Publié le 1 Août 2010

 

Basho Matsuo: le premier grand poète de l'histoire du haïkaï (et du haïku).

 

 

                                                          

Quel plaisir!

La Vallée de sud

Embaume la neige.

 

 

Le vent d'automne

Plus blanc

Que les pierres de la colline rocheuse.

 

 

De tous les côtés

Les vents apportent des pétales de cerisier

Au lac des grèbes.

 

 

Même un sanglier

Est sur le point d'être emporté

Dans cette tempête.

 

 

Le croissant éclaire

La terre brumeuse.

Fleurs de sarrasin.

 

 

Le lespédèze fleuri ondule

Sans faire tomber

Une seule goutte de rosée.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON

Repost0

Publié le 31 Juillet 2010

El Greco saint Luc Saint LucLe Greco saint-jacques majeur  Saint-Jacques majeur

 

"El Greco est déjà par excellence le "peintre maudit" qu'a adoré la même heure de culture qui chercha, découvrit et exalta les poètes maudits. C'est le fou qui découvre ce qu'ignorent les êtres sensés, le possédé qui a brisé définitivement avec le rythme et la raison, le musicien chez qui d'une manière tourmentée, l'inconscient s'exalte et se traduit dans des attitudes torturées, dans les membres tordus, dans les mystérieuses franges des nuages lumineux, dans la couleur splendidement corrompue, enfin dans les langues de feu elles-mêmes de la Pentecôte (œuvre de la dernière époque) dont tous les corps d'hommes, de femme et d'anges jusqu'ici n'étaient que la préfiguration."

 

Eugenio d'Ors in Trois Heures au Musée du Prado en 1928

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #BAROQUE

Repost0

Publié le 31 Juillet 2010

 

Horus

 

 

                   

                   

 

Le dieu Kneph en tremblant ébranlait l'univers

Isis, la mère, alors se leva sur sa couche,

Fit un geste de haine à son époux farouche,

Et l'ardeur d'autrefois brilla dans ses yeux verts.

 

" Le voyez-vous, dit-elle, il meurt, ce vieux pervers,

Tous les frimas du monde ont passé par sa bouche,

Attachez son pied tors, éteignez son oeil louche,

C'est le dieu des volcans et le roi des hivers !

 

" L'aigle a déjà passé, l'esprit nouveau m'appelle,

J'ai revêtu pour lui la robe de Cybèle...

C'est l'enfant bien-aimé d'Hermès et d'Osiris ! "

 

La déesse avait fui sur sa conque dorée,

La mer nous renvoyait son image adorée,

Et les cieux rayonnaient sous l'écharpe d'Iris.

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NATURALISME et IMPRESSIONISME

Repost0

Publié le 30 Juillet 2010

Ninive nineveh bas relief assyrie assyria

British Museum VIIIe siècle av; JC

 

C'est dans la bibliothèque d'assurbanipal que le fameux texte assyro-babylonien du déluge, plagié largement par la Bible dans la Genèse, a pu être identifié. Le récit du déluge n'est en fait qu'un épisode d'une épopée en douze chants, qui raconte les exploits du héros Gilgamesh et qui remonte au XVII ème siècle avant notre ère. Le récit du déluge est reproduit sur la onzième tablette et constitue le onzième chant.

 

De même dans la Bible est mentionné au début de la Genèse (Ge 3:24) un arbre de vie. Il donne l'immortalité. Il est à ne pas confondre avec l'arbre de la connaissance du bien et du mal. Cet arbre est aussi mentionné dans l'Apocalypse (Ap 2:7). L'influence assyrienne semble manifeste dans la symbolique de l'arbre de vie.

 

source: Wikipedia, http://assurbanipal-banipal.blogspot.com.htm

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #MESOPOTAMIE et PERSE ANTIQUITE

Repost0

Publié le 29 Juillet 2010

Faitage porte Latmul Papua New Guinea (2)

 British Museum

 

Les témoignages artistique de Papouasie sont rares, cette porte est une oeuvre d'exeption, on y perçoit des qualitées esthétiques originales. L'expression du visage, la force du regard en font une oeuvre attachante.

 

Faitage porte Latmul Papua New Guinea

(c) Lankaart




Les sculptures malagan sont réalisées pour des cérémonies d’inhumation et de commémoration des morts, qui permettent aux âmes des défunts de passer dans l’au-delà. Leur force spirituelle se transmet ainsi à la génération suivante. Un événement central est le dévoilement d’une hutte d’exposition, où sont érigées les sculptures malagan, censées s’animer au moment de leur présentation publique. C’est grâce à elles que les âmes des défunts peuvent s’unir au monde des ancêtres. Aux yeux des […]



British Museum Londres Les moaïs ou moai, sont les célèbres statues de l’île de Pâques. Connu pour leurs formes sculpturales et énigmatiques ces sculptures réalisées dans des roches volcaniques, basaltes ou tuf volcanique varient dans leur taille de 2.5m. de hauteur à 9 m. Elles pèsent entre 14 et 80 tonnes et ont été dressé à divers point de l’île le regard tournées vers l’intérieure de celle-ci. On ne connait pas la signification et le rôle de ces monolithes, les Rapanui qui ont par […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART PREMIER OCEANIE

Repost0

Publié le 29 Juillet 2010

           

Elégie

 

Alphonse de LAMARTINE (1790-1869)

                                          

 

Cueillons, cueillons la rose au matin de la vie;

Des rapides printemps respire au moins les fleurs.

Aux chastes voluptés abandonnons nos coeurs,

Aimons-nous sans mesure, à mon unique amie!

 

Quand le nocher battu par les flots irrités

Voit son fragile esquif menacé du naufrage,

Il tourne ses regards aux bords qu'il a quittés,

Et regrette trop tard les loisirs du rivage.

Ah! qu'il voudrait alors au toit de ses aïeux,

Près des objets chéris présents à sa mémoire,

Coulant des jours obscurs, sans périls et sans gloire,

N'avoir jamais laissé son pays ni ses dieux!

 

Ainsi l'homme, courbé sous le poids des années,

Pleure son doux printemps qui ne peut revenir.

Ah! rendez-moi, dit-il, ces heures profanées;

O dieux! dans leur saison j'oubliai d'en jouir.

Il dit : la mort répond; et ces dieux qu'il implore,

Le poussant au tombeau sans se laisser fléchir,

Ne lui permettent pas de se baisser encore

Pour ramasser ces fleurs qu'il n'a pas su cueillir.

 

Aimons-nous, à ma bien-aimée!

Et rions des soucis qui bercent les mortels;

Pour le frivole appas d'une vaine fumée,

La moitié de leurs jours, hélas! est consumée

Dans l'abandon des biens réels.

 

A leur stérile orgueil ne portons point envie,

Laissons le long espoir aux maîtres des humains!

Pour nous, de notre heure incertains,

Hâtons-nous d'épuiser la coupe de la vie

Pendant qu'elle est entre nos mains.

 

Soit que le laurier nous couronne,

Et qu'aux fastes sanglants de l'altière Bellone

Sur le marbre ou l'airain on inscrive nos noms;

Soit que des simples fleurs que la beauté moissonne

L'amour pare nos humbles fronts;

Nous allons échouer, tous, au même rivage :

Qu'importe, au moment du naufrage,

Sur un vaisseau fameux d'avoir fendu les airs,

Ou sur une barque légère

D'avoir, passager solitaire,

Rasé timidement le rivage des mers?

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROMANTISME ET NEOGOTHIQUE

Repost0

Publié le 28 Juillet 2010

bellini Madonne et les saints

San Zaccaria Altarpiece Venise

Giovanni Bellini,1505

 

Cette Madone à l'enfant sur le trône avec les saints Pierre, Catherine, Lucie et Jérôme de l'église de San Zaccaria à Venise, daté 1505 ouvre la dernière période de Bellini. Selon Ridolfi (1648), le retable, commandé à la mémoire de Pietro Cappello, était déjà en son temps "considéré comme l'un des ouvrages les plus beaux et raffinés du maître". Bellini est alors un vieil homme d'environ soixante-cinq ans. Pourtant, son étonnante capacité d'adaptation, résultant d'une profonde compréhension de l'évolution de l'art, ne semble pas s'être estompée un moment. Confronté aux premières réalisations de Giorgione, il a assimilé et adapté ces nouveautés à son expressivité artistique propre.

 

La composition et la structure architecturale de la toile n'est pas fondamentalement différente du Retable de San Giobbe : l'abside en forme de niche avec la Madone et des saints debouts à ses côtés. Saint-Pierre avec sa clef et le livre, Sainte-Catherine avec la palme du martyre et la roue cassée, Sainte Lucie et Saint-Jérôme, le savant qui a traduit la Bible en latin, et que Bellini représente donc que la lecture d'un livre. L'enfant Jésus leve ses petites mains pour bénir les fidèles devant l'autel. Un ange au pied de l'autel joue doucement du violon.

 

Ici aussi, d'un point de vue spatial, le tableau s'inscrit dans la continuaté de l'autel sur lequel il est placé. Le paysage qui apparait sur les côtés provient d'une idée tirée d'Alvise Vivarini expérimenté dans le retable Battuti à Belluno (aujourd'hui détruit) selon laquelle la lumière du ciel adoucit les formes. Ces couleurs, on ne peut les apprécier vraiment qu'en se rendant dans la petite église de San Zaccaria à Venise.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE ITALIE

Repost0

Publié le 27 Juillet 2010

Paléolithique bijoux prehistoire

 

Dès le Paléolithique supèrieur les hommes fabriquent des bijoux de pierre, d'os, de bois de renne et d'ivoire. Nos ancêtres aimaient déjà porter des bracelets et des pendentifs. Ils utilisaient également des canines atrophiées de renne. Certains de ces bijoux sont finement décorés. Pour porter ces objets en pendentif, une perforation ou une rainure permet de fixer un lien de suspension autour du cou ou de coudre l'objet sur un vêtement.

 

On peut dire que d'une certaine manière, la mode existait déjà. En effet, de nombreux dessins et plaquettes montrent des dents et des coquilles qui sont enfilées aux poignets, aux bras ou aux chevilles.

 

Paléolithique bijoux prehistoire (2)

 

Paléolithique bijoux prehistoire (3)

Photos: (c)Lankaart

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PREHISTOIRE

Repost0

Publié le 27 Juillet 2010

france vaison la romaine Masque tombeau (2)

 

Superbe démonstration de la force de la sculpture antique cet stèle funéraire reprend le motif usuel des masques du théatre romain. D'une très grande exprécivité cette sculpture fait partie des vestiges du site de Vaison la Romaine dans le sud de la France.

 

france vaison la romaine Masque tombeau

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROME ANTIQUITE

Repost0

Publié le 26 Juillet 2010

bio

 

 

 

 

Louis Malle démarre sa longue carrière avec Ascenseur pour l’échafaud (1958), un beau film policier, puissant et personnel. Sur un scénario très original et riche, il crée une atmosphère forte, notamment avec ces scènes où Jeanne Moreau déambule dans les rues de Paris by night, le tout sur cette célèbre musique de Miles Davis. Même après presque cinquante ans, le film se regarde toujours avec grand plaisir, débordant de style, un style qui a conservé toute sa force, sa personnalité et son attrait.

  




1959 Miles Davis — Trompette Julian Cannonball Adderley — Saxophone alto (sauf dans Blue In Green) John Coltrane — Saxophone ténor Wynton Kelly — Piano (dans Freddie Freeloader) Bill Evans — Piano (sauf dans Freddie Freeloader) Paul Chambers — Contrebasse Jimmy Cobb — Batterie Miles Davis, un nom et une légende. Avec Louis Armstrong, il est certainement à ce jour le musicien de jazz le plus connu par le plus grand nombre. Sa renommée s'étend au-delà du petit cercle d'amateurs de jazz et en […]

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CINEMATHEQUE

Repost0