Publié le 3 Février 2011

Jean Nouvel - Paris Fondation Cartier - Photos: Lankaart (c)
Jean Nouvel - Paris Fondation Cartier - Photos: Lankaart (c)
Jean Nouvel - Paris Fondation Cartier - Photos: Lankaart (c)

Jean Nouvel - Paris Fondation Cartier - Photos: Lankaart (c)

"Après avoir séjourné pendant dix ans à Jouy-en-Josas près de Versailles, la Fondation Cartier s´est installée en 1994 dans le « cadre » aérien de verre et de métal créé pour elle par Jean Nouvel au cœur de Paris. Célèbre en France et dans le monde pour sa manière unique de dématérialiser l´architecture, créateur de l´Institut du Monde Arabe et du musée du quai Branly, Jean Nouvel relève le défi de réunir harmonieusement boulevard Raspail 1 200 m² de salles d´exposition et six étages de bureaux.

À l´extérieur, il imagine un écran de verre prolongeant la perspective du boulevard Raspail : un mur-rideau qui inclut dans le lieu un cèdre du Liban planté par Chateaubriand en 1823. Cet arbre surgit aujourd´hui d´un pot de fleurs démesuré, recouvert de mosaïques multicolores, créé avec humour et talent par le designer Alessandro Mendini.

Jean Nouvel - Paris Fondation Cartier - Photos: Lankaart (c)
Jean Nouvel - Paris Fondation Cartier - Photos: Lankaart (c)

Jean Nouvel - Paris Fondation Cartier - Photos: Lankaart (c)

Au-dessus de l´entrée du bâtiment, se déploie un mur végétal commandé en 1998 au spécialiste de botanique tropicale Patrick Blanc, créateur de ce concept original. Le volume du bâtiment lui-même est en retrait par rapport au boulevard. Ses façades se prolongent sur chacun de ses flancs, intégrant parfaitement le jardin à l´architecture. Tour à tour vitres ou miroirs, les parois de verre laissent entrevoir les œuvres exposées ou réfléchissent les nuages et l´espace urbain. Véritable palais des glaces, l´immeuble se métamorphose ainsi selon les heures du jour ou de la nuit.

À l´intérieur, Jean Nouvel a inventé un espace flexible et modulable qui invite les artistes à s´approprier l´architecture, à la modifier et l´habiter le temps d´une exposition. Chaque projet est en effet l´occasion de réinventer le lieu.

Entièrement ouvert sur le jardin, avec une hauteur sous plafond de 8 mètres, le rez-de-chaussée peut être obscurci pour accueillir des projections et installations vidéo. Ses larges baies vitrées peuvent coulisser et s´effacer, transformant le bâtiment en une vaste structure sur pilotis."

Source: http://fondation.cartier.com/?_lang=fr&small=0&i=407

 

Jean Nouvel - Paris Fondation Cartier - Photos: Lankaart (c)
Jean Nouvel - Paris Fondation Cartier - Photos: Lankaart (c)

Jean Nouvel - Paris Fondation Cartier - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART CONTEMPORAIN

Repost0

Publié le 2 Février 2011

Don Hong-Oai

 

Don Hong-Oai (né à Canton en 1929 et mort à San Francisco le 8 juin 2004) est un photographe chinois.

 

Don Hong-Oai créa un style unique de clichés que l'on peut véritablement inclure à l'imagerie du paysage dans l'art chinois. Cette manière d'adapter l'art Oriental aux standards de l'Occident trouve très probablement ses origines à Hong-Kong dans les années 40 ou exerça, entre autres, le "maître" qui lui permis d'affiner sa technique, le photographe Long Chin-San. Don Hong-Oai perfectionna la technique de superposition des négatifs.

 

Don Hong-Oai (2)

 

Don Hong-Oai (3)

 

Source: Wikipedia

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CHINE

Repost0

Publié le 1 Février 2011

france nantes Chateau des ducs de Bretagne (10)

 

Construit au 13e siècle sur la muraille gallo-romaine - encore visible - de la cité des Namnètes, le premier château ducal disparaît au 15e siècle pour laisser place à l'actuel monument. Celui-ci est l'œuvre de François II, dernier duc de la Bretagne indépendante qui veut faire du Château des ducs de Bretagne une forteresse militaire défensive face au pouvoir royal et le lieu de résidence principale de la cour ducale.

 

Les travaux d'embellissement sont poursuivis par sa fille la duchesse Anne de Bretagne, deux fois reine de France par ses mariages successifs à Charles VIII et Louis XII.

 

En témoignent différents décors sculptés (lucarnes du Grand Logis, blason, loggias de la tour de la Couronne d'or) marqués par les premières influences de la Renaissance italienne.

 

france nantes Chateau des ducs de Bretagne (8)

 

france nantes Chateau des ducs de Bretagne (2)france nantes Chateau des ducs de Bretagne (4)

 france nantes Chateau des ducs de Bretagne (5)

 

france nantes Chateau des ducs de Bretagne (3)

 

france nantes Chateau des ducs de Bretagne (6)

 

france nantes Chateau des ducs de Bretagne (9)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 31 Janvier 2011

Willy Ronis peniche aux enfants

 

La consécration pour Willy Ronis viendra à la fin des années 1970: après quelques années d’oubli, on redécouvre les photographes humanistes, avec la nostalgie du vieux Paris. Grand Prix des arts et lettres pour la photographie en 1979, invité d'honneur des Rencontres internationales de la photographie d'Arles en 1980, Willy Ronis obtient le prix Nadar pour son livre Sur le fil du hasard en 1981.

 




Superbes portraits de femmes, troublants et suréalistes d'Hiroshi Sugimoto.



Robert Frank est un photographe majeur des années 1950 et 1960, mais aussi un cinéaste indépendant engagé. Il voyage au Pérou en 1948. En 1954, il épouse Mary, et a avec elle deux enfants, Pablo et Andrea. Jusqu'en 1955, il expose souvent au musée d'art moderne de New York. Son œuvre la plus connue est son livre de photographies intitulé The Americans (Les Américains, 1958). Il adopte un point de vue ironique et extérieur sur la société américaine, et suit en 1955 et 1956 le trajet de la […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 31 Janvier 2011

Tiepolo Christ Carrying the Cross

1737-1738 Sant'Alvise, Venise

 

 Jean-Baptiste Tiépolo ou Giovanni Battista Tiepolo (Venise, 5 mars 1696 - Madrid, 27 mars 1770) est un peintre rococo et un graveur italien typique de la circulation des artistes dans l'Europe des Lumières.

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ROCOCO

Repost0

Publié le 30 Janvier 2011

 

 

 

"Il est un pays superbe, un pays de Cocagne, dit-on, que je rêve de visiter avec une vieille amie. Pays singulier, noyé dans les brumes de notre Nord, et qu’on pourrait appeler l’Orient de l’Occident, la Chine de l’Europe, tant la chaude et capricieuse fantaisie s’y est donné carrière, tant elle l’a patiemment et opiniâtrement illustré de ses savantes et délicates végétations.

 

Un vrai pays de Cocagne, où tout est beau, riche, tranquille, honnête ; où le luxe a plaisir à se mirer dans l’ordre ; où la vie est grasse et douce à respirer ; d’où le désordre, la turbulence et l’imprévu sont exclus ; où le bonheur est marié au silence ; où la cuisine elle-même est poétique, grasse et excitante à la fois ; où tout vous ressemble, mon cher ange.

 

Tu connais cette maladie fiévreuse qui s’empare de nous dans les froides misères, cette nostalgie du pays qu’on ignore, cette angoisse de la curiosité ? Il est une contrée qui te ressemble, où tout est beau, riche, tranquille et honnête, où la fantaisie a bâti et décoré une Chine occidentale, où la vie est douce à respirer, où le bonheur est marié au silence. C’est là qu’il faut aller vivre, c’est là qu’il faut aller mourir !

 

Oui, c’est là qu’il faut aller respirer, rêver et allonger les heures par l’infini des sensations. Un musicien a écrit l’Invitation à la valse ; quel est celui qui composera l’Invitation au voyage, qu’on puisse offrir à la femme aimée, à la sœur d’élection ?

 

Oui, c’est dans cette atmosphère qu’il ferait bon vivre, — là-bas, où les heures plus lentes contiennent plus de pensées, où les horloges sonnent le bonheur avec une plus profonde et plus significative solennité.

 

Sur des panneaux luisants, ou sur des cuirs dorés et d’une richesse sombre, vivent discrètement des peintures béates, calmes et profondes, comme les âmes des artistes qui les créèrent. Les soleils couchants, qui colorent si richement la salle à manger ou le salon, sont tamisés par de belles étoffes ou par ces hautes fenêtres ouvragées que le plomb divise en nombreux compartiments. Les meubles sont vastes, curieux, bizarres, armés de serrures et de secrets comme des âmes raffinées. Les miroirs, les métaux, les étoffes, l’orfévrerie et la faïence y jouent pour les yeux une symphonie muette et mystérieuse ; et de toutes choses, de tous les coins, des fissures des tiroirs et des plis des étoffes s’échappe un parfum singulier, un revenez-y de Sumatra, qui est comme l’âme de l’appartement.

 

Un vrai pays de Cocagne, te dis-je, où tout est riche, propre et luisant, comme une belle conscience, comme une magnifique batterie de cuisine, comme une splendide orfévrerie, comme une bijouterie bariolée ! Les trésors du monde y affluent, comme dans la maison d’un homme laborieux et qui a bien mérité du monde entier. Pays singulier, supérieur aux autres, comme l’Art l’est à la Nature, où celle-ci est réformée par le rêve, où elle est corrigée, embellie, refondue.

 

Qu’ils cherchent, qu’ils cherchent encore, qu’ils reculent sans cesse les limites de leur bonheur, ces alchimistes de l’horticulture ! Qu’ils proposent des prix de soixante et de cent mille florins pour qui résoudra leurs ambitieux problèmes ! Moi, j’ai trouvé ma tulipe noire et mon dahlia bleu !

 

Fleur incomparable, tulipe retrouvée, allégorique dahlia, c’est là, n’est-ce pas, dans ce beau pays si calme et si rêveur, qu’il faudrait aller vivre et fleurir ? Ne serais-tu pas encadrée dans ton analogie, et ne pourrais-tu pas te mirer, pour parler comme les mystiques, dans ta propre correspondance ?

 

Des rêves ! toujours des rêves ! et plus l’âme est ambitieuse et délicate, plus les rêves l’éloignent du possible. Chaque homme porte en lui sa dose d’opium naturel, incessamment sécrétée et renouvelée, et, de la naissance à la mort, combien comptons-nous d’heures remplies par la jouissance positive, par l’action réussie et décidée ? Vivrons-nous jamais, passerons-nous jamais dans ce tableau qu’a peint mon esprit, ce tableau qui te ressemble ?

 

Ces trésors, ces meubles, ce luxe, cet ordre, ces parfums, ces fleurs miraculeuses, c’est toi. C’est encore toi, ces grands fleuves et ces canaux tranquilles. Ces énormes navires qu’ils charrient, tout chargés de richesses, et d’où montent les chants monotones de la manœuvre, ce sont mes pensées qui dorment ou qui roulent sur ton sein. Tu les conduis doucement vers la mer qui est l’Infini, tout en réfléchissant les profondeurs du ciel dans la limpidité de ta belle âme ; — et quand, fatigués par la houle et gorgés des produits de l’Orient, ils rentrent au port natal, ce sont encore mes pensées enrichies qui reviennent de l’infini vers toi."

 

"Le Spleen de Paris", "Petits Poèmes en Prose", "L'Invitation au voyage" Baudelaire



Baudelaire - Citations sur l'art "La première affaire d'un artiste est de substituer l'homme à la nature et de protester contre elle. Cette protestation ne se fait pas de parti pris, froidement, comme un code ou une rhétorique, elle est emportée et naïve, comme le vice, comme la passion, comme l'appétit. " 1846 "L'artiste, le vrai artiste, le vrai poète, ne doit peindre que selon ce qu'il voit et ce qu'il sent. Il doit être réellement fidèle à sa propre nature." 1859 "Le beau est toujours […]



" M. Adam, du Comptoir national d'escompte, doit le jour au fondateur de la galerie Colbert, ouverte en 1826 entre les divers corps de bâtiment d'un hôtel, et non pas sur ses ruines, comme l'ont dit plusieurs écrivains qui ne prenaient pas la peine d'y aller voir. Ancien hôtel Bautru-Serrant, il a été aussi la résidence de Colbert, puis au marquis de Seignelay, son fils. Une belle gravure de l'époque où Guillaume Bautru, comte de Serrant, l'occupait, en représente la façade. Ce membre de […]


Dans ces jours déplorables, une industrie nouvelle se produisit, qui ne contribua pas peu à confirmer la sottise dans sa foi et à ruiner ce qui pouvait rester de divin dans l’esprit français. Cette foule idolâtre postulait un idéal digne d’elle et approprié à sa nature, cela est bien entendu. En matière de peinture et de statuaire, le Credo actuel des gens du monde, surtout en France (et je ne crois pas que qui que ce soit ose affirmer le contraire), est celui-ci : « Je crois à la nature et […]

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NATURALISME et IMPRESSIONISME

Repost0

Publié le 30 Janvier 2011

 

 

Helmut Newton (1920-2004) est l'un des photographes de mode les plus influents de tous les temps.

 

Né à Berlin, il émigre en Australie en 1940 et épouse June Brunell (alias Alice Springs) huit ans plus tard. Après s'être installé en France, il connaît une renommée internationale dans les années 1970 grâce à ses travaux pour Vogue. Sa célébrité et son influence ne cesseront de croître au fil des décennies. Newton préfère travailler dans des décors de rue ou des intérieurs plutôt qu en studio.

 

Les scénarios provocateurs, les éclairages crus et les compositions chocs deviennent sa marque de fabrique. En 1990, il remporte le Grand Prix National de la Photographie. En 1992, le gouvernement allemand lui décerne la Grande Croix du Mérite et S.A.S. la princesse Caroline de Monaco le nomme Officier des Arts, Lettres et Sciences. En 1996, il est nommé Commandeur des l'Ordre des Arts et des Lettres par Philippe Douste-Blazy, le ministre français de la Culture. Il continue à vivre et à travailler en étroite collaboration avec son épouse jusqu'à son décès à l'âge de 83 ans. Depuis, son oeuvre est demeurée aussi singulière, séduisante et originale que jamais.

 

helmut newton helmut newton (2)
helmut newton (3) helmut newton (4)

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #PHOTOS XXe

Repost0

Publié le 29 Janvier 2011

 
Jules Supervielle (1884-1960)
                                    

Montagnes derrière, montagnes devant

Batailles rangées d'ombres, de lumières,

L'univers est là qui enfle le dos,

Et nous, si chétifs entre nos paupières,

Et nos coeurs toujours en sang sous la peau.

 

Faut-il que pour nous brûlent tant d'étoiles

Et que tant de pluie arrive du ciel,

Et que tant de jours sèchent au soleil

Quand un peu de vent éteint notre voix,

Nous couchant le long de nos os dociles ?

 

Viendront les géants tombés d'autres mondes,

ils enjamberont les monts, les marées,

Et vérifieront si la terre est ronde,

Par dérision, de leurs grosses mains,

Ou bien, reculant, de leurs yeux sans bords.

 

Poète, romancier et dramaturge français, auteur d'une poésie très personnelle, hantée par l'angoisse de l'absence et le sens du mystère.

 

Né à Montevideo, en Uruguay, issu d'une famille de grande bourgeoisie, orphelin huit mois après sa naissance, il fut élevé par son oncle et sa tante, et partagea sa vie entre la France et l'Amérique du Sud. Il se maria en 1904, et fut père de six enfants. Tandis que ses premiers poèmes sont d'une facture assez traditionnelle (Brumes du passé, 1900 ; Comme des voiliers, 1910), la fréquentation de Jules Laforgue le poussa à cultiver l'humour (Poèmes de l'humour triste, 1919). Il se libéra de toute influence à partir de Débarcadères (1922), le premier de ses recueils en vers libres, où se retrouve toutefois le goût pour les voyages qu'il partageait avec Valéry Larbaud.

 

Après un roman fantastique (L'Homme de la pampa, 1923), Supervielle explora, dans sa poésie, le fond le plus obscur de sa personnalité (Gravitations ; Le Voleur d'enfants ; Le Forçat innocent ; Les Amis inconnus ; La Fable du monde). Il publia aussi des récits (L'Enfant de la haute mer ; Boire à la source), écrivit pour le théâtre (La Belle au bois). La maladie le retint en Uruguay pendant la guerre, qui lui inspira des poèmes âpres et mystiques (1939-1945 ; La nuit). Sa poésie devint ensuite plus facile d'accès et s'inspira de contes mythologiques (Robinson ; Shéhérazade).

 

Il obtint le prix des Critiques en 1949, pour Oublieuse mémoire, et celui de l'Académie française, pour l'ensemble de son œuvre, en 1955. Après quelques recueils moins inventifs, il trouva des accents nouveaux dans le Corps tragique (1959), sorte de méditation sur la mort. Dans ses poèmes, la rêverie personnelle atteint souvent une dimension cosmique.

 

Source:

« Supervielle, Jules », Encyclopédie Microsoft® Encarta® 2000. © 1993-1999 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.

 




MOMA New-York 1923-1924 “Il n’y a de pays que de l’enfance”, écrivait Roland Barthes, pointant par là l’importance fondatrice du lieu, berceau et réceptacle des premières expériences sensibles de tout sujet, qui marquerait à jamais la relation d’un individu au monde entendu en termes d’espace et de sensations. Miró a fait de sa Catalogne et surtout de Montroig, la chère ferme parentale où il se réfugiait la moitié de l’année, l’été et une partie de l’automne, le lieu par excellence de son […]
 

Rappelle-toi Barbara Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là Et tu marchais souriante Épanouie ravie ruisselante Sous la pluie Rappelle-toi Barbara Il pleuvait sans cesse sur Brest Et je t'ai croisée rue de Siam Tu souriais Et moi je souriais de même Rappelle-toi Barbara Toi que je ne connaissais pas Toi qui ne me connaissais pas Rappelle-toi Rappelle-toi quand même jour-là N'oublie pas Un homme sous un porche s'abritait Et il a crié ton nom Barbara Et tu as couru vers lui sous la pluie […]



Alexandre Rodtchenko (1891-1956) est une figure de l’art moderne, artiste complet, peintre, photographe, typographe, designer et enseignant il est l’un des défenseurs du mouvement constructiviste russe. Art matérialiste mettant en avant l’homme et son environnement technique, le constructivisme russe va marquer profondément l’art moderne, Rodtchenko à travers ses photos crée un univers profondément original où la géométrisation de l’espace et de l’environnement humain est poussée à […]

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 29 Janvier 2011

Van Gogh - Nature morte aux Tournesols

 

Les Tournesols est une série de sept tableaux très célèbres de Vincent Van Gogh qui a été peinte entre 1888 et 1889.

 

Cette série de nature morte se compose notamment de trois peintures semblables avec quinze tournesols dans un vase et deux peintures similaires avec douze tournesols dans un vase. C'est en août 1888, alors qu'il habitait à Arles (France) que Van Gogh a réalisé le premier vase avec douze tournesols, qui est aujourd'hui exposé au musée Neue Pinakothek à Munich en Allemagne, ainsi que le premier vase avec quinze tournesols, qui est maintenant à la National Gallery de Londres en Angleterre. Les autres peintures ont été peintes en janvier l'année suivante.

 

Fichier:Van Gogh Vase with Three Sunflowers.jpg

Vase avec trois tournesols (Arles, août 1888). Collection privée, États-Unis.

 

 

Source: Wikipedia

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #FAUVISME etc..

Repost0

Publié le 28 Janvier 2011

magritte artwork

 

« le mystère n’est pas une des possibilités du réel, le mystère est ce qui est nécessaire pour qu’il y ait du réel ».

 

Magritte




Salvador Dali en 1936 peint « construction molle aux haricots bouillis », dit aussi « prémonition de la guerre civile » six mois avant le début de la guerre civile en Espagne.. En 1936, l’Espagne est à feu et à sang, et traverse une période d’agitation sociale : les paysans occupent les terres, les mineurs font grève, il y a une forte montée de l’anticléricalisme etc. Cette violence s’accentue avec la victoire du Front Populaire aux élections qui provoque le développement d’autres partis […]

 

 

 




MOMA, New-York, 1931 " La persistance de la mémoire", populairement connue comme "les montres molles ", a été peint par Salvador Dali en 1931 entre Cadaqués et Paris, où il a été achetée par un marchand de New York avant de tourner dans plusieurs musées puis d'intégrer le fonds permanent du MOMA. Salvador Dalí a peint ce tableau en pleine époque surréaliste, lors d'une période de transitions personnelle et créatrice. La persistance de la mémoire, allégorie de l'immortalité, est une des […]

 


 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0