Repost0

Publié le 7 Juillet 2010

Léon Belly Pilgrims Going to Mecca pelerins en route pourMusée d'Orsay, Paris, 1861

 

Léon Belly (1827 – 1877) est l’un des représentant de la vague orientaliste qui touche l’Europe au XIXe siècle. Après avoir fait l'école de polytechnique, Belly décide d'être peintre paysagiste. En 1850 il part avec une mission scientifique au Liban, en Palestine et en Egypte. Il ramène de ses voyages de multiples sources d’inspirations. Ces toiles souvent immenses mettront en scène les grands termes de l’Orient tel qu’on les imagines au XIXe.

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ECLECTISME XIXe

Repost0

Publié le 6 Juillet 2010

Ninive nineveh bas relief assyrie

British Museum

 

Dans son nouveau palais, le palais nord, Assurbanipal fit réaliser d'autres bas-reliefs, les plus caractéristiques étant ceux le montrant en train de chasser des lions et d'autres animaux sauvages, notamment des gazelles, des équidés, des lièvres, des oiseaux (surtout dans les salles C et S du palais). La série de bas-reliefs de la salle C, un long couloir, a été retrouvée dans un état de conservation remarquable. Un premier groupe d'orthostates réparti sur les murs au nord-est et au sud-est de la salle montre le déroulement d'une première chasse aux lions : des serviteurs préparent les armes et le char du roi, puis la scène se déplace sur une colline où se trouve un pavillon de chasse ; les lions sont apportés sur place dans des cages, puis relâchés, et le roi les combat depuis son char, entouré de ses gardes, et devant quelques spectateurs situés en retrait.

 

Une autre composition occupait le mur sud-ouest de la salle, et est notamment remarquable par la description de l'agonie des félins, notamment une lionne criblée de flèches. Ces sculptures se caractérisent par les nombreux vides laissés dans la composition, ce qui est inhabituel de la part des artistes des palais assyriens, et met bien en avant la mise à mort des animaux par le souverain, vainqueur des forces de la nature sauvage et notamment de leur plus redoutable représentant.

  Ninive nineveh chasse au lion detail

 

Pour en savoir plus:

 

http://wapedia.mobi/fr/Ninive#3.

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #MESOPOTAMIE et PERSE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 6 Juillet 2010

 

Werner bischof India Inde (4)

 

"Les belles photographies sont souvent statiques et en composant des clichés parfaits on risque de tomber dans un piège" Werner Bischoff (1916-1954), Calcutta, 1951.

 

Témoin du monde, Bischoff fait partie de ses photographes qui au milieu du siècle vont parcourir le monde et témoigner, sur la grandeur et la misère de l'homme.

 


Werner bischof India Inde (5)

Werner bischof India Inde

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 4 Juillet 2010

Rubens Les Miracles de St-Ignace de Loyola 1619 Vienne Kuns

Vienne, Kunsthistorisches Museum 1620

 

Pour la décoration intérieure de l'Eglise Saint-Ignace à Anvers, les jésuites en 1620 font appel à Pierre-Paul Rubens, dont l’atelier et école de peinture n’est pas loin. L’artiste est au sommet de sa gloire et avec son assistant Antoine Van Dyck fait de l’église Saint-Ignace son œuvre ecclésiale principale. Une série de ses tableaux de scènes bibliques y décorent les murs, et 39 caissons du plafond sont les créations de son école. Les caissons du plafond furent détruits lors de l’incendie du 18 juillet 1718. Quant aux tableaux, beaucoup furent confisqués ou volés lorsque la Compagnie de Jésus fut supprimée en 1773. Ils se trouvent aujourd’hui dans divers musées du monde (dont Vienne).

 

Parmis ces tableaux Les miracles de Saint-Ignace est certainement l'une des oeuvres les plus abouities du maître. On y retrouve tous les principes du baroque flamand: compoisition riche, importance de la couleur, dramaturgie de la scène, exubérance des personnages. Rubens démontre une fois de plus son talent.

 

Source: Wikipedia




Les quatres Evangélistes, 1620, Musée du Louvre, Paris Jacob Jordaens est l’un des grands maîtres du baroque flamand au XVIIe siècle. Parmi ses œuvres Les Quatre Evangélistes figurent parmi les plus sobres et les plus belles du peintre. Les quatre évangélistes sont représentés sous la forme de trois vieillards, Matthieu, Marc et Luc et un jeune homme, Jean. Ils s’approchent d’un livre et semblent débattre d’un passage des Evangiles. Chacun est pongé dans la réflexion, ses souvenirs, quêtant […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BAROQUE

Repost0

Publié le 4 Juillet 2010

Ninive nineveh chasse au lion palais d'assurbanipal (5)

 British Museum

 

Ville de Mésopotamie sur la rive orientale du Tigre en face de Mossoul. Le site de Ninive a été habité dès le ~ VIe millénaire. Ses ruines sont ensevelies sous le tell de Kouyoundjik et sous le tell Nebi Younous, où, selon la tradition musulmane, est situé le tombeau de Jonas. La Genèse attribue la construction de Ninive à Nemrod. Hammourabi, dans le prologue de son Code, cite Ninive au nombre des grandes villes de son empire. Après avoir été possession mitanienne, Ninive appartint aux Assyriens dès le milieu du XIVe siècle. Elle ne devint une cité importante qu'à une date relativement tardive. Tiglat-Pileser Ier (~ 1115-~ 1077) y construisit un palais royal, mais Assournaṣirpal Ier (~ 1050-~ 1032) préféra Kalhou à Ninive. Ce n'est qu'à la fin du ~ VIIIe siècle que Sennachérib (~ 704-~ 681) fit de Ninive la capitale du royaume assyrien, fameuse par ses dimensions, son système d'adduction d'eau et son temple d'Ishtar.

 Ninive nineveh chasse au lion palais d'assurbanipal (4)

 

Assurbanipal qui règne sur tous les peuples du Proche-Orient de 668 à 627 avant l'ère chrétienne, à l'apogée d'un empire qui dura trois siècles, n'a longtemps laissé d'autre souvenir que ces quatre syllabes : "Sardanapale". Déformation d'"Assurbanipal", le sobriquet désigne, aujourd'hui encore, le jouisseur indolent et dépravé.

  

"Sardanapale surpassa tous ses prédécesseurs en débauches et paresse. Car non seulement il ne se montrait jamais au monde extérieur, mais il menait la vie d'une femme (...), raconte Ctésias dans ses Persica - dont seuls des fragments nous sont parvenus. Il s'efforçait même de rendre sa voix féminine et (...) il cherchait aussi les joies de l'amour des deux sexes (...)" Quant à sa chute, elle fut pour le paresseux souverain l'occasion de faire disparaître avec lui tous ses objets de plaisir. "Pour ne pas tomber aux mains des ennemis, il fit édifier un immense bûcher dans son palais, y amassa tout son or et tout son argent ainsi que ses vêtements royaux, raconte le médecin et historien grec. Il enferma dans une chambre construite au milieu du bûcher ses concubines et ses eunuques, se joignit à eux tous et mit le feu à l'ensemble du palais." Ctésias de Cnide (vers 400 av. JC)

  Ninive nineveh chasse au lion palais d'assurbanipal (2)

 

Les grecs ont tout oublié d'Assurbanipal. Qu'il pouvait être infiniment brutal, qu'il a régné sur tout le Proche-Orient, par exemple. Mais, aussi, qu'il était savant. Aucun roi d'Assyrie et, que l'on sache, aucun souverain mésopotamien, n'a autant insisté dans ses annales - c'est-à-dire le récit de ses campagnes militaires et de ses actes mémorables - sur sa formation intellectuelle. Il connaît, fait-il écrire, "le secret caché de tout l'art du scribe", il peut examiner "les signes célestes et terrestres et (en débattre> avec l'assemblée des experts", il se plaît à scruter "l'écriture des pierres d'avant le Déluge", il est capable de lire "la tablette subtile en sumérien abscons". Assurbanipal ne sait pas seulement lire et écrire, il connaît de surcroît le sumérien, langue morte depuis quinze siècles, qui demeure d'usage liturgique et scientifique dans toute la Mésopotamie - comme le fut le latin dans l'Europe médiévale. Tout cela, après la chute de l'empire assyrien, en 610 avant l'ère chrétienne, devait disparaître de toute mémoire pour 2 400 ans.

 

Mais l'homme n'est pas avare de paradoxes. Pour la distraction de ses sujets, il descend dans l'arène. Il affronte des lions. "Au corps à corps, au poignard, sans cuirasse. Et de toute évidence, même si le lion d'Asie est plus petit que celui d'Afrique, il n'en risque pas moins sa vie." Ces tête-à-tête avec les grands félins - qui à l'époque pullulent dans la région - sont représentés avec force détails sur les bas-reliefs de son palais. Des représentations "que tout le monde pouvait voir et dont l'affichage aurait été proprement ridicule si elles avaient été fictives".

  

Ninive nineveh chasse au lion palais d'assurbanipal

 

Il est important de rappeler que les lions ont toujours habité et en grand nombre l'Irak dans les plaines et sur les plateaux de Ninive, dans les buissons et palmeraies de Babylone et dans les marais du sud. Les rois chaldéens et assyriens étaient grands chasseurs de lions. La force et la majesté du lion, ses fureurs et son ardeur à poursuivre la proie ont fourni maintes comparaisons aux poètes. Les rugissements que le lion fait entendre sont formidables, retentissent et résonnent au loin à une lieu à la ronde, et ont quelque chose de majestueux, surtout dans le silence de la nuit. Ils remplissent d'épouvante toutes les bêtes de la savane qui en suivent, tremblant, les diverses modulations.

 

Ninive nineveh chasse au lion palais d'assurbanipal (6)

 

Ninive nineveh chasse au lion palais d'assurbanipal (7)

 

Ninive nineveh chasse au lion palais d'assurbanipal (9)

 

Source: Encyclopédie universalis. Le Monde.fr.

pour en savoir +:

http://assurbanipal-banipal.blogspot.com/2010/04/assurbanipal-669-631avant-j_01.html

 

http://antikforever.com/Mesopotamie/Assyrie/apogee_chute.htm

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #MESOPOTAMIE et PERSE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 3 Juillet 2010

Beaux et grands bâtiments...

 

François de Malherbe (1555-1628)

                                             

 

 

Beaux et grands bâtiments d'éternelle structure,

Superbes de matière, et d'ouvrages divers,

Où le plus digne roi qui soit en l'univers

Aux miracles de l'art fait céder la nature.

 

Beau parc, et beaux jardins, qui dans votre clôture,

Avez toujours des fleurs, et des ombrages verts,

Non sans quelque démon qui défend aux hivers

D'en effacer jamais l'agréable peinture.

 

Lieux qui donnez aux coeurs tant d'aimables désirs,

Bois, fontaines, canaux, si parmi vos plaisirs

Mon humeur est chagrine, et mon visage triste :

 

Ce n'est point qu'en effet vous n'ayez des appas,

Mais quoi que vous ayez, vous n'avez point Caliste :

Et moi je ne vois rien quand je ne la vois pas.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BAROQUE

Repost0

Publié le 3 Juillet 2010

Dorothea lange Migrant Mother (2)

 

Dorothea Lange (1895-1965) est la photographe américaine la plus connu de l’entre-deux guerres. Elle travaille durant cette période pour la FSA ( Farm Security Administration) et participe au témoignage accablant sur les désastres sociaux créé par la crise de 29 dans les campagnes américaines. Ce portrait de 1936 est devenu une icône de la photographie, prise en Californie elle montre une mère, migrante, victime de la grande dépression.

 

Dorothea lange Migrant Mother (3) 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 2 Juillet 2010

  
  

 

Otto Steinert (1915-1978) est l’un des promoteurs de la photographie en Allemagne juste après la seconde guerre mondiale. Professeur à l’Ecole d’Art de Sarrebruck, il rassemble autour de lui les photographes les plus innovants des années quarante et fonde le groupe Fotoform en 1949. Il défend le concept de la photographie subjective dans la droite ligne de la production d’avant-guerre : Man Ray, Moholy-Nagy et Herbert Bayer. Sa photographie tourne autour de l’expérimentation des formes, des effets de la lumière, des reflets. Son œuvres très graphiques est proche du surréalisme et du mouvement abstrait. La mouvance des « photographes subjectifs » est en phase avec les recherches plastiques de l’époque ou l’expérimentation est au cœur de la démarche artistique.

 

 

 

 

Source: Histoire de Voir Tome III

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 1 Juillet 2010

Signorelli les derniers actes et la mort de Moïse death mo

Chapelle Sixtine, 1481.

 

Luca Signorelli (v. 1450-1523) est un peintre ombrien élève et collaborateur de Piero della Francesca. Appelé à Rome en 1481 pour la décoration de la chapelle Sixtine par le pape, il y peint Les Derniers jours de Moïse.  Artiste confirmé, le style de Signorelli est basé sur une composition rigoureuse et une approche très florentine de la peinture.

 

L'Ancien Testament:

 

Dt 34 1 Moïse monta de la plaine de Moab vers le mont Nébo, au sommet de la Pisga, qui est en face de Jéricho, et le Seigneur lui fit voir tout le pays : le Galaad jusqu'à Dan, 2 tout Nephtali, le pays d'Ephraïm et de Manassé, et tout le pays de Juda jusqu'à la mer Occidentale, 3le Néguev et le District, la vallée de Jéricho, ville des palmiers, jusqu'à Çoar. 4Et le Seigneur lui dit: « C'est là le pays que j'ai promis par serment à Abraham, Isaac et Jacob en leur disant: ''C'est à ta descendance que je le donne''. Je te l'ai fait voir de tes propres yeux, mais tu n'y passeras pas ».

5 Et Moïse, le serviteur du Seigneur, mourut là, au pays de Moab, selon la déclaration du Seigneur. 6 Il l'enterra dans la vallée, au pays de Moab, en face de Beth-Péor, et personne n'a jamais connu son tombeau jusqu'à ce jour. 7 Moïse avait cent vingt ans quand il mourut; sa vue n'avait pas baissé, sa vitalité ne l'avait pas quitté.

8 Les fils d'Israël pleurèrent Moïse dans la plaine de Moab pendant trente jours. Puis les jours de pleurs pour le deuil de Moïse s'achevèrent; 9 Josué, fils de Noun, était rempli d'un esprit de sagesse, car Moïse lui avait imposé les mains; et les fils d'Israël l'écoutèrent, pour agir suivant les ordres que le Seigneur avait donnés à Moïse.

10 Plus jamais en Israël ne s'est levé un prophète comme Moïse, lui que le Seigneur connaissait face à face, 11 lui que le Seigneur avait envoyé accomplir tous ces signes et tous ces prodiges dans le pays d'Égypte devant le Pharaon, tous ses serviteurs et tout son pays, 12 ce Moïse qui avait agi avec toute la puissance de sa main, en suscitant toute cette grande terreur, sous les yeux de tout Israël.

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE ITALIE

Repost0