Publié le 10 Décembre 2010

 

 

" Nul n'a jamais écrit ou peint, sculpté, modelé, construit, inventé, que pour sortir en fait de l'enfer ."

Antonin Artaud. " Van Gogh, le Suicidé de la Société "

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #FAUVISME etc..

Repost0

Publié le 9 Décembre 2010

henri rousseau reve dream

Museum of Modern Art de New York

 

"Lorsque j’entre dans les serres du Jardin des Plantes et que je vois les étranges plantes des pays exotiques, il me semble que je pénètre dans un rêve. ” Le Douanier Rousseau

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #FAUVISME etc..

Repost0

Publié le 8 Décembre 2010

David - Le serment du jeu de Paume
David - Le serment du jeu de Paume

David - Le serment du jeu de Paume

« L’Assemblée nationale, considérant qu’appelée à fixer la constitution du royaume, opérer la régénération de l’ordre public et maintenir les vrais principes de la monarchie, rien ne peut empêcher qu’elle continue ses délibérations dans quelque lieu qu’elle soit forcée de s’établir, et qu’enfin, partout où ses membres sont réunis, là est l’Assemblée nationale ;

 

Arrête que tous les membres de cette assemblée prêteront, à l’instant, serment solennel de ne jamais se séparer, et de se rassembler partout où les circonstances l’exigeront, jusqu’à ce que la Constitution du royaume soit établie et affermie sur des fondements solides, et que ledit serment étant prêté, tous les membres et chacun d’eux en particulier confirmeront, par leur signature, cette résolution inébranlable. »

 
David - Le serment du jeu de Paume - Détails
David - Le serment du jeu de Paume - Détails

David - Le serment du jeu de Paume - Détails

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NEO-CLASSICISME

Repost0

Publié le 7 Décembre 2010

 Ellora grotte bouddhiste n°12 (2)

 

A Ellora le site étalé sur 2km compte 34 grottes d’une époque postérieure à celles du site d’Ajanta (600 – 1000 ap. JC). En plus de grottes bouddhiques, on y trouve également des grottes hindoues et jaïnes.

 

La Grotte n° 11 est une grotte bouddhiste. Un mur de façade dissimule la cour de ce vihara à trois niveaux datant probablement de la fin du VIIIème siècle. A l'intérieur et sur les différenyts niveaux de très belles sculptures ornent les salles de prière.

 

Ellora grotte bouddhiste n°12 (9)

 

Ellora grotte bouddhiste n°12 (7)

 

Ellora grotte bouddhiste n°12 (13)Ellora grotte bouddhiste n°12 (10)
 Ellora grotte bouddhiste n°12 (14) Ellora grotte bouddhiste n°12

 

Ellora grotte bouddhiste n°12 (11)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #INDE BOUDDHISTE et JAIN

Repost0

Publié le 6 Décembre 2010

 

 

 

 

 

Edward Kennedy Ellington était un pianiste, compositeur et chef d'orchestre américain né le 29 avril 1899 à Washington et mort le 24 mai 1974 à New York.

 

Son orchestre comprenait des musiciens qui étaient parfois considérés, tout autant que lui, comme des géants du jazz. Quelques uns de ces grands musiciens sont restés dans son orchestre pendant des décennies. Certains d'entre eux étaient dignes d'intérêt par eux-mêmes, mais c'était surtout Ellington qui les transformait en l'un des orchestres les plus connus de l'histoire du jazz. Il avait l'habitude de composer spécifiquement pour certains de ses musiciens en tenant compte de leurs points forts, comme par exemple « Jeep's Blues » pour Johnny Hodges, « Concerto for Cootie » (« Do Nothing Till You Hear from Me ») pour Cootie Williams et « The Mooche » pour Joe Nanton. Il a aussi enregistré des morceaux composés par les membres de son orchestre, comme « Caravan » et « Perdido » de Juan Tizol. Après 1941, il collabore fréquemment avec le compositeur et arrangeur Billy Strayhorn qu'il appelle son alter ego. Il a laissé au jazz de très nombreux standards.

 




la Villa savoye de Le Corbusier est considérée comme l'une des oeuvres majeures de l'architecture moderne du XXe. Construite entre 1928 et 1931, c'est une oeuvre manifeste pour le Corbusier qui y dévelloppe tous les grands principes de son architecture : dépouillement et simplicité des volumes, structure poteaux/poutres, plan libre, continuité des espaces, grandes ouvertures vers l'extérieur, occupation du toit terrasses dans le prolongement des pièces, rationnalisation dans l'agencement […]



Thelonious Monk: Blue Monk (Oslo, April 1966) Thelonious Sphere Monk (10 octobre 1917 – 17 février 1982) était un pianiste de jazz américain célèbre pour son style d'improvisation unique, ainsi que pour avoir écrit de nombreux standards du répertoire du jazz. Alors que Monk est souvent considéré comme l'un des fondateurs du bebop, l'évolution de son style personnel l'en a fait s'éloigner. Il est d’ailleurs difficile d’établir une filiation même si son jeu pianistique (assez traditionnel […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 6 Décembre 2010

 

 

 

Les Gnossiennes sont une œuvre en six parties de d'Eric Satie. Le mot « gnossienne » semble être dérivé du mot gnose, ce qui ne semble pas trop surprenant dans la mesure où Erik Satie a été impliqué dans des sectes gnostiques et des mouvements au moment où il commence à composer les Gnossiennes. Toutefois, certaines versions publiées revendiquent que le mot dérive de Knossos crétois Gnossus.

 

Les Gnossiennes ont été composées par Satie dans la décennie suivant la composition des Trois Sarabandes et les Gymnopédies). Comme ces Sarabandes et Gymnopédies, les Gnossiennes sont souvent qualifiées de « danses ».




Branka Parlic 2005 Philip Glass nous propose ici une BO magnifique de l'excellent film "the hours". Philip Glass - Metamorphosis 1 et 2 Branka Parlic 2004, Metamorphosis 1 Philip Glass est certainement le musicien contemporain le plus connu et le plus cité quand on parle de musique classique à la fin du XXe siècle. Précurseur il développa une musique minimaliste et répétitive dont la popularité fut acquise suite aux musiques de film qu’il composa pour Mishima de Paul Schrader (1985) et […]

Arvo Part - Spiegel Im Spiegel

Arvo Pärt est né en 1935 non loin de Tallin en Estonie. Aujourd'hui il vit à Berlin et est l'un des compositeurs contemporains les plus connu. Tenant de la musique minimaliste née dans les années 60, il est assez proche de l'approche portée notamment par Philip Glass. Sa musique, très intellectuelle, reste d'une très grande simplicité formelle tout en explorant les limites de l'absence de modulation et de la pureté absolue. Philip Glass - Metamorphosis 1 et 2 Branka Parlic 2004, […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 5 Décembre 2010

 

D'origine gitane, Django Reinhardt naît dans la roulotte familiale. Ses parents, nomades, lui font découvrir durant son enfance l'Afrique du Nord et l'Europe du Sud. Totalement autodidacte, Django ne saura jamais lire la musique. Il devient musicien professionnel alors qu'il n'a que 12 ans et se produit dans les bals populaires à Paris.

En novembre 1928, sa roulotte prend feu, Django est gravement blessé et perd l'annulaire et l'auriculaire de sa main gauche, le côté droit de son corps est brûlé, on craint l'amputation d'une jambe. Plus de Deux années de rééducation et de volonté sont nécessaires pour qu'il retrouve l'utilisation de sa main, en partie grâce à une nouvelle technique qu'il invente. Pour Django Reinhardt, la musique passe avant tout et dès 1931, il descend sur la Côte d'Azur faire quelques bals musettes. Il a l'occasion d'y découvrir Louis Armstrong et Duke Ellington. A son retour à Paris, il continue à jouer dans les cafés et fait ses premières armes de musicien de jazz avec André Ekyan et Alix Combelle. En 1933, il accompagne le chanteur Jean Sablon. L'écrivain Jean Cocteau, qui se passionne pour cette nouvelle musique de jazz est intrigué par le personnage de Django et cherche à le rencontrer. En 1934, Django joue au Claridge sur les Champs-Elysées à Paris et le hasard lui fait rencontrer Stéphane Grappelli, avec qui il monte l'orchestre du Hot Club de France. La formation va de concerts en enregistrements, la renommée internationale s'installe rapidement.

 

Duke Ellington lui propose une tournée aux Etats-Unis. Lors de la déclaration de la Seconde Guerre mondiale, Stéphane Grappelli part à Londres, Hubert Rostaing intègre le quintet. La musique swing est très en vogue, l'orchestre enregistre un tube : « Nuages » (1940). L'activité de l'orchestre reste importante au début de la guerre mais avec l'Occupation, celle-ci s'amoindrit. En 1944, l'orchestre descend jouer dans le Midi de la France, échappe de peu à un projet de la Kommandantur d'une tournée en Allemagne. En 1945, le monde entier connaît Django, les Américains de passage à Paris cherchent à jouer avec lui. Le 3 novembre 1946, Django arrive à New York, répondant à l'invitation qui lui a été faite par Duke Ellington, à la veille de la guerre. L'invité de luxe (guest star) est acclamé par le public américain lors des quatre premiers concerts. Duke Ellington prévoit Deux concerts au Carnegie Hall de New York les 23 et 24 novembre 1946.

 

Copyright 2010 Music Story

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 5 Décembre 2010

 

 

Sebastião Ribeiro Salgado est né le 8 février 1944 à Aimorés, ville de l'État du Minas Gerais, au Brésil. Marié à Lélia Deluiz Wanick et père de deux enfants, il vit à Paris.

 

Salgado afrique (3)

 

Entre 1964 et 1967, il poursuit des études de sciences économiques au Brésil et obtient une maîtrise à l'université de São Paulo. II a également suivi, à Paris, les cours de l'École nationale de la statistique et de l'administration économique et préparé un doctorat de troisième cycle à l'université de Paris. Après une activité d'économiste au ministère des Finances, à Sao Paulo, il rejoint à Londres, en 1971, l'Organisation internationale du café, pour laquelle il travaille jusqu'en 1973.

 

Il décide alors d'entreprendre une carrière de photographe, changeant ainsi totalement de métier. Photographe free lance à partir de 1973, il fait partie en 1975 de l'agence Gamma, qu'il quitte en 1979. À cette date, il est élu à la coopérative internationale Magnum Photos, dont il sera membre jusqu'en 1994. Ensemble, Lélia et Sebastião fondent en 1994 l'agence Amazonas Images, structure tout entière vouée à son travail. Sebastião Salgado a travaillé sur de nombreux projets construits et pensés sur le long terme, qui ont débouché à la fois sur des expositions et sur la publication de livres.

 

salgado vale do amanherbrazil

 

On lui doit nombre de reportages. II couvre la guerre en Angola et au Sahara espagnol, la prise des otages israéliens à Entebbe et la tentative d'assassinat de Ronald Reagan, président des États-Unis. En 1978, à la demande de la municipalité de La Courneuve, il effectue un reportage sur la Cité des 4 000. En 1979, il réalise un travail sur la transhumance et les conditions de vie des immigrés en Europe.

 

 

De 1977 à 1984, Salgado parcourt l'Amérique latine, visitant les villages montagnards les plus inaccessibles. Les photographies prises au cours de ce périple sont publiées dans le livre Autres Amériques, en 1986. Il y évoque à la fois la persistance des cultures paysannes et indiennes et la résistance culturelle des Indiens de ce continent. Pendant les années 1984-1985, avec l'organisation Médecins sans frontières, il parcourt la zone du Sahel frappée par la sécheresse et la famine. Sa présence sur place au sein des camps de réfugies lui permet de rapporter les images réunies en 1986 dans l'ouvrage Sahel. L'Homme en détresse. II y montre le calvaire des victimes, la dureté de leurs conditions de vie et les dégâts causés à leur environnement.

 

 

Salgado afrique (5)

 

Pendant six ans, de 1986 à 1992, il conduit un projet consacré au système de production mondial qui le mène dans vingt-six pays, sur tous les continents. II souhaite faire voir et comprendre l'évolution du travail manuel. Intitulé en français La Main de l'homme, l'ouvrage rassemblant le fruit de ces voyages sera publié en 1993. Les photographies de cette série exposées dans le monde entier figurent parmi ses œuvres les plus connues. La lutte menée par les paysans pauvres du Brésil donne lieu en 1997 à la publication de Terra.

 

 

 

De par le monde entier, nombre d'événements politiques entraînent la migration de populations civiles. Entre 1994 et 1999, Salgado effectue trente-six reportages sur cette question. Exodes, le livre qui les rassemble, paraît en 2000. Publiés la même année, les Enfants de l'exode décrit le sort des enfants de ces populations déplacées, réfugiés ou migrants.

 

 

 

En 2001, il suit et documente la campagne mondiale d'éradication de la poliomyélite menée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds d'urgence des nations unies pour l'enfance (UNICEF). Un livre intitulé L'Éradication de la polio voit le jour à cette occasion.

Tous ces livres sont publiés internationalement.

En 2004, Sebastião Salgado commence à préparer un nouveau projet, "Genesis" : des séries de photographies - comme à son habitude en noir et blanc - de paysages, de faune, de flore et de communautés humaines. Il conçoit ce travail comme une recherche de la nature encore dans son état originel.

 

 

Sebastião et Lélia ont fondé en 1998 l'institut Terra situé dans la vallée du Rio Doce, fleuve traversant les États du Minas Gerais et de l'Espirito Santo au Brésil. Leur objectif est de replanter la foret Atlantique, qui existait jadis dans ce pays. Ils y mettent en œuvre un programme de reboisement. Cet institut a par ailleurs une vocation pédagogique auprès des responsables de l'environnement et de sensibilisation à une attitude citoyenne face au développement.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PHOTOS XXe

Repost0

Publié le 4 Décembre 2010

hiroshi Sugimoto

 

Sugimoto a commencé son travail par Dioramas, en 1976, une série dans laquelle il photographie des présentoirs dans des muséums d'histoire naturelle. Il s'intéresse au postulat culturel courant selon lequel les appareils photo montrent toujours la réalité brute, une hypothèse qui piège beaucoup de spectateurs, qui supposent par exemple que les animaux sur ses clichés sont vivants, jusqu'au moment où ils examinent les images avec attention. Sa série Portraits, commencée en 1999, est basée sur une idée semblable. Sugimoto photographie des figures en cire de Henry VIII et de ses épouses. Ces figures sont basées sur des portraits du XVIe siècle ; lors de la prise des clichés de cette série, Sugimoto essaye cette fois de recréer l'éclairage utilisé par le peintre.

 

Commencé en 1978, la série des théâtres l'a amené à photographier de vieux cinémas et drive-in américains. Sugimoto choisit d'exposer le film pendant toute la durée de la séance, le projecteur du cinéma fournissant l'unique source de lumière. L'écran lumineux et intensément blanc est au centre de la composition, les détails architecturaux et les sièges du cinéma devenant les seuls sujets de ces photographies. L'unique source de lumière donne à ces travaux un aspect irréel et donne à Sugimoto l'occasion de montrer le temps qui passe au travers de la photographie, technique de l'instantané.

 

hiroshi Sugimoto (3)

 

hiroshi Sugimoto (2)

 

hiroshi Sugimoto (5)

 

Source:

Hiroshi Sugimoto. (2010, octobre 4). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 18:43, novembre 6, 2010 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Hiroshi_Sugimoto&oldid=57748588.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PHOTOS XXe

Repost0

Publié le 4 Décembre 2010

 

 

Saratoga Chamber Singers 2007-2008 Fall Concert

 

Maître de la "chanson parisienne", Janequin passe les 25 premières années de sa vie dans le Bordelais. En 1549, il s’installe à Paris et devient chantre ordinaire du roi. A l’âge de soixante-dix ans, il décide de devenir étudiant et entre à l’Université de Paris. Ses fonctions à la chapelle royale assurent son existence mais ne l’empêcheront pas de mourir dans la pauvreté.

Clément Janequin apparaît comme le maître de la chanson polyphonique du XVIe siècle, surtout dans le domaine de la musique profane. Son nom reste attaché aux Amours de Ronsard, à quelques poèmes de François Ier qu’il illustre musicalement, et à ceux également de Clément Marot.

La partie la plus originale et la plus célèbre de son œuvre est la chanson descriptive. Ce sont de grandes chansons ponctuées d’interjections, de cris, de paroles et d’onomatopées qu’on peut considérer comme les ancêtres de « la musique à programme ».

 

Ces oeuvres lui valurent une renommée européenne, alors que la France ne l’avait pas encore reconnu à sa mort. Voici l’hommage du poète Jean Antoine de Baïf à Janequin :

 

" ... Soit que représenter le vacarme il ose,

Soit qu’il joue en ses chants le caquet féminin,

Soit que des oisillons les voix il représente,

L’excellent Janequin, en tout cela qu’il chante

N’a rien qui soit mortel, mais il est tout divin. "

 

Source: http://www.acim.asso.fr/article.php3?id_article=36

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0