Publié le 3 Juin 2019

Macke - Portrait avec pommes

Macke - Portrait avec pommes

En 1909 August Macke est de retour d'un voyage à Paris, il y a découvert les impressionnistes et les fauves, Manet, Monet et Cézanne. Il réalise ce portrait d'Elisabeth, sa future femme, on y retrouve l'influence de Manet dans la composition générale et dans l'ambiance, mais aussi celle de Cézanne et des Fauves à travers l’utilisation de la couleur et le rendu des formes, comme un hommage à la peinture française et à son époque. 

Source: RR

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #FAUVISME etc..

Repost0

Publié le 1 Juin 2019

Derain - La nièce

En 1919, Derain accueillit définitivement dans son domicile de la rue Bonaparte à Paris sa belle-sœur Suzanne Géry et son bébé Geneviève. Elle suivit son oncle dans son nouveau domicile de la rue du Douanier et dans sa maison de Chambourcy. Derain l’adorait et en fit son portrait dès l’âge de neuf mois. Elle posa pour une centaine de tableaux de son oncle. A l’atelier, elle était toujours active taillant les crayons ou lavant les pinceaux au savon de Marseille, selon un rituel auquel le peintre était très attaché.
... Geneviève Géry se souvenait porter sa robe du dimanche dans ce portrait et s’être laissé pousser les cheveux à cette époque. L’un des artistes qui visitait fréquemment l’atelier dans les années 30 était le peintre Balthus (1908-2001) dont on voit ici l’influence qu’a exercé Derain sur lui.

L'Orangerie

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 30 Mai 2019

Picabia - Udnie

Picabia - Udnie

Monument de la première peinture abstraite, Udnie ... opère une synthèse des courants les plus novateurs de la peinture du début des années 1910. L’œuvre est inspirée à Francis Picabia en 1913, lors du voyage qui le conduit aux États-Unis pour assister au vernissage de l’exposition de l’Armory Show. Sur le bateau qui l’amène à New York, il assiste au spectacle de danse « hindoue » (et néanmoins furieusement dionysiaque) d’une actrice polonaise, Stasia Napierkowska. Un an plus tôt, à Paris cette fois, Picabia, comme Marcel Duchamp, avait été impressionné par l’exposition des peintres futuristes italiens. Il y avait vu, entre autres, les œuvres d’Umberto Boccioni et de Gino Severini ... dans lesquelles le dynamisme d’un mouvement, d’une danse, éclatait en formes colorées autonomes. Si Udnie emprunte son dynamisme à la peinture futuriste, elle doit son « mécanisme » à l’exemple des œuvres de Duchamp. En 1912, ce dernier avait offert à Picabia sa Mariée, un hybride de guêpe et de machine à coudre. Les reflets métalliques, les formes d’ Udnie appartenaient déjà au monde mécanique qui allait bientôt inspirer directement Picabia.

En déclarant en 1913, à New York, que « l’art est une tentative réussie d’extérioriser la pensée ou le sentiment intérieur en projetant sur la toile des états subjectifs, émotionnels, mentaux », Francis Picabia rattache enfin Udnie à ce « musicalisme » prôné par les artistes groupés à Puteaux autour des frères Duchamp, à cet « orphisme » que célèbre Guillaume Apollinaire, en 1913, dans son ouvrage consacré aux peintres cubistes.

Centre Pompidou

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 28 Mai 2019

Franz Marc - Les loups la guerre des Balkans 1913

Franz Marc - Les loups la guerre des Balkans 1913

1913, Serbes, Bulgares, Turcs, Grecs et Roumains vont une nouvelle fois s'affronter, c'est la deuxième guerre balkanique qui ravage la péninsule. Franz Marc illustre et dénonce cette folie qui s'empare des hommes et met à feu et à sang l'Europe. Vision prémonitoire de la grande guerre qui l'emportera, mort sur le front Franz Marc, l'un des lus grands peintres du début du siècle disparaîtra sous les bombes en 1916 près de Verdun. Destin funeste que celui d'une des figures marquantes du mouvement moderne. Les loups toujours présents, en meute, effrayants, illustrent la cupidité et l'irresponsabilité des hommes. 

 

Source: RR

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 26 Mai 2019

Juan Gris - Poires et raisins

Juan Gris - Poires et raisins

En 1913 Juan Gris vient passer un été à Céret, dans le sud de la France, avec Josette sa future épouse. Marqué par le travail de l'école cubiste promu par Picasso et Braque également présent à Céret, il a recours à la technique du papier collé et reconstruit la composition de ses tableaux à partir d'éléments disparates: journaux, verres, fruits dont il accentue la géométrisation. Les couleurs comme le bleu et le violet apparaissent alors dans ses toiles. Il reviendra à Céret après la guerre en 1921.

Source: RR

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 24 Mai 2019

Franz Marc - Chevaux

Franz Marc - Chevaux

Franz marc est une figure majeure de la peinture allemande de l'avant-guerre, passionné par la couleur et les animaux, il peint plusieurs oeuvres ayant pour thème des chevaux, ici le jaune est utilisé comme symbole du principe féminin. 

« Le bleu représente le principe mâle, sec et cérébral. Jaune le principe féminin, doux, gai et sensuel. Rouge la matière, brutale et lourde, toujours combattue et vaincue par les deux autres ! Si tu mélanges le bleu, sérieux et intellectuel avec le rouge, alors tu augmentes le bleu jusqu'à une peine insupportable, et le jaune qui apaise, complémentaire du violet, sera indispensable"

Franz Marc, 1910

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 22 Mai 2019

Monet - Argenteuil

Monet - Argenteuil

Argenteuil est un cadre qui profondément inspiré Monet, installé dans son bateau-atelier immortalisé par Manet, il a peint pas moins de 259 tableaux de ce site en bord de Seine, fasciné par le ciel, l'eau, le soleil et surtout cette très belle lumière qui inonde les bords de Seine à l'Ouest de Paris. 

 

Source: RR

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #NATURALISME et IMPRESSIONISME

Repost0

Publié le 20 Mai 2019

Juan Gris - Le petit déjeuner

Juan Gris - Le petit déjeuner

De juin à octobre 1914, Gris séjourna à Collioure, et s’y lia avec Matisse. Kahnweiler insista par la suite sur l’importance des échanges entre les deux peintres, et sur une possible influence du cubisme de Gris sur Matisse pendant les deux ou trois années suivantes (1915-1916). Mais on peut tout aussi légitimement s’interroger, dans l’autre sens, sur la série des fenêtres peintes par Gris après ce séjour, dans le courant de l’année 1915, série à laquelle appartient Le Petit Déjeuner (cat. rais. n° 149). Certes Gris avait déjà abordé ce thème auparavant, lors d’un passage à Céret en 1913 notamment. Mais il reprend ensuite avec une véritable insistance le motif matissien par excellence du passage opéré par la fenêtre ouverte, entre l’espace intérieur et l’espace extérieur. Il est d’ailleurs le seul, parmi les cubistes, à avoir fait entrer ainsi l’air du dehors dans l’espace confiné de la nature morte. Dans Le Petit Déjeuner , la clarté bleue du ciel découpé par les vantaux de la fenêtre et l’intimité de la chambre (suggérée par des tons chauds, ocre du faux bois et triangle rouge profond à droite) s’interpénètrent autour d’une nature morte matinale – moulin à café, cafetière et bol, quotidien du jour posés sur une nappe blanche aux plis bien repassés. La composition se déploie en éventail, par grands plans nettement découpés, rabattus ou superposés. Précisément dessiné, chacun des objets, vu de haut, reste parfaitement reconnaissable. Gris n’est jamais allé aux extrêmes de la décomposition « analytique », et cherche à établir une architecture plus concrète, une matière picturale qui puisse rivaliser en solidité avec celle des maîtres anciens. Perpétuellement inquiet, insatisfait de ses réalisations, Gris a pourtant, à l’époque, le sentiment que ses derniers tableaux sont en progrès. Il l’écrit avec une prudente modestie à Kahnweiler, le 4 décembre 1915, quelques semaines après avoir terminé sa toile : « …je crois faire du progrès dans ma peinture. Il me semble que ça s’établit bien, que tout devient concret et précis. »

Centre Pompidou

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ART MODERNE

Repost0

Publié le 18 Mai 2019

Grenade - Alhambra - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Photos: Lankaart (c)

Grenade - Alhambra - Photos: Lankaart (c)

Au VIIIe siècle les musulmans firent la conquête de l'Espagne Wisighotique. Ils installèrent leur capitale à Cordoue développant un art original. Abd ar-Rahman Ier fit construire la Grande Mosquée à Cordoue en 785. L'islam donna naissance dans la péninsule ibérique a une civilisation brillante qui a laissé de nombreux bâtiments notamment en Andalousie. L’influence de cet art se prolonge dans l'art mudéjar, développé par les musulmans au sein des royaumes chrétiens du XIIIe au XVe siècle.  Les décors en stuc et en mosaïque vont atteindre des sommets de raffinement durant cette période dont on peut voir des exemples remarquables à l'Alcazar de Séville ou à l'Alhambra à Grenade.

Source: RR

Grenade - Alhambra - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Photos: Lankaart (c)

Grenade - Alhambra - Photos: Lankaart (c)

Grenade - Alhambra - Photos: Lankaart (c)Grenade - Alhambra - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Photos: Lankaart (c)Grenade - Alhambra - Photos: Lankaart (c)

Grenade - Alhambra - Photos: Lankaart (c)

Cordoue - Mosquée - Photos: Lankaart (c)
Cordoue - Mosquée - Photos: Lankaart (c)
Cordoue - Mosquée - Photos: Lankaart (c)
Cordoue - Mosquée - Photos: Lankaart (c)
Cordoue - Mosquée - Photos: Lankaart (c)

Cordoue - Mosquée - Photos: Lankaart (c)

Seville - Alcazar - Photos: Lankaart (c)
Seville - Alcazar - Photos: Lankaart (c)
Seville - Alcazar - Photos: Lankaart (c)

Seville - Alcazar - Photos: Lankaart (c)

Seville - Alcazar - Photos: Lankaart (c)Seville - Alcazar - Photos: Lankaart (c)
Seville - Alcazar - Photos: Lankaart (c)Seville - Alcazar - Photos: Lankaart (c)

Seville - Alcazar - Photos: Lankaart (c)

Grenade - Alhambra - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Photos: Lankaart (c)
Grenade - Alhambra - Photos: Lankaart (c)

Grenade - Alhambra - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ISLAM CLASSIQUE

Repost0

Publié le 16 Mai 2019

Séville - Alcazar - Les bains de Doña María de Padilla - Photos: Lankaart (c)
Séville - Alcazar - Les bains de Doña María de Padilla - Photos: Lankaart (c)

Séville - Alcazar - Les bains de Doña María de Padilla - Photos: Lankaart (c)

Les bains de Dona maria de Padilla font partie du célèbre palais de l'Alcazar de Séville. Ils ont été le témoin d'une célèbre légende, Dona Maria, éprise du roi Pierre Ier s'y baignât, le roi la pris pour femme et la déclara reine le jour de sa mort.

Source: RR

Séville - Alcazar - Les bains de Doña María de Padilla - Photos: Lankaart (c)
Séville - Alcazar - Les bains de Doña María de Padilla - Photos: Lankaart (c)
Séville - Alcazar - Les bains de Doña María de Padilla - Photos: Lankaart (c)

Séville - Alcazar - Les bains de Doña María de Padilla - Photos: Lankaart (c)

Voir les commentaires

Rédigé par rafael

Publié dans #ISLAM CLASSIQUE

Repost0