Publié le 24 Avril 2019

Raoul Dufy - Arbres à l’Estaque - 1908

Raoul Dufy - Arbres à l’Estaque - 1908

Comme la plupart de ses contemporains, Dufy est bouleversé par la rétrospective consacrée à
Cézanne au Salon d’automne de 1907, où il expose, et par celle que la galerie Bernheim-Jeune
organise à la même période. Toute la question du cubisme posée par le renoncement à la perspective
traditionnelle pour traduire la troisième dimension sur une surface plane, éclate aux yeux des jeunes
peintres. Selon Dufy : « Tout est basé, sur une observation purement physique. Ne serait-il pas intéressant
de reprendre, pour la pousser plus loin, l’étude de la perspective conditionnée selon les exigences propres du tableau, ce que j’appellerai [sic] la perspective morale, pour l’opposer à l’autre [à la perspective euclidienne] ? ».

Dès lors un changement commence à s’opérer dans sa conception du paysage. Il abandonne les coloris et les aplats qui caractérisaient jusque-là sa période fauve, au bénéfice d’une gamme chromatique restreinte. Le cadrage se resserre et la perspective se modifie.

Avec Georges Braque (un des futurs chefs de file du cubisme), qu’il rejoint durant l’été 1908 à l’Estaque, il continue d’explorer les voies ouvertes par Cézanne. Sa composition continue de se simplifier, l’espace de se géométriser et de se saturer, sa palette devient de plus en plus limitée. Ses œuvres font alors preuve d’une organisation beaucoup plus rigoureuse. Toutefois, et contrairement à Braque qui rejoint très vite Picasso, Dufy ne mènera pas
l’expérimentation cézannienne jusqu’à la déstructuration complète de la forme et jusqu’aux portes de l’abstraction.

ville-martigues

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 22 Avril 2019

Grenade - Cathédrale - Photos: lankaart (c)
Grenade - Cathédrale - Photos: lankaart (c)

Grenade - Cathédrale - Photos: lankaart (c)

À la suite de la reconquête de la ville en 1492, les Rois Catholiques envisagent la construction d'une cathédrale sur le site de l'ancienne grande mosquée nasride de Grenade. Dès le 21 mai 1492 est fondée l'église cathédrale de Grenade, siège du nouveau diocèse du Royaume de Grenade. En 1505, la construction est projetée, et sa conception est confiée à Juan Gil de Hontañón et à Enrique Egas, qui travaillent déjà sur la Chapelle royale de la ville. Les travaux commencent en 1518. Les deux architectes prévoient la construction d'un édifice gothique, sur le modèle de la Cathédrale de Tolède, comme cela est encore le cas en de nombreux endroits d'Espagne (Ségovie, Salamanque...) . Leur projet est néanmoins abandonné en 1523, peu après le début du chantier.

On adopte alors les plans de l'architecte Diego de Siloé, qui travaille déjà sur le monastère de San Jerónimo à Grenade. Diego de Siloé prévoit de reprendre les bases du dessein antérieur, et d'élever à partir de celui-ci un édifice pleinement renaissance. Il va mener les travaux de 1528 jusqu'à sa mort, en 1563. Divers architectes se succèdent pour diriger le chantier, selon les plans maniéristes élaborés par leur prédécesseur : Juan de Maeda, Alonso Cano et Teodoro Ardemans.

En 1590, une première modification importante du plan initial intervient. En raison des fondations trop fragiles, le projet d'élever deux hautes tours de 80 mètres pour encadrer la façade, est abandonné en 1590 sur ordre de Philippe II. Seule une tour a été bâtie ; elle est arasée, sa hauteur se limitant à 51 mètres. En 1665, Alonso Cano parvient à convaincre le chapitre de modifier le projet initial. La construction prend alors une allure plus baroque. À la suite du décès de Cano en 1667, la direction du chantier est confiée à Melchior de Aguirre, qui achève l’œuvre en juillet 1703.

Wikipedia

Grenade - Cathédrale - Photos: lankaart (c)
Grenade - Cathédrale - Photos: lankaart (c)
Grenade - Cathédrale - Photos: lankaart (c)
Grenade - Cathédrale - Photos: lankaart (c)

Grenade - Cathédrale - Photos: lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #RENAISSANCE FRANCE - EUROPE DU SUD

Repost0

Publié le 20 Avril 2019

Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)

Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)

Les jardins du Généralife à Grenade constituent un ensemble unique au monde. Le Généralife était le palais d'été des princes Nasrides et est situé en face du palais de l'Alhambra. Ses jardins, cours, bassins, cascades et jeux d'eau constituent un lieu propre au recueillement et au repos sous les ombrages. Généralife (Jannat al-Arif signifiant en arabe : « le Paradis - ou le jardin - de l'architecte ») traduit l'expression du mode de pensée spirituel des aristocrates arabes de l'Islam : une vie douce et agréable au milieu de jardins évoquant le Paradis musulman. La vue sur l'Alahambra, la ville de Grenade et les montagnes est d'une grande beauté. 

 

Source : RR

Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)

Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)

Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)

Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)

Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)

Grenade - Alhambra - Generalife - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ISLAM CLASSIQUE, #PARCS et JARDINS

Repost0

Publié le 18 Avril 2019

Delaunay - Fenêtres

Les Fenêtres de Delaunay prennent pour point de départ la représentation de la lumière et la dynamique des couleurs. Même si ces tableaux représentent une réalité extérieure, ils sont pourtant considérés comme étant abstraits, car l'objet a perdu son importance. Contrairement à Kandinsky, Delaunay ne trouve pas ses tableaux en faisant une prospection intérieure, mais en observant directement la nature, comme il l'explique dans une Lettre à August Macke, datée de 1912 : « Une chose indispensable pour moi, c'est l'observation directe, dans la nature, de son essence lumineuse. Je ne dis pas précisément avec une palette à la main (quoique je ne sois pas contraire aux notes prises d'après la nature immédiate, je travaille beaucoup d'après nature: comme on appelle ça vulgairement: devant le sujet). Mais où j'attache une grande importance, c'est à l'observation du mouvement des couleurs. C'est seulement ainsi que j'ai trouvé les lois des contrastes complémentaires et simultanés des couleurs qui nourrissent le rythme même de la vision. Là je trouve l'essence représentative - qui ne naît pas d'un système ou d'une théorie a priori. » En refusant tout système a priori, il s'éloigne des « cérébralités » d'un Malévitch ou d'un Mondrian.

Pourtant, à l'époque, Delaunay est considéré comme cubiste, et sa peinture peut donc être vue comme telle. Delaunay propose ici une issue au cubisme, qui d'habitude se concentre sur la fragmentation perceptive et ne produit qu'une peinture en camaïeux éteints : il provoque avec l'agencement de couleurs une sensation de rythme, et les plans colorés se succèdent en aplats brillants et colorés, ce qui donne une sensation cadencée. Delaunay aimera d'ailleurs à cette époque se considérer comme « l'hérésiarque du cubisme ».

Plutôt que de parler de peinture abstraite, Delaunay préfère le terme d'« inobjectif », tandis que le poète Guillaume Apollinaire parle de « peinture pure ». La pureté de la lumière ne se définit alors pas par rapport au réel mais représente un déplacement de la source d'inspiration du peintre vers la source elle-même de la peinture (ce qui a pour équivalence la recherche pure des sonorités dans un poème). Apollinaire écrit dans la revue Chroniques d'art : « Delaunay inventait dans le silence un art de la peinture pure. On s'achemine ainsi vers un art entièrement nouveau qui sera à la peinture [...] ce que la musique est à la poésie. Ce sera de la peinture pure. ».

Wikipedia

Delaunay - Fenêtres
les fenêtres n°3

les fenêtres n°3

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 17 Avril 2019

Malaga - Pérgola Zigzagueante Muelle Uno - Photos: lankaart (c)
Malaga - Pérgola Zigzagueante Muelle Uno - Photos: lankaart (c)
Malaga - Pérgola Zigzagueante Muelle Uno - Photos: lankaart (c)

Malaga - Pérgola Zigzagueante Muelle Uno - Photos: lankaart (c)

A Malaga, face à la mer, le renouveau du port s'organise autour d'une oeuvre originale: La Pergola Zigzagueante. Tout à la fois sculpture et architecture, paysage et projet urbain, sur une longueur de 450 mètres, ce projet donne un nouveau souffle au centre historique de Malaga, ouvrant une nouvelle voie à l'aube du XXIe siècle.

Source: RR

Malaga - Pérgola Zigzagueante Muelle Uno - Photos: lankaart (c)
Malaga - Pérgola Zigzagueante Muelle Uno - Photos: lankaart (c)

Malaga - Pérgola Zigzagueante Muelle Uno - Photos: lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART CONTEMPORAIN

Repost0

Publié le 15 Avril 2019

Picasso - Portrait de jeune fille 1914 - Eva Gouel

Picasso - Portrait de jeune fille 1914 - Eva Gouel

Après s'être séparé de Fernande Olivier en 1912, Picasso fait apparaître sa nouvelle compagne Eva Gouel, qui était auparavant avec son ami Louis Marcoussis, dans ses toiles cubistes, alors créées en pleine synergie avec Georges Braque, souvent sous forme d’une guitare ou d’un violon et en inscrivant une courte phrase ma jolie, « J’aime Eva », parfois même tronquée de certains mots

Wikipedia

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 13 Avril 2019

Grenade - Corral del Carbon - Photos: lankaart (c)
Grenade - Corral del Carbon - Photos: lankaart (c)
Grenade - Corral del Carbon - Photos: lankaart (c)

Grenade - Corral del Carbon - Photos: lankaart (c)

El corral del Carbon à Grenade, est un ancien caravansérail nasride. D'un troublant modernisme ce très beau bâtiment du XIVe siècle construit en bois et en briques, fut transformé en théâtre au XVIe siècle. C'est le seul exemple de caravansérail existant en Espagne.

Source: RR

Grenade - Corral del Carbon - Photos: lankaart (c)
Grenade - Corral del Carbon - Photos: lankaart (c)
Grenade - Corral del Carbon - Photos: lankaart (c)
Grenade - Corral del Carbon - Photos: lankaart (c)
Grenade - Corral del Carbon - Photos: lankaart (c)
Grenade - Corral del Carbon - Photos: lankaart (c)

Grenade - Corral del Carbon - Photos: lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ISLAM CLASSIQUE

Repost0

Publié le 11 Avril 2019

Grenade - Palais de Justice - Photos: lankaart (c)
Grenade - Palais de Justice - Photos: lankaart (c)

Grenade - Palais de Justice - Photos: lankaart (c)

Situé Plaza Nueva face au site de l'Alhambra, la Palais de Justice de Grenade est l'un des édifices emblématiques de la période qui suivit la reconquête espagnole et la prise de Grenade. Construit de 1531 à 1587 sous le règne de Charles Quint, ce bâtiment était la chancellerie royale, il s'inspire du style maniériste italien. La façade dessinée par Francisco del Castillo est un très bel exemple d'architecture civile. Au XVIIIe siècle le bâtiment fut transformé en Plais de Justice et en prison.

Source: RR

Grenade - Palais de Justice - Photos: lankaart (c)
Grenade - Palais de Justice - Photos: lankaart (c)
Grenade - Palais de Justice - Photos: lankaart (c)

Grenade - Palais de Justice - Photos: lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #CLASSICISME

Repost0

Publié le 9 Avril 2019

 

Le symbolisme ambigu et exotique de Ferdinand Khnopff (1858-1921) est souligné par la perfection du dessin et la subtilité complexe de la mise en page l'ensemble renforcé par un don de coloriste à la limite de l'abstraction comme dans ce tableau Roses et éventail japonais.

Source: DA

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #SYMBOLISME - NABIS

Repost0

Publié le 7 Avril 2019

Grenade - Alhambra - Alcazaba - Photos: lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Alcazaba - Photos: lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Alcazaba - Photos: lankaart (c)

Grenade - Alhambra - Alcazaba - Photos: lankaart (c)

L'Alcazaba est la citadelle d'origine du site de l'Alhambra à Grenade. Ses fortifications abritaient la garnison de Grenade. Son origine remonte au IXe siècle. Les vestiges actuels datent de l'époque de Muhammad I (1238-1273 ) qui fit construire la Tour Fendue, le Donjon et le Tour de Guet, il transforma ainsi la citadelle en véritable forteresse dans laquelle il établit sa résidence royale. Son fils Muhammad II ( 1273-1302) réserva l'Alcazaba à des fins uniquement militaires et s'installa dans le tout nouveau Palais des Nasrides.

Source: RR

 

 

Grenade - Alhambra - Alcazaba - Photos: lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Alcazaba - Photos: lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Alcazaba - Photos: lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Alcazaba - Photos: lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Alcazaba - Photos: lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Alcazaba - Photos: lankaart (c)

Grenade - Alhambra - Alcazaba - Photos: lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ISLAM CLASSIQUE

Repost0