Publié le 30 Décembre 2010

sokal siberia

 

Benoît Sokal, né le 28 juin 1954 à Bruxelles, est un scénariste et dessinateur de bande dessinée. À partir de la fin des années 1990, Benoît Sokal est également devenu créateur de jeu vidéo en scénarisant et réalisant son premier jeu vidéo : L'Amerzone.

 

Dans le domaine informatique, il assure être parmi les premiers à coloriser ses dessins à l’aide de l’ordinateur. Il découvre la 3D en 1996 et lance le projet de L’Amerzone (Prix Pixel-INA, catégorie “Jeu” au festival Imagina 99). Il est soutenu dans ce projet par sa maison d’édition Casterman, qui trouve ensuite en Microïds le partenaire technique. Benoît Sokal affirme être l'un des premiers auteurs de bande dessinée à concevoir, réaliser et superviser l’intégralité de la production d’un jeu vidéo. Il a consacré à ce titre près quatre années de travail. L’Amerzone se serait vendu à près d’un million d’exemplaires. Sokal devient pendant quatre ans directeur artistique de Microïds

 

sokal l'armerzone (2)

 

Le testament d’un explorateur (novembre 99), un recueil de dessins inédits, se situe dans l’univers de L’Amerzone. En 2002, il participe à un autre jeu vidéo : Syberia. Il intervient à tous les niveaux de la création du jeu : réalisation, graphismes, dialogues. Il est consacré « personnalité de l’année » au Phénix awards du jeu vidéo 2002 », organisé par Mass Media[réf. nécessaire]. En novembre de la même année, il publie chez Casterman, en collaboration avec Gérard Lemarié : « Syberia : Esthétique du jeu » à la fois recueil de dessins et ébauche d’essai philosophique sur le jeu vidéo. Avril 2004 voit la sortie du jeu Syberia 2.

 

sokal l'armerzone

  sokal (2)

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS GRAPHIQUES BD XXe et XXIe

Repost0

Publié le 28 Décembre 2010

Francois quesnel Sully

 

Peintre français (1543-1619) il eut une vogue considérable à Paris pour ses portraits, sa recherche du fini ne va pas sans une certaine préciosité. Il a laissé de la société de son temps, la cour d’Henri III un portrait réaliste.

 

Francois quesnelFrancois quesnel (2)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 28 Décembre 2010

Helmut Newton Two Pairs Of LegsIn Black Hose

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PHOTOS XXe

Repost0

Publié le 27 Décembre 2010

Salgado afrique

 

Pendant les années 1984-1985, avec l'organisation Médecins sans frontières, Salgado parcourt la zone du Sahel frappée par la sécheresse et la famine. Sa présence sur place au sein des camps de réfugies lui permet de rapporter les images réunies en 1986 dans l'ouvrage Sahel. L'Homme en détresse. II y montre le calvaire des victimes, la dureté de leurs conditions de vie et les dégâts causés à leur environnement.

 

Salgado afrique (2)

 

Salgado afrique (5)

 

Salgado afrique (4)

 

Source:

http://expositions.bnf.fr/Salgado/arret/1/indexbio.htm

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PHOTOS XXe

Repost0

Publié le 26 Décembre 2010

E.P. Jacobs la marque jaune

 

E.P. Jacobs le secret de l'espadon

 

E.P. Jacobs le secret de l'espadon (2)

 

 

 

"Je suis né le 30 mars 1904, à l'époque des fiacres, des lampes à pétrole et des poêles à charbon..." E. P Jacobs suit les cours des Beaux Arts et du conservatoire et entame tout d'abord une carrière de baryton à l'Opéra de Lille, interrompue par la Seconde Guerre mondiale. « C’était là ma vraie passion. Tout gosse, j’avais un petit théâtre. En même temps que je perfectionnais mon coup de crayon, j’éduquais ma voix au Conservatoire. »

 

Il se tourne alors vers le dessin, d'abord comme illustrateur de catalogues. A Bruxelles il croise Jean Dratz, le dessinateur qui assume la direction artistique de la revue Bravo, et en 1942 Jacobs fait ses premiers pas dans la BD avec Flash Gordon, venu tout droit des États Unis. "Les planches nous arrivaient de là-bas, en blanc et noir, et l’on se chargeait de les colorier. On recouvrait les épidermes trop dévêtus. On jouait des drapés."

 

Lorsque les planches ne purent plus traverser l'Atlantique (Les États-Unis étant entrés en guerre) la revue le charge d'y remédier. Et déjà il impose sa vison de la bd : "À l’encontre de Raymond (le dessinateur américain) je multipliais les décors. Exigeais d’eux un maximum de précision. Et j’estimais que la couleur devait être génératrice d’atmosphère. Mon graphisme s’appuyait exclusivement sur le trait, évitant ainsi les violents contrastes entre le blanc et le noir d’un Milton Canif. Quant à Blake, Mortimer et Olrik, ils ont connu une première mouture : le professeur Marduk, le traître Dagon et Lord Calder, le substitut de Flash. »

 

E.P. Jacobs l'enigme de l'atlantideE.P. Jacobs le rayon UE.P. Jacobs SOS meteores

 

Perfectionniste, Jacobs se documente avec minutie pour créer – ou de recréer – des ambiances et des décors, qui dominent des séquences parfois très longues. Il se rendr sur le terrain et accumule photos, notes et croquis. C'est sur la rupture entre précision documentaire des décors et étrangeté que se glisse le fantastique de Jacobs. "Les vues ressemblent à la réalité, nous permettent d'identifier les lieux. Mais elles fonctionnent avant tout comme des images-signes, chargées d'un sens extraordinairement puissant. Le Londres quotidien a disparu, pour faire place à l'univers imaginaire jacobsien. C'est ce qui rend d'ailleurs à proprement parler fantastique un récit comme La marque jaune: la normalité et les éléments science-fictionnels s'y interpénètrent intimement. Ce fonctionnement, Jacobs le mettra en œuvre dans à peu près tous ses récits." Jean Paul Dubois. "Selon moi, une bande dessinée se doit d'être une transposition de la réalité. Sans quoi, pourquoi ne pas faire du roman photo" disait Jacobs.

 

E.P. Jacobs le mystère de la pyramide

 

E.P. Jacobs le piège diabolique

 

Source:

http://www.blakeetmortimer.com/

http://boomer-cafe.net/version2/index.php/BD-Litterature-des-annees-50/Blake-Mortimer-et-Jacobs.html

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ARTS GRAPHIQUES BD XXe et XXIe

Repost0

Publié le 26 Décembre 2010

Savery Roelandt fleurs

 

 Peintre flamand (1576-1639) spécialisé dans les tableaux naturaliste d’animaux et de fleurs il travailla notamment à la cour de Rodolphe II qui l’envoya dessiner des paysages du Tyrol, où il effectua nombre d’études d’animaux d’après nature, comme également, dans son jardin zoologique. Certains de ses tableaux donnent lieu à des curieuses scènes mythologiques ou bibliques.

 

Savery Roelandt parradis (3)

 

Savery Roelandt parradis



Johannes ou Jan VERMEER (Delft, 1632 - 1675), La Dentellière À dater assez tard dans l'oeuvre de l'artiste, vers 1669-1670, Musée du Louvre Paris Renoir considérait ce chef-d'oeuvre, entré au Louvre en 1870, comme le plus beau tableau du monde, avec le Pèlerinage à l'île de Cythère de Watteau, également conservé au Louvre. Une jeune dentellière, appartenant sans nul doute à la petite bourgeoisie de Delft, se penche sur son travail, maniant avec application fuseaux, épingles et fils sur sa […]

 

 

 

 



27th international festival of baroque opera, Beaune 2009 Né à Westminster, Henry Purcell (1659-1695) joua un rôle essentiel dans la musique de son époque, et ce à double titre. Il est le premier (et peut-être le seul) grand compositeur anglais alors que l’Italie et la France dominent la musique européenne et que l’Autriche et l’Allemagne s’apprêtent à les relayer. Par ailleurs, sa musique consacrée à la cour du roi, à l'église et à la scène développe une alternative aux écoles françaises […]

 

 

 

 



La nature morte comme forme d'art à part entière est en réalité une conception occidentale de l'après-Renaissance. Un tableau sur bois (1504, Alte Pinakothek, Munich) du peintre vénitien Jacopo De'Barbari, représentant un perdreau et une paire de gants, est généralement considéré comme la première véritable nature morte. Le genre se développe par la suite essentiellement aux Pays-Bas, où des artistes tels que Jan Bruegel , Pieter Claesz, Willem Kalf et Frans Snyders réalisent de luxuriants […]

 


Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 26 Décembre 2010

Ohara Koson

Ohara Koson

ohara Koson praying mantis on willow

 

Ohara Koson est un artiste japonais né en 1877 et mort en 1945, aussi connu sous les noms de Ohara Shoson et Ohara Hoson. Il était peintre de Kacho-e (illustrations d'oiseaux et de fleurs) et spécialiste de scènes de nature.

 

À partir de 1912, il se consacra à la peinture sous le nom "Shoson" et ne revint à l'estampe qu'en 1926 avec l'éditeur Watanabe Shosaburo, l'initiateur du mouvement Shin Hanga (ou renouveau pictural). La plupart de ces estampes étaient exportées vers le marché américain.

 

Les estampes de Koson sont proches des aquarelles et réalisées avec le plus grand soin, avec un grand souci du détail, notamment sur les plumages. Ces estampes de héron ou d'aigles sont particulièrement réussies.

 

 

Ohara KosonOhara Koson poisson leapingtrout
Ohara Koson (2)ohra Koson renard The Fox Dance

 

Source: Wikipedia

Ohara Koson
Ohara Koson
Ohara Koson

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #JAPON

Repost0

Publié le 24 Décembre 2010

Kupka planes by colors

Plans par couleurs Grand Nu, 1909/1910, Musée Guggenheim, New-York

 

Né en Bohême au moment de la guerre franco-prussienne, Frantisek Kupka étudie de 1889 à 1892 à l’Académie des Beaux-Arts de Prague. Il peint alors des toiles à thème historique ou patriotique. Il poursuit ensuite ses études à Vienne, et s’initie à la théosophie et à la philosophie orientale.

 

En 1896 le peintre s’installe à Paris, où il s’inscrit aux cours de l’Académie Julian et de l’Ecole des Beaux-Arts. Il gagne sa vie comme illustrateur et affichiste, et se fait connaître comme dessinateur satiriste pour des revues comme L’Assiette au beurre.

 

Exposant ses toiles au Salon d’Automne, Kupka développe un style personnel, fondé sur un emploi arbitraire des couleurs. .

 

kupka le rouge a levre

Le rouge à lèvres, 1908

 

Kupka poursuit inlassablement ses recherches sur la forme et la couleur, suit des cours à la Sorbonne surtout en sciences physiques et naturelles. Il passe par une brève période fauve, marquée par "la gamme jaune" 1907 et "le rouge à lèvres" 1908, d'où son intérêt pour la représentation du corps humain, afin de poursuivre son évolution vers une peinture pure et abstraite.

 

En 1909 il est profondément impressionné par le manifeste futuriste publié dans le Figaro. Sa toile Les Touches de piano — Le Lac marque une rupture : à partir de ce moment son travail s’oriente résolument vers l’abstraction, en associant mouvement, couleur et musique.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #FAUVISME etc..

Repost0

Publié le 23 Décembre 2010

Le Titien Titian Portrait d' Ariosto

National Gallery 1510

 

Titien et Van Eyck élaborent séparément le prototype du portrait officiel de la période moderne.

 

Les artistes commencent à travailler en couches successives, d'abord un fond teinté, ombré ensuite en monochrome, donnant le modelé, puis recouvert de plusieurs couches de glacis autant de plans qui accrochent la lumière, le tout rehaussé en finition pour les détails par d'autres glacis localisés. Les peintres vénitiens sculptent progressivement la matière picturale et se mettent à dissoudre le contour des formes. Ils finissent par minimiser l'importance du dessin préparatoire. C'est l'origine de la controverse théorique entre l'école florentine qui prône la supériorité de la ligne et du dessin et l'école vénitienne qui lui oppose la touche et le coloris. Le succès de Titien réside dans son ingéniosité à marier ces deux innovations techniques. tout au long de sa carrière, on assiste dans ses œuvres à une transformation progressive de sa touche picturale, de plus en plus éclatée et de plus en plus vibrante.

 

Source: Wikipedia

 



National Gallery, Washington, 1512 Portrait de Bindo Altoviti, riche banquier florentin et ami de Raphaël. Cette oeuvre se singularise par sa chromatique et l'aspect dramatique du jeune homme qui tourne sa tête vers le spectateur. Ce portrait met en lumière la figure d’un des personnages les plus remarquables parmi les mécènes du XVIe siècle, le puissant et très riche banquier des papes Bindo Altoviti. Membre d’une ancienne famille florentine, aujourd’hui éteinte, Bindo Altoviti s’établit […]



Musée de la famille Czartoryski, Cracovie. 1490. Ce portrait de Cecilia Gallerani (1490), favorite de Ludovico Sforza (protecteur de Léonard à l'époque) dépasse de loin, par le dynamisme dans la représentation, les conventions en vigueur à Milan en ce qui concerne les portraits. La coiffure de la jeune femme souligne la perfection de son visage et la profondeur de son regard. L’hermine est le symbole de la pureté et de la vertu, mais elle fait aussi allusion à Ludovico Sforza. Leonard de […]


Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE ITALIE

Repost0

Publié le 22 Décembre 2010

Homme est un mot...
                                       Homme est un mot qui ne caractérise
Qu'un animal, ainsi qu'ours et lion ;
Son naturel est erreur et sottise,
Malignité, superbe, ambition ;
Il naît et meurt ; et mort, on le méprise.
De son destin orgueilleux, on le voi
Fouler la terre en pays de conquête,
Que la raison a soumis à sa loi ;
Il n'est plus que la première bête
De ce séjour dont il se dit le Roi.
Maître du monde, esclave de lui-même,
Il creuse tout, et ne sait ce qu'il est ;
Son coeur, pétri d'orgueil et d'intérêt,
Craint ce qu'il hait, méprise ce qu'il aime.
Impudemment il appelle vertu
Le crime sourd d'un sophisme vêtu.
Son amour-propre inventa l'apparence ;
L'intérêt vil lui donna la prudence,
Et sa raison n'est qu'un noir composé
D'orgueil adroit, d'orgueil intéressé.
L'or animé dans ses veines palpite ;
L'or est son coeur ; c'est le Dieu qui l'agite ;
Sa voix le traîne au travers des dangers,
Pour s'engraisser sur des bords étrangers.
L'or inventa les Arts, l'Astronomie,
Et l'Avarice est mère du Génie.

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NEO-CLASSICISME

Repost0